Avertir le modérateur

sous traitance

  • Les PME et leurs salariés victimes collatérales des restructurations des grands groupes

    Imprimer

    Jean-Marc Ayrault a dressé une liste de 36 entreprises   susceptibles de  faire des plans sociaux.

    Cette liste  confirme  les mises en garde de la CGT à propos de 46 plans sociaux sur le point d’être révélés. Selon la CGT  45.000 emplois seraient supprimés.

    Carrefour, Conforama, Société Générale tous les secteurs de l'économie sont visés

    Voir la liste sur le site CGT  

    Cette  évaluation a été  confirmée par Arnaud Montebourg, ministre d’un complexe redressement productif. 

    Si les plans sociaux des grands groupes mobilisent médias et politiques ,  le silence reste de mise  pour les  PME et leurs salariés  qui sont les victimes colatérales  des restructurations des grands groupes.

    Le poids des PME diffère fortement selon le secteur d’activités. Si dans l’industrie et les transports, les PME de moins de 250 salariés représentent un peu moins de la moitié de l’emploi salarié (soit environ 45 %), dans le bâtiment-travaux publics elles concentrent 86 % de l’emploi salarié, 69 % dans le commerce, 60 % dans les industries agricoles et alimentaires et 53 % dans les services.

    Dans l’ensemble des secteurs de l’industrie, du commerce et des services, les PME de moins de 250 salariés représentent 58 % de l’emploi salarié soit 8,2 millions de salariés 

    source 

    2 millions de petites et moyennes entreprises  qui subissent de plein fouet  les restructuration des grands groupes  et le dérèglement bancaire......

    En effet , nombreuses de ces entreprises travaillent en sous traitance pour les grands groupes . 

    Lorsqu'une grande entreprise   rencontre des difficultés  , avant de réduire ses effectifs permanents  elle réduit  ses commandes à ses sous-traitants pour adapter ses achats à son plan de charge. Ainsi, les fournisseurs sont les premiers touchés. Elle peut également  rapatrier en interne  les activitées habituellement sous traitées .

    Lorsqu’elle délocalise une activité à l’étranger, les fournisseurs locaux perdent le marché au bénéfice de concurrents étrangers. C’est typiquement le cas des PME du secteur automobile (avec Renault qui ne construit plus qu’une voiture sur quatre en France), comme autrefois pour celles du textile par exemple.

    Si ces mesures restent insuffisantes , elle réduit ses effectifs intérimaires et  contrats temporaires.  

    Si les grandes entreprises parviennent  ainsi  à réduire  l’importance de leurs plans sociaux, elles transposent leurs problèmes chez leurs sous-traitants, obligés de licencier. .

    Les plans sociaux, les délocalisations, les  fermetures des entreprises appartenant à des grands groupes  créent un effondrement de l'activité de leurs sous traitants et du tissu économique environnant.dyn010_original_454_332_pjpeg_2585772_955e2b49031e28d8d74de9e2e2f28ebb.jpg

     Voici quelques dossiers chauds..............

    L'unité de fabrication de semi-conducteurs de toulouse doit fermer le 10 août.

     Ce mardi, 70 salariés ont participé à une manifestation organisée par la CGT « pour la défense de l’emploi industriel en Midi-Pyrénées ».

    •  Rotos 93 (Blanc-Mesnil)

    Le tribunal de commerce a prononcé  la liquidation, puis l’arrêt de l’activité de l’entreprise le 31 mai .

     Les  24 salariés de Rotos 93  ont décidé avec leur syndicat CGT d’occuper leur site jour et nuit.

    Dans un communiqué ils dénoncent "un patron qui, « après s’être rempli les poches » jette l’éponge pour on ne sait quelle raison ; - des éditeurs, après des années, qui les abandonnent et font du dumping social pour augmenter leurs profits ; - un tribunal du commerce qui ordonne trop rapidement la liquidation de l’entreprise, empêchant toute solution de continuation."

    Ils sont décidés à ne pas se laisser jeter à la rue, après plus de vingt années "de dur labeur 6 jours sur 7 pour certains, sans mettre les responsables de cette gabegie devant leurs responsabilités."
    Ils en appellent au soutien et à la solidarité des salariés de leur profession mais aussi de l’interproferssionnel.

    •  PSA, usine d'Aulnay : 3100 salariés

    Incertitude sur l'avenir du site depuis que la CGT a révélé, en juin dernier, un document de travail interne faisant état d'une possible fermeture courant 2014.

    L'usine d'Aulnay produit notamment la Citroën C3, et ce jusqu'en 2014. La direction de PSA, n'a pris aucun engagement écrit au-delà de cette date et au contraire fait comprendre qu'elle devrait réduire sa capacité de production.

    • ArcelorMittal 

     Deux des hauts fourneaux de l'usine de Florange  ( 550 salariés), sont à l'arrêt depuis l‘automne ( commandes insufisantes).

    le PDG du groupe, Lakshmi Mittal a toujours affirmé rejeter l'hypothèse d'une fermeture définitive des hauts fourneaux. En rappelant notamment  s'être engagé à investir 17 millions d'euros pour la modernisation du site.

     Les salariés de l'usine  ont  demandé dès le 9 mai un rendez vous avec le nouveau président de la république. Le gouvernement a décidé, lundi 4 juin 2012, de lancer une mission d’expertise sur les perspectives industrielles de l’usine sidérurgique de Florange , qui remettra ses conclusions d’ici la fin juillet, à l’issue d’une réunion à l’Elysée entre François Hollande et l’intersyndicale d’ArcelorMittal. 

    • Fralib 

     Unilever, propriétaire de l'usine Fralib, Gemenos, dans les Bouches-du-Rhône a décidér sa fermeture, en septembre 2010.

    A ce jour , 103 - sur 182 salariés -contestent  le plan de sauvegarde de l'emploi proposé par la direction et  occupent l'usine.

    L'intersyndicale de l'usine a  fait parvenir à trois ministres - Michel Sapin, le ministre du Travail, Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture et l'Agroalimentaire, et Arnaud Montebourg, dédié au Redressement productif - une lettre réclamant l'organisation d'une table ronde sur l'avenir du site

     

    • Petroplus -

    La raffinerie Petroplus  en Haute-Normandie est en redressement judiciaire depuis 2012. Le site  emploie 550 salariés.

    Le groupe suisse Klesh a fait une offre de reprise avec maintien de 410 emplois., les salariés, , ont sollicité une intervention du gouvernement. 

    • General Motors

      General Motors a annoncé début mai qu'il pourrait vendre son usine de boîtes de vitesse strasbourgeoise. 

    • Air France

    20% de gains de productivité et d'économies, hors carburant, d'ici 2014. 

    Selon les informations du Figaro, le total des suppressions de postes devrait atteindre 5000 emplois d'ici à 2015, sans licenciement sec. Air France compte d'abord, comme par le passé, sur les départs naturels de salariés non remplacés pour réduire la voilure. Mais cette fois, Air France ira plus loin: le plan de départs sera ouvert à toutes les catégories de personnels: hôtesses et stewards, personnels au sol et… pilotes.


    La sous traitance maltraitée en France par journeeseconomie

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu