Avertir le modérateur

ass

  • Des lendemains qui déchantent

    Imprimer

    Fin de droits nous voilà...

    Résultat de la réunion de vendredi  à Bercy


    Realisation 3_du_05-03-10.jpg360 000 c'est le nombre des chômeurs en fin de droit dont le gouvernement a décidé de s'occuper avec les partenaires sociaux  pour les aider ......à retrouver en priorité un emploi .

    Selon  l'AFP pour  l'entourage du secrétaire d'Etat, Laurent Wauquiez. "L'objectif est de les aider à retrouver un emploi et de voir les outils utiles", a-t-on ajouté de même source.

    Pour la CFDT, "l'Etat a bien sûr la tentation de minimiser ceux qui sont sans revenu et qui doivent être pris en charge. Mais le constat en fin de réunion c'est de travailler sur la situation de 360.000 et nous, on dit qu'il faut les prendre en charge tous d'une manière ou d'une autre".

    "La partie va donc être compliquée", a ajouté Laurent Berger (CFDT).

    Pour FO, la réunion, qualifiée par avance de "technique" par le gouvernement, n'a "pas été fructueuse". "L'Etat n'a rien dit pour l'instant et le patronat est resté sur ses positions. Maintenant il faut qu'on avance rapidement, qu'on arrête avec les chiffres et qu'on mette la surmultipliée", a déclaré Stéphane Lardy, qui souhaite poser la question d'un élargissement de l'accès à l'allocation spécifique de solidarité (ASS, versée par l'Etat à certains chômeurs en fin de droits) et des moyens de Pôle emploi.

    Il faut "un revenu de remplacement, un revenu ou une formation", dit-il.

    Des échanges bilatéraux entre l'Etat et les organisations patronales et syndicales doivent avoir lieu avant une prochaine réunion fixée au lundi 22 mars.

  • I am happy

    Imprimer

    da4cc4f2dfbcdae234aa0b7f6dda766a.jpgLe gouvernement et les syndicats  autour de  la table  pour  parler de la question des chômeurs en fin de droit. ( 1 million dont 400 000 seraient sans ressources)


    Aboutir à un diagnostic partagé, c'est l'objet de la réunion technique tripartite État-syndicats-patronat organisée ce vendredi à Bercy.

    Le chef de l'état a confié  au secrétaire d'État à l'Emploi, Laurent Wauquiez, de mener la concertation avec les partenaires sociaux et de trouver une solution d'ici à la fin mars pour les  chômeurs qui se retrouveraient sans aucune  ressource.

    C'est  François-Xavier Selleret, directeur de cabinet du ministre, qui anime cette réunion  qui  doit permettre  de faire le point  sur le nombre et le profil de ces chômeurs.( leur durée de chômage, leur âge, leurs revenus complémentaires  dont le RSA etc...)
    Lorsque le diagnostic aura été fait  des mesures seront prises .

    Formations rémunérées , contrats aidés , exonérations  de charges pour les employeurs  embauchant un chômeur en fin de droit , élargissement des cas d'ouverture de l'ASS et du RSA etc... les solutions  si elles ne brillent pas par leur originalité ne manquent pas .

    Mais force est de constater que pour l'instant   tous se renvoient la balle   quant à leur prise en charge, entre l’assurance chômage financée par les employeurs et les salariés, et l’ASS et le RSA financés par la solidarité nationale, autrement dit par l’impôt.

    La réunion d’aujourd’hui ne devrait déboucher sur aucune décision concrète. Il ne s’agit que d’un premier rendez-vous, destiné à établir un diagnostic sur les fins de droits, avant des mesures qui devraient intervenir d’ici la fin du mois.

    Seules annonces faites jusqu’ici par le gouvernement : un financement conjoint entre l’Unédic et l’Etat, dans le cadre duquel , Laurent Wauquiez, a annoncé «plusieurs centaines de millions d’euros», et conditionné, pour les intéressés, au suivi d’une formation.

     

     

    Realisation 3_du_05-03-10.jpgTémoignages  de trois chômeurs source libération

    James, 51 ans (perçoit l’ASS)

    Il ne touche pas deux mois de suite la même somme. L’explication ? L’ASS, dont James est bénéficiaire depuis qu’il est en fin de droits, correspond à un montant quotidien : 15,14 euros par jour. Dur mois de février et ses 28 jours… Porte de sortie naturelle des chômeurs qui ont épuisé leurs droits, l’ASS (près de 450 euros par mois), nécessite d’avoir travaillé cinq ans sur les dix dernières années, et de ne pas gagner, pour un couple, plus de 1 665 euros. Reste que l’aide n’est jamais totalement acquise. «Pôle Emploi vous met une pression terrible. A l’approche de chaque rendez-vous, je tremble…» Sa crainte ? Qu’on lui suspende à tout moment son allocation. «On vous dit clairement qu’il suffit qu’un papier se perde, et vous êtes radié… Au final, je passe plus de temps à prouver ma bonne foi pour garder cette aide qu’à chercher du travail.»
    Catherine, 37 ans (bientôt au RSA)

    En fin de droits le 17 mai prochain, Catherine «ne sait pas comment faire». Après avoir gagné 1 300 euros de salaire en tant qu’animatrice d’une webradio et touché pendant deux ans 800 euros d’allocation-chômage, elle va «bientôt tomber à 405 euros de RSA.» Une chute de revenus qui ne devrait plus lui permettre de garder son appartement. «J’avais déjà renoncé à tous les achats "plaisir", type CD ou sorties, j’avais résilié mon abonnement à Internet, je ne vois plus, désormais, sur quoi je pourrais rogner.» L’eau et l’électricité, la nourriture, le téléphone, un dernier bout de prêt à rembourser, des dépenses incompressibles que même le «RSA-socle» (ex-RMI) ne devrait pas lui permettre d’honorer. L’ASS et ses 50 euros de plus ? «Je n’ai pas assez travaillé ces dernières années.» Seule consolation, ne pas faire partie de la troisième et dernière catégorie : ceux qui ne toucheront pas un euro.
    Benoît, 53 ans (ne touche ni l’ASS ni le RSA)

    C’est le cas ultime, la situation que devrait connaître le gros tiers des nouveaux fins de droits en 2010. Après avoir épuisé ses vingt-quatre mois d’allocation-chômage, Benoît s’est trouvé fin 2008 sans aucune ressource. «Vu mon âge, j’aurais dû bénéficier de l’ASS, explique cet ancien photographe. Mais en raison de ma carrière de plus en plus "trouée", j’ai fini par ne plus remplir les conditions.» Impossible, en effet, pour Benoît, de justifier de cinq années de travail sur les dix dernières années. Pas plus de chance avec le RSA, dont le versement est conditionné aux ressources du foyer. «Ma femme gagnant 1 600 euros pas mois, je n’y avais pas droit.» Résultat : les revenus du couple sont passés, du jour au lendemain, de 2 600 euros (avec allocation-chômage) aux 1 600 euros de salaire de sa conjointe. Soit une baisse de plus d’un tiers des revenus.

     

  • prime de Noel pour les titulaires de certains minima sociaux

    Imprimer


    je m'adresse aux lecteurs qui m'ont demandé s'ils pouvaient bénéficier  de la prime de Noel

    vous trouverez ci -aprés  des informations pouvant vous aider dans vos démarches

    Attention ces indications ne font pas office d'une consultation juridique et ne vous dispensent en aucune manière  de vous adresser soit à la CAF soit aux ASSEDIC pour des précisions sur votre cas particulier.

    La prime de Noël est destinée aux bénéficiaires du Revenu minimum d'insertion (Rmi)  de l’Allocation de solidarité spécifique (Ass).et du RSA ( revenu de solidarité active)

    Pour les bénéficiaires de l’Allocation de solidarité spécifique (Ass) : consulter le site Assedic.fr

    Pour les bénéficiaires du Revenu minimum d'insertion (Rmi), le montant de la prime augmente en fonction de la composition du foyer :

    Les montants en 2008 en fonction de la composition du foyer  document CAF

    Composition du foyer Montants en euros Montants en 2008, cumulés avec la majoration de 67,55 €
    Personne seule 152,45 220,00
    2 personnes
    seul avec un enfant
    couple sans enfant

    228,67

    296,22
    3 personnes
    seul avec deux enfants
    couple avec un enfant

    274,41

    341,96
    4 personnes
    seul avec trois enfants
    couple avec deux enfants

    335,39
    320,14

    402,94
    387,69
    5 personnes
    seul avec quatre enfants
    couple avec trois enfants

    396,37
    381,12

    463,92
    448,67
    6 personnes
    seul avec cinq enfants
    couple avec quatre enfants

    457,35
    442,10

    524,90
    509,65
    Par personne supplémentaire 60,98
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu