Avertir le modérateur

politique

  • Des enfants ne mangent pas à leur faim dans nos pays "dits " riches....

    Imprimer

     enfants-pauvres.jpgL' Union européenne (plus la Norvège et l’Islande), compte quelque 13 millions d'enfants qui n’ont pas accès aux éléments de base nécessaires à leur développement.

    La France  qui  figure parmi les pays les plus riches et a la plus forte dépense publique pour ses enfants,  compte près de 10% d’enfants pauvres.

    Elaboré par le Centre international de recherche Innocenti de l'UNICEF, le rapport Mesurer la pauvreté des enfants (Bilan Innocenti 10) fournit l'aperçu le plus complet actuellement disponible de la pauvreté des enfants dans l'ensemble des pays les plus riches du monde, en se penchant sur ce phénomène à travers deux approches complémentaires : la « privation des enfants » et la « pauvreté relative ». 

    • Seuil de pauvreté et accès aux éléments essentiels

    Le Bilan Innocenti 10 considère comme en situation de privation tout enfant qui n’a pas accès à au moins deux de 14 éléments essentiels à leur bien-être et à leur développement : trois repas par jour ; viande, fruits et légumes chaque jour ; endroit calme pour faire les devoirs ; livres appropriés au niveau de connaissance ; connexion Internet ; chaussures ; etc. Les taux de privation les plus élevés sont ceux de pays comme la Roumanie, la Bulgarie et le Portugal (70%, 50% et 27% respectivement). Les pays nordiques possèdent les taux les plus bas, inférieurs à 3%. Parmi les pays les plus riches, la France (10,1%) est seule, avec l’Italie (13,3%), à dépasser le seuil de 10% d’enfants en situation de privation.

    La pauvreté relative fait référence au pourcentage d'enfants vivant en dessous du seuil de pauvreté, propre à chaque pays (défini dans cette étude comme 50 % du revenu médian). Ce sont encore une fois les pays nordiques où la pauvreté relative des enfants est la plus faible. Les Etats-Unis, avec une proportion d’enfants pauvres de 23,1% (bien au-delà de nombreux pays nettement moins riches – Lettonie, Bulgarie, Espagne, Grèce), se placent juste après la Roumanie (25,5%). La France se place en 14e position, avec 8,8%. 

    • La France, mauvais élève des pays les plus riches 

     la France compte 600 000 enfants mal logés, 20 000 enfants sans domicile fixe,  la proportion d’enfants pauvres est plus forte que la proportion d’adultes pauvres.

    Faute de données plus récentes disponibles, le Bilan Innocenti 10 se base sur des chiffres datant de 2009 et ne tient donc pas compte des conséquences de la crise économique qui sévit depuis 2008. Or, en France comme dans la plupart des autres pays étudiés, les enfants vivant juste au-dessus du seuil de pauvreté, et donc très vulnérables aux effets d’une crise, sont aussi nombreux que les enfants déjà sous le seuil de pauvreté. 

    « Les enfants ne font pas partie des grandes priorités des agendas politique »


    « Malheureusement, le rapport souligne que depuis 2008, les intérêts des enfants ne font pas partie des grandes priorités des agendas politiques,
    déplore Fabienne Quiriau. C’est extrêmement préoccupant, car à moyen et à long terme, ne pas mettre en place des politiques efficaces pour protéger les enfants de la pauvreté est extrêmement coûteux pour la société. »

    A cet égard, le Bilan Innocenti 10 montre bien le rôle essentiel des politiques publiques pour atténuer la pauvreté des enfants. Des 35 pays étudiés, la France a la plus forte dépense publique pour les enfants, en pourcentage du revenu moyen par habitant. Grâce à ses mesures de protection sociale (réductions d’impôts, allocations, etc.), la France parvient d’ailleurs à réduire le taux brut de pauvreté relative des enfants (19,4%) à un taux net de 8,8%. Mais certains pays sont nettement plus performants : avec des dépenses moins importantes, ils réduisent plus fortement la pauvreté des enfants. 

    • Les propositions de l’Unicef France

    « Pour améliorer l’efficacité de notre dépense publique en faveur des enfants, deux propositions de notre Manifeste pour l’Enfance sont primordiales, défend Fabienne Quiriau. D’une part, la création d’un Observatoire national de l’enfance et de la jeunesse, qui permettrait de suivre régulièrement et mieux comprendre ce phénomène croissant de pauvreté des moins de 18 ans et d’orienter les politiques publiques pour résorber ce fléau. D’autre part, la création d’un droit à la compensation de la pauvreté pour les enfants allant au-delà de réductions d’impôts et d’allocations et intégrant tout un ensemble de mesures d’accompagnement des enfants et des familles. La politique en faveur des enfants doit être une priorité absolue, même et surtout en période de crise ! »

    Pour aller plus loin  

    -un-enfant-sur-dix-vit-en-france-dans-la-pauvrete ( vidéo)

  • Grandeur et décadence de nos élus

    Imprimer

    Certains de nos élus n'ont plus les pieds sur terre et ternissent l'image des représentants de la nation .

    Une image dégradée de jour en jour par les affaires qui ne cessent  de fleurir dans les médias comme  muguet au moi de mai....

    C'est le  cas de la sénatrice  Parisienne Alima Boumediene-Thiery  qui selon les informations d'Atlantico.fr, a écrit au ministre de l'Education, Luc Chatel , pour lui demander son aide afin que son fils soit accepté en internat dans un collège public de Paris.
    Atlantico.fr, a publiée la lettre de la sénatrice qui expose ses difficultés financières !!!!

    Madame   Boumediene-Thiery  écrit   " je suis surprise d'apprendre que l'accès aux internats du service scolaire public relèvent de critères sociaux et que chacun n'ait pas un libre accès quels que soient ses revenus" . honte.jpg

    Elle ajoute  " il semble que ma situation financière ait mal été évaluée  en effet si mes revenus de sénatrice sont effectivement de l'ordre de 5 000 euros, je reverse chaque mois 1 200 euros au parti politique auquel j'appartiens"

    Elle évoque également "un crédit immobilier à hauteur de 1 500 euros, frais auxquels s'ajoutent des charges fixes". Et conclut : "In fine je dois vivre avec près de 2 000 euros et ainsi subvenir aux besoins de mon fils et de ma mère, qui est entièremement à ma charge."

    Premièrement ,  Madame    Alima Boumediene-Thiery  sénatrice   de l'opposition  aurait du éviter d'exposer sa situation personnelle  à un  ministre appartenant à un parti adverse au sien.

    En effet,  en exposant sa situation familiale  à Luc Chatel , elle  fragilise  non seulement  sa propre position politique  mais  celle du parti politique qu'elle représente.

    Deuxièmement ,  oser  invoquer  des difficultés financières  pour faire admettre son fils en internat public  est indigne.

    En effet alors que  plus de 8 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté ,  que près de la moitié des salariés  ne percoivent que le smic ou légèrement plus, que les restos du coeur   et toutes les associations d'aide enregistrent des demandes  croissantes de secours ... bref que des millions de gens sont dans de grandes difficultés financières ,  cette dame  qui perçoit plus de  7 000 euros par mois ose expliquer   que ses revenus ont mal été évalués  et qu'elle ne dispose ( après déduction de ses charges ) que de  2 000 euros  pour subvenir aux besoins de sa famille ....

    Pour en terminer avec cette lamentable affaire , j'ajouterai que  Madame    Alima Boumediene-Thiery, fait preuve d'un manque de jugement  voir d'une stupidité  plus haute que la tour Eiffel....

    En effet , elle aurait du anticiper qu'une telle demande  allait  alimenter les critiques  et les attaques  de la droite  car  en prériode préélectorale toute fausse note est étalée , étirée , grossie    pour ternir l'adversaire .

    Force est de constater  que     Madame    Alima Boumediene-Thiery   , à l'instar de nombreux élus ,vit dans les nuages de ses confortables revenus et ignore  la vie quotidienne du peuple qu'elle est sensée représenter.......!

     

     

     

  • Un rapport qualité prix du pauvre !

    Imprimer

    Bientôt en France ?

    david-cameron-feature.jpgDavid Cameron *le Premier ministre britannique veut  faire  la chasse aux fraudeurs aux prestations sociales en ayant  recours à des agences de crédit du secteur privé.

    Cette  méthode a déjà  été testée  outre Manche par le précédent gouvernement.

    Les agences seraient chargées de vérifier que les comportements de consommation soient compatibles avec les prestations sociales reçues. ( un rapport qualité prix en quelque sorte !) et seraient  payées en fonction du nombre de fraudeurs " débusqués.

    Les moyens qui seront mis en oeuvre  par le gouvernement pour lutter contre la fraude seront détaillés cet automne par le ministre du Travail Iain Duncan Smith.

    sources les échos dans lequel nous pouvons lire " Alors que les défenseurs des libertés civiles s'inquiètent d'une intrusion de l'Etat dans la vie privée des citoyens, David Cameron a estimé que cette crainte n'était pas fondée. « Les entreprises privées utilisent toutes sortes d'outils pour se mettre à l'abri des tricheurs, pourquoi serait-ce différent lorsqu'il s'agit de l'Etat ? » s'est-il ainsi défendu devant un auditoire à Manchester. Une loi sur la protection des données a été approuvée en Grande-Bretagne et toutes les initiatives visant à éplucher les comptes bancaires, les abonnements à la téléphonie mobile, les souscriptions à la télévision, etc. devront s'y conformer. Mais beaucoup de données sont déjà disponibles à qui veut les acquérir."

    *David Cameron a pris les rênes du pays le 11 mai, en acceptant l'invitation de la Reine à former un gouvernement, et s'est allié avec les Libéraux de Nick Clegg, nommé vice-Premier ministre. La nouvelle coalition a rapidement pris le train de la rigueur.

     

     

     

  • On meurt dans la rue en été plus qu'en hiver !

    Imprimer

     

    Tradition du week end

    voici ma contribution en espérant que le chant des mots touche votre coeur

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu