Avertir le modérateur

entreprises

  • Un social démocrate ou un démocrate un peu social … le pacte de l’irresponsabilité

    Imprimer

     Mardi 14 janvierc’était  la troisième conférence de presse de François Hollande  depuis le début du quinquennat.

    Force est de constater  que les mesures annoncées  dans le pacte de responsabilité entérinent  la politique d’austérité menée depuis son élection , une politique d’austérité dictée par l’Europeune politique  d’orientation libérale  qui est un  véritable cadeau  pour le  patronat qui obtient  30 milliards d'euros d’exonération de cotisations familiales pour 2017.

    Plutôt que de constater l’échec  de  la politique économique et sociale menée depuis de nombreuses années et poursuivie depuis son élection  , une politique qui favorise le patronat au détriment des salariés, l’austérité au lieu de la relance, une politique  qui n’a pas empêché les délocalisations , les plans sociaux  et  la montée du  chômage, François Hollande enfonce le clou :  pour encourager  le patronat à embaucher  il lui offre  un cadeau  somptueux de 30 milliards d’euros , auquel s’ajoute le crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi de 20 milliards d'euros.

    Le Medef peut se frotter les mains, il vient d’obtenir  avec François Hollande ce qu’il n’avait pas obtenu avec SARKOZY un   allégement sans précédant  des charges des entreprises et  une réduction de leurs contraintes

     «  le principal problème de la France, c’est la production. Il faut produire plus et produire mieux. » dixit François Hollande  …« Nous fixerons un horizon 2017 avec un cap, c’est la modernisation de la fiscalité » a poursuit François hollande.
    Le président entend également poursuivre son « choc de simplification », c’est à dire réduire le nombre de procédure pour les entreprises.

    • Et les contreparties ?

    « Elles doivent être définies au niveau national et réparties selon les branches : embauche, travail des jeunes, séniors, formation, niveau des salaires et amélioration du dialogue social… C’est un grand compromis social. Il implique toutes les parties prenantes. » affirme le président. Et les sanctions prévues ? Aucune d’annoncée.

    Un « observatoire des contreparties» sera créé. Et tout cela ira effectivement très vite, la réforme fiscale des entreprises et un wagon de simplifications précèdera la conférence sociale du printemps.

    Autant dire que tout cela n’est que du vent …

    Réduire les charges  avec un impact global de 5 %  ne mettra jamais les salariés au niveau des salariés des pays low cost  dans lesquels il y aura encore des délocalisations....

    Redonner la confiance aux entreprises cela fait plus de 30 ans que tous les gouvernements s’y emploient ... mais en vain  car  il en faut toujours plus et la confiance ne revient pas .Cette année  nous avons  60 000 chômeurs de plus et on va atteindre en fin 2014  un niveau record ...

    Il est évidant que cette austérité sera supportée par les ménages  et les salariés et ce, de manière indirecte , accentuant encore  la précarisation, la pauvreté  qui touche un nombre de plus en plus important de jeunes et de séniors...

    François Hollande a  également réaffirmé sa volonté de réduire les dépenses publiques, à hauteur de 50 milliards d'euros de coupe en 2017 (18 mds d'économies supplémentaire par an). Là encore, il reprend le vocabulaire de la droite et ses fameuses « réformes structurelles ».

    Comme le note l’humanité « des réformes qui ont fait  des ravages chez nos voisins européens: privatisations de services publics (eau, énergie, transports, santé, éducation...), baisse des salaires et du nombre de fonctionnaires...
    La première étape évoquée par François Hollande: « redéfinir les missions de l’Etat ». Le président a nommé un « conseil stratégique de la dépense », chargé d’évaluer les politiques publiques. Et dès avril, chaque ministère recevra un objectif d’économie à atteindre, étape par étape, jusqu’en 2017. François Hollande entend également s’attaquer aux collectivités territoriales. Derrière le projet des métropoles, le président entend notamment réduire le nombre de régions et de départements, favoriser les fusions de collectivités. « Les dotations de l’Etat varieront selon les regroupements qui seront faits ».

    Enfin le financement de la sécurité sociale prendra un nouveau coup. François Hollande espère réaliser des économies notamment sur les actes redondants, l’usage de génériques…

    Français réjouissez vous  car vous allez  crever à petit feu mais heureusement  vous aurez une loi  (annoncée ) sur la fin de vie : assistance médicalisée pour terminer sa vie dans la dignité...tout un programme

    92854749.jpg

    Merci  au dessinateur Rhodo dessin de presse

     

     

  • On nous refait le coup des chars russes !

    Imprimer


    argent-des-patrons.jpg La baisse des salaires dans le secteur public et la position du Medef  sur le sujet  affolent  une partie des chefs d'entreprise  !

    François Hollande lors de la campagne présidentielle a promis  de réduire l’échelle des salaires dans les entreprises publiques.

    Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a annoncé vendredi soir,  sur France Inter ,que cette mesure  serait mise en place rapidement. "C'est un engagement, que la hiérarchie des salaires dans les entreprises publiques ne pourra pas aller au-delà de 1 à 20".

    Depuis de nombreuses années , les salariés n'ont pas ou  peu d'augmentattion de salaires.

    Dans le même temps   la précarisation des emplois  n'a jamais été aussi importante  ( embauches en CDD , temps partiel etc..)

    La baisse des rémunérations  des patrons des entreprises publiques est une mesure  qui prend ,de ce fait,  une haute  valeur symbolique  et on ne peut qu’inciter le gouvernement à envisager des mécanismes de régulations identiques dans le secteur privé.

    Salaires des grands patrons sur le journalDuNet

     En effet, la rémunération moyenne des dirigeants des entreprises du CAC 40 a fait un bond de 34 % en 2010 et s'est établie à 4,11 millions d'euros après trois années consécutives de baisse,  indique le cabinet Proxinvest.

    Cette rémunération - actions et obligations comprises - ne revient néanmoins pas à son niveau d'avant la crise : la moyenne observée était de 5,7 millions en 2006, précise l'agence d'analyse de gouvernance. 

    La rémunération totale moyenne des patrons du CAC 40 avait baissé de 17 % en 2007 puis de 25 % en 2008 avant de perdre 14 % l'année suivante.

    Onze dirigeants français dépassent en 2010 le plafond de Proxinvest de 240 smic annuels, soit actuellement 4,6 millions d'euros, avec en tête Jean-Paul Agon de L'Oréal (10,7 millions d'euros), le patron de LVMH Bernard Arnault (9,7 millions d'euros) et Carlos Ghosn (Renault : 9,7 millions d'euros). Les suivants sont Bernard Charlès (Dassault Systèmes : 9,5 millions), Franck Riboud (Danone : 7,7 millions), Maurice Levy (Publicis : 6,2 millions), Christopher Viehbacher (Sanofi-Aventis : 6,1 millions). Arnaud Lagardère de Lagardère SCA a une rémunération totale de 4,9 millions d'euros tout comme Henri de Castries d'AXA. Lars Olofsson, patron de Carrefour, affiche 4,8 millions d'euros.

    Ces rémunérations valorisent les stock-options et actions gratuites (30 % de la rémunération totale) à la date d'attribution et ne tiennent donc pas compte de la chute des cours enregistrée depuis. Elles ne prennent pas en compte les régimes de retraite supplémentaire.

      D'une manière générale , les dirigeants des grandes entreprises  bénéficient  de rémunérations qui semblent indécentes surtout en période de crise ,  en raison du mode d’intéressement qui leur est attribué par les investisseurs, notamment grâce à leur part variable qui leur est attribuée via ce que l’on appelle des « management package ».

    Ce mécanisme vise à inciter le dirigeant à faire grimper la performance financière à court terme du cours de l’action et le dirigeant prend part à cette performance puisqu’il est lui-même bénéficiaire des actions de son entreprise.

    Pour faire grimper ce cours et, de manière générale, la performance financière du titre (pour que la distribution de dividende soit maximale), il a donc intérêt à serrer les coûts salariaux en limitant les rémunérations des salariés voire en mettant en place des plans sociaux pour ne plus avoir à supporter les coûts de salariés devenus trop chers.

    le point 

     Selon Atlantico  °" Cette élection présidentielle, et les législatives qui vont suivre sont déstabilisantes pour les chefs d’entreprises déjà affectés par une instabilité juridique et fiscale chronique. 

    Ils ne savent pas ce qui les attend et n’ont aucune visibilité tant sur les lois sociales que sur l’augmentation du SMIC ou les heures supplémentaires… sans parler des impôts

     En cette période trouble il faut un repère et un leader, un porte parole neutre et indiscutable des entrepreneurs. En quoi la ligne du Medef est-elle claire ? Quelle est sa stratégie ? On apprend dans une interview récente que la Présidente approuve les résolutions de Pascal Lamy et de Jacques Attali. Est-ce parce qu’ils sont de gauche ? Qu’en pensent les patrons ? Que viennent faire là des positions sur l’avenir de l’Europe ?

    On a aujourd’hui le sentiment d’un rétropédalage consistant à se mettre bien avec la nouvelle majorité politique ; ce n’est pas ainsi que l’on se fait respecter et cela augure mal d’un dialogue constructif sur les vrais sujets d’autant que la crédibilité du Medef est justement entachée et dans l’opinion publique et face à un Gouvernement qui a fait sa campagne sur les excès financiers que le Medef a souhaité ignorer. "

    ° Atlantico  (dont le slogan est « un vent nouveau sur l'info ») est souvent décrit comme étant « de droite » bien que Jean-Sébastien Ferjou réfute cette étiquette en précisant que le nom du site ne témoigne pas d'un atlantisme pro-américain, et qu'il refuse d'être situé « dans une grille, dans un moule » : son parti pris est d'abord de créer un site « grand public ». Pour autant, il déclare que pour lui « libéralisme et capitalisme ne sont pas des gros mots » ; par ailleurs, au moment de la création du site, il connaît depuis plus de dix ans Patrick Buisson, conseiller du chef de l’État, pour avoir travaillé avec lui sur LCI. Mais Buisson précise que « ce n'est pas pour autant [qu'il] parraine de quelque manière que ce soit la suite de sa carrière professionnelle », et qu'il « [n'a] aucun rapport, ni sur le plan financier, ni sur le plan éditorial, avec ce projet »5. « L'Élysée ne se mêle pas de cette affaire » a précisé Franck Louvrier, conseiller en communication de Nicolas Sarkozy.


    Hollande face à la baisse de la rémunération des... par BFMTV

  • La Bourse ou le SMIC !

    Imprimer

    Le Smic sera augmenté au  1er janvier 2011.

    Selon les informations non encore validées*  le SMIC serait revalorisé de  1,6%  portant le SMIC horaire à  9 € bruts soit aux environ de 7 euros nets. 

    Cette augmentation représente pour une personne à temps plein une augmentation mensuelle de 17 euros nets ..

    Ils seront près de  4  millions de salariés à bénéficier de ce royal cadeau.

    40999028.jpgUne étude de la DARES  indiquait qu'en 2008 La France comptait   3,4 millions de salariés payés au SMIC  dont 620 000 pour le secteur public.  Dans le privé, deux branches concentrent plus de la moitié des salariés payés au minimum : le commerce (18,1 %) et les services aux particuliers (33,2 %). Parmi les branches professionnelles qui se distinguent en accusant les plus forts taux de smicards, figurent la restauration rapide (2 salariés sur 3) et les entreprises de propreté (6 salariés sur 10). 

    Peu importe  il fait beau au pays des actionnaires des entreprises du CAC 40   qui  ont fait  41,6 milliards d'euros de profit au premier semestre 2010.
    Leur PDG ne sont pas en reste un exemple : en 2009  Carlos Ghosn, Renault  percevait un salaire  annuel de  1,2 million €

    Pour vous mettre  de l'eau en bouche  non caviar en bouche  voici  le classement de ces rémunérations.

     

    *EXTRAIT DU Monde  " Avant la réunion de la CNNC, où siègent les partenaires sociaux, un groupe de cinq experts se prononcera au cours du mois de décembre sur l'opportunité d'un éventuel coup de pouce. Le smic horaire brut – qui depuis 2010 est revalorisé le 1er janvier et non plus le 1er juillet – a été rehaussé en janvier dernier de 0,5 %, sans coup de pouce gouvernemental, à 8,86 euros, soit 1 343,77 euros mensuels bruts (quelque 1 056 euros nets) sur la base de 35 heures hebdomadaires. 2010 a été la quatrième année consécutive sans coup de pouce, une option écartée depuis l'élection de Nicolas Sarkozy.

    Depuis 2010, la revalorisation du smic au 1er janvier a été instaurée afin que son montant soit connu avant le début des négociations salariales annuelles dans les branches professionnelles entre janvier et mars.


  • Dérive et précarité

    Imprimer

    logo-auto-entrepreneur.jpgCréer  sa propre activité  en  tant qu'auto-entrepreneur c'est facile , c'est pas cher mais pour certains  ça ne rapporte pas gros ... car   ce nouveau statut  permet de transformer de manière fictive  un  salarié en chef d'entreprise .

    Entré en vigueur le 1er janvier 2009, le statut d'auto - entrepreneur  permet aux salariés, chômeurs, retraités ou étudiants de développer une activité à titre principal ou complémentaire pour accroître leurs revenus, avec des démarches simplifiées et un régime fiscal avantageux.

    L'auto-entrepreneur ne paye en effet d'impôts et de cotisations sociales qu'en cas d'activité effective sous forme de chiffre d'affaires.

    Si ce système  facilite la création de sa propre activité  nous assistons aujourd'hui à une véritable dérive  !

    Pour s'en rendre compte il suffit d'aller sur les sites d'offres d'emploi. : les offres  telles qu'artisans  recherchent  peintres   ou bars recherchent  serveurs et serveuses  à condition  qu'ils aient le statut  d'auto entrepreneurs explosent.

    1.JPGRien d'étonnant car en prériode de crise  il n'y a pas de petites économies et certains n'hésitent pas  à recourir  à moindre frais  aux auto- entrepreneurs (  absence de charges sociales ou patronales, flexibilité du travail, possibilité de rompre le contrat de prestation de services unilatéralement etc...) alors qu'en fait ces personnes sont de véritables salariés ( lien de subordination)

    Mieux encore , des employeurs se séparent de leurs salariés, y compris en les licenciant, pour mieux les reprendre ensuite comme auto-entrepreneurs, constate l'Urssaf d'Amiens. Certains secteurs, comme le bâtiment, sont particulièrement exposés à une telle dérive : "On reçoit de plus en plus de courriers de salariés qui demandent quels seraient leurs droits s'ils s'installaient en tant qu'auto-entrepreneurs et devenaient sous-traitants de leurs patrons", note Patrick Liebus, président de l'Urssaf de l'Ain.

    L'ancien salarié est satisfait  car souvent  il gagne un peu plus qu'avant.

    Mais  c'est un leurre car dans le même temps  il perd toutes les garanties attachées au contrat de travail et  le droit aux allocations chômage.

    L'employeur peut en effet rompre à tout moment le contrat de prestation de services qui les lie, le privant ainsi de revenus.

    "Bien souvent, ils n'ont pas le choix, c'est ça ou la porte", relève Patrick Liebus.

    Les entreprises qui utilisent ce procédé risquent de voir requalifié le contrat de prestation en un contrat de travail. L'URSSAF a les moyens d'effectuer un contrôle.

    Les employés ont de leur côté la possibilité de se retourner vers les Prud'hommes.

    "la répression des fraudes sera très attentive", promet le 3 février, au Salon des entrepreneurs à Paris, Hervé Novelli, le ministre chargé des PME.... pour qui "le succès du statut l'emporte sur telle ou telle dérive".

    Cette déclaration sera t-elle suivie  de mesures concrètes  qui permettent d'enrayer le phénomène ?

    Nous pouvons légitimement en douter car grossir les statistiques du chômage n'est pas dans l'air du temps.

    Les régionales approchent  et il faut montrer un bilan favorable de l'action gouvernementale !

    Alors en bon VRP de ce système le gouvernement continue de le  présenter sur son site de manière quasi idyllique.

    "si vous êtes  retraités , salariés, étudiants et que vous souhaitez un revenu supplémentaire,  si vous êtes chômeurs et que vous souhaitez  "rebondir' vous pouvez devenir auto entrepreneur.

    Le régime de l'auto-entrepreneur mis en place par Hervé Novelli, c'est un passeport offert à tous les Français qui souhaitent transformer leur talent en argent et bénéficier de revenus supplémentaires. Cela répond à un vrai besoin, particulièrement en cette période de crise."

    bc5866e7e32c3315bdef406a34e440ec.jpgc'est bien connu en France il y a du travail  il n'y a qu'à se pencher pour le ramasser !

    Pour devenir auto entrepreneur rien de plus facile :
    - finie la tracasserie administrative : l'auto-entrepreneur n'aura pas besoin de s'immatriculer au registre du commerce et des sociétés ou au répertoire des métiers ;
    - une seule déclaration suffit : il doit s'inscrire sur le site en ligne www.lautoentrepreneur.fr pour pouvoir commencer son activité dès le lendemain ;
    - ce qui est vrai lorsqu'on souhaite créer son activité est aussi vrai pour l'interrompre : l'auto-entrepreneur peut cesser son activité sans être soumis à des formalités ou à des obligations administratives complexes

    Il n'y a qu'une seule limite pour être auto-entrepreneur : il faut réaliser moins de 80 000 euros de chiffre d'affaires pour une activité commerciale ou moins de 32 000 euros pour les prestations de services et les activités libérales. Ces seuils évolueront chaque année comme le barème de l'impôt sur le revenu.

    Pour aller plus loin

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu