Avertir le modérateur

marseillaise

  • Besson la Carmagnole gronde !

    Imprimer

    Cher Monsieur Besson vous voulez faire chanter la Marseillaise aux Français attention qu'ils ne dansent pas au son de la carmagnole....*

    Invité Dimanche du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, Eric Besson  a annoncé la tenue d’un «grand débat sur les valeurs de l’identité nationale».

    Après la lecture de la lettre de Guy Mocquet dans les "établissements scolaires " , Eric Besson souhaite que les jeunes Français aient au moins une fois par an l'occasion de chanter la Marseillaise.

    Il souhaite réaffirmer les valeurs de l'identité nationale et la fierté d'être français et lancer un grand débat sur le sujet .

    Ce débat durera deux mois et demie avant un "grand colloque de synthèse" fin  janvier-début février, a précisé le ministre qui va demander "aux préfets et aux sous-préfets d'organiser des réunions avec les forces vives de la Nation sur le  thème de qu'est-ce qu'être Français, quelles sont les valeurs qui nous relient, quelle est la nature du lien qui fait que nous sommes français et que nous devons être fiers".

    écoutez

     

    Alors que  notre pays ne cesse d'être éclaboussé par des scandales , des "affaires "comme on dit pudiquement ( les dernières en date : l'affaire Frédéric Mitterrand, celle de Jean Sarkozy et l'Epad, les pratiques indécentes des établissements bancaires qui continuent à distribuer  des" bonus" alors qu'ils ont été largement subventionnés...), alors que  le chômage ne cesse de grimper, que le travail précaire  explose, que le climat social dans les entreprises est au plus mal   il faut bien que  le pouvoir politique en place redore son blason.

    La peur de la grippe H1N1  n' ayant pas rassemblé nos valeureux Gaulois dans la lutte contre le fléau du siècle il faut bien  trouver un "truc "qui va les rapprocher du pouvoir en place qui ne cesse de multiplier les faux pas sur fond de crise sociétale.

    Régionales obligent l'heure du rassemblement a sonné   il se fera au son du nationalisme le plus primaire qui soit...avec Eric Besson comme chef d'orchestre.

    La burqa met la république en danger il faudra l'éradiquer et les Afghans seront renvoyés  manu militari  dans leur pays.

    En matière d'immigration, M. Besson a réaffirmé que les "retours groupés" d'Afghans vers leur pays d'origine, critiqués par les associations des droits de l'homme et la gauche, se poursuivraient: neuf, a-t-il dit, ont été reconduits depuis le début de l'année.

    "Je respecterai les objectifs qui m'ont été assignés", a réaffirmé plus globalement le ministre, précisant que 21.000 personnes avaient été déjà reconduites sur un objectif de 27.000 pour l'année fixé par le président de la République.

    Faites chanter les Français Monsieur Besson , organiser vos débats

    Pendant ce temps  une grande partie de nos concitoyens  galère  et se paupérise

    Prenez garde à ce que cette France là  , lasse de vos mascarades ne commence à danser  au son de la carmagnole !

    *La Carmagnole est une chanson révolutionnaire anonyme et très populaire créée en 1792 quand l'Assemblée nationale vote la convocation de la Convention et décrète l'arrestation du Roi après la Prise du Palais des Tuileries. Originaire du Piémont, ce chant gagne d’abord la région de Marseille, avant d’atteindre Paris. Elle se popularise ensuite dans toute la France après la chute du trône pour devenir un hymne des sans-culottes.

     

     

    Realisation_du_27-10-09.jpg

     

     

    article de Libération clic ici

    extrait

    Le ministre de l’Immigration, Eric Besson, invité hier du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, a annoncé la tenue d’un «grand débat sur les valeurs de l’identité nationale». Soit une série de réunions dans les préfectures et sous-préfectures, animées par «le corps préfectoral et les parlementaires», auxquelles prendront part les «forces vives de la nation», et qui commenceront le 2 novembre, précise ce lundi le ministère.

    Par «forces vives», le ministre entend les «mouvements associatifs, enseignants, élèves et parents d’élèves de l’enseignement primaire, secondaire et supérieur, organisations syndicales, représentants des chefs d’entreprises, élus locaux, représentants des anciens combattants et des associations patriotiques».

    Ce débat «devra permettre de valoriser l’apport de l’immigration à l’identité nationale, et de proposer des actions permettant de mieux faire partager les valeurs de l’identité nationale à chaque étape du parcours d’intégration», annonce le ministre.

    La discussion devrait se conclure par «un grand colloque de synthèse» «avant le 28 février 2010», soit un gros mois avant les élections régionales... L’occassion de remettre en avant ce marqueur fort à droite qui avait largement servi Nicolas Sarkozy durant la campagne présidentielle de 2007, lui permettant notamment d’empiéter sur les platebandes du FN. Et ce alors que l’électorat traditionnel de droite a pu être franchement déboussolé, ces dernières semaines, par un certain nombre de polémiques (Frédéric Mitterrand, Jean Sarkozy).

    Même du côté associatif, le calendrier pose question. «Un débat sur l'Identité nationale me semble utile mais on ne peut que s'étonner du moment choisi, juste avant les régionales», juge ainsi Pierre Henry, le directeur général de France terre d'asile, interrogé par Libération.fr. «La mise en scène de ce sujet, à un moment où la majorité ressort le marqueur identité nationale-immigration-sécurité, pose problème.»

     

    Accusant le ministre de concevoir la question par le plus petit bout de la lorgnette, l’historien Patrick Weil juge «insupportable» sa «volonté d’encadrer quelque chose qui a toujours été très divers et fluide». Une définiton impossible? «Etre français, c’est se rattacher à des traditions extrêmement différentes», explique-t-il à l’AFP. «On peut se sentir Français en relation avec Jeanne d’Arc, Louis XIV, Danton ou Robespierre, de Gaulle ou Clemenceau. Il n’y a pas une seule façon d’être Français.» Est-ce à Besson de trancher? Certainement pas, argue encore le directeur de recherche au CNRS, auteur de l’ouvrage Qu’est-ce-qu’un Français? Histoire de la nationalité française depuis la Révolution: «Ce n’est pas au pouvoir politique de décréter qu’est-ce que c’est qu’être Français.»

    Max Gallo, qui s’était prononcé en faveur de l’élection de Sarkozy, nuance: «Il y a une identité nationale qui est ouverte, qui s’élargit, se modifie, se colorise mais il y a aussi des fondamentaux qui jouent dans la vie politique et qu’il est bon de rappeler», a-t-il développé sur RTL, se disant «satisfait que la question cruciale de l’identité nationale soit posée». «Il faut écarter tout de suite l’idée que l’on fait un clin d’oeil à l’extrême droite ainsi que celle que l’identité nationale est fixée une fois pour toute», ajoute Gallo.

    Pour l’historienne Esther Benbassa, «la question, telle qu’elle est posée par Eric Besson, semble désuète», voire «racoleuse, vieux-jeu». Bref, à contre-temps de «toutes les évolutions actuelles et historiques». «Face à une mondialisation galopante, les identités sont multiples. L’identité nationale c’est un concept qui ne parle pas aux gens, sauf à ceux d’extrême-droite», affirme Esther Benbassa à l'AFP, y voyant une tentative de «restaurer des idées galvaudées».

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu