Avertir le modérateur

identité nationale

  • Triste spectacle

    Imprimer

    Tout cela fait un peu désordre !

    Bientôt nous n'aurons plus besoin d'aller au cinéma car nos politiques ne cessent de  jouer une comédie  qui à défaut d'être haute en couleurs est débridée et incohérente.

    vincent_peillon.jpgL'eurodéputé PS,Vincent Peillon, invité dans l'émission "A vous de juger" jeudi soir sur France 2,  devait participer, en deuxième partie d'émission, à un débat sur l'identité nationale avec le ministre de l'immigration Eric Besson et la vice-présidente du FN Marine Le Pen.

    Coup de théatre au cours de l'émission :

    Arlette Chabot, présentatrice et directrice de l'information de la chaîne qui interroge  Éric Besson, apprend - via son oreillette - que Vincent Peillon a changé d'avis et ne viendra pas débattre.

    Non seulement il ne viendra pas mais en plus il réclame la démission de la journaliste.

    Quelques minutes plus tard, Arlette Chabot lit une dépêche qu'on lui tend et dans laquelle Vincent Peillon  explique qu'il refuse de participer au débat sur l'identité nationale qu'il juge "indigne" et "inacceptable".

    Arlette Chabot précise alors  que le matin même elle avait eu  Vincent Peillon au téléphone , que  l'organisation des débats avait été vu avec Vincent Peillon, qu'il n'y avait aucun piège et que ce dernier ne s'était pas décommandé.

    Volte-face tardive de Vincent Peillon  qui  a attendu le début de l'émission pour faire son annonce ..

     

    Patrice Duhamel, le numéro deux du groupe France Télévisions, se dit "stupéfait et indigné".

    Nathalie Saint-Cricq la rédactrice en chef de l'émission  indique aujourd'hui au Point  "J'ai invité Vincent Peillon avant Noël pour le 14 janvier. Il a accepté sans discuter". Je n'ai même pas eu besoin de le convaincre. "Au retour des vacances, le 3 ou le 4 janvier, je lui ai confirmé que l'émission aurait bien lieu et je lui ai détaillé le dispositif". C'est alors que Vincent Peillon prend connaissance que Marine Le Pen sera également de la partie et que l'émission sera composée de deux face-à-face : Besson-Le Pen et Besson-Peillon. La question se pose de savoir laquelle des deux confrontations passera avant l'autre. "Vincent Peillon préférait passer en second de manière à entendre au préalable le duel Besson-Le Pen, explique Nathalie Saint-Cricq. Il souhaitait ainsi ramasser les arguments échangés et pouvoir se positionner."

    Vincent Peillon a publié sur son blog les raisons de son faux bon...

    Aujourd'hui Vincent Peillon  déclare au site internet Rue89  , que son faux bond au débat sur France 2, jeudi soir, où il devait affronter le ministre de l'immigration, Eric Besson, n'a pas été décidé au dernier moment mais préparé "depuis longtemps", pour "faire un incident". "J'avais pris ma décision depuis plusieurs jours. C'était préparé avec quelques-uns. Je voulais qu'il y ait un incident. Il fallait que ça fasse un peu scandale"

    La décision de Vincent Peillon intervient après une première protestation des journalistes syndicalistes du SNJ-CGT de France Télévisions, qui ont déploré mercredi dans un communiqué « qu'un tel spectacle ait lieu sur les antennes du service public, (…) qui servira encore mieux à flatter les mauvais instincts et faire le lit des thèses racistes et xénophobes que soutient depuis toujours le FN ».


    L'attitude cavalière de Vincent Peillon  désoriente et les explications que ce dernier donne ne sont pas convaincantes!

    • Force est de constater que Vincent Peillon qui a annoncé à la dernière minute qu'il ne viendrait pas débattre avec Eric Besson  a laissé le champ libre au ministre et également à Marine le Pen.
    • Force est de constater  que Vincent Peillon en se retournant contre  France 2 et demandant la démission d'Arlette Chabot a  fait preuve de maladresse
    • Force est  de constater  qu'il fait encore une fois cavalier seul  en voulant couper l'herbe sous les pieds d'autres socialistes qui auraient accepté le débat en cas d'annonce de sa défection "Mais j'avais pris ma décision depuis plusieurs jours. C'était préparé avec quelques uns. Je voulais qu'il y ait un incident. Il fallait que ça fasse un peu scandale. Je ne voulais pas qu'ils se rabattent sur un autre socialiste. La France doit s'arrêter de s'enfoncer dans la terreur. Eric Besson est en train de nous faire une catastrophe."indique Vincent Peillon à rue89

    Nous étions nombreux à attendre ce face à face avec Eric Besson .

    Si Vincent Peillon voulait vraiment créer  l' évènement il aurait du venir sur le plateau et exposer les raisons de son refus de débattre et affronter en direct la direction de la Chaîne qui soit disant l'avait piégé et Eric Besson .

    Une attitude qui eû été  plus convenable et plus courageuse....

    Que ce soit à droite  comme à gauche ce ne sont que tiraillements et chamailleries ( dernier exemple Copé  faisant solo pour la Burqa )

    Bientôt nous n'aurons plus besoin d'aller au cinéma car nos politiques ne cessent de  jouer une comédie  qui à défaut d'être haute en couleurs est débridée et incohérente.

    Merci à chimulus pour ce croquis trés approprié.....

     

    20069_102239529805690_100000589301488_55475_5624975_n.jpg

  • Ma contribution au débat sur l'identité nationale

    Imprimer

    Dans divers articles j'ai dénoncé le débat  sur l'identité nationale qui à mon sens est inutile et dangereux car il fait le lit de la xénophobie.

    Aujourd'hui  je poste cette vidéo .

    C'est ma manière d'affirmer haut et fort que je  suis  citoyen du monde et que je n'oublie pas que le peulple français   est la résultante de multiples immigrations ...

    Nous sommes tous des fils d'immigrés....

  • Un débat pernicieux.

    Imprimer

    petainaf7.jpgLe débat sur l'identité nationale sent la naphtaline pétainiste .

    Battez tambours sonnez clairons les préfets  vont organiser les débats locaux  concernant l'identité nationale.

    Les préfets étant de petis enfants , Eric Besson a tenu à leur prendre  la main pour les aider  à marcher euh  pardon à organiser les débats.

    Vous trouverez ci- après le texte de la circulaire ( lisez surtout l'annexe) envoyée aux préfets .

    Une lecture rapide m'a fait écrouler de rire  mais à bien réfléchir le débat se veut orienté et est à mon sens" manipulatoire"

    Je suis allergique à ce genre  de débat qui sent la naphtaline nauséabonde  d'un Vichy qui n'ose pas dire son nom !

    texte de la circulaire  clic ici

    texte de l'annexe  clic ici

    La circulaire a été envoyée à tous les préfets qui doivent organiser localement dans chaque département et arrondissement des réunions.

    Une équipe  de coordination est mise en place et les préfets doivent avant le 16.11.2009  adresser leur planning de réunions  ils devront également envoyer avant le 10 janvier 2010   le compte rendu de chaque réunion  .

    chaque compte rendu a vocation à  être  publié sur le site internet du " grand débat"

    Maintenant lisez attentivement l'annexe de la circulaire  ce sont les  items qui pourront être abordés  lors de ces réunions- débats .

    Les items  sont aussi  variés qu' hétéroclites,   ils  passent  pêle-mêle de l’art culinaire à la démocratie, du vin  à l'architecture .... voici un extrait

    1. Pour vous, qu’est-ce qu’être Français aujourd’hui ?

    1.1. Pourquoi nous sentons-nous proches des autres Français, même sans les connaître ?

    1.2. Quelles [sic] sont les éléments de l’identité nationale ?

    • Nos valeurs ?
    • Notre universalisme ?
    • Notre histoire ?
    • Notre patrimoine ?
    • Notre langue ?
    • Notre culture ?
    • Notre territoire ?
    • Nos paysages ?
    • Notre agriculture ?
    • Notre art culinaire ?
    • Notre vin ?
    • Notre art de vivre ?
    • Notre architecture ?
    • Nos églises et nos cathédrales ?
    • Notre industrie ?
    • Nos hautes technologies ?
    • Ce que nous avons fait ensemble ?
    • Ce que nous voulons faire ensemble ?
    • Etc ?

    Dans cette logorrhée verbale se glissent des questions qui sont à mon sens pernicieuses car  elles ont pour but d' associer le paradigme de l’identité nationale à la question de l’immigration et des « étrangers ». Les § 1.6, 1.7, 1.8, 2.1, 2.2 sont significatifs de cette instrumentalisation pour justifier une politique de l'immigration qui dans certains cas est  inhumaine et honteuse  ( le renvoi des afghans dernièrement...).

    extraits:

    1.6. Pourquoi accueillir des ressortissants étrangers dans notre République, puis dans notre communauté nationale ?

    • Le maintien d’une tradition historique de Nation ouverte, qui s’est construite au fil des siècles par apports successifs de l’immigration ?
    • Le soutien à notre démographie ?
    • Le besoin de personnes qualifiées pour certains métiers ?
    • Les emplois non pourvus dans notre économie ?
    • Le droit au regroupement familial ?
    • Le droit d’asile, pour les personnes menacées dans leurs pays d’origine ?
    • Le métissage ?
    • L’apport culturel ?
    • Etc ?

    1.7. Pourquoi intégrer les ressortissants étrangers accueillis dans notre République, puis dans notre communauté nationale ?

    • La cohabitation entre communautés vivant séparément est-elle possible dans notre République ?
    • La cohabitation entre communautés vivant séparément est-elle possible dans notre Nation ?
    • Notre République est-elle nnulticulturelle ?
    • Notre Nation est-elle multiculturelle ?
    • Faut-il imposer un niveau minimal de pratique de la langue française pour entrer dans notre République ?
    • Faut-il imposer un niveau minimal de pratique de la langue française pour accéder à notre communauté nationale ?
    • Faut-il imposer un niveau minimal de connaissance des valeurs de la République pour entrer dans notre République ?

    1.8. Identité nationale et communautarisme.

    • Quels sont les différents types de communautarisme : Ethnique, racial, religieux, culturel, social ?
    • Les valeurs de l’identité nationale sont-elle compatibles avec le communautarisme ?
    • Quel équilibre peut être trouvé entre revendication identitaire (religieuse, régionale, ethnique) et appartenance à la communauté nationale ?
    • Les signes ostentatoires d’appartenance religieuse sont-ils compatibles avec les valeurs de l’identité nationale ? Dans quelle mesure ? La République doit-elle aller plus loin dans la lutte contre le communautarisme ?
    • Les atteintes à l’égalité entre hommes et femmes sont-elles compatibles avec les valeurs de l’identité nationale ?

    1.9. Identité nationale et identités locales.

    • Existe-t-il des identités communale, départementale, régionale ? Quels en sont les fondements ?
    • L’identité nationale est-elle la somme des identités locales ? Qu’est ce qui différencie l’identité nationale des identités locales ? Comment s’articulent-elles ? Sont-elles concurrentes ou complémentaires ?
    • Etc ?

     

    L’approche du texte de la circulaire du 2 novembre 2009 peut aussi s’appuyer sur les brèves remarques émises par Suzanne Citron à propos de ce “grand débat” sur la soi-disant “identité nationale” — sur le site de la LDH Toulon. Ces observations désignent d’emblée l’Annexe à la circulaire IMIK0900089C du 2 novembre 2009 : Guide pour la conduite des débats locaux - Grand débat sur l’identité nationale : « On reste sidéré après un bref parcours de l’annexe de la circulaire envoyée aux préfets pour la "conduite de débats locaux" ».

    L’annexe se veut effectivement un Guide pour la conduite des débats locaux, mais dès les premières questions proposées, le débat est faussé : « 1. Pour vous, qu’est-ce qu’être Français aujourd’hui ? // 1.1. Pourquoi nous sentons-nous proches des autres Français, même sans les connaître ? »

    La liste dans laquelle les éléments de l’identité nationale pourraient être piochés invite à réfléchir sérieusement sur les modèles que ce débat voudrait véhiculer (par ex. : Nos valeurs ? Notre patrimoine ? Nos paysages ? Notre art culinaire ? Nos églises et nos cathédrales ?), celle dans laquelle pourraient être puisés les symboles de l’identité nationale mériterait que l’on fasse le détour vers les nouvelles entrées au Code pénal (par ex. : L’hymne national : la Marseillaise ? Le drapeau bleu blanc rouge ?), quant à la liste des valeurs de l’identité nationale, elle dit déjà les paliers des confusions à venir, certaines de ces valeurs révélant des principes de droit (par ex. : Les droits de l’Homme ? La liberté ? L’égalité ? La fraternité ? La laïcité ?)...

    Les paragraphes 1.6.et 1.7. peuvent retenir l’attention tant ils sont lourds de rappels des sources juridiques quant aux ’délits de solidarité’ : « Pourquoi accueillir des ressortissants étrangers dans notre République, puis dans notre communauté nationale ? » ; « Pourquoi intégrer les ressortissants étrangers accueillis dans notre République, puis dans notre communauté nationale ? »

    .

     

  • De la soupe "sarkosienne " réchauffée

    Imprimer

     

    Quand  Eric Besson fait ouvrir le débat  sur l'identité nationale  par  Arno Klarsfeld, , il nous ressert la soupe "sarkosienne "réchauffée de 2006.1Realisation_du_02-11-09.jpg

    le "grand "débat sur l'identité nationale est maintenant ouvert  à l'ensemble de nos concitoyens par l'intermédiaire d'un site Internet,

    clic ici pour accéder au site

    "Dans un premier temps, le site diffusera des questions et propositions soumises au débat, un appel à contribution, une sélection de contributions reçues, des prises de position de personnalités, une sélection de textes de références, ainsi que le calendrier et le compte rendu des réunions locales.

    Dans un second temps, dans un délai de deux semaines, un forum interactif et un questionnaire à choix multiples seront mis en ligne afin d'animer le débat auprès des internautes"

    La synthèse du débat sera présentée par le ministre à l'occasion d'un colloque organisé le 4 février 2010.

    je vous invite:

    • A visionner la vidéo d'accueil du ministre et surtout celle du micro trottoir qui rassemble les interventions de personnes  triées sur le volet et qui ne sont nullement représentatives de l'ensemble de la France (   les zones rurales  et les banlieues sont muettes...)
    • A lire la première contribution qui est celle d'Arno Klarsfeld avocat engagé et  conseiller au sein du cabinet du premier ministre François Fillon

    En 2006, Nicolas Sarkozy, ministre de l'intérieur, nommait Arno Klarsfeld « médiateur national » concernant les expulsions d'enfants.

    Cette nomination a été  critiquée à gauche notamment par Daniel Schneidermann dans un article dans Libération (lire l'article clic ici ).

    Extrait "Charger le fils de Serge et Beate Klarsfeld, du gardien de la mémoire de la déportation des Juifs de France et de la traqueuse de nazis, d'une mission concernant des expulsions d'enfants, aujourd'hui, comme l'a fait Nicolas Sarkozy, c'est solliciter une caution, convoquer des souvenirs, jouer avec des références. »

    C'est donc à cette quincaillerie ambulante de références explosives, que Sarkozy, tout à son souci schizophrène de donner des gages à l'électorat lepéniste sans se laisser coller l'étiquette de l'inhumain chasseur d'enfants, vient de confier une incertaine mission de «médiateur».

    Pour ne pas s'être opposé à certaines explusions ou en avoir approuvé en vertu des conditions de régularisations retenues, Arno Klarsfeld fut également pris à partie par l'Association pour la Démocratie à Nice et dans les Alpes Maritimes et par Réseau éducation sans frontières (RESF)

    • A lire  les premières propositions d'Eric Besson dont voici un extrait:

    Notre Nation s’est constituée au fil des siècles par l’accueil et l’intégration de personnes d’origine étrangère. Ce grand débat doit permettre de valoriser l’apport de l’immigration à l’identité nationale, et de proposer des actions permettant de mieux faire partager les valeurs de l’identité nationale à chaque étape du parcours d’intégration.

    Comment mieux faire partager les valeurs de l’identité nationale auprès des ressortissants étrangers qui entrent et séjournent sur le territoire national ?

    • Mettre en place un contrat d’intégration républicaine pour les étrangers entrant et séjournant sur notre territoire, passant par une élévation du niveau de pratique de la langue française et de connaissance des valeurs de la République, pouvant consister en un renforcement du Contrat d’Accueil et d’Intégration existant.
    • Mettre en œuvre, sur la base du volontariat, un parrainage républicain, permettant aux ressortissants étrangers d’être accompagnés dans leur parcours d’intégration,
    • Ouvrir aux parents les écoles dans lesquelles sont scolarisés les enfants afin de les familiariser aux valeurs de la République, sur le modèle du dispositif expérimenté cette année dans 31 départements.



    Comment mieux faire partager les valeurs de l’identité nationale auprès des ressortissants étrangers qui accèdent ensuite à notre communauté nationale ?

    • Mettre en place un contrat avec la Nation, passant par un entretien d’assimilation permettant de s’assurer d’un meilleur niveau de pratique de la langue française et de connaissance des valeurs de la République,
    • Mettre en œuvre une cérémonie plus solennelle lors de toute accession à la nationalité française, par naturalisation, par déclaration, ou par accès automatique à la majorité, et la création d’une nouvelle voie d’accès à la nationalité française pour les personnes qui ont accompli des efforts exceptionnels d’intégration.
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu