Avertir le modérateur

mai

  • Joli mois de mai

    Imprimer

    Offrir du muguet le  1er mai  est une  tradition  que nous devons à Charles IX.

    Mais avant cela, le muguet paraît-il, incarnait le renouveau au Japon. C'étaient les premières fleurs de la saison. Puis, les clochettes blanches deviennent porte-bonheur chez les Celtes. Au Moyen-Age, on les dépose devant la porte de sa fiancée pour lui déclarer sa flamme.

    En France c’est au  XVI ème siècle que 1er mai et brin de muguet ne font plus qu’un.  Selon la légende un des chevaliers de Charles IX lui rapporte la petite fleur, le roi est conquis, l’offre à toutes les dames de la cour comme gage de bonheur à la veille de son sacre : le 1er mai 1561.

    Le muguet  est extrêmement toxique. Lorsque Charles IX décida d'offrir les clochettes blanches le 1er mai, il ne savait pas que cette plante était toxique. Des centaines de sujets du Roi firent leur soupe avec du muguet et ils en moururent.

    muguet-1er-mai-par-franz-xaver-winterhalter-1851.jpg

     

    Muguet et fête du travail 

    Le 1er mai 1886, aux États-Unis, une très forte pression des syndicats sur le patronat et le gouvernement permet à environ 200.000 travailleurs d'obtenir la journée de huit heures.

    En souvenir de ce succès, les syndicats européens, quelques années plus tard, instituent une «journée internationale des travailleurs» ou «Fête des travailleurs» destinée à se renouveler tous les 1er mai. Cette journée est aujourd'hui plus volontiers appelée «Fête du Travail», bien que l'expression prête à confusion...

    En France, dès 1890, les manifestants du 1er mai ont pris l'habitude de défiler en portant à la boutonnière un triangle rouge.

    Celui-ci est quelques années plus tard remplacé par la fleur d'églantine.

     En 1907, à Paris, le muguet, symbole du printemps en Île-de-France, remplace cette dernière. Le brin de muguet est porté à la boutonnière avec un ruban rouge .

    le 23 avril 1919, le Sénat français ratifie la journée de huit heures et fait du 1er mai suivant, à titre exceptionnel, une journée chômée.

    Les manifestations du 1er mai 1936 prennent une résonance particulière car elles surviennent deux jours avant le deuxième tour des élections législatives qui vont consacrer la victoire du Front populaire et porter à la tête du gouvernement français le leader socialiste Léon Blum.

    C'est pendant l'occupation allemande, le 24 avril 1941, que le 1er mai est officiellement désigné comme la «Fête du Travail et de la Concorde sociale» et devient chômé. Cette mesure est destinée à rallier les ouvriers au régime de Vichy. Son initiative revient à René Belin. Il s'agit d'un ancien dirigeant de l'aile socialiste de la CGT (Confédération Générale du Travail) qui est devenu secrétaire d'État au Travail dans le gouvernement du maréchal Pétain.

    À cette occasion, la radio officielle ne manque pas de préciser que le 1er mai coïncide avec la fête du saint patron du Maréchal, Saint Philippe (aujourd'hui, ce dernier est fêté le 3 mai) !

    Le 30 avril 1947, la mesure est reprise par le gouvernement issu de la Libération qui fait du 1er mai un jour férié et payé... mais pas pour autant une fête légale. Autrement dit, le 1er mai n'est toujours pas désigné officiellement comme Fête du Travail. Cette appellation n'est que coutumière...

    source Hérodote 

  • Un premier Mai qui sera bien triste

    Imprimer

    188056_197155990322867_1021740_n.jpg
    Selon un  COMMUNIQUE COMMUN CFDT - CGT – FSU – Solidaires – UNSA, le 1er mai 2011 sera  une  journée de solidarité internationale et de progrés social.

    Je regrette que les syndicats  ne fassent pas de ce  1er mai  une  grande journée de dénonciation de  la montée de la paupérisation et de  l'exclusion en France.

    Je regrette  qu'ils  ne soient pas plus actifs pour mettre fin aux "chasses aux sorcières "organisées par le gouvernement  comme la chasse aux fraudeurs présumés que sont  les chômeurs, les allocataires du Rsa .....

    Il y a des situations d'urgence  qui n'attendent plus ..... (illustration du site génération précaire)

    S'il y a  de la souffrance au travail  ( cheval de  bataille dans les mois qui viennent de  la CGT ), il  existe également  un grand  sentiment d'abandon  et de mal vivre    chez les chômeurs, les allocataires  du Rsa et des minima sociaux , les handicapés et d'une manière générale  les personnes  " pauvres ".

    Le gouvernement veut faire des économies et lance une véritable chasse à la fraude .

    Cette chasse à la fraude a  pour corollaire   une politique absurde du chiffre  dans le nombre des contrôles , des redressements et le montant des économies à réaliser...

    Les ordres qui sont donnés  par  les plus hautes instances de l'état   créent  parmi  le personnel des CAF, de  Pôle emploi et autres administrations  ainsi que parmi le public ,   une suspiçion généralisée des personnes  qui perçoivent des revenus de remplacement.

    Certains  agents trop zélés  deviennent ainsi de faux justiciers qui n'hésitent pas ,pour satisfaire leur hiérarchie , à radier abusivement   les chômeurs , des listes de pôle emploi,  à faire des contrôles  chez les particuliers qui relèvent de l'inquisition.

    D'autres   n'arrivent plus à faire correctement leur travail  et multiplient  erreurs et  oublis dans le calcul des prestations.

    Sans compter  la barrière aseptisée de  l'indifférence  que constituent les  automates  des plates formes téléphoniques  ,  qui  vous font interminablement  pianoter  sur les touches du téléphone , avant de vous transmettre , lorsque vous avez de la chance ,  le bon service ....

    Surfer sur les forum et vous vous apercevrez de l'ampleur des dégâts causés par une politique indigne , qui ne vise que les plus pauvres et   oublie  les plus nantis : l'affaire  Bettencourt  étant le fleuron le plus visible  de cette injustice !.

    Mais les accidentés de la vie  sont seuls, fragiles, isolés, non syndiqués...... ils ne font pas de bruit  et n'ont aucun moyen d'action si ce n'est que de subir et de baisser la tête.

    Des suicides il y en a  très certainement plus qu'à France télécom, Renault ou Pôle emploi  mais  ils sont muets ....


    Joli mois de mai par ChristinAJADE

     


    voici le communiqué  COMMUN CFDT - CGT – FSU – Solidaires – UNSA

    Le 1er mai 2011 sera  une  journée de solidarité internationale et de progrés social.

    Les organisations CFDT - CGT – FSU – Solidaires – UNSA expriment leur soutien aux peuples des pays arabes qui se soulèvent pour la dignité et la liberté. Partout dans le monde, cette onde de choc salutaire bouscule les dictatures et porte un message d’espoir de liberté, de démocratie et de progrès social.

    Elles font aussi du 1er mai une journée
    de solidarité européenne en dénonçant les politiques d’austérité imposées par les Etats membres de l’Union et les Institutions européennes pour « assainir » les dépenses publiques. Les salarié(e)s ne doivent pas payer le coût d’une crise dont ils ne sont pas responsables.

    En France, le 1er mai 2011 se déroule dans un contexte de crise économique et sociale qui creuse les inégalités et mine la cohésion sociale, un contexte de tension sociale toujours forte liée aux préoccupations des salariés en matière d’emploi, de salaires et de conditions de travail qui se sont exprimées fortement dans les mobilisations de 2009 et 2010 face à la crise et à la réforme des retraites.

    Partout participons aux manifestations unitaires pour :

    • Donner la priorité à l’emploi par des politiques économiques et sociales prenant appui sur une réelle politique industrielle qui réponde aux impératifs écologiques et des services publics de qualité, favorisant la réduction des inégalités. Prioriser des mesures en faveur des jeunes. Mettre fin au non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

    • Améliorer les salaires, les pensions et le pouvoir d’achat, permettre à chacun de vivre dans la dignité en garantissant le droit pour toutes et tous à une protection sociale solidaire et de haut niveau tout au long de la vie ; Faire reculer les inégalités entre les femmes et les hommes

    • Améliorer les conditions de travail et faire reconnaître la pénibilité ;

    • Lutter pour l’égalité des droits et contre toutes les discriminations, notamment concernant tous les travailleurs migrants.

    L’exigence d’une vie meilleure faite de justice sociale, du respect des droits fondamentaux, d’un travail décent, reconnu et valorisé doit se faire entendre.

    Mobilisons-nous pour le « vivre ensemble », la solidarité entre les salariés et l’égalité des droits, le choix de la paix, le choix du social. C’est de cette façon que reculeront l’exclusion, le racisme, le rejet de l’autre.

    Nos organisations appellent tous les salariés, les chômeurs et les retraités à participer aux manifestations unitaires organisées dans toute la France.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu