Avertir le modérateur

controle

  • Vous pouvez acheter vos lettres de délation...........(Pauvre France)

    Imprimer

     Je dois me pincer pour vérifier si je ne dors pas !

    Un véritable cauchemar.... et pour moi un réel dégoût.

    Frauder c'est voler .... un slogan  martelé par  l'ancienne majorité qui a créé une obsession de la fraude.

    Cette obsession de la fraude , associée à un discours politique xénophobe, a piétiné  les valeurs de la République car  nos institutions de la protection sociale dont les valeurs sont la solidarité, l’équité, le respect de l’assuré ou de l'ayant droit , s'appuient sur les délations  pour faire des contrôles .

    Pour faciliter la délation, qui dans notre beau pays devient un devoir de citoyen , certains sites n'hésitent pas à vendre des modèles de lettres de délation...

    Oui, mes chers lecteurs vous avez bien lu..... Si vous souhaitez dénoncer un vilain fraudeur il vous en coûtera 4 €  

    Voici un modéle de lettre de dénonciation à la CAF

    Ce site propose également des modéles de lettres de délation pour la CPAM, les impôts etc.....le_corbeau02.jpg

    Voici le billet d'un médecin qui s'insurge contre ces méthodes 

    Je vous livre un extrait de ce billet : (je vous invite à visiter le blog de ce médecin)
     ..Il n’est pas habituel que j’écrive deux billets d’humeur dans le même mois. Mais cette fois ci, mon humeur est véritablement mauvaise. Voilà de quoi il s’agit.

    L’autre matin, un inspecteur de la CPAM du 93 vient me voir pour m’interroger sur la réalité et la justification d’un arrêt maladie que j’avais fait à une jeune femme en septembre dernier. Il faut préciser que cet inspecteur, fort aimable au demeurant, travaille au service des fraudes.

    Je lui explique que je suis bien l’auteur de cet arrêt et que la raison en est simple : dépression réactionnelle suite au décès de la grand-mère de cette jeune femme qui chérissait cette aïeule. Le parcours de l’intéressée est suffisamment chaotique pour que je sache quel rôle bénéfique fut joué par sa grand-mère et que, par conséquent, je puisse apprécier à quel point ce deuil la faisait souffrir. De toute façon, je lui rappelle que je n’ai pas à me justifier vis-à-vis de lui et que si cela est nécessaire, il y a un service médical compétent, ce dont il convient aisément. A moi donc de lui demander pourquoi cette intrusion de son service dans cette relation médecin malade ? La réponse me sidère.

    Une lettre anonyme est parvenue à ce service des fraudes, dénonçant un arrêt maladie injustifié, arrêt pendant lequel cette personne aurait séjourné en Algérie, pays d’origine de la grand-mère, où elle fut inhumée.
    Je me permets de lui expliquer que cette famille se déchire depuis le décès de la grand-mère pour une question d’héritage, allant de l’invective à la violence physique : un des petits enfants a même séjourné en réanimation, suite à une agression physique. La justice est saisie. Cette lettre anonyme de dénonciation s’inscrit dans cette violence.

    Je lui fais remarquer que la situation est suffisamment grave pour que la CPAM ne vienne pas aggraver le conflit. Quand on est « chasseur de fraudeur », il faut également se montrer précautionneux et ne pas pousser à la violence. Et comme il a déjà rendu visite à la « coupable », pour demander des comptes, il peut être maintenant certain qu’il va aggraver les choses et donc qu’il se comporte de manière irresponsable.

    Et c’est tout simplement, tout naturellement, qu’il m’explique que c’est comme cela que le service des fraudes fonctionne. Que c’est plus facile d’agir quand on reçoit une lettre anonyme, que l’important est de coincer le fraudeur et que la fin justifie les moyens.

    Alors, je me mets en colère. Ainsi donc, le service des fraudes cautionne la délation, cette manière d’agir ne leur pose pas de problème éthique. Je lui explique ce que peut être la délation dans un pays démocratique, que c’est un venin social parmi les pires, qu’elle contribue à générer la violence sociale. Je lui explique, furibond, que mon travail de médecin généraliste, dans cette cité de banlieue où j’exerce, consiste aussi à lutter contre cette violence sociale, que le respect de l’autre est un des fondamentaux du vivre ensemble, que la jalousie, la discrimination, le racisme passent aussi par la délation.

    Quand une institution de la protection sociale dont les valeurs sont la solidarité, l’équité, le respect de l’assuré, bafoue ces fondamentaux démocratiques, alors l’institution devient elle même une violence et une honte. Il m’écoute, stupéfait : il n’avait jamais pensé à cela et encore moins évoqué cette question au sein de son service.

    Voilà où nous en sommes rendus ! L’obsession de la fraude, associée à un discours politique xénophobe, piétine de plus en plus les valeurs de la République. Pauvre France."

    Pour aller plus loin

    billet "Lorsque les médecins deviennent les secrétaires de la sécurité sociale .....les malades sont en danger"

     

     

     

    Un film  , une oeuvre magistrale  le corbeau  

  • Lorsque les médecins deviennent les secrétaires de la sécurité sociale .....les malades sont en danger

    Imprimer


    Pour lutter contre les dangereux fraudeurs  que sont les malades  , qui n'hésitent pas , par leurs arrêts de travail "abusifs" à mettre en péril les équilibres financiers de la sécurité sociale , la majorité en place ne cesse  d'inventer  des mesures pour limiter  les arrêts  maladie  ( multiplication des contrôles,  incidence de l'avis des médecins contrôleurs des employeurs sur les indemnités versées par la SS,    création d'un FBI anti - fraude ,  renforcement des sanctions  etc...).

    Le premier maillon de ces mesures   est la transmission par le web des arrêts de travail par le médecin traitant, qui permet  un contrôle immédiat du fraudeur  potentiel ....... ( la SS pouvant déclancher le contrôle dès réception  de l'arrêt de travail c'est à dire  à l'instant T de la prescription de l'arrêt ....)

     Les médecins qui prescrivent un arrêt de travail peuvent  se connecter à partir du portail « Votre Espace Pro » d'Ameli et remplir en ligne le formulaire d'arrêts de travail de leurs patients.

    Le dispositif d'avis d'arrêt de travail dématérialisé a été  mis en place dans toutes les CPAM de France à partir de novembre 2009, il a été généralisé aux arrêts maladie,maternité et accidents du travail  depuis  juin 2010. 

     La transmission dématérialisée  non seulement  constitue un gain  de temps pour le personnel des CPAM qui n'ont plus  à traiter les formulaires papier, mais également permet les contrôles des  arrêts  de travail de courte durée ( en 2009  les arrêts de travail de moins d’une semaine représentent 48 % des prescriptions totales d’arrêt, soit 300 millions d’euros par an. Or, ils ne sont presque jamais contrôlés puisque l’assuré avait  48 heures pour poster sa déclaration : le temps qu’elle arrive, le bénéficiaire est revenu au travail ! )

    Mais.....car il y a un mais  :

    • La télétransmission augmente la responsabilité et la charge bureaucratique du médecin alors que le temps de la consultation est déjà contraint".
    • le nombre de jours d'arrêts de travail pour chaque pathologie est normalisé.....( c'est à dire  pour chaque pathologie   la SS préconise  d'octroyer  x...jours d'arrêt de travail )

     Que l'assurance maladie mette en place ce genre de grille devrait nous alerter .
    En effet , cette normalisation de la durée des arrêts de travail fait fi de la particularité de chaque patient . Elle entérine une orientation désuète de la médecine qui consiste à soigner la pathologie avant de soigner la personne dans toute sa complexité .
    Ces "normes" ne sont pas mises en place pour permettre une meilleure qualité de soins mais  prévenir « la chronicité » des arrêts .
    Ces normes complètent en fait l'arsenal mis en place par le gouvermenet pour diminuer le secteur des dépenses des arrêts de travail  et ce au mépris de la santé  des personnes.

    Aujourd'hui ces  normes sont indicatives mais demain ?????? 

     

     Voici l'extrait d'un article de Jean-Jacques Fraslin

    lire l'intégralité  de  ce savoureux témoignage sur I-Med

    J’ai testé la nouvelle version de l’e-arrêt de travail. Si on suit à la lettre les consignes, il faut au moins 5 minutes pour rédiger un e-arrêt de travail. De nombreuses rubriques présentes dans la zone “Assuré(e)” du certificat papier doivent désormais être remplies par le médecin. Cet e-arrêt permet d’évidents gains de gestion pour les régimes qui le proposent et autorise un contrôle immédiat des assurés. Mais il augmente la responsabilité et la charge bureaucratique du médecin alors que le temps de la consultation est déjà contraint. 

    Je clique une deuxième fois sur le menu déroulant qui s’affiche immédiatement. Cela surprend. Il faut ensuite déplacer la souris et ouvrir un sous menu (sans clic).
    Un troisième clic permet de choisir le motif. On doit patienter entre 3 et 8 secondes ensuite. C’est le temps qu’il faut pour télécharger un “Tableau des durées indicatives.”
    Ainsi pour la grippe banale, l’assurance maladie recommande 7 jours ! Par contre pour une “Sciatique” avec “Travail sédentaire” c’est deux jours. Pour un “Travail physique léger avec charge ponctuelle < 10 kg ou charge répétée < 5kg” c’est trois jours de bonus. Quelqu’un qui effectue un “Travail physique lourd avec charge > 25kg” a droit à 35 jours.
    Si le grippé a, en sus une sciatique et un travail sédentaire, à combien de jours a-t-il droit ?
    Ne nous égarons pas. C’est une grippe, je valide par un 4éme clic la “Durée indicative Tout type d’emploi” de 7 jours.
    Le patient grommelle : « Sept jours pour une gribbe ? Je bensais rebrendre le boulot lunbi ! »
    Je réplique : « Regardez c’est les experts de la Haute Autorité de Santé qui preconisent cette durée »......610794792.jpg

     

     

     

  • Mettons les malades et les médecins au pilori en place publique : une excellente solution pour lutter contre les arrêts de travail abusifs

    Imprimer

        

      Lorsque vous êtes malade ,  votre  médecin vous prescrit  ( s'il juge que c'est opportun) un arrêt de travail.

    Si vous justifiez d'une durée  d'affiliation suffisante vous percevez des indemnités journalières après un délai de carence et le cas échéant un complément de salaire de votre employeur.

    Pendant votre arrêt de  travail vous pouvez  faire l'objet d'un contrôle par le  médecin-conseil de la Sécurité sociale.

    Votre employeur peut également  mandater un médecin pour vous faire contrôler ( en cas de versement d'un complément de salaire )

    Depuis peu ,  ces contrôles ont une incidence directe sur  le maintien ou non des indemnités versées par la SS ! 

    N1GE03D_20080221_apx_470__w_ouestfrance_.jpgQue se passe t il  si le médecin conseil estime notamment que vous  êtes bien  portant et que vous pouvez aller bosser ?

    Si celui-ci conclut que l'arrêt-maladie est injustifié, le versement de vos indemnités journalières s'arrête et vous devez immédiatement reprendre votre travail.

    Le gouvernement , frappé par une "Schizophrénie anti  fraude"  veut aller plus loin.

     "Un texte réglementaire est en cours de préparation et devrait sortir d'ici la fin de l'année", a indiqué à l'AFP un porte-parole du ministère, confirmant une information diffusée par Europe 1.

    Le projet gouvernemental vise  à  infliger au  malade qui n'est pas considéré comme tel par le  tout puissant Médecin conseil  , une amende, afin qu'il rembourse une partie des indemnités journalières perçues avant sa visite auprès dudit  médecin-conseil.

    Les modalités et le montant de ces sanctions n'ont pas encore été précisés, a-t-on indiqué au ministère du Travail.

    A mon sens  si un texte réglementaire  prévoit " le remboursement de tout ou partie des indemnités  perçues " il encourt une annulation devant le conseil constitutionnel .

    En effet, si  le médecin conseil peut  constater le caractère "abusif " d'un arrêt de travail le jour où il examine le salarié,  à moins qu'il ne soit devin , comment pourra t-il affirmer  que  le salarié était bien portant et  qu'il  pouvait aller travailler avant son contrôle ?

    Une difficulté de poids qui ne semble par  gêner  le ministre de la Santé, Xavier Bertrand, qui assure que la pénalité qui sera instituée "tient la route sur le plan juridique". Un décret est d'ailleurs déjà en préparation. Il devrait sortir avant la fin de l'année. 

     

    Selon la Cnam, en 2009, 13 % des arrêts de travail de moins de 45 jours contrôlés par les médecins-conseils étaient jugés injustifiés ou trop longs et 11 % des arrêts de plus de 45 jours étaient « inadaptés » ou « injustifiés ».

    En 2010, la Sécurité sociale aurait réalisé près de 400 millions d'économies en renforçant ses contrôles sur les arrêts maladie.(  soit 4,6% du montant total des indemnités journalières versées)

    Pour ajouter au concert de l'imbécilité ambiante ,  la réaction  de la Fédération nationale des accidentés de la vie (Fnath), importante association de malades et de personnes handicapées  me consterne.

    En effet,  au lieu de rechercher  des arguments de droit pour contrer le projet du gouvernement,   cette Fédération accuse les médecins  d'être responsables de la situation.

    jugez par vous même : extrait du communiqué de la Fédération "

    - le Gouvernement oublie de rappeler que ce sont les médecins qui prescrivent la durée des arrêts maladie : ce ne sont donc pas les malades qui doivent être tenus responsables d’un arrêt qui semblerait injustifié.

    Si pénalités il doit y avoir, ce sont les médecins traitants qui doivent les subir. Ce n’est pas à la personne en arrêt de faire les frais d’une approche différente entre deux médecins sur l’opportunité et la durée de leur arrêt.

    On peut d’ailleurs s’interroger sur les possibilités de recours, afin de se faire rembourser les pénalités, de la personne en arrêt contre le médecin traitant qui lui aura prescrit une durée d’arrêt de travail jugée inadéquate par l’assurance maladie "


     Pour mettre d'accord tout ce petit monde  qui à mon sens est devenu idiot , je propose de mettre les malades et les vilains médecins complices  du grand crime   d'arrêt  de travail abusif, au pilori sur la place publique .

    !FRAUDEUR AU PILORI.jpg

     

     

  • Rsa et acharnement thérapeutique ! salauds de pauvres

    Imprimer

    841a0f1a-de1d-11e0-8a2a-337b77dda763.jpgMarc-Philippe Daubresse vient de remettre son rapport sur l'amélioration du revenu de solidarité active (RSA) et le renforcement de son volet insertion, au Président de la République.

    Dans ce document, il formule 22 propositions de réforme pour renforcer  la logique des droits et devoirs, améliorer  la lisibilité et  l'efficacité du RSA et lutter  contre les fraudes aux prestations sociales. 

    Regardons d'un peu plus près quelques unes de ces propositions . ( 22 propositions  lire ici le rapport )

    Le ton est donné  par les premières phrases  de l'introduction du rapport : "La France a le modèle social le plus généreux des pays de l’OCDE : chaque année, 30 % de la richesse  produite est consacrée à la protection sociale. "

    Face au poids de la dette qui nous oblige à réduire les dépenses publiques, en sortie de crise, il faut
    réformer notre modèle si nous voulons le transmettre à nos enfants avec deux objectifs :

    -Comment privilégier le retour à l’emploi plutôt que l’assistanat ?
    -Comment mieux investir dans le social pour accompagner plus efficacement les plus fragiles ?

     Mon commentaire : le mot assistanat  qui a largement été utilisé depuis ces derniers mois  est repris  dans le rapport ...

     Force est de constater  que  pour notre gouvernement ,   qui malheureusement  reflète la pensée d'un grand nombre , les  allocataires du Rsa sont des assistés  à la charge  de la collectivité.  

    Ce postulat étant posé   comme une sentence sans appel  , il est nécessaire de ramener  ces égarés dans le droit chemin du travail.......

    • Première mesure envisagée :

    Proposer aux allocataires du rSa inactifs, en situation de travailler, un CUI d’une journée par semaine, rémunéré au SMIC (214 euros de salaire mensuel net versé par l’employeur, soit 140 euros  de gain net pour l’allocataire)" 

     Mon commentaire  : si ce travail est rémunéré   (il fallait bien répondre au tollé  provoqué par la proposition d'un travail  gratuit !) , le rsa  diminuera   . Il  ne  restera qu'un gain moyen de 132 euros par mois pour l'allocataire.

     Voici le tableau des  revenus que percevront les intéréssés !

    Faites un petit calcul : déduisez ,ne serait ce que les frais de transport , le revenu restant  fond comme peau de chagrin..

    Sans compter que de nombreux allocataires inactifs qui  se débattent dans des difficultés de tous ordres ne disposent d'aucun moyen pour se déplacer .  

     

     

    Capture.PNG 

     automatiquement une sanction conformément à la loi.   

     

    En revanche  le salaire que devra payer l'employeur est subventionné .

    Il ne restera à sa charge que  56 euros par mois..    

     

     

    • Deuxième  mesure envisagée :

    Fusionner  le Rsa et la prime pour l'emploi .
    On peut lire dans le rapport " la PPE ne bénéficie pas à une partie significative de ceux qui devraient être incités à accepter  une activité précaire ou à temps partiel alors qu’elle bénéficie à des foyers au revenu  important en raison de l’appréciation des ressources sur une base individuelle: « On estime 
    que sont ainsi exclus de la PPE, 2,8 millions de personnes occupant des emplois précaires ou à petit temps partiel.

    A l’inverse, la PPE peut être versée à des ménages situés dans la  moitié supérieure de la distribution des revenus : près de 4,5 % des foyers fiscaux  appartenant aux 8e et 9e déciles de revenus (foyers déclarant en 2007 plus de 20 758 € par  unité de consommation soit 43 592 € pour une famille avec 2 enfants) bénéficient de la  PPE».

    Le rapport propose de recentrer  ce système sur les personnes éligibles au Rsa.

    Mon commentaire :  supprimer cette prîme pour les revenus   moyens   est une mauvaise mesure car elle risque fort de ralentir la consommation  .

    En effet,  la PPE ne s'adresse pas à des nantis ,  loin de là , mais à des foyers relativement modestes !

    C'est encore un coup de griffe porté aux classes moyennes !

     

    • Troisème mesure envisagée :

     Inciter les collectivités locales  à revoir les aides  diverses octroyées aux bénéficiaires du Rsa qui ne les incitent pas à reprendre un emploi ! 

    On peut lire dans le rapport : " Les droits dits « connexes » au rSa sont les avantages de toute nature accordés désormais sous  condition de ressources et non plus de « statut » d’allocataire de ce minima social. Les critères d’éligibilité ont été revus dans le cadre de la loi sur le rSa par rapport au RMI. 

    Ces droits connexes prennent des formes différentes : aides monétaires, aides quasi-monétaires  (bons d’achat par exemple), aides en nature (colis alimentaires par exemple), aides tarifaires ou  droits connexes indirects (exonérations, dégrèvements). Ils peuvent contribuer à rendre moins  attractive la reprise d’un emploi si celle-ci leur en fait perdre le bénéfice. 


     Je n'ai aucun commentaire à faire car je deviendrai incorrecte ......

     

    •  CERISE SUR LE GATEAU  /La lutte contre la fraude  : tous fichés !

    Le rapport préconise  la mise en place d'une  carte électronique pour centraliser les informations sur les aides sociales .
    L’idée serait que, sur le modèle de la Carte Vitale, chaque citoyen devienne titulaire d’une carte sociale biométrique et d’un numéro unique d’enregistrement. Cette carte regrouperait les  informations ouvrant des droits (Etat civil, situation familiale et professionnelle, etc.) et les  prestations effectivement versées. 

    Cette innovation, soutenue par la mission d'évaluation et de contrôle des lois de la sécurité sociale  de l’Assemblée nationale dans son rapport d’information de juin 2011 sur la lutte contre la fraude  sociale, présenterait un double intérêt. Elle permettrait à son titulaire de percevoir des prestations et  de les faire évoluer en cas de changement de situation. En outre, elle limiterait les possibilités de  versement de prestations incompatibles, ce qui est déjà prévu au sein de chaque organisme, et  faciliterait les contrôles par le rapprochement de données avec l’administration fiscale et Pôle  emploi.

    ¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯¯ 

    Cette carte sociale serait alimentée principalement par le répertoire national commun de la protection sociale(RNCPS)90 qui sera opérationnel fin 2011 et qui sera ouvert notamment aux collectivités territoriales pour l’exercice de leurs compétences sociales. Son but est de contribuer à  amplifier les divers croisements de fichiers de données sociales, fiscales et territoriales, collectées  sur les assurés sociaux, les familles et les retraités, afin de lutter plus efficacement contre la fraude. 
    Un arrêté interministériel du 21 novembre 2010 fixe la liste des organismes, des risques, des droits
    et prestations entrant dans le champ de ce répertorie national.

    La création de cette carte centralisant différentes informations à caractère social exigerait bien entendu un avis préalable de la commission nationale de l’informatique et des libertés. 

    Mon avis  sur tout cela : En France il y a du travail à gogo ,   mais que des fraudeurs et fainéants qui se la coulent douce !

    Avant de visonner  la vidéo ci dessous , je vous donne le lien du site de l'UMP et de la description de notre Zorro anti fraude .

    Cela vaut le détour pour une franche rigolade  !

     voici 

    Salauds de pauvres !!!!!  


    LA TRAVERSEE..."SALAUDS DE PAUVRES" par richardanthony

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu