Avertir le modérateur

renault

  • Journée de mobilisation contre un accord qui solde les salariés....

    Imprimer

     

    marché du travail,renault,salaires,cgt,cfdt,fo force ouvrière,fsu,flexibilité,bernard thibault,droit du travail,solidaires,négociation syndicats-patronat,sécurisation de l'emploi Après un mois de silence je reviens  sur la toile pour  me faire l'écho et le relai de la contestation qui ne cesse de grandir à l'encontre de  L'Accord national interprofessionnel conclu entre les partenaires sociaux le 11 janvier 2013 .

    Cet accord, que je dénonçai dans mon dernier billet  , va bouleverser le monde du travail et la vie des salariés…

    C'est également l'avis  de  La Fondation Copernic et Attac qui ont décidé d’appeler tous les acteurs du mouvement social et syndical, ainsi que des partis de la gauche et de l’écologie politique à organiser la mobilisation nécessaire pour s’opposer à cet accord.

     

    Journée de mobilisation  contre l'accord

    Programme des 170 manifestations de ce mardi 5.03.2013

    l'appel et la pétition  du collectif unitaire "Un ANI qui nous veut du mal" initié par Attac et la Fondation Copernic, qui a déjà rassemblé plus de 16 000 signatures 

    Fondation Copernic

     

    Selon la Fondation :


    Les « nouveaux droits » qui figurent dans l’accord sont, en effet, de portée très limitée, tandis que des revendications patronales de grande portée sont satisfaites.

    Quels sont donc ces nouveaux « droits » ?

    La fameuse majoration de cotisation (incorrectement nommée « taxation ») des contrats à durée déterminée (CDD) courts est limitée : + 0,5 à + 3 points en fonction des types ou des durées de contrat, de moins d’un mois à trois mois. Elle peut aisément être contournée : en allongeant la durée des contrats les plus courts au-delà des seuils de majoration ; en recourant au CDD plus fréquemment pour le remplacement d’un salarié absent (pas de majoration) que pour un accroissement temporaire d’activité (majoration) ou en remplaçant les CDD par des contrats d’intérim, qui peuvent être conclus pour les mêmes motifs que les CDD et qui ne feront pas l’objet de majoration. Difficile de croire, par conséquent, à l’efficacité de cette mesure. Le coût de ce dispositif est estimé à 110 millions d’euros pour le patronat, mais il obtient en compensation une réduction de cotisations sociales de 155 millions d’euros pour les embauches en CDI de jeunes de moins de 26 ans.

    On pourrait faire la même démonstration sur la quasi-totalité des conquêtes de papier de l’accord.

    Les droits rechargeables pour les chômeurs ? La discussion concrète se fera avec la renégociation de la convention UNEDIC, sans « aggraver le déséquilibre financier du régime d’assurance chômage ». Traduction : ce qui sera donné à certains chômeurs sera enlevé à d’autres. La couverture santé complémentaire généralisée ? Elle est renvoyée à la négociation de branche, et en cas d’échec, ce n’est qu’en 2016 que toutes les entreprises seraient tenues d’assurer la couverture d’un « panier de soins » limité, le tout financé à moitié par les salarié-e-s.

    Le patronat, quant à lui, peut se féliciter de l’accord. Il gagne à la fois une plus grande flexibilité et une plus grande sécurité juridique.

    Tout d’abord la conclusion d’« accords de compétitivité-emploi » souhaités par Sarkozy, qualifiés d’« accords de maintien dans l’emploi », est rendue possible. Un accord pourra, ainsi, prévoir une baisse de salaire en échange du maintien de l’emploi. Le salarié qui refusera sera licencié pour motif économique. La « cause réelle et sérieuse » sera en fait l’accord lui-même et l’employeur sera exonéré de l’ensemble des obligations légales et conventionnelles attachées au licenciement économique.

    De fait, le contrat de travail ne pourra plus résister à l’accord collectif, même si ce dernier est moins favorable au salarié. L’inversion de la hiérarchie des normes et la destruction du principe de faveur se poursuivent. Il devient également possible de déroger par accord d’entreprise aux procédures de licenciement économique collectif. L’employeur aura d’ailleurs le choix de rechercher l’accord avec les syndicats ou de soumettre directement ses souhaits en matière de procédure et de contenu du plan social à l’homologation de l’administration.

    Les délais de contestation sont drastiquement raccourcis : 3 mois pour contester l’accord ou l’homologation (12 mois actuellement), 12 mois pour un-e salarié-e contestant son licenciement (5 ans actuellement). Tout est fait pour éviter que le juge judiciaire s’en mêle, pour « sécuriser les relations de travail », comme le dit le MEDEF. Cerise sur le gâteau, l’article 26 limite l’accès au juge prud’homal : instauration d’un délai de 2 ans maximum pour une réclamation portant sur l’exécution ou la rupture du contrat de travail (sauf discrimination) et de 3 ans pour une demande de salaire en cours d’exécution du contrat (contre 5 ans actuellement).

    Enfin, les prérogatives des comités d’entreprises sont réduites par diverses dispositions et un délai de trois mois supplémentaire est accordé aux employeurs pour organiser l’élection des délégués du personnel et des membres du comité d’entreprise une fois atteint l’effectif déclenchant l’obligation, ainsi qu’un délai d’un an pour respecter la totalité des obligations liées au dépassement des seuils d’effectif de 11 et de 50 salarié-e-s : un comble !

    Cet accord ne fera pas reculer la précarité, ni le chômage, ne créera pas d’emploi, mais fera régresser un peu plus les droits des salarié-e-s, à commencer par les plus précaires d’entre eux, les femmes en particulier. Il a été signé par trois organisations syndicales n’ayant rassemblé aux dernières élections prud’homales que 38,7% des voix (et 28,11 % au récent référendum de représentativité organisé dans les TPE-PME). Si les règles de validité permettent actuellement de considérer cet accord comme « majoritaire », il apparaît éminemment problématique qu’il puisse être repris dans la loi, alors même qu’il n’est signé que par des organisations ne représentant qu’une minorité de syndicats et de salarié-e-s. La majorité de gauche au Parlement n’a pas été élue pour mener une politique d’inspiration aussi nettement libérale.

    La Fondation Copernic et Attac ont décidé, par conséquent, d’appeler tous les acteurs du mouvement social et syndical, ainsi que des partis de la gauche et de l’écologie politique à organiser la mobilisation nécessaire pour s’opposer à cet accord.   

    Le syndicat Force ouvrière a décrypté sous la forme d'un clip, les dessous de l'accord de "sécurisation de l'emploi" signé le 11 janvier dernier par la CFDT, la CFTC et la CFC-CGC mais refusé par la CGT et FO. 

     

  • Le feuilleton de l'année 2010

    Imprimer

    La politique est devenue un show pitoyable où chacun joue sa partition au gré de ses ambitions ! C'est un gigantesque jeu de poker menteur où les engagements s'envolent  et seule compte l'impression médiatique du moment !

    Politique un peu Guignol et Guignol un peu politique !

    Pour nous mettre en bouche voici la première partie  d'un petit florilège des " guignoleries " de l'année 2010.

    L'année 2010 à l'instar de 2008 et 2009 est un millésime corsé et amer !

    l'année 2009 s 'était terminée en beauté avec Le clip des Jeunes de l'UMP, conçu sous la forme d'un Lipdub dynamique et novateur, qui  devait être la vitrine du Mouvement pour l’année 2010.

    En fait de vitrine ce clip ne fut qu'une parodie grotesque à l'image des affaires, scandales   qui ont jalonné cette année 2010.


    LipDub Jeunes UMP 2010 - Officiel
    envoyé par Jeunes-Populaires. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

     

    Panorama du premier trimestre de l'année 2010

    Début d'année "prometteuse" avec   la confirmation de la fiscalisation des indemnités  versées en cas d'accident du travail.

    Le Conseil constitutionnel a validé la fiscalisation des indemnités journalières versées pour les accidents du travail, prévue dans le projet de loi de Finances pour 2010 (article 85).
    Le Conseil a notamment estimé que le parlement "n'avait pas créé une différence de traitement injustifiée entre les bénéficiaires d'indemnités journalières d'accident du travail et les autres personnes qui perçoivent des indemnités journalières parce qu'elles se trouvent dans l'incapacité de travailler en raison de leur état physique". Il relève également que "ces dispositions ne portent pas atteinte au droit à réparation des personnes victimes d'accident du travail".

    Le produit de cette fiscalisation qui s'applique aux indemnités journalières touchées en 2010 (et donc imposées en 2011) a été évalué à 135 millions d'euros par Eric Woerth.

    Superman à EDF

    henri-proglio-350x500.jpgLa nomination d' Henri Proglio à la tête d'EDF créa une large polémique. En effet Henri Proglio  avait exigé de conserver la présidence non exécutive de Veolia tout en devenant patron d'EDF.

    Ce cumul avait soulevé des protestations de l'opposition et des syndicats, qui critiquaient la double casquette et la double rémunération du dirigeant d'une entreprise publique. Henri Proglio pouvait en effet espérer ajouter à ses 1,6 million d'euros de rémunération annuelle chez EDF, 450 000 euros pour la présidence de Veolia. Face à la polémique, Nicolas Sarkozy avait finalement obtenu qu'il renonce à sa rémunération de président de Veolia. Sa démission de la présidence de Veolia avait également été annoncée pour la fin de l'année. ( ce qui a été fait  semble t-il à mi décembre )

    L' affaire des sondages de l'Elysée tombée dans les oubliettes sauf pour .....

    En 2008, l'Elysée a versé 1,5 million d'euros au cabinet d'études Publifact, alors dirigé par Patrick Buisson, ex-directeur du quotidien d'extrême droite Minute, patron de la chaîne Histoire et conseiller de Nicolas Sarkozy. Une somme dont la Cour des comptes avait souligné le caractère exorbitant dans son rapport sur le budget de la présidence.

    L'association Anticor -parrainée par le juge Eric Halphen- a porté plainte contre X le 11 février 2010 à Paris pour «délit de favoritisme», un délit passible de deux ans d'emprisonnement et 30 000 euros d'amende.

    Fin octobre 2010, le parquet de Paris a finalement classé sans suite cette plainte au motif que l'irresponsabilité pénale dont jouit le chef de l'Etat «doit s'étendre aux actes effectués au nom de la présidence de la République par ses collaborateurs.

    En revanche la plainte en diffamation déposée par Patrick Buisson contre Alain Garrigou professeur de science politique à l’Université Paris-Ouest, spécialiste des sondages n' a pas été enterrée . On attend le délibéré début 2011 !


    1165100200.jpgUn ennemi nommée délocalisation

    Après la tempête provoquée par l'annonce de la délocalisation de la fabrication de la clio 4 en Turquie et la surenchère du gouvernement pour rassurer le bon peuple du maintien de sa fabrication à l'usine de Flins, Carlos Ghosn PDG de Renault avait été reçu par Nicolas Sarkozy.

    Christian Estrosi devait également affirmer « La Renault sera produite en France pour être vendue en France » et il il convoquait dans la foulée le mercredi 13 janvier le directeur général de Renault , Patrick Pélata, , pour lui tirer les oreilles.

    L'affaire a même été débattue en séance de questions/réponses à l'assemblée nationale.

    En novembre on apprend que L'usine Renault de Sandouville, près du Havre, va être affectée par 70 jours de chômage partiel sur la chaîne de l'Espace et 61 sur celle de la Laguna en 2011, en raison de la mévente de ces véhicules, a affirmé  la CGT.

    "On nous parle de mévente mais celle-ci a bon dos parce que Renault a préféré faire fabriquer son haut de gamme Latitude en Corée plutôt qu'à Sandouville", souligne la CGT

    Rien ne change  sous le soleil de France ....

     

    Opération " tranquillité séniors"

    Un meurtre d'un couple de septuagénaires à Pont-Saint-Maxence (Oise) et c'est la course à l'échalotte législative !!!! .Brice Hortefeux s'agite en tous sens pour rassurer nos chères têtes grises ou blanches ( il faut bien bichonner un électorat potentiel...) en proposant une opération tranquillité séniors . Pendant ce temps Michèle Alliot Marie fait la grimace.

    En effet Le ministre de l’Intérieur a indiqué que trois mesures   seraient prises pour les protéger:

    une surveillance accrue des retraités isolés ou inquiets, le signalement auprès des services enquêteurs de la libération et des coordonnées des délinquants agresseurs de personnes âgées

    L' aggravation  des sanctions pénales encourues par les auteurs d’infractions commises à leur encontre. ( mesure jugée absurde   par les  avocats et qui met en boule les magistrats : "On réinvente des choses déjà existantes dans le Code pénal pour plaire à une partie de l'électorat", s'agace Christophe Régnard, président de l'Union syndicale des magistrats(USM), majoritaire. )

    Suite aux déclarations de Brice Hortefeux la garde des Sceaux à rappeler que les propositions en matière pénale sont faites par elle ou les parlementaires.....

    Le traitement scandaleux des chômeurs en fin de droit

    Depuis fin 2009 tous les acteurs sociaux savaient que plus de 600 000 chômeurs n'auraient plus aucun revenu en 2010...

    il aura fallu plus de 6 mois pour que quelque chose soit fait . En effet Le décret instituant des mesures de soutien exceptionnelles pour certains chômeurs en fin de droits, après un long bras de fer depuis 2009 entre le gouvernement et les partenaires sociaux, est paru mardi 1er juin au Journal Officiel.  ( plan rebond  )

    Surcharge de travail à Pôle Emploi , grêves,  vacances d'été etc ....tout a retardé le traitement des dossiers et aujourd'hui seulement 128 000 chômeurs en fin de droit ont obtenu un sursis exceptionnel en touchant  456 euros/mois pendant au maximum 6 mois.....

    437863679.jpgLa loi Dalo  prend l'eau et les détecteurs de fumée font des étincelles ....

    Chaque année c'est la même histoire après la fin de la trêve hivernale les expulsions recommencent.

    La loi Dalo n'a apporté aucune solution réelle au problème du mal logement c'est à dire aucune solution aux 3 513 190 personnes souffrant d'une problématique forte de mal logement !

    voir mon article sur le sujet ici

    Et comme un pied de nez à la misère  nos parlementaires ont publié une loi d'une grande efficacité  pour tous les logements insalubres et de fortune  ( lieux dans lesquels on déplore chaque année des dizaines de morts  et blessés ) la loi n° 2010-238 du 9 mars 2010 visant à rendre obligatoire l’installation de détecteurs de fumée dans tous les lieux d’habitation.

    L’occupant d’un logement, qu’il soit locataire ou propriétaire, devra y installer au moins un détecteur de fumée.

    L’occupant du logement devra ensuite veiller à l’entretien et au bon fonctionnement de ce dispositif afin de prévenir le risque d’incendie

    belle innovation en effet  pour tous les logements indignes et insalubres .. compte tenu du nombre de plus en plus important de personnes vivant dans des habitats de fortune et des caravanes  faudra t-il installer dans ces lieux  des détecteurs de fumée  ?

    Il aurait fallu prendre le problème à sa source dans le cadre des logements insalubres existants.

    Il aurait fallu s'attaquer aux marchands de sommeil qui ne font aucune mise en conformité tant dans ces logements que dans les espaces communs.

    Timides avancées sociales

    Inaptitude du salarié

    Lorsqu'un salarié est déclaré inapte à son poste de travail, l'employeur dispose d'un délai d'un mois pour le reclasser ou s'il n'y a pas d'autre solution, pour le licencier.

    Au terme de ce délai, l'employeur doit reprendre le versement du salaire (c. trav. art. L. 1226-4 et L. 1226-11).

    Sauf dispositions conventionnelles plus favorables , Le salarié reste ainsi sans rémunération pendant ce délai .

    Il ne peut pas percevoir au titre de ce délai d'attente des indemnités journalières de son régime d'assurance maladie.

    La loi de financement de la sécurité sociale pour 2009 a mis fin à cette situation en cas d'inaptitude consécutive à un accident du travail ou à une maladie professionnelle.

    En effet selon la loi 2008-1330 du 17 décembre 2008, art. 100-I, JO du 18 le salarié a droit pendant ce délai aux indemnités journalières .

    Un décret du 9 mars 2010 en précise les modalités d'application. ces dispositions sont applicables aux victimes déclarées inaptes, à compter du 1er juillet 2010.

     

    Parution de la loi "allocation fin de vie"

    La loi (n°2010-209) du 2 mars 2010 créant une allocation journalière d'accompagnement d'une personne en fin de vie, a été publiée au journal officiel.

    Ce texte complète, sur recommandation du Comité national de suivi des soins palliatifs et de l'accompagnement de la fin de vie en octobre 2007, la loi du 9 juin 1999 visant à garantir le droit d'accès aux soins palliatifs, qui a créé le congé d'accompagnement d'une personne en fin de vie, aujourd'hui dénommé congé de solidarité familiale.

    Mes articles sur le sujet

    la suite  du feuilleton dans un prochain billet   avec un menu chargé  réforme des retraites, identité nationale, dispositions sur le port du voile intégrale etc....

    Dispositions diverses prises au cours du premier trimestre :

    • recouvrement des cotisations chômage par les Urssaf  essai et généralisation en 2011
    • cumul emploi retraite sans restriction ,  impossibilité de mettre d'office à la retraite entre 60 et 64 ans, indemnité de départ à la retraite versée hors PSE imposable à partir du premier euro
    • précisions sur les  contrats de professionnalisation décret  2010-60 du 18.01.2010. JO 19.01.2010
    • période d'immersion pour les CAE décret  2010-94 du 22.01.2010. JO 26.01.2010
    • certificat  de travail new look:  mention des droits au DIF  décret 2010-64 du 18.01.2010
    • création du service civique loi  2010-241 du 10.03.2010.
  • La clio 4 va bientôt jouer les seçonds rôles

    Imprimer

    Après avoir joué la star la clio 4 risque de jouer les seçonds rôles !

    pdg-de-renault-nissan-carlos-ghosn-l-893.jpegAprès la tempête provoquée par l'annonce de la délocalisation de la fabrication de la clio 4 en Turquie et la surenchère du gouvernement  pour rassurer le bon peuple   du maintien de sa fabrication à l'usine de Flins, Carlos Ghosn PDG de Renault a été reçu comme prévu samedi par Nicolas Sarkozy.

    Selon le  communiqué de l'Elysée tout rentre dans l'ordre  car le PDG de Renault  a je cite " indiqué au chef de l’État que Renault maintiendra l’emploi et l’activité du site et y continuera la production de véhicules à combustion tout en développant la production de véhicules électriques. Elle poursuivra donc sur le site de Flins la production des modèles actuels de Renault Clio et y implantera une partie de la production de la Clio 4."

    Si vous lisez attentivement le communiqué  il n'y a aucun engagement précis concernant le volume de production de la clio 4 sur le site de Flins. Carlos Ghosn a précisé, dans le Journal du Dimanche, que "parler aujourd'hui de volume de production n'est pas très réaliste".

    La Clio  continuera comme aujourd'hui à être  construite en France et en Turquie, ( pour la Clio actuelle, 125 000 véhicules sont produits  à Flins, contre 175 000 en Turquie ). Rien n'empêche que ce ratio soit différent, et qui plus est  en faveur de la Turquie.

     

    Que pouvons nous conclure de cette affaire ?

    Les  actes de la pièce :

    • Nous apprenions  par Le figaro un projet du groupe Renault de  délocalisation de la production de la clio 4 au profit de la Turquie et au détriment de l'usine de Flins. cette information  était relayée par de nombreux journaux.
    • Selon  les informations données.  "l’usine de Flins deviendrait spécialisée dans les voitures électriques, commercialisées à partir de 2011. Un marché sur lequel Carlos Ghosn souhaite placer Renault en première place, au niveau mondial. Toutefois, dans le cas où la production de cette gamme ne remplirait pas les chaînes de Flins, une petite partie de la production de la Clio IV pourrait y être assemblée, temporairement"
    • Ce projet n'avait fait l'objet d'aucune annonce officielle du groupe et aucun chiffre concernant la production de la clio  4 devant rester en France n'avait été donné.
    • Branle-bas de combat   dans les ministères   qui ont multiplié les déclarations :

    - Eric Woerth. le mercredi 13 janvier sur  LCI "La délocalisation de la production de la Clio IV en Turquie ne serait pas "acceptable"

    "Ce qui est tout à fait anormal, c'est de penser qu'un constructeur français exporte les usines pour aller réimporter en France les voitures, ça, ce n'est pas acceptable",

    "On ne peut pas avoir des Français qui achètent des voitures et en même temps qui perdent des emplois, surtout quand ce sont des voitures françaises. Donc il faut réfléchir à un modèle économique qui permette aux usines de rester en France", a-t-il ajouté.

    - Laurent Wauquiez, chargé de l’Emploi, est allé dans le même sens .

    - Christian Estrosi : « La Renault sera produite en France pour être vendue en France »

    carlos-ghosnn-le-pdg-de-renault-a-francfort.jpgil convoquait dans la foulée  le directeur général de Renault , Patrick Pélata, qu'il a reçu  le mercredi 13 janvier  à Bercy, pour lui tirer les oreilles.

    En séance de question réponses à l'assemblée nationale mercredi en après midi  il a confirmé  que sa mission de père fouettard a bien été accomplie et  que la direction de Renault devait donner en fin de semaine  à Nicolas Sarkozy  en personne les axes stratégiques concernant la production de la clio IV.

    • Finalement le Pdg du groupe  a été  reçu par Nicolas Sarkozy en personne Samedi  dernier .
    • Que  dit le PDG à l'issue de la réunion ?  rien de plus que nous ne savions déjà "J'ai confirmé au Président de la République que nous produirons la Clio 4 à Flins, dans un cadre général de double sourcing avec Bursa en Turquie.
    Comme le note le journaliste de Marianne, Hervé Nathan, Nicolas Sarkozy "n'a pas demandé, ni obtenu, un engagement pour le lancement du modèle en France, qui aurait représenté la meilleure assurance quant aux emplois".

    Conclusion de ce petit vaudeville

    • Comme tous les groupes  Renault ne fait pas exception il optimise  sa  production en fonction des coûts, notamment en faisant fabriquer dans des pays à bas coûts  les petites voitures "bon marché".
    • La France perd ainsi les industries  qui se sont spécialisées dans des secteurs moins haut de gamme et moins innovants car ils subissent  plus fortement la concurrence .
    • La perte des emplois liée à ce phénomène n'est pas une nouveauté la crise économique ayant  cependant accéléré   le mouvement.
    • Pour limiter les effets de la crise et l'envolée du chômage le gouvernement a choisi  de soutenir massivement les entreprises.
    • Dans le même temps le gouvernement demande  aux Français de  faire des efforts : c'est l'heure des économies sur tous les fronts.
    Qu'un groupe comme Renault  dont l'état est actionnaire annonce qu'une nouvelle gamme de la clio va être produite en Turquie  ( alors que c'est déjà le cas pour  les autres modèles de la clio ) fait l'effet d'un coup de tonnerre ! Pourquoi ?

    c'est la preuve si besoin était que les milliards dépensés pour soutenir les entreprises  dont le groupe Renault n'empèchent pas  les délocalisations de production.
    c'est la preuve que l'état reste  pratiquement impuissant face aux décisions des grands groupes  et de la finance internationale.

    Alors pour donner le change on déclare, on proteste, on affirme, on convoque   puis on fait des déclarations d'auto satisfaction qui n'ont pour seul but que de faire croire que l'état est le chien de garde des emplois.

    Les régionales approchent , les présidentielles aussi  alors il faut bien aboyer....

    clio.jpg

    NB :Les syndicats de Renault ont  exprimé leur scepticisme. "C'est une annonce qui n'apporte rien, a déclaré le responsable de la CFDT à Renault, Fred Dijoux. Je suis presque persuadé que dans deux-trois ans, la totalité de la Clio 4 sera montée à Bursa sans que l'emploi ne soit garanti à Flins. C'est un marché de dupes". Ce lundi, La Tribune rappelle d'ailleurs dans son édition papier que Renault est l'un des constructeurs automobiles qui délocalise le plus : une voiture sur quatre est produite en France, contre une sur deux pour PSA. En Allemagne Volkswagen est à une sur trois.

  • La Clio IV joue à la star et le gouvernement au père fouettard

    Imprimer

    Production de la Clio en Turquie ou lorsque  le gouvernement  joue faussement au père fouettard pour rassurer le bon peuple

    Renault_Clio_IV_illustration.jpgLe 2 septembre 2008, Laurent Wauquiez avait déclaré sur RTL : " Il est hors de question de laisser des grands groupes comme Renault, qui ont des moyens, détruire des emplois dans des territoires français sur lesquels on a du mal à recréer des emplois et, en plus de ça, aller les transférer dans des pays comme la Roumanie, la Turquie ou la Chine",

    . " Il faut faire payer leurs responsabilités aux grands groupes, qui doivent assumer, et ne pas chercher à s'enfermer dans une logique défensive comme on l'a trop souvent fait dans les années 1980 pour aller chercher les emplois de demain" ... / ... " Source Le Parisien

    Il y a quelques jours   nous apprenions du Figaro  que : La Nouvelle Clio IV serait frabriqué en Turquie : "... /  La Renault Clio devrait encore évoluer avec la Clio IV. Un nouveau modèle qui, d’après une information publiée par la Tribune ce vendredi, serait fabriqué en Turquie, sur le site de Bursa. Cette délocalisation se ferait alors au détriment du site de Flins dans les Yvelines qui, au premier semestre 2009, avait fabriqué 64.700 Clio III .. / ... "

    christian-estrosi-bercy-01-2010-01.jpgQue restera t-il  à l'usine de Flins ?
    .. / ... Dans la nouvelle organisation du groupe, l’usine de Flins deviendrait spécialisée dans les voitures électriques, commercialisées à partir de 2011. Un marché sur lequel Carlos Ghosn souhaite placer Renault en première place, au niveau mondial. Toutefois, dans le cas où la production de cette gamme ne remplirait pas les chaînes de Flins, une petite partie de la production de la Clio IV pourrait y être assemblée, temporairement. Pour le constructeur, ce système de délocalisation avait déjà eu lieu avec la Twingo. La fabrication de cette dernière avait été transférée de Flins vers la Slovénie à l’occasion du changement de génération ... / ... "

     

    La délocalisation de la production de la Clio IV en Turquie ne serait pas "acceptable" a déclaré  mercredi 13 janvier sur  LCI le ministre du Budget Eric Woerth.

    "Ce qui est tout à fait anormal, c'est de penser qu'un constructeur français exporte les usines pour aller réimporter en France les voitures, ça, ce n'est pas acceptable",

    "On ne peut pas avoir des Français qui achètent des voitures et en même temps qui perdent des emplois, surtout quand ce sont des voitures françaises. Donc il faut réfléchir à un modèle économique qui permette aux usines de rester en France", a-t-il ajouté.

    "La suppression de la taxe professionnelle est un élément majeur. C'est 200 ou 300 euros par voiture qu'on supprime et c'est de l'emploi que l'on garde en France", a-t-il fait valoir.

    patrick-pelata-bercy-2010-01.jpgLe ministre de l’Industrie Christian Estrosi  a indiqué que   l’Etat ne laissera pas la Clio 4 être produite en Turquie à partir de 2013. « La Renault sera produite en France pour être vendue en France », a-t-il assuré .

    Laurent Wauquiez, chargé de l’Emploi, est allé dans le même sens .

    Christian Estrosi a convoqué le directeur général de Renault , Patrick Pélata, qu'il a reçu  ce mercredi 13 janvier  à Bercy, pour lui tirer les oreilles.

    En séance de question réponses à l'assemblée nationale mercredi en après midi  il a confirmé  que sa mission de père fouettard a bien été accomplie et  que la direction de Renault devait donner en fin de semaine  à Nicolas Sarkozy  en personne les axes stratégiques concernant la production de la clio IV.

    voici l'intégralité de son intervention en séance:

    En ce qui concerne la délocalisation envisagée de la Clio 4, à la demande du Président de la République et du Premier ministre, j’ai reçu le directeur général de Renault, aujourd’hui à midi. Je lui ai rappelé que nous avions apporté 3  milliards d’euros de soutien à chacun de nos deux grands groupes industriels et que, grâce à la prime à la casse, qui a coûté 600 millions d’euros, 2,7 millions véhicules ont été vendus dans notre pays en 2009, chiffre record depuis 1990, qui marque une hausse de 10 % par rapport à 2008. Dès lors, je lui ai signifié très clairement qu’en contrepartie, nous attendions de la part de nos constructeurs des efforts significatifs.

    Renault produit 25 % de ses voitures en France. Alors que l’État est actionnaire à 15 % du groupe, il n’est pas acceptable que nous apprenions qu’un nouveau modèle serait produit en Turquie, sans s’inscrire dans la stratégie industrielle voulue par le Gouvernement.

    Voilà ce que j’ai dit à M. Pélata ce matin. Il a pris des engagements importants qu’il fera connaître au Président de la République d’ici à la fin de la semaine. (Applaudissements sur les bancs des groupes UMP et NC.)


    Les interventions du gouvernement ne sont- elles que manifestations théatrales pour rassurer le bon peuple ?

    On peut  légitimement le penser . Pour quelles raisons ?

    Depuis plus de dix ans, la Clio est  fabriquée en Espagne, en Slovénie et en Turquie, largement plus qu’en France

    Ainsi, en 2009, ce modèle a été fabriqué à 179 500 exemplaires en Turquie, contre 125 400 à Flins et 25 450 en Espagne. Au chiffre de production de Flins, il faut ajouter 14 600 Clio II, l'ancien modèle qui a été rapatrié de Slovénie vers la France en 2009.

    Partant de ce constat, M. Pelata a annoncé que le constructeur était en train d'étudier une nouvelle ventilation de cette répartition en fonction de la montée en puissance de la production de la Zoé, une voiture électrique qui sera lancée en septembre 2011. Quelle sera le volume de production de ce modèle ? Aujourd'hui personne n'est capable de le dire. D'où les conjectures actuelles.

    "Dans tous les cas, il y aura des Clio produites à Flins", a affirmé M. Pelata, qui souligne que l'avenir du site de Flins (3 300 salariés), avec plus ou moins de Clio, est de toute façon pérennisé grâce au véhicule électrique.

    Pour certains experts il s'agit d'un pari hasardeux sur le succès de la voiture électrique qui deviendrait dramatique pour l'avenir de Flins en cas d'échec......

    Le groupe Renault ne fait pas exception car depuis de nombreuses années il délocalise  sa production à l'étranger .

    il optimise ainsi sa  production en fonction des coûts. notamment en faisant fabriquer dans des pays à bas coûts  les petites voitures "bon marché."

    La France perd ses usines à la différence  des Allemands, suédois ou  Néerlandais qui restent plus compétitifs avec des salaires aussi élevés car la France, comme dans l’automobile, s’est spécialisée dans des secteurs moins haut de gamme et moins innovants.

    Elle subit de ce fait plus fortement la concurrence .

    Remettre en cause cette stratégie dans le contexte économique que nous connaissons reviendrait à pénaliser lourdement Renault face à ses concurrents !

    La question reste donc complexe car  notre économie est tellement dépendante de la concurrence internationale qu'il ne suffit pas d'exiger que la clio reste  produite à Flins pour sauver les emplois  de Renault....

    Le gouvernement le sait et  connaît également les limites de son pouvoir en la matière.

    Mais pour passer le cap des régionales, et ensuite des élections de 2012 il faut rassurer ....quitte à  tomber dans le populisme le plus grossier .

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu