Avertir le modérateur

estrosi

  • Prendre aux pauvres pour donner aux plus pauvres !!!! un sport gouvernemental bien rodé

    Imprimer

    Christian Estrosi vient de déposer un projet de loi , qui semble , une fois n'est pas coutume, adapté aux réalités de la vie familiale.

    Illusions perdues si je regarde le dispositif de près,  car  la réforme proposée   risque de paupériser encore plus....... les plus pauvres !

    IL EST  SOCIALEMENT et  HUMAINEMENT  INACCEPTABLE DE DONNER AUX UNS POUR DEMUNIR LES AUTRES .restos-coluche.jpg


    Examinons le projet :

    Il propose que  les foyers perçoivent les allocations familiales , dès le premier enfant, et d'allouer une somme identique pour chaque enfant .

    Si le projet semble à première vue  équitable  , il est assorti , en revanche d'un exemple  qui laisse perplexe .

    Sur la base d'une somme de 65 euros par enfant :
    une famille avec 1 enfant percevrait : 65 euros (dispositif actuel : 0 euro)
    famille avec 2 enfants : 130 euros (dispositif actuel : environ 125 euros)
    famille avec 3 enfants : 195 euros (dispositif actuel : environ 285 euros)
    famille avec 4 enfants : 260 euros (dispositif actuel : environ 445 euros)
    Le montant des allocations sera fixé par décret .

    Selon  l'exemple donné,  le projet est    favorable pour les familles ayant un enfant ,  neutre  pour les foyers de deux enfants , désavantageux pour les foyers  de trois enfants  ( qui vont perdre  90 euros de prestations par mois ) et  drastique pour les foyers   ayant 4 enfants et plus   (moins de 180 euros par mois ).


    ..............................1 enfant  2 enfants  3 enfants  4 enfants

    Système actuel               0            120          270            420
    Système proposé          35            130          195            260
    Gains/Pertes                 65           - 10          -90            -160  
    Nombres de familles 3 600 000   3 300 000   1 300 000   470 000

    La  Caisse nationale des allocations familiales, qui se base sur une allocation de 60 € pour le premier enfant, a estimé en 2006 le le coût de ce changement  à 2,5 milliards d’euros, c’est-à-dire plus de 20 % des dépenses totales d’allocations familiales .

    Avec cette nouvelle répartition  le coût de l'opération serait quasi nul voir avantageux .

    Le projet    est issu  d'une étude du  sociologue Julien Damon, professeur associé à Sciences Po,  auteur de nombreux ouvrages  sur les  questions sociales.

    Voici ce qu'il écrivait en 2007     REFERENCE

    "Plutôt que de seulement créer une allocation familiale au premier enfant, ce qui ne peut qu’augmenter les dépenses sans grand impact redistributif et nataliste, il peut être sage de profiter de la création de cette prestation au premier enfant, pour revoir un système qui,
    globalement, n’a pas été revu depuis 1945.
    En forfaitisant les allocations familiales, c’est-à-dire en les rendant forfaitaires en fonction de l’unité enfant et non plus progressives en fonction de la taille de la fratrie et du rang de l’enfant dans la fratrie, il est possible d’avancer en simplicité, en intelligibilité et en équité..
    L’idée serait d’avoir des allocations familiales de, par exemple, 60 € par enfant. On créerait ainsi une vraie allocation familiale (c’est-à-dire, selon une tradition française bien ancrée, une prestation universelle), et on pourrait financer le système à coût supplémentaire nul, voire,
    selon les paramètres retenus pour les majorations pour âge, en faisant des économies.

    Il s’agit là d’une transformation en profondeur de la politique familiale, mais au seul sens de la branche Famille – car il resterait toujours les avantages fiscaux attachés au troisième enfant.
    Les gagnants de la réforme seraient les familles avec un premier enfant. Les perdants seraient les familles avec de nombreux enfants. Soulignons cependant une évidence : les secondes passent nécessairement par le premier stade… Avec une montée en charge progressive de la mesure, il est possible de gommer complètement, dans le temps, cette relative infortune."

    Parler d'infortune est un euphémisme  car elle va devenir une catastrophe  pour   plus 1.5  million   de personnes qui risquent de sombrer un peu plus dans la pauvreté .

    En effet Julien Damon  écrivait  dans le quotidien économique Les Echos du 12 juillet 2010,
    "En 1996, on comptait environ 24 % de pauvres dans les deux cas des familles nombreuses et des familles monoparentales. On en compte, en 2007 (derniers chiffres de l'Insee disponibles), 30 % pour les familles monoparentales, 21 % pour les familles nombreuses, soit un écart qui atteint maintenant 9 points. 

    En chiffres, sur un peu plus de dix ans, il y a toujours, chaque année, autour de trois millions de pauvres vivant dans une famille monoparentale ou nombreuse. Ils étaient deux fois plus nombreux, en 1996, à vivre dans une famille nombreuse (2,2 millions) par rapport aux familles monoparentales (1 million). En 2007, il y a 1,61 million de pauvres monoparentaux (appelons-les ainsi) et 1,58 million de pauvres nombreux (appelons-les également ainsi). "

    L'idée  d'étendre les allocations familiales au premier enfant n'est pas nouvelle :

    Début 1996, le député UDF des Yvelines Pierre Cardo dépose une proposition de loi  prévoyant le versement d'allocations familiales « substantielles » dès le premier enfant, pour inverser les tendances démographiques « préoccupantes » et « encourager la constitution des
    familles ». En 1997, le PCF, emmené par Maxime Gremetz, fait adopter à l’Assemblée, en commission, un amendement attribuant les allocations familiales dès le premier enfant. En pleine controverse sur la mise sous condition de ressources des allocations familiales, le PS se
    dit favorable à cette option, avec modulation de toutes les allocations familiales en fonction du revenu.
    En 2004, dans son rapport qui a fait date sur les enfants pauvres, le CERC se prononce pour l’instauration d’une allocation familiale (sans ou sous conditions de ressources), dès le premier enfant.

    Pour aller plus loin article rue 89

    1-exclusion-solidarite-pauvrete-social-restos-du-coeur_127.jpg

  • En Avril ne te découvre pas d'un fil......

    Imprimer

    Avant de reprendre le cours de l'actualité  continuons notre petite rétrospective des évènements de l'année  2010 .

    Suite du feuilleton  Avril/mai/ juin 2010 et  surchauffe  pour le mois de juillet.

    Selon le dicton populaire bien connu : en avril ne te découvre pas d'un fil en mai fait ce qu'il te plait .

    Notre majorité présidentielle l'a appliqué à la lettre sauf pour la France qui travaille qu'il a continué à  dévêtir sans vergogne !

    En effet au cours de ces 4 mois :

    • Haro sur les retraites , l'heure des restrictions a sonné
    • idem pour les allocations familiales qui sont dans le colimateur du chef de l'état
    • Martin Hirsch après avoir accouché du RSA allaite le service civique
    • Estrosi pris dans la main dans le sac ...... s'agite en victime expiatoire ........

    Jetons un petit coup d'oeil de plus près

    Les négociations sur la réforme des retraites sont lancées : le ministre du Travail, Eric Woerth reçoit les dirigeants syndicaux.

    Ces derniers ont marqué leur opposition sur un allongement de la durée du travail, piste privilégiée par le pouvoir face au besoin de financement du système, évalué à 30 milliards d'euros dès 2010.

    Bernard Thibault, CGT, a dénoncé un "dialogue faussé" avec le gouvernement, voyant dans la mobilisation du 1er mai "le seul moyen" d'infléchir sa position. Le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly a déclaré "Tel que c'est parti, je ne vois pas comment cela va pouvoir être consensuel. C'est mal barré pour qu'il y ait un accord".

    Martine Aubry assure que le parti socialiste sera force.

    Nous verrons que toute cette agitation n'a pas empêché la réforme des retraites souhaitée par la majorité présidentielle

    Deputes_retraite-d9bff.jpgDéclaration par ci déclaration par là même Bernard Accoyer le président de l'Assemblée nationale (UMP),qui devait se sentir particulièrement exposé sur son perchoir a promis que les députés allaient continuer de faire des efforts pour "rapprocher" leur régime de retraites, très avantageux, de celui de l'ensemble des Français. Ah égalité quand tu nous tiens !!!!!

    En revanche silence des sénateurs qui bénéficient d'un régime meilleur que celui des hauts fonctionnaires . Selon les informations diffusées par le Figaro ce régime disposait, fin 2008, de 575 millions d'euros de réserves. "De quoi financer 23 années de prestations .

    C'est ce que révèle une étude de Sauvegarde retraites de décembre 2009, dont Le Figaro dévoile le contenu en exclusivité.

    Finalement les députés ont fait un PETIT GESTE ........

    " Le montant des pensions va être diminué de près de 8% dès le 1er janvier 2011 pour les nouveaux députés retraités. La mesure sera étalée sur deux ans pour ceux qui sont déjà pensionnés.

    La réforme s'aligne sur celle des retraites, qu'il s'agisse de l'âge de liquidation de la retraite (62 ans), du taux de cotisation (10,55%) ou du nombre d'annuités requises (41 ans en 2012 puis 41 ans et demi) pour l'obtention d'une pension à taux plein.

    À partir de la prochaine législature, en 2012, sera par ailleurs supprimé le caractère obligatoire de la double cotisation qui permet aujourd'hui à un député de toucher une allocation vieillesse de 1500 euros net pour 5 ans de mandat et de 6000 euros après 20 ans de mandat. Ce système faisait atteindre 37,5 annuités en 20 ans.

    Pour autant, un dispositif facultatif devrait permettre à chaque député qui le souhaite de cotiser double (à 10,55%, comme pour le régime général) pendant ses deux premiers mandats, soit 10 ans. La retraite mensuelle moyenne d'un député est de 2700 euros (4400 euros pour un sénateur).

    Pour aller plus loin

     

    En déplacement en Seine-Saint-Denis, le Président de la République, Nicolas SARKOZY a rappelé sa volonté de "lutter contre le fléau de l’absentéisme scolaire qui conduit à la déscolarisation et à la marginalisation."

    Il souhaite que la décision de suspendre les allocations familiales en cas d’absentéisme scolaire injustifié et répétitif ait un caractère systématique.Le principe n'est pas nouveau. En effet la suspension des allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire avait été supprimé en 2004 par le ministre de l'Education nationale Luc Ferry.Cette possibilité a été réintroduit sous le gouvernement Villepin par la loi du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances . Le dispositif permet au président du conseil général de demander à la Caisse d'allocations familiales (CAF) de suspendre les versements.

    Les présidents des conseils généraux n'ont certainement pas assez sévi car Nicolas Sarkozy veut confier cette mission aux préfets ( La plupart des élus de l'opposition n'exerçaient pas ce droit. « Il va totalement à l'encontre de la mission des travailleurs sociaux du département », explique Claudy Lebreton, le président socialiste de l'Association des départements de France. )

    On apprend qu' Eric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes, déposera une proposition de loi en ce sens à l'Assemblée nationale.

     

    Pendant ce temps on assiste avec les appartements d'Estrosi à un cirque médiatico-politique

    Pour répondre aux accusations du Canard enchainé qui accusait notre ministre de bénéficier de deux appartements de fonction dont un mis à la disposition de sa fille Christian Estrosi a invité les journalistes à visiter ses appartements.

    Un appartement de 70 m2 rue de Lille ( 7e arrondissement de Paris, ) qu'il partage selon ses dires avec une de ses filles.

    Un autre appartement à Bercy même. Un duplex d'une cinquantaine de mètres carrés composé d'un salon avec vue sur la Seine, d'une kitchenette et, à l'étage, d'une chambre et sa salle de bain. Selon les conseillers du ministère il s'agit seulement d'un "lieu à la disposition du ministre" dans lequel "il lui arrive de venir de manière très exceptionnelle"

    Cette visite qui montre des appartements ordinaires d'un ministre ordinaire ... nous fait entrer dans l'intimité d'un homme public et nous met volontairement dans une situation inconfortable . Nous devenons malgré nous des voyeurs alors que nous ne demandions pas de voir des appartements mais d'avoir des éclaircissements concernant les affirmations du Canard enchainé à savoir la mise à disposition de deux appartements aux frais de l'état dont un est utilisé par la fille de Monsieur Estrosi !

    Christian Estrosi ne se prive pas sur son blog de donner des détails sur cette visite et de se mettre en victime expiatoire !!!!!:

    " Drôle d’impression de se retrouver, la nuit tombée, après une journée de travail presque comme les autres dans son appartement de fonction, rue de Lille qui a été foulé par une horde de cameramen ; de regarder ses dossiers assis sur un canapé qui a été ausculté par des dizaines de photographes. C’était, certes, mon choix que celui de la transparence, le seul m’a t il semblé en mesure de prouver ma bonne foi face à des accusations mensongères. Mais l’impression est néanmoins étrange de se retrouver dans un endroit désormais partagé avec des centaines de milliers de français.

    Faut-il vous dire comme il m’a paru saugrenu et dérisoire de contempler tous ces journalistes, au nom de la liberté de la presse, ouvrir les placards de ma fille, filmer mes costumes, s’attarder sur les cravates, investiguer mes lectures et prendre sous toutes les coutures d’impérissables images de la cuvette de mes toilettes."estrosi_0.jpg

     

     

    Martin Hirsch a du boulot ! il s'affaire à organiser l' agence du service civique qu'il préside.

    le Décret n° 2010-485 du 12 mai 2010 relatif au service civique vient de paraître.

    Le service civique qu'est ce que c'est ? Successeur du service civil , le service civique souhaite impliquer 10 000 jeunes de 16 à 25 ans dès 2010.

    Le Service Civique permet à tous ceux qui le souhaitent de s’engager pour une durée déterminée dans une mission au service de la collectivité et de l’intérêt général.

    Sur le site consacré au service civique on peut lire : "le Service Civique s’adresse plus particulièrement aux jeunes de 16 à 25 ans. L’objectif du service civique est d’offrir à tous les jeunes qui le souhaitent l’opportunité de s’engager, de donner de leur temps à la collectivité, tout en renforçant la cohésion nationale et la mixité sociale.

    Au bout de six mois d'existence le service civique affiche 5.600 recrues. En 2011, ce sont 15.000 jeunes qui devraient bénéficier de ce dispositif, avec l'objectif d'atteindre 10 % d'une classe d'âge, soit 75.000 jeunes, d'ici à 2014.

    A l'Agence du service civique, présidée par Martin Hirsch, on se montre très confiant : « Nous aurions pu atteindre 25.000 jeunes dès 2011 Contrainte budgétaire oblige, l'Agence du service civique disposera d'une enveloppe de 97,4 millions d'euros pour 2011, ce qui permet de financer 15.000 missions, et non 25.000. Chaque jeune, pour une durée moyenne de 8 mois en service civique (le délai doit être compris entre 6 et 12 mois), coûte 900 euros par mois à l'Etat, ce qui inclut une indemnité de 440 euros et la cotisation à tous les droits sociaux (y compris la retraite). La structure d'accueil finance pour sa part 100 euros mensuel.

    Les résultats sont loin des promesses !

    Pour aller plus loin

     

    La rupture conventionnelle et ses dérives

    Dans la période de crise que nous connaissons, les cas où les salariés souhaitent quitter volontairement leur emploi parce qu'ils ont un autre emploi en perspective sont rares.

    1647561803.jpgDans la majorité des cas, la rupture conventionnelle se fait à la demande et sous la pression de l'employeur en lieu et place d'une procédure pour licenciement pour faute ou d'un licenciement économique.

    Il suffit de lire les statistiques mensuelles de la DARES pour mesurer l'ampleur des dérives et s'apercevoir que les entreprises utilisent ce dispositif pour contourner le droit plus contraignant et protecteur du licenciement .

    Les demandes d'homologation ne cessent d'augmenter. 55 000 d'août 2008 à février 2009 -100 000 de mars 2009 à septembre 2009 -137 000 d’octobre 2009 à avril 2010,

    Le dispositif est surtout utilisé dans les petits établissements, notamment ceux du commerce. Sur la période de référence, trois ruptures conventionnelles sur quatre ont été signées dans des établissements de moins de cinquante salariés.

    On note une "surreprésentation" des salariés de cinquante-huit ans et plus dans les entreprises de plus de cinquante salariés. les ruptures conventionnelles représentent près de 14 % des sorties, contre 9 à 11 % des sorties par licenciement.

    Dans le dossier de mai 2010 de Liaisons Sociales intitulé « Les départs anticipés ne battent pas en retraite », où il est question de ces providentielles ruptures conventionnelles – entre guillemets dans le texte – la direction Champagne-Ardenne de Pôle emploi pointe qu'« en 2009, 23 % des chômeurs inscrits à l'issue d'une rupture conventionnelle étaient âgés de cinquante ans et plus alors que, tous motifs d'inscription confondus, les seniors représentent seulement 10 % de la demande d'emploi enregistrée au cours de la même période. » Les chiffres ont doublé.

    le sujet est tellement préoccupant qu'il fait l'objet d'un débat à l'Assemblée nationale. ( ce débat a été demandé par le groupe de la Gauche démocrate et républicaine ).

    Le professeur Emmanuel Dockès voit justement dans la rupture conventionnelle « un puissant moyen d'écarter le droit du licenciement». « À la réflexion», dit-il, « cette évolution juridique est peut-être la plus dangereuse de toutes… la rupture conventionnelle pourrait marginaliser la pratique du licenciement à l'ancienne. L'exigence d'une cause réelle et sérieuse deviendrait alors, en pratique, une sorte d'exception, un cas marginal légèrement désuet ».

    Beaucoup d'inquiétude mais rien de concret pour remédier à cette situation ! ( sauf une instruction DGT n° 2 du 23.03.2010 )

     

    Le Corset pour taille de guèpe revient à la mode

    Ce n'est plus la ceinture qu'il va falloir se serrer mais c'est un corset que nous devrons porter avec le plan de redressement des finances publiques mis en place.

    Fin Juin le ministre du Budget François Baroin a présenté au conseil des ministres les détails du plan de réduction des dépenses de l'Etat qui s'étalera jusqu'en 2013.

    Un rapport de plus de 250 pages détaillant 150 mesures pour économiser 10 milliards d'euros sur trois ans.

    Ce rapport est à l'image de l'action gouvernementale depuis les dernières élections présidentielles c'est à dire du tout et du n'importe quoi, de l'essentiel et de l'accessoire , du " tout azimut " dans la précipitation ....

    Mais prenons garde car toutes les mesures législatives et réglementaires prises depuis maintenant 3 ans débouchent sur un renforcement dans l'ombre des pouvoirs de l'argent et une réduction progressive et inexorable du champ de liberté des citoyens.

     

    Les affaires continuent ... Bettencourt mon amour  !

    Souvenez vous de l'affaire du trésor de guerre de l'UIMM, des fonds colossaux qui ont servi pendant des décennies à "huiler" les rouages des négociations sociales bref une affaire d'une telle ampleur qu'elle est de nature à mettre en danger le socle de notre démocratie.

    Qui en parle aujourd'hui ? avez vous lu des articles dans la presse ?

    Force est de constater que cette affaire est passée aux oubliettes....

    Il en sera  de même pour l'affaire Bettencourt ! Une affaire que nenni .....vile calomnie.... ragot de journalistes ..

    Lors de son intervention à la télévision ce lundi 12 juillet Nicolas Sarkozy, serein , le visage détendu, a balayé d'un revers de la main "cette affaire"

    Eric Woerth. «C'est réglé, il est parfaitement innocent», a souligné le président.

    Avec les enquêtes préliminaires menées par le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, «la vérité se fait jour après jour». «Les témoignages s'effondrent les uns après les autres.» ajoute t-il !  Nous connaissons la suite ...

    Calamity jane est arrivée

    Le projet de loi portant réforme des retraites a été déposé au bureau de l'Assemblée nationale par le ministre du Travail peu de temps après son adoption en Conseil des ministres le 13 juillet dernier.

    le Gouvernement a engagé la procédure accélérée sur ce projet de loi .

    Que la fête continue ! le train d'enfer des réformes est de  retour  car par décret du 27 juillet 2010, Nicolas Sarkozy convoque le Parlement en session extraordinaire début septembre pour un programme législatif  très chargé ! le train d'enfer des réformes continue !

    Suite au prochain numéro  ( L'ordre du jour de cette session extraordinaire comprend notamment: proposition de loi visant à lutter contre l'absentéisme scolaire, projet de loi organique relatif à la gestion de la dette sociale, projet de loi organique relatif à la limite d'âge des magistrats de l'ordre judiciaire, projet de loi portant réforme des retraites, projet de loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, projet de loi de réforme des collectivités territoriales, projet de loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public, projet de loi relatif à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité , projet de loi de régulation bancaire et financière )

     

     

    Principaux textes  publiés  pendant cette période

    Reconduction du dispositif de la convention de reclassement personnalisé jusqu'au 31.03.20011    arrêté du 25.04.2010

    LOI n° 2010-499 du 18 mai 2010 visant à garantir de justes conditions de rémunération aux salariés concernés par une procédure de reclassement

    Service civique loi 2010-241 du 10.03.2010 - décret du  2010-485 du 12.05.2010

    Organismes de formation nouvelles obligations déclaratives  - décret 2010-530 du 20.05 2010

    Décret du  2010-753 du 5.07.2010 réformant la tarification des accidents du travail

    Décret du  2010-661 15.06.2010  dépense de tutorat  budget FPC

  • Un cirque médiatico-politique qui cache les vrais problèmes.

    Imprimer

    christian-estrosi.jpgLes appartements  d'Estrosi  : Un cirque médiatico-politique   qui a pour but de   distraire le bon peuple , de le diviser et de l'empêcher  d'exiger  ce qui devrait être la norme dans toute démocratie à savoir   la transparence  de l'utilisation des deniers  publics..

    Encore une  histoire  qui ne grandit pas la France ......

    De quoi s'agit -il ?

    En réponse aux informations publiées par Le Canard enchaîné "qui accusait Christian Estrosi de bénéficier de deux logements de fonction financés par des fonds publics , notre ministre a choisi d'inviter les journalistes pour leur faire visiter   les appartements dont il était question.

    Le choix de Christian Estrosi  de faire visiter ses appartements  est calculé car  il poursuit trois objectifs:

    • Transformer les journalistes ( et  par la même occasion  chaque Français ) en  voyeurs acharnés et malsains, les discréditer  en les  faisant tomber dans une catégorie de presse  people de basse facture.
    • Faire d'un ministre en exercice la victime expiatoire de la  suspicion des citoyens  à l’encontre des politiques et rendre  cette suspicion coupable et infondée.
    • Jeter de l'encre afin de rendre le plus opaque possible une question de fond qui mérite une réforme immédiate  surtout en temps de crise économique : la transparence de l'utilisation de chaque denier public...

    Examinons  de plus près cette affaire:

    • Journalistes/Citoyens  tous  voyeurs

    Pour répondre aux accusations du Canard enchainé  qui accusait notre ministre de bénéficier de deux appartements de fonction dont un mis à la disposition de sa fille Christian Estrosi a invité les journalistes à visiter ses appartements.

    Un appartement  de 70 m2 rue de Lille  ( 7e arrondissement de Paris, ) qu'il  partage  selon ses dires  avec une de ses filles.

    Un autre appartement  à Bercy même. Un duplex d'une cinquantaine de mètres carrés composé d'un salon avec vue sur la Seine, d'une kitchenette et, à l'étage, d'une chambre et sa salle de bain. Selon les conseillers du ministère il s'agit seulement d'un "lieu à la disposition du ministre" dans lequel "il lui arrive de venir de manière très exceptionnelle"

    vidéo de la visite en fin d'article....

    Cette visite  qui  montre des appartements  ordinaires  d'un ministre ordinaire ... nous fait entrer  dans l'intimité d'un homme  public  et nous met volontairement dans une situation inconfortable . Nous devenons malgré nous des voyeurs  alors que nous ne demandions pas  de voir des appartements  mais d'avoir des éclaircissements concernant les affirmations du Canard enchainé  à savoir la mise à disposition de deux appartements aux frais de l'état dont un est utilisé par la fille de Monsieur Estrosi !

    Christian Estrosi ne se prive pas sur son blog de donner des détails sur cette visite :

    " Drôle d’impression de se retrouver, la nuit tombée, après une journée de travail presque comme les autres dans son appartement de fonction, rue de Lille qui a été foulé par une horde de cameramen ; de regarder ses dossiers assis sur un canapé qui a été ausculté par des dizaines de photographes. C’était, certes, mon choix que celui de la transparence, le seul m’a t il semblé en mesure de prouver ma bonne foi face à des accusations mensongères. Mais l’impression est néanmoins étrange de se retrouver dans un endroit désormais partagé avec des centaines de milliers de français.

    Faut-il vous dire comme il m’a paru saugrenu et dérisoire de contempler tous ces journalistes, au nom de la liberté de la presse, ouvrir les placards de ma fille, filmer mes costumes, s’attarder sur les cravates, investiguer mes lectures et prendre sous toutes les coutures d’impérissables images de la cuvette de mes toilettes."

    • Une intrusion dans l'intimité  de la vie d'un ministre qui le "victimise"

    A quoi s'attendaient les journalistes en visitant ces appartements ?  des murs et des robinetteries  recouverts de feuilles d'or, des tableaux de maître et des meubles faisant partie du patrimoine collectif ,  un luxe ostentatoire  ? Je ne fais pas insulte à nos journalistes en répondant par  l'affirmative !

    Par  la mise à nu  de cette intimité  qui ne dévoile  rien de plus  que nous ne sachions,  Christian  Estrosi  devient victime .

    Lisons encore une fois son blog :

    "Pourquoi la vie politique française passe t’elle par ces extrémités ?
    Trop longtemps, l’opacité a constitué la marque de fonctionnement de l’Etat. Cela a fait naître, et c’est un danger mortel pour la démocratie, une suspicion généralisée à l’encontre des politiques, de tous les politiques.

    Mais accuser un homme public de disposer, pour lui et sa famille, comme s’il s’agissait d’un crime, d’un appartement de fonction et d’une pièce avec un lit sur son lieu de travail, cela ressort-il de la recherche de la transparence ou d’une chasse malsaine, d’une intention de nuire par principe, le tout surfant sur un populisme triomphant. Car il ne faut pas s’y tromper l’idée induite sinon recherchée est d’accréditer la thèse du « tous pourris », l’idée selon laquelle pour peu qu’ils détiennent une parcelle de pouvoir, les responsables politiques se livrent par nature la violation des règles.

    Sur Internet, des voix de bonne foi (que je ne confonds pas avec les officines de militants) se sont indignées de ce qu’ils croyaient savoir après avoir lu quelques extrapolations hasardeuses et malveillantes. Je veux leur dire que ma vie est celle d’un militant politique engagé pour son pays. J’accepte que l’on me combatte pour mes idées, j’accepte même que l’on me déteste pour mes opinions. Je refuse, en revanche, que l’on me salisse pour me combattre !

    Je déplore avec une certaine amertume que certains aient cru pouvoir s’en prendre à mes enfants pour mener leur dessein à bien. Cela n’est pas conforme à notre démocratie, c’est même une négation des valeurs de la République.
    Dans cette catégorie, si les imbéciles malveillants volaient, M Porte, serait sans doute chef d’escadrille.

    Voilà ce doux humaniste qui, toujours au nom de la liberté de parole (et qui n’en est plus à un forfait commis en son nom) s’évertue sur France Inter à insulter ma fille en lui attribuant des propos graveleux. L’opération politique montée contre moi ayant échoué alors les petits Porte, scribouillards de l’insulte tentent de prendre le relais en épargnant rien ni personne"

    tout est dit sur ce blog : Estrosi et sa famille victimes

     

    • Une opacité entretenue pour éviter des réformes de fond !.

    La visite des appartements de Christian Estrosi ne répond pas à une question de fond à savoir la nécessité, pour  les élus  et le gouvernements et d'une manière générale  tout représentant de la nation , de justifier  la moindre utilisation des deniers publics.

    Que nos ministres bénéficient de certains avantages n'est ni nouveau ni choquant.

    En revanche ce qui est inadmissible c'est le manque de transparence sur le sujet qui permet toutes les dérives .( phénomène qui n'est pas nouveau hélas dont tous les politiques et gouvernements depuis des décennies  se sont satisfaits pleinement !)

    En effet ce ne sont pas  ces deux appartements  qui restent  assez" modestes  " que nous devons montrer du doigt c'est un  système   qui s'est mis au fil des  années  peu à peu en place  et qui concède notamment à nos ministres de multiples avantages  dans le secret .

    Logement gratuit,  frais de bouche gratuits,  chauffeurs et voitures de fonction gratuits, voyages  gratuits, enveloppes ministérielles etc... et tout ceci  sans la moindre transparence.

    Un exemple : Pour « raisons de sécurité », le gouvernement refuse de dire qui peut bénéficier d'un chauffeur et d'une protection. ( source rue 89 ).

    Selon Le Figaro, protéger une personnalité institutionnelle ou gouvernementale coûte en moyenne 66 000 euros par an et par fonctionnaire. 

    Les ministres en exercice  bénéficient d'un chauffeur d'une voiture et d'une protection  ce qui  va  de soi à mon avis.

    En revanche  que les anciens ministres bénéficient  du même  traitement  semble beaucoup plus discutable ! surtout en  période de crise  comme celle que nous traversons.

    Mais encore une fois ceci n'est pas nouveau et tous les gouvernements de droite comme de gauche se sont accommodés de ce système.

    Selon les  informations livrées par rue 89 (non confirmées par le ministère), les personnalités qui bénéficient automatiquement d'une protection et d'un chauffeur à vie sont : les anciens présidents de la République, les anciens Premiers ministres, les anciens ministres d'Etat. 
    Ministre d'Etat : . Actuellement, Michèle Alliot-Marie et Jean-Louis Borloo sont des ministres d'Etat.

    Pour Le Figaro, tous les ex-ministres de l'Intérieur bénéficient du même avantage, qu'ils aient été ministres d'Etat ou pas. Le quotidien classe les anciens ministres et Présidents dans la même catégorie que les « personnes menacées », et en totalise « une cinquantaine ».

    Selon un ancien ministre de l'Intérieur, les ex-ministres régaliens :les anciens ministres de l'Intérieur,les anciens ministres de la Justice,les anciens ministres de la Défense, les anciens ministres des Affaires étrangères bénéficieraient de cet avantage .

    D'après ce ministre , seuls les ex-Premiers ministres et ministres de l'Intérieur ont droit à un chauffeur et à une protection à vie. Non pas parce qu'une loi l'a décidé, mais « en raison d'une tolérance ». 

    Les  anciens  ministres   gardent également leur traitement pendant les six mois suivant leur départ du gouvernement, mais pas leurs avantages. En théorie seulement , car Michel Charasse, ministre du Budget entre 1988 et 1992, vient seulement de perdre son chauffeur, comme l'a révélé le Figaro 

    Force est de constater qu'en la matière il n'y a aucune règle bien établie  et surtout aucune transparence  alors que la moindre dépense  devrait être justifiée et publique comme dans les pays nordiques  "où pour toute dépense il y a une fiche de frais"  dont la visibilité est accessible à tout citoyen...

    Pendant les années plus fastes   les Français ne se posaient pas  de questions sur le sujet et  les médias étaient pratiquement muets et aveugles ! .

    Maintenant  non seulement le gouvernement parle de rigueur mais applique la rigueur :  chasse aux niches fiscales,  réduction des coûts dans tous les domaines, contrôles renforcés en tous sens   ...

    Dès lors que ce même gouvernement ne s'applique pas à lui même  ce qu'il applique  à l'ensemble de citoyens  alors les Français toussent !

    C'est bien un état d'esprit de la classe politique dans son ensemble qu'il faut remettre en question    celui  de se croire au dessus de tout et de ne pas rendre des comptes  à la nation.

    En cela j'adhère pleinement  aux propos de Thomas Legrand sur le site Slate fr :

    Si l'on voulait vraiment progresser en matière de transparence sur les finances et les avantages du monde politique il faudrait commencer, par exemple, par respecter les recommandations de l'association Transparency International, qui pointe régulièrement la France du doigt dans ce domaine et notamment pour l'absence de règles qui encadrent efficacement le lobbying parlementaire.

    Il faudrait faire la lumière sur les 10 millions d'euros en liquide qui se sont retrouvés sur le compte de campagne d'Edouard Balladur en 1995. Y a-t-il un rapport avec des rétro-commissions?

    Il faudrait autoriser l'Assemblée à constituer une commission d'enquête digne de ce nom sur l'affaire des attentats de Karachi, il faudrait lever les secrets sur l'Angolagate, il faudrait instituer un contrôle parlementaire digne de ce nom sur les ventes d'armes, il faudrait que l'on sache, par exemple, pourquoi la France et l'Allemagne (exportateurs d'armes) si prompts à demander à la Grèce de faire des économies, n'exigent pas une réduction drastique du faramineux et inutile budget militaire grec, il faudrait en finir avec les turpitudes de la France-Afrique... La vraie transparence n'a rien à voir avec cette intrusion médiatique dans le nid douillet, et certainement inoccupé de Christian Estrosi.

    Pour aller plus loin

    Article du Nouvel obs :Estrosi fait visiter ses appartements et promène la presse

    Article de Thomas Legrand Slate .fr

     

     

  • La clio 4 va bientôt jouer les seçonds rôles

    Imprimer

    Après avoir joué la star la clio 4 risque de jouer les seçonds rôles !

    pdg-de-renault-nissan-carlos-ghosn-l-893.jpegAprès la tempête provoquée par l'annonce de la délocalisation de la fabrication de la clio 4 en Turquie et la surenchère du gouvernement  pour rassurer le bon peuple   du maintien de sa fabrication à l'usine de Flins, Carlos Ghosn PDG de Renault a été reçu comme prévu samedi par Nicolas Sarkozy.

    Selon le  communiqué de l'Elysée tout rentre dans l'ordre  car le PDG de Renault  a je cite " indiqué au chef de l’État que Renault maintiendra l’emploi et l’activité du site et y continuera la production de véhicules à combustion tout en développant la production de véhicules électriques. Elle poursuivra donc sur le site de Flins la production des modèles actuels de Renault Clio et y implantera une partie de la production de la Clio 4."

    Si vous lisez attentivement le communiqué  il n'y a aucun engagement précis concernant le volume de production de la clio 4 sur le site de Flins. Carlos Ghosn a précisé, dans le Journal du Dimanche, que "parler aujourd'hui de volume de production n'est pas très réaliste".

    La Clio  continuera comme aujourd'hui à être  construite en France et en Turquie, ( pour la Clio actuelle, 125 000 véhicules sont produits  à Flins, contre 175 000 en Turquie ). Rien n'empêche que ce ratio soit différent, et qui plus est  en faveur de la Turquie.

     

    Que pouvons nous conclure de cette affaire ?

    Les  actes de la pièce :

    • Nous apprenions  par Le figaro un projet du groupe Renault de  délocalisation de la production de la clio 4 au profit de la Turquie et au détriment de l'usine de Flins. cette information  était relayée par de nombreux journaux.
    • Selon  les informations données.  "l’usine de Flins deviendrait spécialisée dans les voitures électriques, commercialisées à partir de 2011. Un marché sur lequel Carlos Ghosn souhaite placer Renault en première place, au niveau mondial. Toutefois, dans le cas où la production de cette gamme ne remplirait pas les chaînes de Flins, une petite partie de la production de la Clio IV pourrait y être assemblée, temporairement"
    • Ce projet n'avait fait l'objet d'aucune annonce officielle du groupe et aucun chiffre concernant la production de la clio  4 devant rester en France n'avait été donné.
    • Branle-bas de combat   dans les ministères   qui ont multiplié les déclarations :

    - Eric Woerth. le mercredi 13 janvier sur  LCI "La délocalisation de la production de la Clio IV en Turquie ne serait pas "acceptable"

    "Ce qui est tout à fait anormal, c'est de penser qu'un constructeur français exporte les usines pour aller réimporter en France les voitures, ça, ce n'est pas acceptable",

    "On ne peut pas avoir des Français qui achètent des voitures et en même temps qui perdent des emplois, surtout quand ce sont des voitures françaises. Donc il faut réfléchir à un modèle économique qui permette aux usines de rester en France", a-t-il ajouté.

    - Laurent Wauquiez, chargé de l’Emploi, est allé dans le même sens .

    - Christian Estrosi : « La Renault sera produite en France pour être vendue en France »

    carlos-ghosnn-le-pdg-de-renault-a-francfort.jpgil convoquait dans la foulée  le directeur général de Renault , Patrick Pélata, qu'il a reçu  le mercredi 13 janvier  à Bercy, pour lui tirer les oreilles.

    En séance de question réponses à l'assemblée nationale mercredi en après midi  il a confirmé  que sa mission de père fouettard a bien été accomplie et  que la direction de Renault devait donner en fin de semaine  à Nicolas Sarkozy  en personne les axes stratégiques concernant la production de la clio IV.

    • Finalement le Pdg du groupe  a été  reçu par Nicolas Sarkozy en personne Samedi  dernier .
    • Que  dit le PDG à l'issue de la réunion ?  rien de plus que nous ne savions déjà "J'ai confirmé au Président de la République que nous produirons la Clio 4 à Flins, dans un cadre général de double sourcing avec Bursa en Turquie.
    Comme le note le journaliste de Marianne, Hervé Nathan, Nicolas Sarkozy "n'a pas demandé, ni obtenu, un engagement pour le lancement du modèle en France, qui aurait représenté la meilleure assurance quant aux emplois".

    Conclusion de ce petit vaudeville

    • Comme tous les groupes  Renault ne fait pas exception il optimise  sa  production en fonction des coûts, notamment en faisant fabriquer dans des pays à bas coûts  les petites voitures "bon marché".
    • La France perd ainsi les industries  qui se sont spécialisées dans des secteurs moins haut de gamme et moins innovants car ils subissent  plus fortement la concurrence .
    • La perte des emplois liée à ce phénomène n'est pas une nouveauté la crise économique ayant  cependant accéléré   le mouvement.
    • Pour limiter les effets de la crise et l'envolée du chômage le gouvernement a choisi  de soutenir massivement les entreprises.
    • Dans le même temps le gouvernement demande  aux Français de  faire des efforts : c'est l'heure des économies sur tous les fronts.
    Qu'un groupe comme Renault  dont l'état est actionnaire annonce qu'une nouvelle gamme de la clio va être produite en Turquie  ( alors que c'est déjà le cas pour  les autres modèles de la clio ) fait l'effet d'un coup de tonnerre ! Pourquoi ?

    c'est la preuve si besoin était que les milliards dépensés pour soutenir les entreprises  dont le groupe Renault n'empèchent pas  les délocalisations de production.
    c'est la preuve que l'état reste  pratiquement impuissant face aux décisions des grands groupes  et de la finance internationale.

    Alors pour donner le change on déclare, on proteste, on affirme, on convoque   puis on fait des déclarations d'auto satisfaction qui n'ont pour seul but que de faire croire que l'état est le chien de garde des emplois.

    Les régionales approchent , les présidentielles aussi  alors il faut bien aboyer....

    clio.jpg

    NB :Les syndicats de Renault ont  exprimé leur scepticisme. "C'est une annonce qui n'apporte rien, a déclaré le responsable de la CFDT à Renault, Fred Dijoux. Je suis presque persuadé que dans deux-trois ans, la totalité de la Clio 4 sera montée à Bursa sans que l'emploi ne soit garanti à Flins. C'est un marché de dupes". Ce lundi, La Tribune rappelle d'ailleurs dans son édition papier que Renault est l'un des constructeurs automobiles qui délocalise le plus : une voiture sur quatre est produite en France, contre une sur deux pour PSA. En Allemagne Volkswagen est à une sur trois.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu