Avertir le modérateur

new fabris

  • il y a des limites à l'irresponsabilité....

    Imprimer

    des petits trous des petits trous encore des petits trous.......

    les conflits sociaux avec menaces et séquestrations pleuvent comme les petits trous du poinçonneur des lilas

    dans un article  du 31 juillet 2009 je vous faisais part de mes inquiétudes concernant la montée en force des conflits sociaux avec menaces et violences .article du 31.07.2009 clic ici

    en effet depuis plusieurs mois les salariés menacés de licenciement ont parfaitement compris  qu'il fallait attirer l'attention dans l'espace public pour obliger les pouvoirs publics à intercéder auprès des directions des entreprises lorsque le dialogue social est fermé

    attirer l'attention ce n'est plus défiler dans la rue ou occuper l'entreprise c'est séquestrer les dirigeants, menacer de faire sauter l'entreprise  avec des bouteilles de gaz .

    j'indiquais dans mon article que  si les fermetures de sites continuaient  d'avoir lieu sans  de réelles négociations  avec des dirigeants , de tels conflits  risquaient  de se multiplier.

    aujourd'hui  nous avons franchi un nouveau seuil de violence dans cette nouvelle affaire

    Des salariés de l'entreprise de transport Serta de La Vaupalière (Seine-Maritime) menacent de verser un produit toxique dans un affluent de la Seine s'ils n'obtiennent pas une prime supra-légale de licenciement ( les salariés  demandent 15.000 euros en plus des indemnités légales).

    742791.jpg

     

    Placée en redressement judiciaire en novembre, l'entreprise verra son sort examiné ce jeudi par le tribunal de commerce d'Evreux qui pourrait décider de sa liquidation totale ou de donner suite aux offres de reprise qui ont été déposées.

    l'entreprise emploie 150 salariés dans toute la France, notamment à La Vaupalière et à Cavaillon (Vaucluse). Elle comptait encore près de 250 personnes avant un premier plan social

    les salariés demandent 15.000 euros en plus des indemnités légales, faute de quoi ils pourraient verser 8.000 litres de produit toxique dans les égouts qui sont liés à la Seine

    "

    «C'est la seule arme dont on dispose, ces 8.000 litres d'additifs de carburants. Il n'y a pas d'ultimatum, et nous n'en sommes pas encore à mettre la menace à exécution mais nous demandons une indemnité de départ de 15.000 euros par salarié», revendique Jean-Pierre Villemin, délégué CFDT, en grève depuis la fin de la semaine dernière. «Nous formulons cette menace car nous sommes face à des gens sourds et aveugles», a-t-il poursuivi.

    voir article nouvel observateur clic ici

     

  • dernière minute / indemnités attribuées aux licenciés de New fabris

    Imprimer

    Une aide de 12.000 euros net sera versée à chacun des 366 salariés de New Fabris -au lieu des 11.000 euros brut promis la semaine dernière- s'ajoutant à l'indemnisation légale de licenciement comprise entre 17.500 et 19.000 euros, a annoncé le ministère de l'Industrie ..

    le porte-parole CGT des salariés Guy Eyermann s'est dit "déçu" par cette proposition

    Le communiqué du ministère indique qu'une "aide personnalisée à la recherche d'emploi d'un montant de 12.000 euros net de toutes cotisations, impositions ou prélèvement, sera versée à chacun des 366 salariés. Le montant évoqué la semaine dernière lors de la rencontre de Bercy --11.000 bruts, soit 10.120 nets- se trouve ainsi majoré de 1.480 euros, soit près de 15%".

    Cette aide "est apportée en plus" de l'indemnisation légale de licenciement "d'un montant de 17.500 à 19.000 euros en moyenne", ajoute le communiqué.

    © AFP - Alain Jocard
    Cliquez ici

    Le sous-préfet a présenté ces mesures rassemblées dans un "protocole de sortie de crise", aux représentants des salariés vendredi matin.

    Dans ce protocole d'accord, les salariés doivent s'engager "à cesser toute forme d'occupation de l'entreprise", et à en rendre "la totale jouissance" au liquidateur judiciaire, "sans y cause de dégradations".

     

    voir article des Echos clic ici

  • Donnez nous des indemnités ou c'est le chaos!!!!

    Imprimer

    Lis moi avec webReader

    les licenciés de New Fabris et les autres........

    dans la chaleur de l'été les actions  violentes de salariés menacés de licenciement  continuent

    les salariés de l'entreprise   New Fabris à Chatellerault, dans la Vienne qui avaient menacé  de faire sauter leur usine avec des bonbonnes de Gaz les ont retiré voir mon article clic ici

    les syndicats entendent maintenir des actions revendicatives mais ne vont pas réinstaller les bonbonnes de gaz  placées devant l'usine pour menacer de la faire sauter

    "Les quatre syndicats de salariés se sont clairement positionnés pour continuer les négociations et les salariés ont décidé de les suivre. L'ultimatum qui avait été fixé au 31 juillet a été maintenu mais les bonbonnes de gaz ne seront pas pour l'instant réinstallées", a dit à Reuters le délégué FO Dominique Duval.

    Une réunion de négociation a eu lieu  à la sous-préfecture de Châtellerault à la suite de la réunion au ministère

    Le ministère a notamment proposé  de reverser intégralement aux salariés les quelque quatre millions d'euros provenant du rachat du stock et de l'outillage de leur usine par Renault et PSA, les principaux donneurs d'ordre, ce qui apporterait environ 11.000 euros par salarié en plus des indemnités légales.

    Les salariés demandant 30.000 euros pour chacun des 366 employés, soit dix millions d'euros au total, et souhaitent que les anciens clients de Renault et PSA soient mis à contribution.

    voici une vidéo de leur manifestation


     

     

     

    les employés de Nortel Networks à Châteaufort (Yvelines), où un plan social prévoit la suppression de 480 postes, ont menacé de faire sauter leurs bureaux faute d'obtenir de « vraies indemnités de licenciement ».

    Cette affaire intervient dans la foulée de celle de l'usine du sous-traitant automobile New Fabris ( voir ci dessus )

    En réponse, le gouvernement s'appuie sur la méthode déjà déployée au printemps face aux conflits chez Caterpillar ou Continental : ne pas jeter d'huile sur le feu et monter rapidement au créneau pour rétablir le dialogue.

    Christian Estrosi, ministre de l'Industrie, a rencontré les salariés de Nortel après que ces derniers ont accepté de retirer leur menace.

    La fin du conflit social chez Nortel France semble se confirmer. Les salariés de la filiale française de l'équipementier télécoms canadien en faillite ont en effet approuvé un accord de sortie de crise à plus de 86%.

    Cet accord prévoit la fin de la grève ainsi que l'acceptation du protocole d'accord concernant les indemnités de licenciement.

    Concrètement, le protocole prévoit un crédit d'impôt recherche de 19 millions d'euros débloqués par l'Etat (contre 10 millions annoncés précédemment) ainsi que le versement d'une prime "supra-légale" aux salariés qui vont être licenciés.

    m_1247738508.jpg

     

    les conflits violents ( que je ne peux pas légitimer) naissent  d'une manière générale  lorsque le dialogue  social est  fermé .

    les salariés ont parfaitement compris  qu'il fallait attirer l'attention dans l'espace public pour obliger les pouvoirs publics à intercéder.

    Si les fermetures de sites continuent d'avoir lieu sans  de réelles négociations  avec des dirigeants , alors de tels conflits  risquent de se multiplier. Surtout si ces actions aboutissent

    lorsque le dialogue social est fermé,  les salariés semblent déborder les syndicats  qui ont par la suite le plus grand mal  à récupérer ces mouvements pour les "canaliser"

    je redoute fort que les conflits de ce type  marquent un nouveau cap dans les tensions sociales et qu'ils montent en puissance

    Avant, les salariés  se battaient  pour sauver les emplois. Maintenant  ils demandent  des indemnités

    A mon sens les rémunérations ou les  primes de départ astronomiques de certains grands patrons ont contribué à radicaliser les conflits en exacerbant chez les salariés le sentiment d'injustice.


     

  • NON aux actions violentes.... salariés reprenez vos esprits!

    Imprimer

    il y a eu les séquestrations de dirigeants ou de cadres maintenant il y a les menaces de tout "faire sauter"

    certains salariés sont prêts à tout pour obtenir  satisfaction lors de la négociation de plans sociaux . c'est le cas aujourd'hui pour les salariés de l'entreprise New Fabris qui menacent de faire sauter l'usine s'il n'obtiennent  pas une prime individuelle de 30 000 euros

    quel que soit le désarroi de ces salariés  il est de la responsabilité des syndicats  de ne pas cautionner ce type d'action qui n'a rien à envier aux  actions terroristes

    Ségolène Royale  soutient semble t- il ce mouvement

    Ecoutez bien son intervention et ses propos dans la vidéo que je mets en ligne

    cette dame joue vraiment avec le feu  mais attention elle pourrait bien un jour se brûler.

    c'est l'escalade  dans  la violence et l'illégalité

    il serait plus que temps que chacun reprenne ses esprits  car un jour l'irréparable  pourra se produire !!

    new-fabris.jpg

     

     

    les faits

    l'entreprise  New Fabris à Chatellerault, dans la Vienne.

    cette entreprise de 366 salariés qui effectue principalement pour PSA Peugeot-Citroën et Renault un travail de finition sur certaines pièces de moteurs avant de les revendre "prêtes à l’emploi" aux constructeurs automobile  a été mise en  liquidation judiciaire depuis la mi juin et les salariés ont reçu  fin juin leur lettre de licenciement

    depuis cette date les salariés occupent l'usine

    ils  exigent que chaque salarié licencié  reçoive la somme de 30 000 euros  d'ici le 31 juillet

    s'ils n'obtiennent pas satisfaction  ils menacent de  faire "sauter" l’usine.

    "On a placé huit bouteilles de gaz aux endroits stratégiques", prévient Guy Eyermann, délégué CGT et agent logisticien depuis neuf ans dans l’entreprise, contacté par FRANCE 24.

    Pour tenter de négocier l'indemnité, quelque 150 salariés se sont rendus, mardi dernier, à la direction de PSA, sans obtenir de résultats. Une délégation similaire doit se rendre à la direction de Renault jeudi prochain. Les salariés ont également rendez-vous au ministère de l'Emploi le 20 juillet. "On va demander au ministère de faire pression sur PSA et Renault qui ont reçu des aides de l'Etat", indique Guy Eyermann.

    Pour réclamer l'indemnité de 30 000 euros, les salariés se basent sur les sommes versées, selon eux, par Renault et PSA aux quelque 200 salariés licenciés du groupe Rencast, également spécialisé dans la fonderie en aluminium pour l'automobile.


    vidéo concernant les revendications des salariés et intervention de Ségolène Royale


    situation explosive c'est le moins qu'on puisse dire

    Des bouteilles de gaz sont installées tout autour de l'établissement, notamment sur le transformateur électrique qui alimente le bâtiment. Elles sont reliées les unes aux autres par un cordon inflammable. "Il suffirait d'un détonateur pour que tout explose, faute d'accord le 31 juillet. Nous sommes déterminés car nous n'avons plus rien à perdre", affirme Eric Poisson, un salarié.

    Les familles se relaient sur place pour faire les sandwiches et apporter des boissons aux salariés qui occupent les locaux jour et nuit.

    "J'ai une femme, deux enfants, des crédits, je suis désespéré. Nous ne laisserons pas PSA et Renault récupérer les pièces en stock que nous avons fabriquées et les machines dont nous nous servions", s'insurge Fabrice, chargé de la maintenance depuis 19 ans. "Les pièces usinées sont estimées à près de deux millions d'euros", avance Guy Eyermann.

    Le ministre de l'Industrie Christian Estrosi a déclaré lundi qu'il ne recevrait pas les salariés de la société New Fabris, si ceux-ci continuent de menacer de faire sauter l'usine.
    "Je ne reçois pas sous le coup de la menace. Si les salariés continuent, je ne les recevrai pas", a déclaré à l'AFP le ministre, qui a prévu de rencontrer le 20 juillet les représentants des salariés de cette entreprise.

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu