Avertir le modérateur

jeunesse

  • Le gouvernement a peur de nos jeunes

    Imprimer
    dessin jeunes.jpgune jeunesse sans espoir est une jeunesse au bord de l'explosion.
    le plan d'urgence veut la canaliser et donne des solutions plus politiques  que des remèdes de fond .

    le plan d'urgence en faveur de l'emploi  des jeunes  a été présenté par  Nicolas Sarkozy  vendredi 24 avril.

    il est de bon ton de critiquer toutes les mesures gouvernementales

    Dans chacun de mes billet je m'applique à essayer de porter  le regard le plus objectif  sur les dispositions légales, réglementaires ,conventionnelles  prises

    Force est de constater  que les mesures en faveur des jeunes  ont un air de déjà vu , ne prennent pas le problème dans son ensemble et auront un effet immédiat  voir d'aubaine  pour certains employeurs.

    Attachons -nous au constat de la situation des jeunes pour analyser les mesures annoncées

    le constat

    • Au troisième trimestre 2008 le taux de chômage des moins de 25 ans  était déjà de 19,7 %, contre 7,7 % en moyenne et 5,3 % pour les plus de 50 ans.( Ce taux est  calculé  en fonction des jeunes qui ont un emploi ou en cherchent.  il ne prend  pas en compte ceux qui poursuivent des études. Or, beaucoup de jeunes étudiants cherchent un emploi )

    manif2303banlieuece7.jpgen Février 2009  on recense  434 300 demandeurs d'emploi de moins de 25 ans  soit 105 400 de plus qu'un an auparavant,

    Avec la crise économique toutes les classes d'âge sont touchées mais les jeunes plus particulièrement  car cette progression est de 33% alors que pour les autres elle est de  17% ce sont les jeunes les moins diplômés qui sont le plus exposés .selon la Dares, le taux de chômage des jeunes ayant au mieux un brevet des collèges est environ quatre fois plus important que celui des diplômés du supérieur.

    • le  taux de  chômage des jeunes est trés sensible à la  conjoncture économique car ce sont les jeunes qui forment le contingent le plus important des salariés précaires ( CDD, intérim, temps partiel, sans oublier les stages abusifs  qui forment un véritable sous emploi) et lorsque le carnet de commande est vide les entreprises se séparent en premier des salariés précaires.
    • les CDD et autres formes de contrats précaires sont bien souvent l'anti-chambre du salariat pérenne  stable mais aujourd'hui avec la crise économique ces emplois sont en chute libre. d'autant que les entreprises préfèrent recourir aux heures supplémentaires  exonérées de charges sociales que d'embaucher .  Elles préfèrent aussi mettre en place le système des conventions de forfait ( voir mon article " la face cachée de l'emploi " du 22.12.2008 ).
    • La précarité touche davantage les moins diplômés.

    medium0011.jpgà cela s'ajoute un phénomène  de discrimination . Selon le Céreq, les jeunes résidant en zone urbaine sensible connaissent  plus de difficultés pour s'insérer professionnellement .

    " le Crédoc résume les facteurs accentuant, pour un jeune, le risque d'être touché par l'éloignement de l'emploi de qualité : être très peu qualifié ou avoir suivi une formation générale (c'est-à-dire plus théorique que professionnelle) ; être une femme ; habiter une zone urbaine sensible ; avoir des parents non européens ."

    si les parents ne peuvent pas aider financièrement leurs jeunes  « le cumul de la précarité économique et de l'isolement social peut conduire très vite à des formes profondes et durables d'exclusion et de pauvreté », rappelle le sociologue Olivier Galland .

    • Avant la crise, un cinquième des jeunes de 16 à 25 ans vivait  sous le seuil de pauvreté, c'est-à-dire avec moins de 880 euros par mois. Soit 1,4 million de personnes.

      les 16-25 ans sont surreprésentés dans les centres d'hébergement d'urgence,  dans les taux de suicide.


    les remèdes

    bb74478.jpgDoté d'une enveloppe de 1,3 milliard d'euros, l'objectif du plan est d'aider 500.000 jeunes à s'insérer dans la vie active d'ici à juin 2010.

    • les entreprises qui recrutent un apprenti d'ici à juin 2010 seront totalement exonérées de charges sociales, les entreprises de moins de 50 salariés qui embaucheront un jeune en apprentissage recevront une prime de 1.800 euros.
    • L'Etat va mobiliser les centres de formation des apprentis, le Pôle Emploi et les chambres consulaires, "pour que chaque apprenti en situation de rupture puisse rapidement trouver un nouvel employeur".
    • Les entreprises qui concluent un contrat de professionnalisation recevront une prime exceptionnelle de 1.000 euros pour toute nouvelle embauche d'un jeune de moins de 26 ans. La prime pourra atteindre 2.000 euros, si le jeune en contrat n'a pas le niveau du baccalauréat.
    • un décret va prochainement rendre obligatoire la rémunération des stages à partir de 2 mois, au lieu de 3 mois aujourd'hui. "La loi sera modifiée avant l'été", a affirmé le chef de l'Etat, avant d'ajouter que les entreprises qui embaucheront en CDI leur stagiaire percevront une prime de 3.000 euros.

    "Cette aide sera ouverte si le jeune a été en stage avant le 1er mai 2009 et si l'embauche est réalisée avant la fin septembre 2009".

    • le nombre de contrats initiative emploi sera doublé : 50.000 contrats supplémentaires seront proposés au second semestre 2009.

    2009_JeunesChômeurs_Lukiyanova Natalia frenta .jpg(Le contrat initiative emploi est un contrat à durée indéterminée ou un CDD de 24 mois.  L'employeur bénéficie d'une aide de l'Etat, qui peut aller jusqu'à près de 50% du SMIC.)

    Mes commentaires

    • Notre système des aides sociales protège assez bien certaines catégories (comme les chômeurs qui viennent de perdre leur emploi) mais en protège très mal d'autres, comme les entrants sur le marché du travail. En fait, la protection sociale favorise ceux qui sont déjà dans le système.

    la nouvelle convention Unedic qui exige 4 mois de cotisations pour être indemnisé va légèrement améliorer la situation

    quant à la prime de 500 euros  pour ceux qui ont cotisé moins  c'est une cautère sur une jambe de bois  qui encore une fois est mal ciblée  ( voir mes articles  dans la catégorie chômage )

     

    • privilégier les contrats en alternance facilite l'intégration dans le monde professionnel . En revanche, les contrats aidés sentent le "réchauffé"  .Nous savons tous  que ces contrats donnent des résultats rapides mais non sur du long terme .ils débouchent rarement sur des emplois pérennes  C'est une réponse politique au problème.

    bien plus dans de nombreux cas ils créent l'effet d'aubaine c'est à dire les employeurs qui avaient l'intention d'embaucher de manière stable vont le faire sous cette forme de contrat

    • les jeunes de moins de 25 ans sont exclus  de nombreuses aides  car  notre système privilégie les aides aux familles alors qu'il faudrait aider directement les jeunes. ce système contribue largement à l'exclusion de toute une partie de la jeunesse des classes sociales défavorisées  qui ne peuvent pas apporter de soutien financier à leurs jeunes.
    • les mesures qui favorisent telle ou telle classe d'âge  sont dépassées et ont des effets pervers
    • il faut repenser complètement  la formation et les études   car cumuler un emploi avec des études est pénalisant en terme de réusssite.là encore ce sont les classes les moins favorisées qui sont le plus pénalisées

    il faudrait transformer complètement l'agencement des études  universitaire....

     

    fistonsarkozyjj5.jpgbref il faudrait avoir une vision globale du problème des jeunes et lui apporter une solution globale.les solutions proposées par le plan d'urgence sont loin de répondre à cette vision globale

    elles ont pour seul objectif  de canaliser une jeunesse qui  fait peur en s'orientant vers des mesures à court terme.

    car le gouvernement et le patronat savent fort bien qu'une jeunesse qui n'a plus d'espoir est une jeunesse au bord de l'explosion

    ( Selon une étude de la Fondation pour l'innovation politique, un think tank proche de l'UMP, réalisée en 2008, seuls 26 % des Français de 16 à 29 ans jugent leur avenir prometteur, contre 60 % des Danois et 54 % des Américains du même âge)

     

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu