Avertir le modérateur

eric ciotti

  • TIR A VUE sur les pauvres dans les Alpes Maritimes

    Imprimer

    Eric-Ciotti-UMP.jpgEric Ciotti , député (UMP) des Alpes maritimes et président du conseil général  est parti en guerre .

    Le conseil général des Alpes-Maritimes qu'il préside  vient de créer une brigade chargée de lutter contre la fraude au revenu de Solidarité Active (RSA). Une brigade composée de 16 personnes , qui selon le président du conseil général,  "est une première en France". 

    Cette initiative est une "démarche de justice". La fraude au RSA représenterait dans les Alpes Maritimes 4 millions d'euros au détriment du conseil général indique notre Monsieur propre..

    Les contrôleurs de cette "brigade" vont avoir accès aux facturations d'eau, de téléphone, d'électricité et pourront même croiser divers fichiers administratifs pour repérer les fausses déclarations.

    Que ne ferait on pas à droite pour rallier une frange de l'électorat de l'extrème droite , car il faut bien l'avouer  ce thème est porteur parmi les électeurs lepéniste !

    Ce populisme,  s'il est odieux en devient indécent  !  En effet examinons la situation de plus près ,  car comme vous le savez,  je suis un peu myope !

    brigade fraude rsa.jpg

    Il faut savoir  qu'en  2010, le nombre de bénéficiaires  du Rsa  était de 19 087 dans le département de vaillant chevalier blanc.

    Depuis le début 2011, on assiste à un reflux sensible du nombre d’allocataires, avec 18 534 inscrits (- 4,4 %). La collectivité a prévu une somme de 100 millions, qui pourra évoluer à la hausse ou à la baisse en cas de besoin.

    Le conseil général a également en charge le RSA « majoré » qui est versé aux personnes isolées avec des enfants de moins de 3 ans. Leur nombre reste stable, dans une fourchette comprise entre 2 550 et 2 800 bénéficiaires, pour une dépense de l’ordre de 16 millions d’euros par an.

    De son côté, l’État verse le RSA « activité », qui est perçu par des personnes travaillant à temps partiel . Ils étaient un peu plus de 5 000 dans les Alpes-Maritimes à la fin 2 009 et 5 190 en mars 2011, dernier chiffre connu. Enfin, toujours à la charge de l’État, le RSA « jeune » instauré en septembre 2010 est passé de 6 allocataires seulement en septembre 2010 à 78 bénéficiaires en mars dernier. Il est versé aux - 25 ans ayant travaillé à taux plein sur les trois années précédant la demande.

    Comme dans le reste de la France, ces chiffres évoluent au gré de la conjoncture.

    Si nous additionnons   ,  le nombre des bénéficiaires  du Rsa à la charge  du département,  s'élève  à   20 000 personnes  pour un budget de 120 millions d'euros.

    Sur ces 120 millions d'euros  il y aurait 4 millions  de prestations indues ( ce chiffre  n'est fondé sur aucune étude sérieuse ) touchées par des fraudeurs  ce qui représente  un peu moins de  800 fraudeurs.

    Bref tout ce développement pour vous montrer que les 16 agents "la force de frappe anti fraudeurs Rsa " va s'agiter pour faire économiser 4 millions d'euros,   alors que le fonctionnement  les salaires les charges les frais associés de cette brigade vont représenter  sur un an  déjà aux environs de  1 million d'euros  soit le quart  de la prétendue fraude .

    Sans se pencher sur le détail des dépenses du conseil général et notamment les subventions à certaines associations comme l'AMICALE PREVOYANCE  DES CONSEILLERS GENERAUX  qui s'élèvent en 2010 à 425 000 euros  ou le comité régional du tourisme qui s'élève à 3 Millions d'euros , sans compter toutes les subventions à des clubs de voile, ski et autres !

    Il faut savoir cette année que le festival de Cannes  a été subventionné  de 20 millions par des fonds publics dont le conseil général des alpes Maritimes .

    Nous pouvons lire notamment dans le Parisien "Cannes, c’est beaucoup d’argent. Le budget du Festival 2011 s’élève à 20 millions d’euros, dont la moitié en fonds publics, qui provient du ministère de la Culture, de la ville de Cannes, du conseil régional Paca, et du conseil général des Alpes-Maritimes. Une somme utilisée, notamment, pour offrir le dîner d’ouverture qui se déroulera ce soir après la projection de « Minuit à Paris », de Woody Allen.

    L’argent sert aussi pour les invités. Et, en particulier, ceux dont les films figurent dans la sélection officielle. Le Festival offre ainsi trois chambres pour trois invités par film. Autrement dit, souvent, le réalisateur et deux de ses acteurs ou actrices sont hébergés pendant leur séjour. Mais à part l’hôtel, le Festival ne paie absolument rien d’autre. Pour les repas, transports, les tenues, etc., les invités sont pris en charge par les producteurs et distributeurs. Cela coûte cher à ces derniers, car les palaces de la Croisette — le Majestic, le Carlton et le Martinez — ont des chambres oscillant entre 700 € et 1 000 € minimum.
    De ce point de vue, le Festival est une bonne affaire pour la ville qui voit sa population tripler cette semaine-là, passant de 72 000 âmes à 200 000 habitants. On estime que le chiffre d’affaires généré par le Festival est de 200 millions d’euros. Les hôteliers cannois réalisent près de 19% de leur chiffre d’affaires annuel en douze jours."

    vous pouvez  si cela vous amuse  regarder ici les subventions en 2010

    Attention mon propos n'est pas de dire qu'il ne faut pas   soutenir et   dynamiser  le tourisme ou le sport dans une région  qui est un des plus beaux   fleurons de  France en matière de  tourisme ( 64 000 emplois directs ),  mais de garder raison et surtout de   respecter les pauvres.

    En effet 16 agents pour passer au crible la vie des allocataires du Rsa , fouiller dans leur intimité , voir se déplacer chez eux et enquêter comme pour chercher les preuves d'un crime .... le tout  pour récupérer ou économiser  4 millions d'euros !

    Alors que , dans le même temps  des sommes colossales sont dépensées en subventions et autres qui  proviennent de  nos impôts ... et qu'il n'y a pas pour autant une brigade Monsieur Propre  pour  surveiller " la  bonne utilisation " des subventions sur fonds publics.

    N'oublions pas  que Les Alpes-Maritimes ont connu des problèmes de corruption du personnel politique dans les années 1980 et 1990, aboutissant notamment aux condamnations pénales des maires de Nice, Jacques Médecin, de Cannes, Michel Mouillot et d'Antibes Pierre Merli.

    Tout ceci me dérange et m'attriste .eric ciotti.jpg


     

     

     

     

    Rappel  "Éric Ciotti est secrétaire national de l'UMP en charge des questions de sécurité depuis mars 2006. Il est à ce titre fréquemment présenté comme le « monsieur sécurité de l'UMP ». Il est rapporteur de la loi sur les violences en bande adoptée en juin 2009 puis en 2010 de la Loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure.

    En août 2010, Éric Ciotti propose de modifier la législation pour punir « de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende le fait par le père ou la mère de laisser son enfant mineur, lorsque celui-ci a été poursuivi ou condamné pour une infraction, violer les interdictions et les obligations auxquelles il est soumis ». Cette proposition est jugée inconstitutionnelle, nul ne pouvant être pénalement responsable des faits d’autrui.


  • Le gouvernement répare les jambes de bois

    Imprimer

    h-3-1875714-1262924832.jpgLa grande loi qui va tout résoudre  et même réparer les jambes de bois....

    c'est ....... la  suppression systématique des allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire injustifié et répétitif ( voir mon précédant billet )


    Le député UMP et président du conseil général des Alpes-Maritimes Eric Ciotti qui prépare   une proposition de loi en ce sens  précise qu'elle sera examinée d'ici au mois de juillet, dès que le calendrier parlementaire le permettra.
    Les grandes lignes du texte de loi sont arrêtées.

    • Dans un premier temps, le directeur de l'établissement scolaire signalera à l'inspecteur d'académie les absences de plus de quatre jours et demi en un mois.
    • L'inspecteur convoquera  les parents et leur adressera un avertissement.
    • En cas de récidive, l'inspecteur saisira directement la CAF pour qu'elle suspende le versement des prestations.

    get.jpegLe but de ce texte, selon son auteur, est de "contourner les blocages politiques des élus de gauche, rétifs à ce genre de sanctions. Et confier cette tâche à des fonctionnaires soumis au devoir d'obéissance…". L'idée de confier cette nouvelle responsabilité au préfet, un temps envisagée, a finalement été écartée. Ce texte complètera le contrat de responsabilité parentale déjà en vigueur.

    Force est de constater que cette proposition de loi dont l'efficacité est plus que douteuse et ne repose sur aucune étude sérieuse a pour objectif de rassurer une partie de l'électorat et  de préparer les élections de 2012  .

    Le thème de la  sécurité c'est porteur......La suppression des allocations familiales est une mesure qui revient régulièrement lors de discours sécuritaires. Christian Estrosi l'avait évoquée en 2008 pour réduire la délinquance dans sa ville. De même, Luc Chatel, lors des états généraux de la sécurité à l'école, avait abordé le sujet. Enfin, Nicolas Sarkozy, est également un adepte de ce thème.

    La suppression des allocations familiales  n'est pas de première fraîcheur car elle date de  1959.
    Ensuite vint la loi du  2 janvier 2004 relative à l’accueil et à la protection de l’enfance qui abrogeait  le dispositif de suspension et de suppression des prestations en cas d’inassiduité scolaire.

    Cette suppression s'appuyait  sur une prise en compte du phénomène d’absentéisme scolaire comme relevant de situations complexes et variées (difficulté scolaire, situation particulière de souffrance scolaire liée à l’établissement ou à la classe, situation personnelle ou familiale difficile…) et sur le fait que le basculement de l’absentéisme scolaire dans la délinquance n’est en rien systématique et ne concerne qu’une fraction minime des élèves absents (Rapport Machard sur les manquements à l’obligation scolaire ).


    contrat-parental.jpgEnfin , la loi du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances prévoit , en son titre III, la création d’un contrat de responsabilité parentale et la faculté de suspendre les prestations familiales afférentes à l’enfant dont les parents font l’objet du contrat.

    "Supprimer les allocations aux parents d'enfants qui sèchent les cours est la vieille Arlésienne exhumée par Nicolas Sarkozy. Inefficace, injuste ou pernicieux, le dispositif est très critiqué. Mais en ressortant une mesure répressive qui existe déjà dans les textes, le chef de l'Etat a surtout tué dans l'œuf un débat public qui aurait pu remettre en selle des alternatives constructives."note très justement  Rue89 qui a interrogé syndicats d'enseignants, éducateurs et politiques pour passer en revue d'autres pistes pour lutter contre l'absentéisme scolaire.

    Il faut croire que les Français sont dans leur majorité   manipulés et manipulables car selon le sondage exclusif du Parisien, réalisé le 21 avril par le CSA, 63 % sont  pour la suppression des allocations en cas d'absentéisme à l'école, et, quand ils sont parents, ils sont 62 % à approuver l'idée.

    Pour aller plus loin 
    Absentéisme à l'école et allocs : pourquoi Sarkozy se trompe
    Ecole : quatre propositions qui ne suppriment pas les allocs
    Ailleurs sur le Web

    le droit applicable  : Allocations familiales et obligation scolaire
    Le rapport Machard sur les manquements à l'obligation scolaire

    sarkozysecuriteassuree7vh.jpg

     

     

     

  • Messieurs les préfets vous ferez "pan- pan cul cul aux parents indignes ."

    Imprimer

    En déplacement en Seine-Saint-Denis, le Président de la République, Nicolas SARKOZY a rappelé sa volonté de "lutter contre le fléau de l’absentéisme scolaire qui conduit à la déscolarisation et à la marginalisation."

    Il souhaite que la décision de suspendre les allocations familiales en cas d’absentéisme scolaire injustifié et répétitif ait un caractère systématique.


    Le principe n'est pas nouveau. En effet la suspension des allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire avait été supprimé en 2004 par le ministre de l'Education nationale  Luc Ferry.

    Cette possibilité  a été réintroduit sous le gouvernement Villepin  par la loi  du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances  . Le dispositif permet  au président du conseil général de demander à la Caisse d'allocations familiales (CAF) de suspendre les versements.

    Les  présidents des conseils généraux n'ont certainement pas assez sévi car   Nicolas Sarkozy veut confier cette mission aux préfets ( La plupart des élus de l'opposition  n'exerçaient pas ce droit. « Il va totalement à l'encontre de la mission des travailleurs sociaux du département », explique Claudy Lebreton, le président socialiste de l'Association des départements de France. )

    Eric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes, déposera  une proposition de loi en ce sens à l'Assemblée nationale.

    La suppression des allocations familiales est une mesure qui revient régulièrement lors de discours sécuritaires. Christian Estrosi l'avait évoquée en 2008 pour réduire la délinquance dans sa ville. De même, Luc Chatel, lors des états généraux de la sécurité à l'école, avait abordé le sujet. Enfin, Nicolas Sarkozy, est également un adepte de ce thème.

     



    Depuis cette annonce,  c'est le concert des critiques et des protestations à gauche mais aussi  à droite ....

    • Pour Jean Marc Bilquez, secrétaire confédéral du syndicat Force Ouvrière (secteur Protection sociale), le projet du ministre de l'Education nationale démontre "la volonté du gouvernement de concentrer encore un peu plus les pouvoirs en matière de gestion et de transfert des allocations familiales".
      Qualifiant de "fausse bonne idée" le projet du ministère de l'Education nationale, Jean Marc Bilquez estime que celui-ci " conduira à aggraver la situation, déjà difficile, des familles et de leurs enfants". "Ce n'est pas en ajoutant de la difficulté à la difficulté qu'on résoudra le problème de l'absentéisme scolaire", insiste t-il.
      Et de conclure : "cette mesure n'est pas nouvelle. Il convient de s'interroger sur les raisons pour lesquelles elle refait surface. L'échec électoral de grande ampleur de la majorité n'y est certainement pas étranger"
    • Brigitte Masure, secrétaire générale adjointe de la Confédération syndicale des familles, fustige "un discours récurrent sur la défaillance des parents dont l'unique but est de légitimer des sanctions financières." Selon elle, "Une telle stigmatisation ne résoudra pas le problème. Au contraire, elle risque de creuser encore un peu plus le fossé entre les familles et l'école."
    • Martine Aubry, première secrétaire du PS, a précisé «ça ne marche pas en Grande-Bretagne, ça n'a jamais marché».
    • Ségolène Royal, présidente PS du conseil régional Poitou-Charente doute, elle, «franchement» qu'«affamer les petits frères des adolescents délinquants» puisse être la bonne solution. Elle a réitéré sa proposition de reverser les allocations familiales à l'établissement scolaire de l'élève absent, afin qu'elles soient «utilisées dans l'intérêt de l'enfant»
    • L'ex-ministre de l'Education Luc Ferry a déclaré au Monde que «c'est ajouter la misère à la misère». «Ce qu'il faut, c'est créer des filières d'excellence dans la voie professionnelle, pour qu'elle ne soit plus choisie par défaut», selon M. Ferry. L'absentéisme est en effet surtout fort dans les lycées professionnels (15% en moyenne, contre 3% des collégiens et 6% des lycéens), selon les chiffres du ministère de l'Education nationale.
    • Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD, associé à l'UMP), pense  que la suspension des allocations familiales contre l'absentéisme à l'école revenait à "donner à l'adolescent un pouvoir sur le budget familial", selon son comportement.

    Article du Parisien

    Article les Echos


    Xavier Bertrand veille au grain  et soutient le projet

    il cosignera la proposition de loi d'Eric Ciotti. "Le désengagement des parents à l'égard de leurs enfants est un problème majeur qui dépasse tous les clivages politiques. L'enjeu de cette réforme n'est pas partisan. C'est pour cela que l'UMP souhaite que ce texte puisse bénéficier du soutien du plus grand nombre de parlementaires"

    "Le Mouvement Populaire souhaite s'associer pleinement à cette mesure pour laquelle il s'était engagé fortement, et notamment avec la mise en ligne d'une pétition (sur le site officiel de l'UMP) qui avait recueilli plus de 35.000 signatures"

    La secrétaire d'Etat à la Famille, Nadine Morano, qui n'est pas en reste  estime que le projet de supprimer les allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire avait pour but de "rappeler à leurs devoirs" les parents.


    Absentéisme scolaire : suspension des allocations familiales
    envoyé par ump. - L'info internationale vidéo.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu