Avertir le modérateur

unedic

  • Après Tartuffe le gouvernement se transforme en Uri Geller

    Imprimer

     A quelques mois des présidentielles, Il est essentiel pour le gouvernement de faire baisser les chiffres officiels du chômage   et surtout celui des chômeurs de catégorie A qui approche le chiffre des 3 millions. (NB)

    En attendant une réindustrialisation  qui ne viendra pas , le camouflage des chômeurs  est de mise.

     La méthode la plus rapide  c'est de mettre les chômeurs en formation, en contrat aidés ou encore de soutenir le chômage partiel pour éviter  de retrouver tout ce petit monde  dans la catégorie  A  des  sans emploi..

    C'est un simple cache misère pour donner l' illusion  que l'action gouvernementale est positive  dans un contexte  européen et international critique. 

    L'illusionniste  vient  de  faire  son tour  de passe passe sur la scène  du sommet social sur l'emploi et la crise organisé avec les partenaires sociaux le 18 janvier 2012,  en annoncant la mise en place d'une "série de mesures d'urgences" destinées à améliorer la situation sur le "front de l'emploi".

    • Le chômage partiel  sera encouragé pour les entreprises rencontrant des difficultés passagères. Il s'agit , de "tout faire pour éviter de couper le lien entre le salarié et son entreprise..
    • Les  entreprises ayant moins de 10 salariés  vont bénéficier d'une aide incitative à l'embauche des jeunes, ( exonération des charges "pendant 6 mois".)
    •  Les chômeurs seront formés.
      "Nous avons également décidé un plan sans précédent de formation des chômeurs très éloignés de l'emploi, c'est-à-dire ceux qui ne connaissent plus l'activité professionnelle depuis au moins 2 ans. Tous, sans exception, se verront proposer soit une formation, soit un emploi, soit un processus de resocialisation pour ceux qui sont éloignés de l'emploi depuis tant de temps qu'ils se trouvent dans l'incapacité de reprendre immédiatement un emploi, soit un contrat aidé, marchand ou non marchand".
    • Les effectifs du Pôle Emploi seront renforcés pour faire face à ce plan (embauche de 1.000 salariés supplémentaires).

    Force est de constater que les chômeurs  seront bichonnés  par Pôle emploi, car   239 000 bienheureux  seront reçus prochainement  par les conseillers  qui devront leur proposer une formation ou un contrat aidé....

    Uri geller  prétendait tordre les petites cuillères  avec le pouvoir de la pensée ..

    Le gouvernement fait de même avec  les chômeurs  qui ne le seront plus car empilés dans des formations " bidon"  et des contrats  qui conduisent à la précarisation.... 

    uri-geller.jpg

    Enfin, la création d'une TVA sociale , fera l'objet d'un  arbitrage d'ici "la fin du mois de janvier.

    Une affaire à suivre ... dans un contexte sombre.

    NB   /  Selon  une dépêche de l'AFP 

    L'Unédic prévoit que  son déficit allait se creuser en 2012 à 4,3 milliards d'euros, avec une hausse prévisible des demandeurs d'emplois de 214.200 sur l'année.

    Pour l'Unédic, la France franchira donc le cap des 3 millions demandeurs d'emplois sans aucune activité en 2012 (4,4 millions en incluant ceux qui ont une activité réduite).

    Pour 2011, elle estime son déficit à 2,4 milliards d'euros et la hausse des demandeurs d'emploi sans aucune activité à 134.200.

    Des chiffres qui vont creuser sa dette à 11 milliards pour 2011 et 15,3 milliards pour 2012.

    En ajoutant ceux qui ont une activité partielle, elle anticipe au total une hausse de 179.800 demandeurs d'emploi pour 2011 et 230.100 pour 2012.

    Ces estimations reposent sur une prévision de croissance de 1,6% en 2011 et 0% en 2012, fondée sur le consensus des analystes. Le gouvernement table encore officiellement sur 1,75% de croissance en 2011.

    Ce n'est pas la première fois que l'Unédic connaîtra un tel niveau d'endettement, a relativisé Gaby Bonnand, président de l'Unédic (CFDT).

    Pour lui, "ce qui est alarmant c'est la situation de l'emploi et la prévision de croissance de 0%", pas la situation financière de l'organisme qu'il préside.

    "Le modèle économique de l'Unédic est extrêmement dépendant de la conjoncture", a rappelé son directeur général, Vincent Destival.

    En effet, l'Unédic n'est pas financée directement par l'Etat mais par les salariés et les employeurs, qui cotisent pour l'assurance chômage. Si la masse salariale diminue, les recettes de l'Unédic baissent donc également.

    Ces nouvelles prévisions sont beaucoup plus pessimistes que les précédentes. 

  • Indemnisation des chômeurs : un accord d'attente

    Imprimer

    varghopp.jpgRECULER POUR MIEUX SAUTER  ON VOIT QUE LES ELECTIONS PRESIDENTIELLES POINTENT LE BOUT DU NEZ !

    La  convention d'assurance chômage du 19 février 2009 était applicable  au plus tard  jusqu'au 31 mai 2011 .

    Le 25 mars 2011 a été conclu  l'accord national interprofessionnel  relatif  à la nouvelle convention  d'assurance chômage qui sera applicable  du 1er juin 2011 au 31 décembre 2013.

    L'accord  qui sera très certainement signé par tous les syndicats sauf la CGT  prévoit purement et simplement  la reconduction de la convention précédente.

    Quelques modifications concernant :

    • les saisonniers - le coefficient réducteur servant au calcul des allocations chômage  est supprimé
    • le montant de la pension d'invalidité 2e et 3e catégorie se cumule avec les allocations de chômage dans les mêmes conditions que celles prévues pour le cumul d'une pension d'invalidité avec le salaire.
    • baisse des taux de cotisations  employeurs et salariés si les résultats d'exploitation des 2 semestres précédant la décision sont excédentaires d'au moins 500 millions d'euros et que le niveau d'endettement du régime est, au plus, égal à 1,5 mois de contributions. La réduction de taux des contributions ne pourra pas, sur une année donnée, minorer de plus de 0,4 point le taux global. ( disposition applicable  jusqu'au 31 décembre 2016.)

     

    Un accord d'attente  qui remet à plus tard le traitement des sujets épineux qui divisent  syndicats et patronat comme :

    • la dégressivité des allocations chômage
    • le malus de cotisation sur les emplois précaires
    • le  report de l'âge ( 50 ans aujourd'hui )  qui  fixe  la durée maximale d'indemnisation à 36 mois au lieu de 24 mois.

     

     

  • A quelle sauce seront dégustés les chômeurs ?

    Imprimer

    chomage_assurance.jpgLa convention  Unedic  négociée en 2008 s'applique jusqu'au 31 mars 2011 car  la dernière convention,  qui devait couvrir la période 2009-2010-2011, fut exceptionnellement conclue pour deux ans — du 1er avril 2009 au 30 mars 2011 — au lieu de trois, "à cause de la crise" . Sa renégociation est prévue à compter du  24 janvier prochain.  ( En 2008  cette convention n'avait été signée que par la CFDT ).

    Selon certaines informations  le Medef  envisagerait la reconduction du dispositif actuel  pour deux ans  ( ne pas mettre de l"huile sur le feu pendant la campagne présidentielle de 2012 cela va de soi !)

    Certaines questions  risquent de créer des points de friction :
    • La  baisse de cotisations en cas d'amélioration des finances du régime, sans prendre en compte sa dette
    • la conservation pour le chômeur  de ses  anciens droits en cas de réinscription au chômage s'ils sont plus avantageux que ceux acquis dans le dernier emploi
    • la taxation des emplois   précaires.
    Concernant ce dernier point ,   il faut souligner que l'emploi  précaire  représente plus de 75 % des offres disponibles.
    L'emploi précaire représente près des deux tiers des entrées à l'assurance-chômage. La moitié des personnes qui s'inscrivent à pôle emploi  sont en fin de CDD et 15% en fin de mission d'intérim, selon FO.
    Lorsque les chômeurs indemnisés retrouvent un emploi, c'est un CDD pour 46% d'entre eux, et un emploi intérimaire pour 21%.

    Henri Rouilleault, économiste à l'Insee et ancien directeur général de l'Agence nationale pour l'amélioration des conditions de travail, a été chargé  par le gouvernement d'une mission sur « L'emploi au sortir de la récession ». Parmi les 40 propositions figurant dans son pré rapport   la proposition 29 prévoit une surcotation de l'emploi précaire .

    Rapport

     

  • La situation va t-elle se débloquer ?

    Imprimer

    Le secrétaire d'Etat à l'Emploi, Laurent Wauquiez, vient d'annoncer  que l'Etat et l'Unedic débloqueraient avant la fin mars "plusieurs centaines de millions d'euros" pour aider les chômeurs en fin de droits.
    Patronat et syndicats se sont séparés cette semaine sans parvenir à une solution négociée pour ces demandeurs d'emploi sur le point de sortir du système d'indemnisation, dont le nombre devrait atteindre un million fin 2010.

    Un dossier brûlant à suivre de près....

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu