Avertir le modérateur

martine aubry

  • Symphonies discordantes !

    Imprimer

    Réforme des retraites : que la Cacophonie commence !

    woerth_0.jpgAu cours de la semaine qui vient de s'écouler , le ministre du Travail, Eric Woerth   a reçu  les dirigeants syndicaux.

    Ces derniers  ont marqué leur opposition sur un allongement de la durée du travail, piste privilégiée par le pouvoir face au besoin de financement du système, évalué à 30 milliards d'euros dès 2010.

    Le ministre a, dans le même temps, confirmé exclure l'hypothèse d'une hausse des prélèvements, des cotisations ou des impôts.
    Son appel à une "réforme consensuelle", renouvelé ce week-end à l'adresse des partenaires sociaux et des partis, s'est soldé semble  par un échec :

    Bernard Thibault, CGT,  a dénoncé un "dialogue faussé" avec le gouvernement, voyant dans la mobilisation du 1er mai "le seul moyen" d'infléchir sa position.

    Le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly   a déclaré "Tel que c'est parti, je ne vois pas comment cela va pouvoir être consensuel. C'est mal barré pour qu'il y ait un accord".

    François Chérèque, CFDT, a aussi brandi la menace d'une "rentrée sociale importante" face au "manque de courage" du gouvernement.

    Cette semaine ce sont les syndicats de fonctionnaires et les partis politiques qui seront reçus par Eric Woerth  .

    Invité dimanche du «Grand rendez-vous» Europe 1/Le Parisien, Eric Woerth a  précisé que les «options» du gouvernement sur le sujet seraient dévoilées le 15 mai prochain, après consultation des grands responsables politiques, dont Martine Aubry le 28 avril.

    L'objectif du gouvernement demeure de présenter un projet de loi en conseil des ministres pour  la fin du mois de juin.


    Faisons un petit d'horizon sur  le sujet

    • le gouvernement donne le  la  " nous allons à la catastrophe si nous ne faisons rien"

    Sur le site gouvernemental "retraite 2010.fr"nous pouvons lire :

    "Le Conseil d'orientation des retraites a adopté le 14 avril le rapport actualisant les projections financières des régimes de retraite

    retraites.jpgCe rapport montre les effets des causes démographiques de long terme (vieillissement de la population et arrivée des classes du baby boom à l'âge de la retraite) sur l'équilibre financier des régimes de retraite.

    Il souligne que la crise a accéléré les effets de ces phénomènes structurels sur les difficultés financières des régimes de retraite : le besoin de financement du système de retraite atteint dès 2010 le niveau de 1,67 point de PIB qui était seulement attendu aux alentours de 2030 dans les projections financières précédentes.

    Quel que soit le scénario économique retenu, la situation financière des régimes est fortement aggravée à moyen terme : le besoin de financement, qui est de 30 milliards d'euros en 2010, atteint, en 2030, 70 milliards d'euros dans le scénario économique intermédiaire et dépasse les 100 milliards d'euros en 2050."

    Nostradamus a encore frappé .

    Alea jacta est ...le sort en est jeté quel que soit le scénario nous allons donc à la catastrophe  !!!! la réforme devient non seulement une  nécessité mais un devoir citoyen pour la sauvegarde des générations futures.......


    Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP), a promis dimanche que les députés allaient continuer de faire des efforts pour "rapprocher" leur régime de retraites, très avantageux, de celui de l'ensemble des Français.

    07-06-26-Bernard_Accoyer.jpg"Bien entendu le régime doit s'adapter. Tous les Français vont faire des efforts, les députés, comme ils l'ont déjà fait, vont en faire", a affirmé M. Accoyer lors de l'émission "Dimanche+" sur Canal Plus.

    Bernard Accoyer monte au créneau et soutient le gouvernement .

    En revanche silence des sénateurs  et pour cause  !

    Les sénateurs bénéficient d'un régime  meilleur que celui des hauts fonctionnaires ou que n’importe quel agent public.

    Alors que le régime des députés qui est également un régime très haut de gamme , financé à 88 % par le contribuable mais reste mal géré  celui des sénateurs est "remarquablement géré grâce, notamment, au recours à la capitalisation".

    Selon les informations diffusées par le Figaro ce régime  disposait, fin 2008, de 575 millions d'euros de réserves. "De quoi financer 23 années de prestations .

    C'est ce que révèle une étude de Sauvegarde retraites de décembre 2009, dont Le Figaro dévoile le contenu en exclusivité.
    http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/retraite_senateurs.pdf



    • Martine Aubry  assure que le parti socialiste sera force de proposition dans ce dossier.

    martine-aubry.jpgMartine Aubry fixe une méthode et esquisse quelques pistes de fond pour la réforme des retraites.

    Voici ses principales déclarations :

    « C’est aussi l’un des plus grands défis à relever par la puissance publique, celui du changement des conditions d’accès des seniors à l’autonomie, au logement, à la mobilité et aux soins, aux loisirs, ainsi que de leur indispensable financement. »

    « Nous n’acceptons pas l’appauvrissement de nos aînés »

    « Nous le ferons sans céder aux ultimatums. Le gouvernement cherche à dramatiser pour imposer ses décisions à sens unique dans l’urgence quand il faudrait, comme le demandent les organisations syndicales, prendre le temps d’une véritable négociation pour trouver les voies d’une réforme juste et viable dans la durée. »

    « Les choix opérés devront être réévalués à étapes régulières » , »

    « Les salariés et les retraités ne peuvent pas être les seuls sur lesquels reposent tous les efforts. Réformer les retraites suppose d’introduire sans tarder de nouvelles ressources dans le système. » (…) « Les pistes ne manquent pas: élargissement de l’assiette des cotisations à la valeur ajoutée, cotisations sur les stock-options et d’autres rémunérations non assujetties, abolition des privilèges fiscaux qui minent la cohésion nationale, surtaxe de 10 % de l’impôt sur les sociétés acquitté par les banques, affectée au fonds de réserve des retraites, etc »

    « nous défendrons le maintien de l’âge légal du départ à la retraite à 60 ans – c’est-à-dire la possibilité de faire valoir ses droits à pension –, avec la possibilité de partir plus tôt pour ceux qui ont exercé des activités particulièrement pénibles« .

    Pour aller plus loin : Le PS et les retraites ou le retour du refoulé

    Pour Eric Le Boucher, directeur  de la rédaction  d' « ENJEUX-LES ECHOS : "A en juger par les retraites, le PS 2010 est revenu dans sa ligne « mollettiste » : dans l'opposition, promettre la révolution ; au gouvernement, se résoudre à la gestion. Conserver une doctrine du « changer la société » et puis, au pouvoir, faire semblant de découvrir la dure vérité « comptable ». La ligne est de s'apprêter, en somme sciemment, à décevoir son électorat sitôt en place. Ce ne serait pas la première fois : cette « schizophrénie » vis-à-vis de l'exercice du pouvoir est inscrite dans la « génétique historique » des socialistes, comme l'ont écrit Alain Bergougnioux et Gérard Grunberg . Mais n'est-il pas temps de rompre quand tant de Français sont dégoûtés de la politique ?"

     

    • Les syndicats appellent à la mobilisation pour "un grand 1er-Mai". François Chérèque (CFDT) juge la position du gouvernement "intenable".

    En une semaine, le gouvernement a réussi à mobiliser les syndicats! Les leaders préparent leurs militants et les salariés à défiler contre la réforme des retraites. Eric Woerth, ministre du Travail, n’a pas encore annoncé les mesures concrètes. Il ne devrait pas les dévoiler avant la mi-mai. Mais vendredi, la CGT, la CFDT, la FSU, l’Unsa et Solidaires (SUD) ont appelé à un "grand 1er Mai". Les autres centrales, dont Force ouvrière, battront le pavé séparément. La fête du Travail tombe un samedi, propice aux grands rassemblements. Ce rendez-vous dans la rue devrait être suivi d’autres, au gré du calendrier de la réforme. Vendredi, le secrétaire général de la CFDT François Chérèque a anticipé "une rentrée sociale importante" pour septembre, quand le projet de loi sera discuté au Parlement, "s’il y a un texte qui ne va pas dans le sens qu’on veut".

    Les leaders syndicaux enragent. Ils constatent que le gouvernement est resté sourd à leurs propositions. Le ministre du Travail Eric Woerth a exclu cette semaine tout prélèvement supplémentaire pour financer les retraites, sauf cas particulier. Divisés sur d’autres points, les syndicats s’accordent pour réclamer des taxes nouvelles, notamment sur les revenus du capital.

     

    Laurence Parisot  veut faire sauter le tabou de la retraite à 60 ans .....LAURENCE PARISOT SUR RTL Copie.mp3

    cacophonie_politique700x190.jpg

  • "Politiques" quand cesserez-vous de vous moquer des Français?

    Imprimer

    martine-aubry.jpgAujourd'hui je suis particulièrement contrariée par le plan de relance proposé par le parti socialiste et par une proposition de loi déposée récemment par une partie des députés de gauche.

    je vais vous expliquer pourquoi je suis très très contrariée!!!

    soutenir les entreprises ou soutenir la consommation des ménages pour ne pas tomber dans la récession qui menace notre économie? cette question fait débat

    L'Europe dont la France " marquée " par le spectre de l'inflation a choisi la première solution, en revanche les Etats unis traumatisés par la crise de 1929 ont préféré la seconde.

    On peut discuter à l'infini de l'opportunité des choix des uns et des autres , les économistes soutenant selon leurs analyses des orientations opposées

    Ce qui est certain est le fait que la crise risque d'être durable avec sa cohorte de montée du chômage , de la pauvreté et de l'exclusion qui vont entraîner  un recul  de la consommation des ménages: baisse de consommation qui va affecter à son tour  le tissu   économique local (artisans, commerçants, micro-entreprises, PMI, PME )  et amorcer la spirale de la récession.

    dans ce contexte les mesures prises pour soutenir les plus fragiles semblent plus que modestes  pour ne pas dire dérisoires

    la nouvelle convention UNEDIC va peser très lourd dans les risques de paupérisation de la population  : pourquoi?

    deux raisons majeures:

    article_AubryRoyal.jpg- L'insuffisance des revenus de remplacement prévus par l'assurance chômage

    - une durée d'indemnisation trop courte

    un grand nombre de salariés mis au chômage sont endettés  notamment pour l'achat  de leur logement, beaucoup risquent de ne pas pouvoir honorer leurs dettes ....

    Syndicats, patronats seront les principaux responsables de cet état de fait et plus particulièrement ceux qui ont signé la convention UNEDIC  ou qui  ne se sont pas opposés à son agrément.

    dans ce contexte le parti socialiste dont les dirigeants sont proches des syndicats incriminés osent concocter un plan de relance et déposer une proposition de loi issue de ce plan  qui n'a aucune chance d'aboutir et procède  d'une volonté de séduire à tout prix   un électorat démotivé voir désabusé en vue des élections européennes .

    ce plan comporte de nombreuses propositions démagogiques, irréalistes  emballées dans une hypocrisie scandaleuse.

    ajoutés à cela les propos de Ségolène Royal  qui agitent en ce moment tous les médias alors vous comprendrez que l'intéret de l'opposition est de redorer un blason bien terni par la pauvreté  "intellectuelle"  de ses dirigeants  et par ses dissensions internes

    que dit ce projet de loi enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 18 mars 2009 sous le nom séduisant "de proposition de loi pour l’augmentation des salaires et la protection des salariés et des chômeurs .

    texte du projet de loi cliquer ici

    cette proposition fait partie du plan de relance  présenté par Martine Aubry

    plan de relance des socialistes

     

    06-06-25-royal-aubry-hollande-lang-fabius-dsk.jpgje donnerai deux exemples qui me paraissent  choquants:

    • une mesure est particulièrement démagogique  et irresponsable tant les effets pervers de cette proposition de loi peuvent être importants

    la proposition de loi prévoit   " pendant vingt-quatre mois à compter de la date de promulgation de  loi, les demandeurs d’emploi  suite à une fin de contrat à durée déterminée ou suite à une fin de contrat de travail temporaire, bénéficient d’une prolongation de six mois de leur indemnisation chômage, lorsqu’ils ont épuisé leurs droits à l’assurance chômage pendant cette période. Cette indemnisation supplémentaire est prise en charge par l’État."

    cette proposition  va créer des disparités inacceptables entre les chômeurs : un exemple :

    un salarié agé de moins de 50 ans  licencié alors qu'il a cotisé pendant   20 ans  percevra 24 mois d'indemnisation chômage.

    un salarié précaire ayant eu des missions  et ayant cotisé 24 mois  aura droit à 24 mois plus 6  mois   soit  30 mois d'indemnisation !

    Par ailleurs cette proposition ne peut pas être chiffrée  car telle qu'elle est présentée il suffira à un chômeur qui est en cours d'épuisement de ses droits d'accepter une mission à durée déterminée quelle qu'en soit sa durée ( il n'y a pas de minimum) pour prolonger ses droits  ce qui risque de faire exploser les indemnisations ...

     

    • Nous pouvons lire dans le plan de relance   les propos suivants:

    Après les attaques renouvelées ces dernières années contre le contrat de travail et les droits des salariés, il conviendra de refaire du CDI le socle de notre droit social. Les entreprises qui font des contrats précaires et à temps partiel un mode de régulation permanent des effectifs seront pénalisées, grâce à un système de modulation des cotisations sociales en fonction du nombre de contrats précaires et à temps partiel auxquels il est recouru de façon durable.

    c'est le comble de l'indécence : pourquoi ?

    Nous savons tous que le temps partiel imposé et non choisi a explosé ces 20 dernières années créant la catégorie des salariés pauvres et notamment parmi les jeunes et les femmes

    qui a été le précurseur en la matière pour développer le temps partiel par des exonérations de cotisations pour ce type d'embauche?

    le parti socialiste dont  Martine Aubry notamment avec les lois de 1992 et 1993 incitant à la réduction du temps de travail et au développement du temps partiel.

    je me souviens d'avoir assisté lorsque j'étais étudiante en droit à une conférence de Martine Aubry sur le temps de  travail .

    c'était en 1978 elle vantait les mérites d'une annualisation du temps de travail et notamment celui du temps partiel

    et nous savons à quel point ces idées "révolutionnaires "ont permis de précariser toute une partie du salariat.

    les Français ont -ils la mémoire courte ? je me pose la question

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu