Avertir le modérateur

pérol

  • Perol un imbroglio politico-médiatique ?

    Imprimer

    je me garderai bien d'analyser cette affaire n'étant pas spécialisée dans ce domaine

    je poste ce billet pour montrer ,si besoin était, la difficulté de faire la part du vrai et du faux

    concernant les informations qui nous lisons chaque jour.


    Affaire Perol que disent les médias?

    L'association anti-corruption Anticor dépose plainte ce mardi 17 mars devant le procureur de Paris pour «prise illégale d'intérêts». Elle vise évidemment la nomination de l'ex-secrétaire général adjoint de l'Elysée à la présidence du groupe Caisse d'épargne-Banque populaire. Le parquet va donc devoir décider si cette nomination doit avoir des suites judiciaires. Médiapart


    François Bayrou, président du MoDem, a demandé, dimanche 15 mars, des "éclaircissements et réponses" concernant la nomination de François Pérol, l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée, à la tête du groupe Caisse d'épargne-Banque populaire. Dans une déclaration, le député des Pyrénées-Atlantiques assure que "les éléments qui s'accumulent (...) obligent à des éclaircissements qui ne peuvent plus être différés". François Bayrou cite ainsi l'audition du président de la commission de déontologie, jeudi, devant la commission des lois de l'Assemblée. lire suite extrait du Monde

    Découverte par Mediapart, l'information va relancer les polémiques autour de ce qu'il est convenu d'appeler «l'affaire Pérol» : l'ancien secrétaire général adjoint de l'Elysée, François Pérol, que Nicolas Sarkozy a propulsé à la présidence de la Caisse nationale des Caisses d'épargne et des Banques populaires, a perçu en 2006 des honoraires compris entre 1,5 et 2 millions d'euros, versés par la société Natixis, filiale des deux banques. lire suite Médiapart


    Interrogée samedi sur cette accusation, une responsable de communication de François Pérol avait affirmé que «les informations de Médiapart étaient mensongères» et fait part de son intention de saisir son avocat «afin de poursuivre Médiapart en diffamation».
    De son côté, un porte-parole de Natixis avait déclaré que la banque «n’avait jamais versé d’honoraires» à François Pérol.
    «Tout cela ne peut plus être écarté d’un revers de main et doit donner lieu à des éclaircissements et des réponses», poursuit pour sa part Bayrou qui, citant Olivier Fouquet, déclare que ne pas saisir la commission dans un tel cas est «un délit pénal».

    L’ex-candidat à la présidentielle rappelle encore «que des dizaines de milliers d’épargnants se retrouvent victimes des opérations en question, ayant acheté des actions de Natixis à 19,5 euros dont le cours est aujourd’hui inférieur à 1 euro». «Du point de vue de la légalité, aussi bien que du point de vue de l’intérêt de la nouvelle banque, on ne peut plus rester dans le silence», insiste François Bayrou. lire suite libération

    Eco 89

    le Figaro

    le point

    Nouvel Observateur

    les mots ont un sens


    dans la catégorie droit voir excellent article de Philipe Bilger

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu