Avertir le modérateur

rue 89

  • Le singe du management

    Imprimer

    oui j'ai vu le singe !

    je crois que nous avons atteint le fond de l'imbécillité pour ne pas dire de l'abjection !

    Connaissez vous Korda & Partners ?

    Basé à Paris et à Londres, Korda & Partners est un cabinet de conseil en management et de formation qui accompagne des entreprises de classe mondiale.

    Nous pouvons lire sur le site web de ce cabinet  "Notre   vocation est d'aider nos clients à mettre en mouvement de larges effectifs de managers et de collaborateurs, notamment dans le cadre de projets à fort enjeu. Nos équipes contribuent à accroître les compétences, renforcer l'envie d'agir et, souvent, créer ou développer une culture commune."

    la page suivante  que je vous conseille d'examiner est consacrée aux valeurs du cabinet  ; je cite " nos valeurs  : tout pour le client, sens du concret, du sur mesure et  passion du métier.

    Pour en terminer   ce cabinet se présente  comme  un acteur  d'un monde meilleur nous pouvons lire toujours sur le site  "

    "Très modestement mais avec détermination, Korda & Partners contribue à bâtir un monde meilleur, tant par ses missions en entreprise que par différentes initiatives menées à titre bénévole" et de citer  une formation détecter et réagir à la souffrance au travail

    Réalité ou façade  ? Réel projet d'apprendre aux directions d'entreprises un management  respectueux de l'humain ou discours qui cache une autre stratégie ?

    Comme dirait l'inspecteur Bourrel  " oui mais c'est bien sûr"   vous avez deviné la seçonde solution s'impose.

    Korda et partners.jpg

    En cela  nous atteignons le  sordide d'un cabinet    qui pour  faire fructifier son business fait du grand n'importe quoi  dans le concert  et le chaos programmé de la mondialisation  et du capitalisme le plus  offensif qui soit !

    Jugez par vous même .

    En effet ce cabinet vient de distribuer au cours d'une formation  de management à France Télévision  un schéma  appelé "  Processus de conversion ».

    Ce shéma  a été  divulgué par la CFDT   et voici ce qu'écrit  Patrice Christophe, syndicaliste de la CFDT et co-auteur du tract de dénonciation de cette méthode   "Alors que Rémy Pflimlin, annonçait en septembre qu’il allait « étudier et corriger » les effets néfastes de la réorganisation, voilà ce qu’enseigne le cabinet Korda dans ce document de chevet que l’on remet à nos cadres.
    Les révoltes, grèves, recours en justice, dépressions (gestes de désespoirs ?) sont prévus comme des phases normales qu’il faut accompagner, encadrer, jusqu’à la résignation et l’acceptation, précédant la rédemption totale par l’investissement dans le nouveau projet d’entreprise !

    Ce shéma qui  apprend  aux cadres de direction  à faire accepter sans vague  les bouleversements de l'entreprise  est inspiré des travaux d'Elisabeth Kübler-Ross (EKR),  psychiatre américaine, décédée en 2004, qui a  modélisé les phases qui suivent l'annonce du diagnostic d'une maladie terminale.

    Dans « Les Derniers Instants de la vie » (« On Death and Dying »), publié à la fin des années 60, la psychiatre, qui a longtemps travaillé sur la fin de vie et les soins palliatifs, a notamment défini les « cinq phases du deuil » :

    • déni,
    • colère,
    • marchandage,
    • dépression,
    • acceptation.

    Par extrapolation, ce processus a été calqué et transposé à toute forme de perte ou de traumatisme : la mort d'un proche, un divorce, l'emprisonnement, etc. et maintenant il est utilisé par  les cabinets  comme  Korda & Partners qui ont vocation a former les managers de nos entreprises.

    Comme le note l'excellent article de rue 89 " Ce modèle est communément utilisé en cas de réorganisation (licenciement, mutation)."

    Cette méthode avait été employé à France  Télécom avec les  effets  que nous connaissons.

    Rue 89 a rencontré Bruno Diehl  Conseiller en management de l'équipe du PDG de France Télécom jusqu'en 2007 qui  a écrit en mai 2010 un livre montrant comment, à partir de l'an 2000, un management déshumanisé a plombé l'entreprise. Diehl était en relation avec des formateurs qui animaient les stages de management. Il nous décrit des stages efficaces et vivants, concrets, pleins d'exercices pratiques inspirés de la réalité.

    "Par exemple, on proposait aux stagiaires de réduire de moitié les effectifs de leur plate-forme : 25 personnes à faire partir.

    • Sur ces 25 personnes, un homme avait une mère atteinte d'une maladie grave. Il va la voir chaque jour et sa mutation doit l'envoyer à plus de 100 kilomètres.
    • Exercice : « Comment vous y prenez-vous pour le faire partir ? » Après quoi, le formateur donnait la réponse.
    • Il faut, disait-il, faire comprendre avec humanité l'importance de ce choix : soit le collaborateur emmène sa mère avec lui, soit il démissionne pour rester auprès d'elle.
    • « Culpabilisé, le collaborateur prendra lui-même la bonne décision : démissionner. »

    Une autre méthode était également enseignée  par Orange et Orga Consultants, une  société de coaching en management . Elle s'intitule « Les phases du deuil ». Cet outil devait permettre au manager de comprendre l'état psychique du salarié qui subit une mutation forcée dans une ville éloignée ou dans un autre service.

    La « courbe du deuil » définit six étapes :

    1. l'annonce de la mutation,
    2. le refus de comprendre,
    3. la résistance,
    4. la décompression,
    5. la résignation,
    6. l'intégration du salarié.

    comme le note rue 89 "Le manager est averti :

    • en phase 3, la « résistance », l'employé peut se livrer à des actes de sabotage.
    • Puis en phase 4, la « décompression », il va chuter dans le désespoir et la dépression. La légende, sous la courbe, conseille au manager de faire entendre à son employé dépressif que « l'évolution des besoins est à la source du changement ». En français, que sa mutation est inévitable.

    Ce que les dirigeants n'avaient pas prévu, c'est que 58 personnes , au lieu de se laisser accompagner par leur manager jusqu'en phase 6, celle de « l'acceptation du changement », iraient jusqu'au suicide ou à la tentative de suicide..

    Ces cabinets "en soit disant management"   ne sont qu'à la solde  des actionnaires leurs donneurs d'ordre !

    L'humain : ils  s'en fichent comme de leur première chemise !

    Bien plus ils jouent aux apprentis sorciers en manipulant des concepts  qu'ils ne maitrisent pas ! ils jouent avec l'équilibre et la  santé mentale des salariés .

    Peu importe pourvu que leur business tourne et qu'ils aient les poches bien remplies !

    Tout ceci me donne la nausée et j'ai vraiment envie de vomir lorsque je consulte le parcours de dirigeant  du Cabinet  Korda & Partners
    Philippe Korda est diplômé de l’Institut d'Etudes Politiques de Paris (section économique et financière, 1985) et titulaire d’une maîtrise en Droit (Université de Rouen, 1983). Il a également effectué des séjours d’études à l'Académie de Droit International de La Haye ainsi qu’à New York University.

    Après avoir débuté sa carrière dans le groupe Carnaud Metal Box auprès de Jean-Marie Descarpentries, dans des fonctions commerciales puis de contrôle de gestion, il rejoint le métier du conseil en management en 1988.

    Membre du Comité exécutif de la Cegos pendant huit ans, il y dirige un ensemble composé de quatre cents consultants répartis en vingt-cinq pôles d’expertise, et pilote la création et le développement de filiales en Allemagne et au Royaume-Uni.

    En 2003, il fonde le cabinet Korda and Partners, basé à Paris et à Londres, qui aide de grandes entreprises dans le déploiement de leur stratégie.

    Auteur de nombreux ouvrages de stratégie et de management, il intervient comme conférencier en Europe, aux États-Unis et en Asie en entreprise, à l'occasion d'événements du monde des affaires ainsi que dans des écoles comme HEC et Sciences Po.

    Philippe Korda  sait tellement jouer du pipeau  qu'il a crée le groupe Have you seen the Monkey  ?

    OUI MOI JE LE VOIS ET IL N'EST PAS SUR LA SCENE  !!

     


  • gare au gori i...ille....

    Imprimer

    29290a-tapie_empoche_definitivement_les_millions.jpgcomme dans la chanson de Brassens "Gare au gorille."    " gare à Tapie " il revient plus blanc que blanc.

    L'affaire Adidas et son conflit contre le Crédit Lyonnais avaient fait sombrer l'empire  Tapie.

    contre toute attente il s'était réconverti en faisant du théatre.( n'en faisait-il pas avant!)

    Maintenant qu'il est sorti d'affaire et surtout victorieux : selon La Tribune, il disposerait de 85 à 150 millions d'euros de liquidités, Monsieur Tapie songe à revenir dans les affaires.

    Le Point consacre sa couverture à Tapie et publie une interview de l'acteur-homme d'affaires :

    « Je reste un entrepreneur. Depuis l'arbitrage, c'est fou le nombre de gens qui veulent faire des affaires avec moi alors qu'ils me jugeaient infréquentable ! (…)

    « Avec mon fils Laurent et plusieurs fonds d'investissement, je vais prendre des participations dans des entreprises pour aider leurs dirigeants à les développer. Trois ou quatre sociétés de très haut niveau sont dans la cible. Mon fils prendra les commandes - il a toutes mes qualités, mais aucun de mes défauts ; c'est dire s'il est bon ! Et moi, je donnerai des conseils. »


    bernard_tapie_credit_lyonnais_contribuable.jpgle Journal du Dimanche assure que Tapie s'intéresse au Club Med.

    Tapie se montre plus précis sur RTL. Même si le Club Med « fait partie des 30 ou 35 entreprises qui m'ont été suggérées par des gens qui recherchent pour moi des dossiers intéressants ».

    Dans Nice Matin, Tapie se dit intéressé par les clubs de Nice ou Cannes.

    « Il n'est plus question, jamais, d'être président d'un club pro. Mais filer un coup de main, dans un club comme l'AS Cannes ou l'OGCNice, ça oui, ça me tenterait (…). Mais comme en tout, c'est l'occasion qui fait le larron et pour le moment l'occasion ne s'est pas présentée. »

    dans Le Point, Tapie confie qu'il va lancer un site « qui livrera à tout le monde les tuyaux dont seuls les initiés disposent pour vivre mieux et payer moins cher ».

    Monsieur TAPIE  avez vous vraiment changé comme vous l'affirmez ?

    « Je voudrais revisiter mon parcours et essayer d'en finir avec mon image de “gagneur” des années 80, cette caricature d'arriviste sans foi ni loi obsédé par le fric qu'on m'a collée sur le dos et dont je n'ai jamais pu me défaire.

    chasses le naturel il revient au galop

    Il vaut mieux en rire  je vous livre une vidéo de Stéphane Guillon

  • l'habit ou le sourire ne fait pas le Député

    Imprimer

    bandeau_meslot-975x249.jpg

     

     

     

     

     

     

     

    iL semble jovial non?

    oui mais .....

    En mars 2007 face à un policier venu dans sa permanence apporter une convocation du parquet concernant un autre élu. M. Meslot élu du Territoire de Belfort aurait déclaré : "ce gaucho de m... de procureur nous fait c...".

    il vient d'être condamné ce vendredi 20 février, à 700 euros d'amende avec sursis et à un euro de dommage et intérêt pour avoir traité un procureur de "gaucho de merde". Le procureur du tribunal de Montbéliard avait requis contre le député 3 000 euros d'amende.

    Damien Meslot a décidé de faire appel, dénonçant une sanction relevant de "l'esprit de corps".

    trop facile Monsieur Meslot mais nous attendons de nos élus plus de modération , de retenue et du respect dans les institutions de la république

    pour vous faire sourire je vous informe que notre député à la langue si agile est co-signataire d'une proposition de loi visant à prévenir les abus de l'aide juridictionnelle

    projet que j'ai dénoncé dans une note  et un article publié à Agoravox

    il est bien évident que notre député n'aura pas besoin de cette aide pour faire appel du jugement

    voir le projet de loi



    definition de l'outrage
    Article 433-5

    Constituent un outrage puni de 7500 euros d'amende les paroles, gestes ou menaces, les écrits ou images de toute nature non rendus publics ou l'envoi d'objets quelconques adressés à une personne chargée d'une mission de service public, dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice de sa mission, et de nature à porter atteinte à sa dignité ou au respect dû à la fonction dont elle est investie.Lorsqu'il est adressé à une personne dépositaire de l'autorité publique, l'outrage est puni de six mois d'emprisonnement et de 7500 euros d'amende.

    Lorsqu'il est adressé à une personne chargée d'une mission de service public et que les faits ont été commis à l'intérieur d'un établissement scolaire ou éducatif, ou, à l'occasion des entrées ou sorties des élèves, aux abords d'un tel établissement, l'outrage est puni de six mois d'emprisonnement et de 7500 euros d'amende.

    Lorsqu'il est commis en réunion, l'outrage prévu au premier alinéa est puni de six mois d'emprisonnement et de 7500 euros d'amende, et l'outrage prévu au deuxième alinéa est puni d'un an d'emprisonnement et de 15000 euros d'amende.

     

    je mets en lien

    le statut du député / l' immunité parlementaire

    un  article de rue 89 cliquez ici

     



Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu