Avertir le modérateur

laurence ferrari

  • Du journalisme obséquieux

    Imprimer

    David Pujadas raconte les coulisses de l'interview du chef de l'état: la préparation de l'émission, les questions, la réparttion des questions entre les journalistes

    David Pujadas affirme que pour lui il n'y a pas eu ou des "contacts quasi inexistants" avec l'Elysée avant l'émission  donc liberté semble t -il des journalistes pour mener l'émission comme ils le souhaitaient

    Permettez moi Monsieur Pujadas de douter de vos propos   ou alors vous vous êtes auto censuré pour les raisons qui vous appartiennent ce qui est fort génant pour le citoyen, ou vous n'avez pas la stature pour interviewer un chef d'état  particulièrement  à l'aise dans ce genre d'exercice.

    tous les journalistes présents ont été des spectateurs d'un monologue du chef de l'état

    ils ont laissé se dérouler l'entretien à la convenance du chef de l'état

    Nous sommes loin des conférences de presse faites aux États Unis.

    Quoi que vous en disiez , personnellement je ne suis pas dupe et je ne vous félicite pas de cette émission  malgré le talent que je vous reconnais pour  vos prestations dans d'autres émissions.

     

    Je recommande à tous la lecture du livre de Jean Laurent Poli

    Abécédaire obséquieux des gens de télévision

    Jean-Laurent POLI

    Image À une époque où sur les écrans du Paysage audiovisuel français “Machin reçoit Truc”, l’embrasse, le couvre d’éloges, en attendant que Truc à son tour, rende la pareille à Machin, Jean-Laurent Poli a décidé d’user de la même pratique en feignant d’entonner le refrain : “tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil”. Et puisque la liberté de blâmer est impossible consacrons-nous à l’éloge flatteur ! Et même à… l’hagiographie des Drucker, Delarue, Ardisson, Dechavanne, Ruquier et autres personnalités incontournables de la télévision. Louons-les comme ils le méritent, ces invités permanents à la table familial. Rendons grâce à ces stars télé qui squattent à l’insu de notre plein gré une partie de notre imaginaire. Puis très vite, lecteurs attentifs du panégyrique de ces saints de l’Audimat, entre les lignes, commençons à sourire…


    Jean-Laurent Poli, journaliste de presse écrite, écrivain est également enseignant associé à l’Université Paris 8 où il anime des ateliers sur les techniques d’écriture journalistique. Auteur d’un roman, de nouvelles et d’une biographie récente de Yannick Noah aux éditions de l’Archipel, il a écrit deux pièces de théâtre et participé comme reporter à de nombreux émissions audiovisuelles.

  • Nicolas SARKOZY : un one man show "brouillon"

    Imprimer

    images.jpgà 20h 15 tout le monde est en piste

    Générique

    David Pujadas et laurence Ferrari sont en face du Président . Ils sont tendus .

    • un reportage rapide est diffusé sur la situation des Français et le pouvoir d’achat.

    images.jpgAprès le reportage, le Président  reprend les mots qu’il avait utilisés lors de son plan de relance

    " Nous avons affaire à une crise comme le monde n'en a jamais connue depuis un siècle. Je comprends l'inquiétude des Français"

    il rappelle  les sommes mobilisées pour relancer l'économie et soutenir les banques. Il précise que les sommes  prêtées à ces dernières "n'ont pas coûté un centime aux Français et rapporteront de l'argent". il annonce que l'intégralité des revenus des intérêts perçus en 2009 sur les fonds prêtés aux banques en difficulté, soit 1,4 milliard d'euros, sera utilisé pour financer des projets de politiques sociales ."


    A la question posée par David Pujadas il répond que la priorité pour le quinquennat est la réhabilitation au travail il en profite pour égratigner la politique menée par les socialistes ( le partage du temps de travail)

    il réaffirme sa volonté de mener à bien toutes les réformes entreprises et parle de malentendus pour celles qui ont été retirées : fichier Edvige « Le fichier EDVIGE, j'ai découvert cela en lisant la presse »  ( de qui se moque t-on ?)

    Laurence Ferrari fait remarquer timidement  qu’il y a des manifestations .

    Du revers de la main le président affirme  que «  si  on doit arrêter chaque réforme quand il y a une manifestation, on ne réformera rien.. »

    Par cette petite phrase  qui semble anodine il entend affirmer sa volonté d’aller jusqu’au bout des réformes et que les manifestations n’y changeront rien car c’est la tradition française de manifester. coup de griffe   à la manifestation du 29 janvier 2009. À bons entendeurs salut !!!!

    le ton est donné

    Lire la suite

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu