Avertir le modérateur

mondialisation

  • La France se réveille en rose , mais attention au candidat invisible !

    Imprimer

     article_VOTE_HOLANDE_TULLE-9.jpgFrançois Hollande est élu  avec 51,62% des suffrages (votes des Français de l'étranger compris), selon les chiffres du ministère de l'Intérieur. Nicolas Sarkozy recueille 48,38% des voix ( résultat  proche de celui obtenu par François Mitterrand en 1981)  

    Plus  de neuf millions d'électeurs inscrits se sont abstenus soit un taux  d'abstention de 19,66%.

    Les votes  nuls et blancs représentent 5,8%, soit plus de deux millions de suffrages.

    "sceptique, séduite ou franchement hostile, note le Figaro , "la presse internationale commente la victoire de François Hollande."

    Pour ma part je  reprendrai  les réactions  des télévisions et journaux américains  qui ont mis en évidence  "l'imprévisibilité économique que l'arrivée d'un président ne manquerait pas de susciter immédiatement en Europe"

    «François Hollande a fait campagne sur une France plus douce et plus rassembleuse, mais sa victoire sera vue comme une remise en cause de la vision allemande d'austérité économique comme solution à la crise de l'euro», notait ce lundi le New York Times, soulignant l'importance du défi pour Merkel.  L'équilibre entre la réduction de la dette et la nécessité de répondre à la colère populaire s'avère compliqué pour les leaders européens», ajoutait-il.

    Citoyens de gauche  restons rassemblés  et continuons  à soutenir les idées portées par la gauche . 

    Comme le note très judicieusement  un billet  de Sarko France " Le candidat socialiste a été sous-estimé par tout le monde. Par son camp, par ses adversaires. La présidence normale doit s'incarner, et être soutenue. La Vème République est un sale régime qu'il faudra bien un jour démocratiser. 

     Il faudra aussi rester vigilant. Il faudra soutenir François Bayrou et son énième tentative centriste. Il faudra voter Front de Gauche, parce que la gauche doit être populaire. Il faudra aider celles et ceux qui à droite, auront à coeur de reconstruire une droite républicaine qui a le coeur républicain suffisamment arrimé pour éviter les excès xénophobes de ces derniers jours."

     Il faudra également veiller à ce que la majorité en place  affronte le candidat invisible : les marchés financiers qui dirigent de fait le monde  et nous ont conduits  dans la situation cahotique et la crise que nous subissons.  criseespagne.jpg

    Voici un communiqué évocateur !

    "Les bourses européennes sont en baisse au lendemain des élections française et grecque.

    Le CAC 40 en recul de 1,14%, le Dax allemand en baisse de 1,91%, la bourse de Tokyo en chute de 2,78% : le réveil est difficile sur les marchés boursiers au lendemain d'un week-end d'élections en Europe. Mais plus que l'arrivée de François Hollande à l'Elysée, c'est la fin d'un consensus européen sur l'austérité qui inquiète les investisseurs.

    Quel que soit le pays, le constat est le même : les différentes bourses européennes ont débuté la journée dans le rouge au lendemain des élections en France et en Grèce. Le CAC 40 a ouvert en baisse de 1,57% avant de se rééquilibrer, tout comme ses voisins allemand (-2,18%), espagnol (-1,55%) et italien (-1,4%). 

    La tendance est la même à l'extérieur de l'Union européenne, la bourse de Hong-Kong finissant en repli de 2,61% et celle du Japon ayant clôturé en recul de 2,78%. "Les investisseurs espéraient le succès de gouvernements plus favorables à l'austérité en France et en Grèce", a notamment décrypté le japonais Tsutomu Yamada, courtier chez kabu.com Securities.

    Au-delà de l'élection de François Hollande, c'est en effet surtout le changement d'équilibre au sein de l'UE qui semble inquiéter les investisseurs. L'arrivée d'un nouveau président français et la forte progression des partis contestataires en Grèce laissent présager une renégociation des accords européens sur la crise de la dette. 

    François Hollande avait en effet prévenu : sa première priorité diplomatique sera d'essayer d'ajouter un volet ‘croissance' au plan européen, jusqu'à présent entièrement dédié à l'austérité. Cette remise en cause programmée de l'accord européen suscite une incertitude qui rend les marchés fébriles. Le quotidien économique allemand Handelsblatt ne cache d'ailleurs pas son souhait que l'austérité soit préservée, affichant lundi matin en Une une photographie de François Hollande accompagnée du titre "Liberté, égalité, économies".

    la carte des résultats 


    Mondialisation le cancer de l'humanité par Cheyene007
  • Citoyens il est temps de réagir ! ( volet 1)

    Imprimer

    réformes,avancées sociales,régression,chômeurs,rmistes,minima sociaux,droit,justiceNous assistons depuis le début  du quinquennat  à une agitation quasi frénétique du pouvoir législatif et du pouvoir exécutif qui ne cessent de vouloir réformer.

    Le verbe réformer  n'est plus de mise car il faut dire  moderniser, démocratiser ....

    Le droit social étant mon domaine de prédilection j'ai fait un bref bilan des réformes  depuis le début de l'année 2008.

    Mon constat est sévère, car les  mesures  législatives et réglementaires  prises par une majorité  qui  est devenue le valet le plus zélé du Medef ,  ont permis un recul sans précédant du droit du travail.

    Ce quinquennat n'a fait toutefois qu'accelérer un processus entamé dans le milieu des  années 1980.

    Un processus  qui :

    • A permis les délocalisations massives  de notre appareil industriel et ensuite du secteur  tertiaire
    • N'a cessé  d'empiler les mesures de démantèlement  du droit du travail  pour rendre les salariés  de plus en plus flexibles au nom de la sacro sainte concurrence internationale 

    Toutes ces mesures  n'ont pas diminué  le chômage , elles l'ont facilité afin de pouvoir se servir des  salariés comme  des pions "d'ajustement de la crise ."

    Les salariés, toutes catégories confondues, les petites entreprises  sont les grands perdants de  ce jeu de massacre  dans lequel les   entreprises  internationales , à genou devant des actionnaires  anonymes (comme les fonds de pension par exemple) dominent le monde, les gouvernements , ruinent notre planète et l'avenir de nos enfants .

    Le travail  n'est pas terminé pour ces mercenaires  d'un capitalisme débridé  .

    En effet le programme proposé par l'UMP  va rendre encore plus corvéables  les salariés, il va les  livrer  dociles et muets à des entreprises   qui ne pensent qu'à augmenter les dividendes des actionnaires...

    Pour achever ce travail , cette majorité  a  ruiné la solidarité  intergénérationnelle .

    Les billets que je vais poster prochainement  développent  mon analyse par des exemples précis  .

    Salariés, chômeurs,  forces vives de la nation  il est temps de réagir................sinon nous sommes perdus.

     

     

  • Taleb, sonia, Maud et les autres la galère au quotidien

    Imprimer

    pauvrete2.jpgEncore un article sur la pauvreté : oui mes amis encore un car nous devons ouvrir  les yeux...c'est l'échec du système capitalisme , de la mondialisation et peut être le déclin de l'Europe

    Un exemple parmi tant d'autres Marseille quartier des Lauriers

    Ils sont nombreux à se presser devant la porte du  Secours populaire.

    Pour 1 euro, les bénévoles proposent aux familles du quartier un colis composé de pâtes, d’huile, de conserves, de lait, de chocolat et de petits pots pour bébés.

    « Aux Lauriers, ça a toujours été difficile, même avant la crise, explique Nawel, jeune bénévole. Ce qui a changé, c’est qu’aujourd’hui les gens en difficulté savent que tout le monde est touché. Ils n’ont plus honte de demander. » « Aux Lauriers, explique Sonia, une autre bénévole, les familles ne s’en sortent plus. Beaucoup de femmes vivent seules avec leurs enfants. Les jeunes sont sans emploi. Il y a aussi de nombreux retraités avec de toutes petites pensions. »


    Taleb, une femme d’une quarantaine d’années « Cette distribution nous aide. Je suis agent de service au conseil général. Je gagne 1 100 euros par mois. Mon mari est agent de sécurité à temps partiel, il gagne 550 euros. Nous avons cinq enfants et 675 euros d’allocations familiales… Notre loyer est de 387 euros. Comme nous sommes au-dessus des plafonds, nous n’avons pas la couverture maladie universelle (Cmu). Nous payons plein pot la cantine – 5,40 € par jour et par enfant –, 150 euros de mutuelle, plus les vêtements, l’alimentation… A sept, c’est juste. »

    Sonia : « Je vis seule avec deux enfants, de neuf et trois ans… Je n’ai pas de pension alimentaire. » La jeune femme a trouvé quelques heures de ménage, le soir, dans un bureau du centre de Marseille. Avec le revenu de solidarité active (Rsa), ses revenus atteignent 653 euros. « Mais j’ai 200 euros de loyer, plus de gros arriérés que je dois éponger. »


    PLUS DE 7seuil_pauvret_.jpg millions de Français  vivent en dessous du seuil de pauvreté, estimé à 850 euros par mois.

    En vingt ans, le visage de la pauvreté a changé. Elle  s’est accrue pour les jeunes et les familles avec enfants. La pauvreté a rajeuni, s’est féminisée et urbanisée.(Aujourd’hui, la figure emblématique de la pauvreté est une maman, seule et salariée à temps partiel subi, occupant un emploi pénible (caissière, femme de ménage, assistante maternelle) en horaire décalé et éclaté.)


    Philippe Solignac, responsable d’une antenne du secours catholique  en région parisienne : « Les salaires et allocations qu’elles perçoivent ne leur permettent pas de dépasser le seuil de pauvreté. Les emplois occupés par beaucoup de mères seules sont non seulement mal payés, mais aussi incompatibles avec une vie de famille. Les temps de transport allongent la durée d’absence réelle et, par conséquent, le temps et les frais de garde des enfants. »
    Dans l’ensemble, les couples résistent mieux à la pauvreté. Vivre à deux permet de dépenser moins : on économise sur les charges, le loyer, le budget alimentaire… « Schématiquement, estime-t-on au Secours catholique, lorsqu’un couple avec enfants se sépare, on passe d’une situation relativement solide à deux situations fragiles : un homme seul et une mère seule avec ses enfants. »


    La crise a aggravé les choses : l’augmentation des prix du logement – 500 000 ménages sont en situation d’impayé- 4 millions de Français ont du mal à se chauffer –

    Depuis deux ans, le Secours populaire constate une explosion des demandes d’aide de 20 % par an. Les bénévoles ont vu arriver de nouvelles catégories de personnes : retraités – l’association a mis en place un point seniors à Caen –, salariés – dont certains travaillent à temps plein et en Cdi, mais avec des tout petits salaires (femmes de ménage, caissières, serveurs, employés de centres d’appels ou ouvriers du bâtiment) – et de plus en plus d’étudiants.

     

    Selon l’Observatoire de la vie étudiante, 107 000 étudiants seraient en situation de précarité. Depuis un an, on constate également l’arrivée de chômeurs victimes des derniers plans sociaux, mais aussi de chefs d’entreprise en faillite, ou de commerçants qui ont dû fermer boutique.
    Les associations ont aussi constaté une hausse importante du nombre de demandeurs d’aide parmi les personnes de 50 à 59 ans en situation d’invalidité : près du quart des personnes de cet âge rencontrées par le Secours catholique ne travaillent pas en raison de leur état de santé, soit à cause des conséquences d’un travail pénible, soit parce qu’elles souffrent de dépression. La situation risque encore de s’aggraver avec l’arrivée à la retraite, dans les prochaines années, de personnes qui auront connu une grande précarité durant leur vie professionnelle.

    Les nouveaux visages de la pauvreté

     

    mendicite-a-montreal_002.jpg

     



    Témoignages
    Monique, soixante et un ans : Je fais des ménages. J’ai toujours travaillé comme aide-soignante dans des hôpitaux. Il y a deux ans, j’ai divorcé. A la même époque, j’ai été mise en invalidité pour des problèmes de dos. Le jour de mes soixante ans, j’ai basculé en retraite. Je pensais avoir des revenus corrects. La surprise a été rude. Je touche 500 euros de retraite de base et 150 de complémentaire. Ma fille a vingt ans. Elle fait encore des études. Impossible de vivre avec si peu… Aussi, je fais des heures de ménage et je garde des enfants à la sortie de l’école. Cela arrondit un peu les fins de mois.

    Maud, trente et un ans: Je retourne chez mes parents. A vingt-trois ans, après des études de stylisme, j’ai quitté le domicile de mes parents. J’ai enchaîné les petits boulots : vendeuse, serveuse, assistante d’une écrivaine. Rien de très lucratif, mais assez pour pouvoir louer un studio. Il y a deux ans, j’ai trouvé un Cdi dans une petite société de produits de beauté bio. Mais, avec la crise, les commandes se sont raréfiées. J’ai dû accepter un temps partiel pour 600 euros par mois. Je vis seule, il m’est impossible de continuer à payer un loyer. Je suis retournée chez mes parents. Sans famille, je serais à la rue. Psychologiquement, c’est difficile à accepter. Je ne sais pas quand je parviendrais enfin à devenir autonome.

    Alain, quarante-cinq ans: J’envisage une colocation. Je suis éducateur auprès d’enfants autistes. Je gagne 1 300 euros par mois. Après mon divorce, j’ai conservé mon deux-pièces à Paris pour un loyer de 650 euros par mois. Chaque mois, je verse 200 euros de pension alimentaire à mon ex-femme, qui habite Toulouse, je paie 300 euros pour un aller et retour en avion à mes deux enfants. Le train, ça n’est pas possible pour un week-end. Il me reste 150 euros pour les autres frais : électricité, alimentation, vêtements, loisirs. Je suis complètement endetté. J’envisage aujourd’hui de vivre en colocation.

  • De la nécessité de donner un nouveau sens à la démocratie

    Imprimer

    democratie-ae8f6.pngL'économie marchande s'est developpée  pour aboutir au capitalisme actuel avec  une "financiarisation "à outrance . ce système a permis  de folles spéculations, au niveau mondial , au dessus des états et en dehors de tout contrôle.

    elles ont abouti à des montages financiers fictifs qui se sont effondrés comme un château de carte  entraînant un grippage  de l'économie.

    cette crise que nous subissons de plein fouet  a mis en exergue les  limites de la démocratie. Beaucoup  s'interrogent sur ses fondements et ses principes , ne veulent plus subir les effets de décisions  qui ne leur appartiennent pas , souhaitent  devenir les acteurs  de leur devenir

    utopie de doux réveurs  ou réalité  si nous nous en donnons  les moyens ?

     

    Il n'existe  pas de critère officiel internationalement reconnu pour indiquer ce qu'est une démocratie .

    dans notre culture occidentale contemporaine une démocratie est un système politique qui permet au peuple de se gouverner lui même:"La démocratie c'est le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple."

    Les règles  qui régissent les modes de consultation du peuple ( ensemble des membres d'une organisation sociale) sont les éléments déterminants qui caractérisent une démocratie.

    vote1.jpgles représentants du peuple sont issus de ce peuple à la différence des systèmes aristocratiques . ces réprésentants  doivent agir dans   l'intérêt du peuple c'est à dire dans  l'intérêt général.

     

    la conception occidentale de la démocratie répond à plusieurs  critères ou principes:

    • le peuple détient le pouvoir souverain
    • il délègue ce pouvoir à des représentants élus librement
    • respect des libertés considérées comme fondamentales  :d' expression, de conscience,de culte ,de réunion, d'association,  de la presse

    égalité des droits devant la loi et garantie de ces droits par un système judiciaire  indépendant

    Dans les faits, aucun système politique n'est « complètement » démocratique , il s'agit d'un idéal de société.

     

    Aujourd'hui  la démocratie se limite bien souvent au pouvoir de désigner, à l'espace des élections. En effet le peuple désigne ses représentants sur la base d'un programme d'actions  pour la durée d'un mandat plus ou moins long.

    eidhr-icon-big.jpgles élus agissent librement  durant leur mandat  : il s'agit pratiquement d'un mandat en blanc donné aux représentants.  la sanction  que le peuple peut infliger à l'issue du mandat c'est la non réélection.

    ce pouvoir du peuple est il suffisant?   ne faut -il pas inventer des moyens de régulation permanente des pouvoirs des représentants?

    La crise économique survenue pendant le mandat du Président de la république oblige à porter cette question car force est de constater que les engagements  pris pendant la campagne électorale  ne correspondent  plus aux attentes de la majorité des Français  et ne s'accordent plus à l'urgence de la situation.

    les réformes qui ne cessent de se succéder à la hâte  déstabilisent plus qu'elles n'apportent de solutions .et  créent des tensions sociales graves .

    les projets  "Hadopi,"  de suppression du juge d'instruction, de réforme de l'hôpital  etc... sont ils encore  des priorités? La politique sur l'emploi " travailler plus pour gagner plus" est- elle  cohérente dans une économie en récession?

    les exemples sont multiples.

    enfin le plan de relance centré sur le soutien massif des entreprises ,des investissements et non de la consommation par peur de l'inflation est -il en accord avec la volonté  de la majorité des français?

     

    Au delà de la question d'une régulation permanente par le peuple des pouvoirs qu'il  délègue à ses présentants, nous ne pouvons pas échapper au débat sur les principes démocratiques.

    En effet les pouvoirs en place ont laissé se développer au niveau mondial la démesure qui remet en cause  notre devenir:

    • démesure dans la répartition des richesses entre les pays et dans les pays entre les individus
    • démesure dans le développement industriel et la destruction de notre éco-système
    • démesure dans le découplage entre les finances et l'économie réelle

    c'est un peu l'idéal d'un monde meilleur véhiculé par le mot démocratie qui s'écroule.

    la démocratie  n'est- ce pas  permettre aux citoyens de participer aux décisions qui engagent leur devenir ?

     

    dans de nombreux domaines comme ceux de l'environnement, de l'économie, des flux migratoires par exemple, ce devenir ne peut plus être défini au niveau national . une vision mondiale s'impose.

    Aussi ne faut il pas  permettre à chacun d'avoir une visibilité du monde   pour permettre une construction collective des valeurs dans le respect du bien commun  à  l'échelle planétaire

    ce serait en quelque sorte donner du sens et renaître dans l'humanisation.

    Tâche colossale...en sommes nous capables ?

    car   notre nature humaine se situe entre le meilleur et le pire .

     

    image_3421.jpg

     

     

     

     

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu