Avertir le modérateur

récession

  • Vous avez dit récession comme c'est bizarre !!!!

    Imprimer

    La mondialisation procure une abondance  de biens et de richesses, qui ne bénéficie qu’à un tiers de la population mondiale.

    Ces richesses ne circulent que du Nord vers le Nord, ou du Sud vers le Nord.

    Le  nombre de personnes en état de misère absolue augmente chaque année, alors que les plus grandes fortunes  s’enrichissent .

    Quelques chiffres.

    En 2007,  500  multinationales  contrôlaient 54% du produit mondial brut.

    En 2009, le revenu des 500 individus les plus riches  dépasse les revenus cumulés des 416 millions de personnes les plus pauvres.  4 milliards d’individus vivaient  avec moins de 2$ par jour. 

    Selon Jean Ziegler, un enfant de moins de 10 ans meurt de faim toutes les 5 secondes sur une planète qui peut nourrir 12 milliards d’êtres humains.

    Les élites des pays occidentaux multiplient les délocalisations dans des "zones spéciales de production" (régions à bas salaires), ainsi que les politiques sécuritaires et la lutte contre l’immigration pour protéger les frontières jouant sur un faux semblant de sentiment d’insécurité qui rassure les électorats.

    L’Occident  alimente les conflits dans des pays dits "du tiers-monde", il dévalise les pays d’Afrique pour son confort personnel, et ensuite s’horrifie que des étrangers en état de grande pauvreté viennent s’y installer.

    L’objectif de rentabilité et de productivité en un temps toujours plus restreint dans les grosses entreprises, permettent d’infliger à l’Homme contemporain une spirale implacable de chantage, de pressions et de relations de contrôle/obéissance profondément antidémocratiques, voire totalitaires, le tout pour l’intérêt à court terme bien soigné de quelques actionnaires.

    Force est de constater que les pays occidentaux  sont  dans une spirale de  récession avec son cortège de  licenciements massifs .

    En réponse , les gouvernements occidentaux et notre gouvernement  n'ont pas d’autre  projet que de nous imposer les recettes de l’austérité, avec les  conséquences désastreuses que nous connaissons  ( Grèce, Espagne..). 

    Force est de constater l'absence de projets  innovants et porteurs d’espoir. L'europe et La France sont  à court d’idées.

    La  classe dirigeante de notre pays , formatée dans le même moule technocratique des grandes écoles, n’a pas d’autre ambition que de préserver ses intérêts, ses acquis, ses marges et ses dividendes, au prix d’une paupérisation d'une partie de plus en plus importante de la population.


    Sarkozy a brassé du vent pendant 5 ans,  Hollande va naviguer à vue dans la  tempête  : Déficits, endettement, désindustrialisation, délocalisations......

    Les politiques n'ont plus aucun pouvoir si ce n'est de faire une redistribution de la pénurie en maintenant un système économique qui appauvrit les plus pauvres et enrichit les plus riches .

    Un système qui s'effondre et va dans le mur. 316897_10150376909257317_600922316_10285368_1864673421_n.jpg

  • Ménages et smicards.... aussi mal en point que notre bon vieux Ouvrard

    Imprimer

    Mauvais temps pour les smicards.

    Au 1er janvier 2013, pas de coup de pouce pour le  Smic, qui concerne plus de deux millions de salariés.

    Le Smic brut mensuel, en dessous duquel les employeurs n'ont pas le droit de payer leurs salariés,  passe à 1.430,22 euros pour un horaire de 151,67 heures soit un salaire net de 1121 euros.

    A cotisations constantes , les salariés payés au Smic  verront leur bulletin de paie  revalorisé de......3€.

    Une bien maigre augmentation qui ressemble à un foutage de gueule !

     

    shadok.jpg

     

     

    Mais rendons grâce au  gouvernement qui , conscient que les règles de revalorisation du Smic ne sont plus adaptées à la hausse du coût de la vie,  prévoit de les modifier . 

    L'objectif est de mieux "cibler les indices sur les ménages à faibles revenus" et tenir compte des "dépenses effectives de consommation, notamment leurs dépenses contraintes" (comme le loyer, chauffage, carburant, électricité, alimentation).

    Le Gouvernement pourra également décider de porter le Smic à un niveau supérieur à celui résultant des seuls mécanismes légaux de revalorisation : les "coups de pouce". Cela permettra de "prendre en compte l'aspiration légitime des salariés à une redistribution des fruits de la croissance lorsque celle-ci est au rendez-vous".

    Côté dépense, le mois de janvier 2013 va rimer avec hausse des prix.

    La liste est longue , tout comme le refrain d' Ouvrard ...... ( voir la vidéo en fin de billet)

    Gaz  + 2,4%.

    Electricité,  les tarifs devraient grimper. En cause, la Contribution aux Charges de Service Public de l'Electricité (CSPE), une taxe sur les factures d'électricité qui finance les énergies renouvelables. Elle devra rapporter cette année 5,1 milliards d'euros, une hausse de 19% par rapport à 2012 qui se répercutera sans doute sur la note des particuliers. 

     Les tarifs des trains augmenteront de 1,9% . Dans le même temps, la SNCF va lancer " fin mars-début avril " , une offre de TGV low cost, promettant des billets à 25 euros à destination du sud-est et du sud-ouest de la France. Du côté de la RATP, les Franciliens verront les prix bondir de 2,4% en moyenne en janvier. Dans le détail, le pass Navigo zones 1-2 coûtera 65,10 euros au lieu de 62,90 actuellement, le carnet de 10 tickets t+ grimpe à 13,30 euros (12,70 euros en 2012) et le titre vendu à bord des bus passe à 2 euros (au lieu de 1,90 euro). 

    RATP : les prix des tickets et du pass Navigo vont augmenter en moyenne de 2,4%. 

    La redevance télé augmente  de 6 euros, passant de 125 à 131 euros.  

     Sans surprise, les cotisations d'assurances vont augmenter , avec des variations très marquées selon les assureurs.+ 


    Le courrier aussi....... 
    Les prix des timbres les plus utilisés, ceux de la lettre prioritaire et de la lettre verte, passent respectivement à 0,63 euro et à 0,58 euro. Selon La Poste, cette hausse n'a qu'un impact limité sur les ménages : moins d'un euro par foyer. 

    Malus automobile
    Le nouveau barème, qui devrait entrer en vigueur au 1er janvier, impacte surtout les routières puissantes et les 4x4. Tout comme il pénalise davantage les essence que les diesels. Le barème des bonus, revu cet été, est reconduit. Selon les données du ministère de l'Ecologie, les véhicules malussés devraient représenter 18,10% des ventes totales en 2013, contre 16,3% en 2012. Tandis que la part des bonussés devrait passer de 21,1 à 34,90%. 

    Tabac 
    En attendant la hausse du prix des cigarettes au 1er juillet 2013 (+4,5%, soit 30 centimes), la réforme sur les taxes entre en vigueur au 1er janvier : tous les produits, comme les cigares, les cigarillos et le tabac à rouler subiront dorénavant les mêmes taxes, et donc les mêmes augmentations, que les cigarettes.  

     Quant aux Prestations familiales , leur revalorisation n'interviendra que le 1er avril 2013. Mais à la date du 1er janvier les plafonds de ressources sont, eux, revalorisés de 2,1%. Pour la prestation d'accueil du jeune enfant (PAJE), le plafond pour un couple avec un seul revenu d'activité et ayant un enfant passe ainsi à 34.819 euros, 41.783 euros avec deux enfants, 50.140 euros avec trois enfants, puis 8.357 euros par enfant supplémentaire. 

    Pour en rire voici la vidéo d'Ouvrard ......  aussi mal en point que la France ...........

     

     

     
    Voici les hausses déjà annoncées. 

    AcommeAssure : la prime automobile augmentera de 4%, Aréas Assurances : de 3 à 4% en automobile en fonction de l'application de critères techniques et de la situation des assurés. En assurance habitation, la hausse sera de 7% en moyenne. En santé, il faudra compter sur 2,5-3% de hausse. 
    Axa : la hausse moyenne sera de 1,5% en automobile et de 3,3% en habitation.
    Direc Assurance : ce sera +1,5% de hausse pour l'automobile en cas de renouvellement de contrat. Idem pour les nouveaux clients.
    Generali : +3% prévus en automobile, mais +7% pour l'habitation.
    MMA : les cotisations des contrats auto seront relevées de 2,5% en moyenne, celles des assurances habitations progresseront de 1,5%.
    MAAF : les augmentations seront de 0,9% en automobile et de 1,9% en habitation.
    Matmut : en automobile, la hausse s'élèvera à 2,2% en moyenne, en assurance habitation à 5,5% en moyenne. Pour l'assurance santé, les cotisations seront réévaluées de 2,3% en moyenne. Pas d'augmentation en revanche pour les contrats "Familial Complémentaire" et "Multirisques Accidents de la vie" et l'assurance scolaire.
    Nexx : la filiale en ligne de la Maaf prévoit de relever ses tarifs auto de 2,9%.
    Sogéssur : l'augmentation devrait tourner autour de 3% pour l'automobile.
    Thélem Assurances : la majoration sera de 2% en moyenne pour toutes les assurances.


  • La crise: un prétexte pour détruire notre modèle social ! le Medef se frotte les mains et les syndicats ne sont plus que cris et chuchotements

    Imprimer

    Jeudi 15 novembre, les partenaires sociaux  ont repris la  négociation sur la sécurisation de l'emploi.

     Le patronat a présenté son projet  d'accord.

    Un texte de 9 pages  qui va achever  le travail de destruction du code du travail , entrepris depuis de nombreuses années par le patronant , au nom de la sempiternelle loi du marché et de la compétitivité......

    C'est du "donnant donnant" semble t-il !  Mais en fait , c'est du "donnant perdant " pour les salariés.

    En effet , le projet  proposé par la délégation patronale  " tend à "échanger" une sécurisation des salariés en emploi précaire (CDD) contre des "suppressions de freins à l'embauche sous CDI". "

    La délégation patronale  nous ressert un plat réchauffé , le plat amer et indigeste de la fléxisécurité à la Française..... 

    Le plat du jour est servi !emploi,flexibilité,économie,crise,récession,syndicats,medef


    Alors que  les licenciements pour fautes n'ont cessé de grimper, remplaçant les licenciements économiques  ( depuis 20 ans la tendance s'est inversée   les salariés étant  devenus ,semble t-il, de plus en plus incompétents, indisciplinés bref ingérables !!!!), la délégation patronale propose de limiter le montant des dommages et intérêts en cas de licenciement abusif .

    Une proposition indigne et contraire aux fondamentaux des droits du  procès équitable !

    D'une manière générale, le montant des dommages et intérêts  attribués en France par les tribunaux en cas de licenciement abusif , reste modeste ... entre 6 et 12 mois de salaire .

    Sachant que plus de 8 Millions de salariés sont payés au SMIC , ces sommes sont dérisoires au regard des ravages ,tant sur le plan personnel que social , que peut constituer un licenciement abusif.

    Les tribunaux  sont beaucoup plus généreux lorsqu'il s'agit de réparer un droit à l'image , réparations  qui constituent, pour certains ,une véritable rente.... ou revenu 

    Un petit exemple parmi  beaucoup d'autres

    En 2008 Les époux Sarkozy ont gagné  le procès qu'ils avaient intenté à la compagnie aérienne Ryanair pour avoir publié sans autorisation une photo de leur couple.

    Le tribunal n'a accordé que 60.000 euros à Carla Bruni sur les 500.000 euros de dommages et intérêts réclamés. oups......

    Les  "Hollande" ont eu moins de chance !  VSD a été condamné à verser  2 000 € pour  avoir publié des photos de Madame en maillot de bain. «Nous avons trois autres procédures en cours contres des magazines people, Closer, Voici et Public, pour ne pas les nommer», a confirmé l'avocat des intéréssés !

    Quant aux DSK on ne compte plus leur démélés judiciaires  

    Voici quelques unes des autres propositions de la délégation patronale

    • Pour les salariés en  CDD : faciliter les prêts bancaires, assurer une meilleur portabilité des droits en matière de formation et de prévoyance, etc)
    •  contre la "suppression des freins à l'embauche en CDI", notamment par l'élargissement "de la logique du contrat d'export ou du contrat de chantier à d'autres CDI, conclus pour la réalisation de projets identifiés dont la durée est incertaine". 


    La délégation patronale fait également des propositions sur les seuils sociaux et l'information des représentants du personnel en amont d'éventuelles difficultés rencontrées par les entreprises.

    Elle propose aussi d'expérimenter "un compte individuel de formation" avec une fusion du DIF et du CIF.

      Les syndicats , qui ne sont plus que cris et chuchotements  , continuent , au mépris  des intérêts des salariés les plus fragiles ,  des chômeurs et de tous  ceux qui souffrent de sous emploi ,  à avaler la pillule .

    Prochain rendez vous le 20 Novembre

     


    "Nous sommes dans un rapport de force avec le... par CFDT_TV

  • Plans sociaux, austérité, ralentissement de la consommation : une récession inavouée !

    Imprimer


    austérité,plans sociaux,licenciements,récession,hollande,économieLes plans sociaux se multiplient : 80 000 emplois sont menacés « à brève échéance » selon la  CGT .

    Jeudi 12 juillet, la direction de PSA pourrait annoncer aux syndicats d'Aulnay-sous-Bois, la fermeture pure et simple du site d'ici deux ans.

     Frappées par la chute des ventes de voitures, 40% des usines automobiles européennes sont en surcapacité. La situation n’est guère plus encourageante à Air France . 

     Début mai, François Hollande s’est donné « un an pour inverser la courbe du chômage ».

    Pourra -til y parvenir avec la politique d'austérité  suivie par son gouvernement ?

    Interrogé par Mediapart, Xavier Timbeau, qui est directeur du département analyse et prévision de l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), est l’un des premiers économistes français de premier plan à contester dès à présent la pertinence des choix économiques faits par le gouvernement socialiste, à l’initiative de François Hollande.

    Sa critique est forte : il fait valoir que la politique d’austérité choisie par le gouvernement constitue une erreur grave de stratégie. Faisant le lit de la récession, elle ne permettra pas d’atteindre la baisse des déficits qu’elle prétend poursuivre. « C’est une récession qui s’auto-annihile », s'inquiète l'économiste, qui évoque « une escalade vers la catastrophe ».

     


    Xavier Timbeau par Mediapart

     Voici un tour d'horizon  des  plans sociaux qui menacent les salariés .

    •  Hôtel Ritz : L’hôtel de luxe, propriété du milliardaire égyptien Mohammed Al Fayed, ferme ses portes cet été pour 27 mois de travaux.  470 licenciements contestés par les syndicats. La justice doit trancher le 11 septembre 2012.
    • Renault : Renault a déclaré jeudi prévoir de supprimer 300 postes sur les deux prochaines années sur son site de Flins (Yvelines), confirmant des informations de presse.

    Ces suppressions de postes se feront sans licenciement, par le biais de départs en retraite anticipés et de départs volontaires, a précisé une porte-parole.

    Le site de Flins, l'un des plus anciens du groupe  assemble aujourd'hui la Clio 3 et se prépare à produire la Clio 4, attendue au second semestre, ainsi que le modèle électrique Zoé.

    • PSA : 3.300 emplois à Aulany, 10.000 en France ? L'usine automobile d'Aulnay-sous-Bois est l'un des plus gros employeurs de Seine-Saint-Denis, avec 3.000 salariés en CDI et 300 intérimaires. La direction refuse pour l'instant de préciser l'avenir du site. Plusieurs sources syndicales redoutent qu'au plan national le nombre de postes supprimés n'atteigne 10.000.
    • Hewlett-Packard :  qui possède un important site à Grenoble, continue de réduire ses effectifs. La direction a cependant prévu de ne recourir qu'aux départs volontaires et aux plans de préretraite, excluant pour l'instant tout licenciement sec.
    • Chomarat :  L'entreprise ardéchoise Chomarat, spécialisée dans le textile, va licencier 182 personnes après une première vague concernant 122 emplois.

     

    • Aoste :. L'usine de salaison du groupe de charcuterie, située à Boffres, doit fermer avec 80 licenciements à la clef. Le site travaillait pour Aoste, Justin Bridou, Cochonou, Jean Caby ou encore Weight Watchers.

     

    • Pilpa SAS :  La direction de Pilpa SAS, filiale du groupe américain R&R spécialiste de la production de glaces et crèmes glacées, a annoncé un projet de fermeture de son usine de Carcassonne dans l'Aude, qui emploie 124 personnes.

     

     

    • Euralis: La coopérative agroalimentaire supprime 110 postes au sein de son pôle alimentaire qui concentre les activités foie gras et traiteur, sans compter de nombreux reclassements internes.
    • Cofinoga :  La société de crédit de consommation a vu son activité chuter avec la crise. Résultat, 433 licenciements, les trois quarts à Mérignac.
    •  Fram :  En difficulté depuis plusieurs années, le voyagiste pourrait supprimer entre 300 et 350 emplois, principalement dans la région de Toulouse.
    •  Technicolor :  L'usine de matériel informatique est en redressement judiciaire depuis le 1er juin mais aucun repreneur ne s'est manifesté.
    •  XiloFrance :  En redressement judiciaire depuis l'été 2011, cette entreprise de fabrication de contreplaqué risque de fermer si aucun repreneur ne se manifeste.

    • Jet Aviation:. La société de maintenance aéronautique veut supprimer 190 postes sur son site de l'aéroport de Bâle-Mulhouse. La direction prévoyait même 250 suppressions de postes mais ce chiffre a été revu à la baisse grâce à des mesures de chômage technique et une réorganisation interne.
    • Lohr Industrie : Le fabriquant alsacien de systèmes de transports va être racheté par Alstom avec l'aide du Fonds stratégique de l'investissement. Si Alstom promet de reprendre 200 salariés, l'avenir des autres emplois reste incertain, même si le ministre Arnaud Montebourg a promis de "consolider plusieurs centaines d'emplois".
    • ArcelorMittal :  En maintenant deux hauts-fourneaux inactifs, le groupe maintient le flou sur l'avenir d'au moins 550 employés. La direction a promis une réponse au cours de l'été. 
    • Paris Normandie :  Le quotidien régional, ainsi que Havre Libre, Le Havre Presse et le Progrès de Fécamp sont en redressement judiciaire depuis fin février.
    •  TRW et Cimest :  Ces deux sous-traitants de l'industrie automobile situés dans la même vallée des Vosges risquent la cessation de paiement. Les constructeurs automobiles ont réduit le volume de leurs commandes.
    • Conforama :  L'enseigne d'ameublement veut supprimer 288 postes dans son service après-vente, avec la promesse de reclassements. Les syndicats craignent 288 licenciements.
    •  Lafarge :  Bien qu’en bonne santé financière, le géant du ciment supprime 460 emplois, dont 90 en France.
    • Air Méditerranée : . La compagnie aérienne prévoyait 85 licenciements avant de ramener le chiffre à 61 grâce à des concessions des syndicats de navigants.
    •  Fnac : . La chaîne de magasins a lancé un plan de sauvegarde de l'emploi synonyme de 310 licenciements mais ce dernier reste contesté devant la justice.

    et les autres ....

    Sanofi-Aventis : entre 1.000 et 2.000 emplois. Le laboratoire pharmaceutique a lancé un vaste plan d'économies qui pourrait se traduire par de nombreuses suppressions de postes.

    Castorama : 1.167 emplois. Ce sont les syndicats qui avancent ce chiffre après s’être procuré un document interne dans lequel la direction du groupe d’ameublement prévoirait un tel "dégraissage " d’ici 2015. La direction a démenti l’information.

    Carrefour : 3.000 emplois. S’appuyant sur des notes internes, les syndicats redoutent entre 3.000 et 4.000 suppressions d’emplois, le tout dans le vaste plan de redressement du groupe.

    • Laboratoire Lundbeck : 200 emplois. Les salariés du laboratoire pharmaceutique danois craignent 200 licenciements en France cet été, alors que le groupe danois a annoncé son intention de supprimer 600 postes en Europe.

    • Leader Price : 87 emplois. La chaîne de discount veut fermer dix magasins et supprimer 87 emplois mais la justice a annulé ses plans. Leader Price a néanmoins fait appel.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu