Avertir le modérateur

socialiste

  • Demandez le programme.............

    Imprimer

     Restons mobilisés !

    2831734046_1.jpgLes promesses électorales ont toujours fleuri comme muguet au mois de mai.

    Gauche, droite ,peu importe , les partis ont toujours eu plus grands yeux que grand ventre !

    Ayant une sensibilité de gauche  , j'ai voté socialiste .

    Ce n'est pas parce que le parti de mon choix est au pouvoir que  je vais fermer les yeux. 

    Je continuerai de ce fait à pointer du doigt l'actualité sociale qui heurte mon éthique.

    A cette fin et comme je vous l'avais promis  ,  je consacre ce billet aux principales réformes portées par le parti socialiste lors de la campagne des présidentielles.

    Ce billet  "référence " me permettra de suivre l'avancée  des  réformes promises. 


    Réformes touchant au travail et à l'emploi

    • Aides publiques et les allègements fiscaux accordés aux entreprises qui investiront sur le territoire, qui y localiseront leurs activités et qui seront offensives à l'exportation ;
    • Création d'un contrat de génération  ( embauche  en CDI de jeunes, accompagnés par un salarié plus expérimenté, qui sera ainsi maintenu dans l'emploi jusqu'à son départ à la retraite )
    • Renforcement de l'obligation d'assurer l'égalité des carrières professionnelles et des rémunérations entre les femmes et les hommes. En cas de non-respect, suppression des exonérations de cotisations sociales ;
    • Création de 150.000 emplois d'avenir pour faciliter l'insertion des jeunes dans l'emploi et l'action des associations, en priorité dans les quartiers populaires ;
    • Relocalisation des usines des grandes entreprises françaises, avec l'instauration pour les entreprises qui se délocalisent, un remboursement des aides publiques reçues ;
    • Mise en place de la sécurisation des parcours professionnels, pour que chaque salarié puisse se maintenir dans l'entreprise ou l'emploi et accéder à la formation professionnelle ;
    • Présence des représentants des salariés dans les conseils d'administration et dans les comités de rémunération des grandes entreprises ;
    • Renforcement des moyens de Pôle emploi.
    • Lutte contre les pratiques abusives,augmentation des cotisations chômage sur les entreprises qui abusent des emplois précaires ;mise en place d'un dispositif de notation sociale obligeant les entreprises de plus de 500 salariés à faire certifier  annuellement la gestion de leurs ressources humaines au regard de critères de qualité de l'emploi et de conditions de travail ;
    • Lutte contre le délit de faciès et contre toute discrimination à l'embauche ;
    • Ecart maximal de rémunération entre les dirigeants des entreprises publiques et les employés de 1 à 20 ;
    • Permettre aux ouvriers et aux employés victimes de licenciements boursiers de saisir le TGI.
    • Suppression des exonérations de cotisation sociale sur les heures supplémentaires, sauf pour les très petites entreprises ;
    • Renchérissement du coût des licenciements collectifs pour les entreprises qui versent des dividendes ou rachètent leurs actions.1374517608.jpg

    Réformes touchant à la fiscalité

    • Restauration de l'impôt sur la fortune ;
    • Fin des allègements de l'impôt sur la fortune institués en 2011 (ex : ISF PME).
    • Suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires ;
    • Imposition des revenus du capital comme ceux du travail ;
    • Création d'une tranche supplémentaire d'IR, de 45% pour les revenus supérieurs à 150.000 euros par part ;
    • Fusion de l'impôt sur le revenu et de la CSG dans le cadre d'un prélèvement simplifié sur le revenu (PSR).

    Réformes touchant  aux aides sociales, retraite , handicap, famille

    Les personnes  qui ont 60 ans et qui auront cotisé la totalité de leurs annuités retrouvent le droit de partir à la retraite à taux plein à cet âge-là (effet immédiat) ;

    • Lancement d'une négociation globale avec les partenaires sociaux afin de définir, dans un cadre financier durablement équilibré, l'âge légal de départ à la retraite, la prise en compte de la pénibilité, le montant des pensions et l'évolution des recettes indispensables à la pérennité de notre système de retraite solidaire.
    • Renforcement des sanctions en cas de non-respect des 6% de travailleurs handicapés dans les entreprises, les services publics et les collectivités locales ;
    • Engagement de la réforme de la dépendance pour mieux accompagner la perte d'autonomie.
    • Modification du quotient familial, avec la baisse du plafond pour les ménages les plus aisés.
    • Augmentation de 25% l'allocation de rentrée scolaire dès la rentrée 2012-2013.
      Politique parentale et droits des familles
    • Ouverture du mariage aux couples homosexuels ; ouverture aux couples homosexuels du droit à l'adoption.

      Création en 5 ans de 60.000 postes supplémentaires dans l'éducation, avec un prérecrutement des enseignants avant la fin de leurs études et la réforme de la formation initiale des maîtres et professeurs ;
    • Possibilité pour tout jeune déscolarisé de 16 à 18 ans d'accéder à une formation, un apprentissage ou un service civique.les-simpson-serie-creee-par-matt-groening-en-1989-avec-dan-castellaneta-10324725tatnx.jpg


    Réformes touchant  au logement

    • Construction d'ici à 2017 de 2,5 millions de logements intermédiaires, sociaux et étudiants
    • Renforcement de la loi SRU :
      - en passant à 25% le pourcentage de logements sociaux construits dans la communes,
      - en multipliant par 5 les sanctions qui pèsent sur les communes ne disposant pas suffisamment de logements sociaux sur son territoire ;
    • Renforcement de la mixité sociale en imposant une règle des trois tiers bâtis :
      - 1/3 de logements sociaux locatifs à loyer modéré,
      - 1/3 de logements en accession sociale,
      - 1/3 de logements libres ;
    • Mise à disposition gratuite des collectivités locales des terrains de l'Etat qui sont disponibles pour leur permettre de construire de nouveaux logements ;
    • Lancement d'une nouvelle génération d'opérations de renouvellement urbain.
    • Accès au logement
      encadrement des montants des loyers lors de la première location ou à la nouvelle location dans les zones où les prix sont excessifs ;
      lutte contre le délit de faciès et contre toute discrimination au logement ;
      mise en place de caution solidaire pour les jeunes.

     

    Réformes touchant  à la santé

    • Création de maisons ou pôles de santé
    • création de pôles de santé de proximité dans chaque territoire pour assurer une meilleure répartition des médecins.
    • Lutte contre les dépassements d'honoraires
    • encadrement des dépassements d'honoraires, en favorisant une baisse du prix des médicaments et en supprimant le droit d'entrée dans le dispositif de l'aide médicale d'Etat ;
    • augmentant la part de rémunération forfaitaire des médecins généralistes.
    • réforme de la tarification pour mettre fin à l'assimilation de l'hôpital avec les établissements privés ;
    • l'hôpital devra redevenir un service public non soumis aux contraintes d'équilibre de ses comptes ;
    • mise en place d'un délai maximum de 30 minutes pour accéder aux soins d'urgence.
      Aide à la fin de vie
      création d'une assistance médicale active à mourir : toute personne majeure en phase avancée ou terminale d'une maladie incurable, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, pourra demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d'une assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité.agression.jpg

     


    Réforme du système judiciaire

    • doubler le nombre de centres éducatifs fermés pour les mineurs condamnés par la justice.
    • réforme du Conseil supérieur de la magistrature.
    • remise à plat la procédure pénale.
    • création chaque année, de 1.000 postes supplémentaires pour la justice, la police et la gendarmerie.
    • garantir l'exécution effective de toutes les peines prononcées ;
    • renforcement de la sécurité et des droits des victimes
    • mise en oeuvre d'une nouvelle sécurité de proximité assurée par la police dans les quartiers et la gendarmerie dans les territoires ruraux ;
    • création de zones de sécurité prioritaires où seront concentrés davantage de moyens ;
    • lutter contre le délit de faciès dans les contrôles d'identité.
    • rétablir la présence régulière des services de police au contact des habitants ;
    • garantir l'accès à la justice de proximité pour tous les litiges portant sur des aspects essentiels de la vie quotidienne des Français.

     


    Immigration

    • Limiter l'immigration
    • lutter contre l'immigration illégale et les filières du travail clandestin, avec la sécurisation de l'immigration légale ;
    • régularisations des sans-papiers au cas par cas sur la base de critères objectifs.

     

    Divers

    • Fiscalité des entreprises
      Réforme de l'Impôt sur les sociétés
      mise en place de 3 taux d'imposition différents sur les sociétés :
      - 35% pour les grandes,
      - 30% pour les petites et moyennes,
      - 15% pour les très petites.
      Avec une distinction entre les bénéfices réinvestis et ceux distribués aux actionnaires ;
      suppression des stock-options, sauf pour les entreprises naissantes.
    • Fiscalité des grands groupes
      suppression de multiples niches fiscales accordées aux plus grosses entreprises.
      Fiscalité et produits culturels
      mise en place d'un taux de TVA à 5,5% pour le livre et la billetterie.
    • abrogation et remplacement de la loi Hadopi par une grande loi qui conciliera la défense des droits des créateurs et un accès aux oeuvres par internet facilité et sécurisé.
    • interdiction faite aux banques françaises d'exercer dans les paradis fiscaux et suppression des produits financiers toxiques ;
    • encadrement des bonus des banques ;
    • taxation des bénéfices des banques en augmentant leur imposition de 15% ;
    • création d'une taxe sur toutes les transactions financières ainsi que d'une agence publique européenne de notation.
    • garantir la diversification des sources d'énergie avec la réduction de la part du nucléaire dans la production d'électricité de 75% à 50% à l'horizon 2025, mais aussi la réduction des émissions de gaz à effet de serre de la France (fermeture de la centrale de Fessenheim, poursuite de l'achèvement du chantier de l'EPR de Flamanville) ;
    • mise en place d'une nouvelle tarification progressive de l'eau, de l'électricité et du gaz ;

      Modification de la Constitution et recours au référendum
    • inscription parmi les principes fondamentaux de la loi de 1905 sur la laïcité dans la Constitution ;
      réforme du statut pénal du chef de l'Etat.
    • concertation avec les organisations syndicales de la fonction publique sur tous les sujets : perspectives salariales, lutte contre la précarité, modes de nominations des emplois supérieurs de la fonction publique et déroulement des carrières ;
    • réduction de 30% la rémunération du président de la République et des ministres ;
      fin de la possibilité pour les anciens présidents de la République de siéger au Conseil constitutionnel ;
    • augmentation des pouvoirs d'initiative et de contrôle du Parlement, notamment sur les nominations aux plus hauts postes de l'Etat ;
    • non-cumul des mandats ;
    • renforcement de la parité entre les femmes et les hommes en alourdissant les sanctions financières contre les partis politiques qui ne la respectent pas ;
    • introduction d'une part de proportionnelle à l'Assemblée nationale ;
      porter la durée d'inéligibilité des élus condamnés pour faits de corruption à 10 ans.

     

    Source Net Iris

  • Le gouvernement se met au travail

    Imprimer

    Les premier et second tours de scrutin à l'élection des députés à l'Assemblée nationale se dérouleront en métropole respectivement les 10 et 17 juin.

    En l'absence de majorité socialiste à l'Assemblée, l'efficacité des réformes prévues par François Hollande serait remise en cause , ce qui conduirait la France à l'immobilisme.

    Depuis septembre dernier, la majorité du Sénat a été prise par le PS .


    En attendant l'élection des députés et la reprise des travaux à l'Assemblée nationale fin juin, le nouveau Gouvernement  prépare plusieurs projets de loi, décrets et autres circulaires pour :

    • réduire de 30% la rémunération du chef de l'Etat et des membres du gouvernement ;
    • signer la "Charte de déontologie et publication des déclarations d'intérêts par les membres du gouvernement" et des cabinets ;
    • augmenter de 25% l'allocation de rentrée scolaire pour une mise en oeuvre dès août 2012 ;
      bloquer pour 3 mois les prix des carburants ;
    • mettre en place une caution solidaire pour permettre aux jeunes d'accéder à la location d'un logement ;
    • garantir pour l'épargne défiscalisée (livret A et livret d'épargne industrie, successeur du Livret de développement durable) une rémunération supérieure à l'inflation ;
    • doubler le plafond du LDD (Livret Développement Durable) pour mieux financer le logement social, développer les PME et l'innovation ;
    • abroger la circulaire Guéant sur les étudiants étrangers ;
    • rétablir pour les années à venir, le droit de partir à la retraite à 60 ans pour toutes les personnes ayant commencé à travailler à 18 ans et cotisé 41 annuités ;
    • fixer un éventail maximal de 1 à 20 des rémunérations dans les entreprises publiques ;
    • prendre des directives pour lutter contre les délits de faciès lors des contrôles d'identité ;
    • geler de manière conservatoire une partie des dépenses dans l'attente du rapport de la Cour des comptes sur les finances publiques au début de l'été


    Au mois de juillet, le Parlement sera convoqué en session extraordinaire afin d'adopter plusieurs réformes.

    un clic sur la photo pour accéder à la photo interactive du Monde
    Capture.PNGPar ailleurs, le Gouvernement de François Hollande, va lancer plusieurs chantiers sociaux lors d'une Conférence nationale pour la croissance et l'emploi prévue à la mi-juillet, avec notamment pour priorités :
    l'emploi des jeunes et des seniors,
    l'encadrement des licenciements boursiers,
    la sécurisation des parcours professionnels,
    la lutte contre la précarité,
    l'égalité salariale et professionnelle.

  • Première promesse baffouée de Hollande !

    Imprimer

    Le gouvernement pourrait  accueillir le président du Parti radical de gauche, Jean-Michel Baylet

    Si cette information est confirmée nous assistons  à la première promesse du candidat  socialiste baffouée par le Président ! 

    Voir mon article circonstancié sur le sujet ici : un crapaud dans le cassouletFrancois-Hollande-Jean-Michel-Baylet_pics_390.jpg

    PARIS (Reuters) - Le suspense cessera mercredi pour la composition du gouvernement de François Hollande, 24 heures après l'annonce des noms du Premier ministre et du secrétaire général de l'Elysée, pour lesquels Jean-Marc Ayrault et Pierre-René Lemas sont favoris.

    Le premier conseil des ministres aura lieu dès jeudi et aucun décret ne devrait a priori être adopté, la réunion étant consacrée au rappel des règles à suivre par ses membres.

    "Normalement, un président est jugé à la fin mais beaucoup dépendra du début", a déclaré lundi le président élu à la presse. "Nous avons devant nous des semaines exigeantes."

    Annoncée comme respectueuse de la parité hommes-femmes et ouverte à la diversité, l'équipe gouvernementale devrait être organisée autour de 15 grands pôles thématiques.

    Jean-Marc Ayrault, député-maire de Nantes, devrait la conduire et sa nomination devrait intervenir entre une cérémonie à l'Hôtel de ville de Paris et le départ de François Hollande pour Berlin, où il rencontrera la chancelière Angela Merkel.

    Germanophile et germanophone, le sérieux président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale connaît par coeur les rouages du Parlement et cultive une relation de confiance avec le nouveau président, répondant ainsi à deux conditions posées par ce dernier pour le futur locataire de Matignon.

    Dans les sondages, c'est la première secrétaire du PS qui est pourtant plébiscitée pour devenir la deuxième femme Premier ministre après Edith Cresson.

    Finaliste de la primaire PS, Martine Aubry n'a pas ménagé ses critiques envers François Hollande mais a été fair-play durant la campagne. Si Matignon lui échappe, elle pourrait hériter du titre du numéro deux du gouvernement et d'un gros ministère - l'Education et la Culture sont évoqués.

    Les noms de Manuel Valls et de Michel Sapin, respectivement directeur de communication et responsable du projet présidentiel, étaient toutefois encore cités ces derniers jours pour diriger le gouvernement.

    LEMAS, SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L'ÉLYSÉE

    Le poste de secrétaire général de l'Elysée reviendra à un haut fonctionnaire, Pierre-René Lemas, ancien directeur de cabinet du président du Sénat, Jean-Pierre Bel.

    A l'instar de Michel Sapin et de Ségolène Royal, mère des quatre enfants de François Hollande, Pierre-René Lemas a étudié aux côtés du chef de l'Etat au sein de la promotion Voltaire de l'Ecole nationale d'administration (Ena).

    François Hollande a prévenu pendant la campagne que "la raison l'emporterait sur le coeur" au profit de "l'intérêt général" au moment de former le gouvernement, qui sera revu après les élections législatives des 10 et 17 juin.

    Les Affaires étrangères pourraient échoir à Pierre Moscovici, qui a supervisé la transition diplomatique la semaine dernière, ou à l'ancien Premier ministre Laurent Fabius, qui a sillonné le monde, du Proche-Orient à la Chine, au nom du candidat PS pendant la campagne.

    Jean-Yves Le Drian, président de la région Bretagne, est cité pour la Défense. Passionné des questions liées à l'armée, troisième budget de l'Etat, cet ami de trente ans de François Hollande est allé aux Etats-Unis pour préparer le sommet de l'Otan de Chicago du week-end prochain.

    Le député Vincent Peillon est annoncé au pôle Education, secteur crucial pour le président, qui veut créer 60.000 postes pour l'école et fait de la jeunesse sa priorité absolue.

    Pour l'Economie et le Budget reviennent les noms de l'ancien ministre Michel Sapin et du président de la commission des Finances de l'Assemblée nationale, Jérôme Cahuzac.

    Manuel Valls et le président du groupe socialiste au Sénat, François Rebsamen, sont pressentis à l'Intérieur. Le maire de Paris, Bertrand Delanoë, et le sénateur André Vallini sont en lice pour la Justice.

    NOUVELLE GÉNÉRATION

    Le député et ancien candidat à la primaire Arnaud Montebourg est associé à un éventuel grand ministère de l'Industrie. Le député européen Stéphane Le Foll, organisateur de la campagne de François Hollande, pourrait obtenir l'Agriculture.

    Chez les femmes, le nom de la députée Marisol Touraine revient pour les Affaires sociales et la Santé.

    Parmi les autres tenantes de la nouvelle génération figurent Najat Vallaud-Belkacem, élue de Lyon d'origine marocaine découverte par Ségolène Royal. Autre protégée de la candidate PS de 2007, la députée des Deux-Sèvres Delphine Batho a fait ses preuves comme porte-parole de François Hollande.

    Aurélie Filippetti et Fleur Pellerin, respectivement chargées de l'Economie numérique et de la Culture dans l'équipe de campagne, sont aussi citées, de même que l'ancienne candidate à la présidentielle Christiane Taubira.

    Valérie Fourneyron, médecin du sport et maire de Rouen, la ville natale de François Hollande, est annoncée aux Sports et une place pourrait aussi récompenser la sénatrice Frédérique Espagnac, ancienne attachée de presse de François Hollande lorsqu'il était Premier secrétaire du PS.

    Le gouvernement pourrait aussi accueillir le président du Parti radical de gauche, Jean-Michel Baylet, et le sénateur Robert Hue, qui se sont rangés tôt derrière François Hollande.

    Quant à Ségolène Royal, candidate à La Rochelle pour les élections législatives, elle a confirmé ce week-end son désir de se porter candidate à la présidence de l'Assemblée nationale.

    Il faudra sans doute attendre les lendemains des législatives pour voir entrer au gouvernement des écologistes, comme la secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts Cécile Duflot, ou des élus de la "gauche de la gauche".

    L'ancien candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a refusé par avance tout rôle gouvernemental, mais des communistes pourraient se laisser tenter.

    "Nous ne sommes pas dans la majorité puisque nous ne sommes pas au gouvernement. Mais ça n'a pas de sens de se considérer dans l'opposition", déclare lundi dans Libération le député européen, candidat à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) pour les législatives.

    Edité par Yves Clarisse

  • Ils sont venus ils sont tous là ,elle va mourir la mamma......

    Imprimer

    Vous connaissez tous cette magnifique chanson de Charles Aznavour : Ils sont venus ils sont tous là elle va mourir la mamma..... 

    En ce Dimanche 15 avril , nos candidats  étaient bien là , mais pour chanter  une triste ritournelle  celle des fausses promesses  .

    Cette campagne électorale est tellement nulle que je ne peux m'empêcher de poster ce dessin

    élections,présidentielles,sarkozy,hollande,le pen,bayrou,ump,socialiste 

    Une semaine  avant le premier tour de l’élection présidentielle, les  prétendants à l’Elysée ont tenu meeting.

    NB Plusieurs études publiées jeudi 12 avril montrent la même tendance : François Hollande reprend de l'avance sur son adversaire UMP.

    Dans un sondage LH2 / Yahoo! le socialiste est crédité de 29% des intentions de vote au premier tour (+1 point), contre 27,5% pour le président candidat (-0,5). Marine Le Pen arrive troisième, avec 14% (+0,5), devant Jean-Luc Mélenchon (13%) et François Bayrou (10,5%), en baisse respectivement de 2 et 1,5 points.

    Source France TV info

     

    • Sarkozy place de la Concorde promet une France idéale.......

    Au programme  : un nouveau modèle français" dans lequel "tout le monde sera formé et pourra accéder à la promotion sociale"

     une "Europe de l’investissement, de la production et de la croissance"

    sans oublier la  "nation" : "Défendre son identité, défendre sa civilisation, ce n’est pas honteux, c’est légitime."

     

    François Hollande sur l’esplanade du château de Vincennes : une France rassemblée 

    Dans un discours de près d’une heure, François Hollande a voulu incarner "la France rassemblée": "Il n'y a pas une minorité bruyante et une majorité silencieuse. (...)

     "La droite coalise les craintes, agite les craintes, réveille les fantasmes", "ils sont sans doute prêts à tout, mais nous, nous sommes prêts à gouverner la France".

    François Hollande qui  promet d’être le "président de la justice" se replace dans l’histoire de la gauche française, en appelant à Léon Blum, aux Lumières, à Pierre Mendès-France et François Mitterrand.

      "Rien ne nous arrêtera, rien ne nous empêchera, nous sommes là, nous serons là, au service de notre pays." 

    Marine le  Pen à Hénin-Beaumont : une France  ....blanche .

     La candidate frontiste a notamment promis la proportionnelle aux législatives et un référendum sur la peine de mort et le rétablissement de la double peine.

    François Bayrou à Marseille :" la vérité doit faire volonté "

     le candidat du MoDem a renvoyé Nicolas Sarkozy et François Hollande dos à dos : "Ils mentent sur la situation du pays, ils mentent de concert, ils mentent parce qu’il y a une entente tacite. (...) Ça n’est pas à la dimension des foules qu’on mesure la vérité des discours qu’on y tient."

    Durant 1 heure et demi Franois Bayrou  a tenu un discours alarmiste sur la situation du pays, cristallisant tous les enjeux sur le dimanche 22 avril : "C’est une question de survie pour le modèle que nous avons construit en France." Avec une comparaison avec "les années 30", durant lesquelles "la pensée unique de l’époque pensait que la ligne Maginot pouvait sauver notre pays".

    Nathalie Arthaud au Zénith de Paris : 

      Un discours de près d’une heure et quart pour fustiger la droite et la gauche.

    Et d’appeler à "montrer le rejet du locataire de l’Elysée" tout en critiquant la tranche d’impôt supplémentaire proposé par François Hollande : "Les 75%, ce n'est pas ça qui fera baisser les impôts des travailleurs".

    Elle a également fustigé Jean-Luc Mélenchon qui "a réussi à reprendre la fonction que le Parti communiste a rempli pendant si longtemps : celle de ramasse-voix pour le Parti socialiste".

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu