Avertir le modérateur

allocations familiales

  • En Avril ne te découvre pas d'un fil......

    Imprimer

    Avant de reprendre le cours de l'actualité  continuons notre petite rétrospective des évènements de l'année  2010 .

    Suite du feuilleton  Avril/mai/ juin 2010 et  surchauffe  pour le mois de juillet.

    Selon le dicton populaire bien connu : en avril ne te découvre pas d'un fil en mai fait ce qu'il te plait .

    Notre majorité présidentielle l'a appliqué à la lettre sauf pour la France qui travaille qu'il a continué à  dévêtir sans vergogne !

    En effet au cours de ces 4 mois :

    • Haro sur les retraites , l'heure des restrictions a sonné
    • idem pour les allocations familiales qui sont dans le colimateur du chef de l'état
    • Martin Hirsch après avoir accouché du RSA allaite le service civique
    • Estrosi pris dans la main dans le sac ...... s'agite en victime expiatoire ........

    Jetons un petit coup d'oeil de plus près

    Les négociations sur la réforme des retraites sont lancées : le ministre du Travail, Eric Woerth reçoit les dirigeants syndicaux.

    Ces derniers ont marqué leur opposition sur un allongement de la durée du travail, piste privilégiée par le pouvoir face au besoin de financement du système, évalué à 30 milliards d'euros dès 2010.

    Bernard Thibault, CGT, a dénoncé un "dialogue faussé" avec le gouvernement, voyant dans la mobilisation du 1er mai "le seul moyen" d'infléchir sa position. Le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly a déclaré "Tel que c'est parti, je ne vois pas comment cela va pouvoir être consensuel. C'est mal barré pour qu'il y ait un accord".

    Martine Aubry assure que le parti socialiste sera force.

    Nous verrons que toute cette agitation n'a pas empêché la réforme des retraites souhaitée par la majorité présidentielle

    Deputes_retraite-d9bff.jpgDéclaration par ci déclaration par là même Bernard Accoyer le président de l'Assemblée nationale (UMP),qui devait se sentir particulièrement exposé sur son perchoir a promis que les députés allaient continuer de faire des efforts pour "rapprocher" leur régime de retraites, très avantageux, de celui de l'ensemble des Français. Ah égalité quand tu nous tiens !!!!!

    En revanche silence des sénateurs qui bénéficient d'un régime meilleur que celui des hauts fonctionnaires . Selon les informations diffusées par le Figaro ce régime disposait, fin 2008, de 575 millions d'euros de réserves. "De quoi financer 23 années de prestations .

    C'est ce que révèle une étude de Sauvegarde retraites de décembre 2009, dont Le Figaro dévoile le contenu en exclusivité.

    Finalement les députés ont fait un PETIT GESTE ........

    " Le montant des pensions va être diminué de près de 8% dès le 1er janvier 2011 pour les nouveaux députés retraités. La mesure sera étalée sur deux ans pour ceux qui sont déjà pensionnés.

    La réforme s'aligne sur celle des retraites, qu'il s'agisse de l'âge de liquidation de la retraite (62 ans), du taux de cotisation (10,55%) ou du nombre d'annuités requises (41 ans en 2012 puis 41 ans et demi) pour l'obtention d'une pension à taux plein.

    À partir de la prochaine législature, en 2012, sera par ailleurs supprimé le caractère obligatoire de la double cotisation qui permet aujourd'hui à un député de toucher une allocation vieillesse de 1500 euros net pour 5 ans de mandat et de 6000 euros après 20 ans de mandat. Ce système faisait atteindre 37,5 annuités en 20 ans.

    Pour autant, un dispositif facultatif devrait permettre à chaque député qui le souhaite de cotiser double (à 10,55%, comme pour le régime général) pendant ses deux premiers mandats, soit 10 ans. La retraite mensuelle moyenne d'un député est de 2700 euros (4400 euros pour un sénateur).

    Pour aller plus loin

     

    En déplacement en Seine-Saint-Denis, le Président de la République, Nicolas SARKOZY a rappelé sa volonté de "lutter contre le fléau de l’absentéisme scolaire qui conduit à la déscolarisation et à la marginalisation."

    Il souhaite que la décision de suspendre les allocations familiales en cas d’absentéisme scolaire injustifié et répétitif ait un caractère systématique.Le principe n'est pas nouveau. En effet la suspension des allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire avait été supprimé en 2004 par le ministre de l'Education nationale Luc Ferry.Cette possibilité a été réintroduit sous le gouvernement Villepin par la loi du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances . Le dispositif permet au président du conseil général de demander à la Caisse d'allocations familiales (CAF) de suspendre les versements.

    Les présidents des conseils généraux n'ont certainement pas assez sévi car Nicolas Sarkozy veut confier cette mission aux préfets ( La plupart des élus de l'opposition n'exerçaient pas ce droit. « Il va totalement à l'encontre de la mission des travailleurs sociaux du département », explique Claudy Lebreton, le président socialiste de l'Association des départements de France. )

    On apprend qu' Eric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes, déposera une proposition de loi en ce sens à l'Assemblée nationale.

     

    Pendant ce temps on assiste avec les appartements d'Estrosi à un cirque médiatico-politique

    Pour répondre aux accusations du Canard enchainé qui accusait notre ministre de bénéficier de deux appartements de fonction dont un mis à la disposition de sa fille Christian Estrosi a invité les journalistes à visiter ses appartements.

    Un appartement de 70 m2 rue de Lille ( 7e arrondissement de Paris, ) qu'il partage selon ses dires avec une de ses filles.

    Un autre appartement à Bercy même. Un duplex d'une cinquantaine de mètres carrés composé d'un salon avec vue sur la Seine, d'une kitchenette et, à l'étage, d'une chambre et sa salle de bain. Selon les conseillers du ministère il s'agit seulement d'un "lieu à la disposition du ministre" dans lequel "il lui arrive de venir de manière très exceptionnelle"

    Cette visite qui montre des appartements ordinaires d'un ministre ordinaire ... nous fait entrer dans l'intimité d'un homme public et nous met volontairement dans une situation inconfortable . Nous devenons malgré nous des voyeurs alors que nous ne demandions pas de voir des appartements mais d'avoir des éclaircissements concernant les affirmations du Canard enchainé à savoir la mise à disposition de deux appartements aux frais de l'état dont un est utilisé par la fille de Monsieur Estrosi !

    Christian Estrosi ne se prive pas sur son blog de donner des détails sur cette visite et de se mettre en victime expiatoire !!!!!:

    " Drôle d’impression de se retrouver, la nuit tombée, après une journée de travail presque comme les autres dans son appartement de fonction, rue de Lille qui a été foulé par une horde de cameramen ; de regarder ses dossiers assis sur un canapé qui a été ausculté par des dizaines de photographes. C’était, certes, mon choix que celui de la transparence, le seul m’a t il semblé en mesure de prouver ma bonne foi face à des accusations mensongères. Mais l’impression est néanmoins étrange de se retrouver dans un endroit désormais partagé avec des centaines de milliers de français.

    Faut-il vous dire comme il m’a paru saugrenu et dérisoire de contempler tous ces journalistes, au nom de la liberté de la presse, ouvrir les placards de ma fille, filmer mes costumes, s’attarder sur les cravates, investiguer mes lectures et prendre sous toutes les coutures d’impérissables images de la cuvette de mes toilettes."estrosi_0.jpg

     

     

    Martin Hirsch a du boulot ! il s'affaire à organiser l' agence du service civique qu'il préside.

    le Décret n° 2010-485 du 12 mai 2010 relatif au service civique vient de paraître.

    Le service civique qu'est ce que c'est ? Successeur du service civil , le service civique souhaite impliquer 10 000 jeunes de 16 à 25 ans dès 2010.

    Le Service Civique permet à tous ceux qui le souhaitent de s’engager pour une durée déterminée dans une mission au service de la collectivité et de l’intérêt général.

    Sur le site consacré au service civique on peut lire : "le Service Civique s’adresse plus particulièrement aux jeunes de 16 à 25 ans. L’objectif du service civique est d’offrir à tous les jeunes qui le souhaitent l’opportunité de s’engager, de donner de leur temps à la collectivité, tout en renforçant la cohésion nationale et la mixité sociale.

    Au bout de six mois d'existence le service civique affiche 5.600 recrues. En 2011, ce sont 15.000 jeunes qui devraient bénéficier de ce dispositif, avec l'objectif d'atteindre 10 % d'une classe d'âge, soit 75.000 jeunes, d'ici à 2014.

    A l'Agence du service civique, présidée par Martin Hirsch, on se montre très confiant : « Nous aurions pu atteindre 25.000 jeunes dès 2011 Contrainte budgétaire oblige, l'Agence du service civique disposera d'une enveloppe de 97,4 millions d'euros pour 2011, ce qui permet de financer 15.000 missions, et non 25.000. Chaque jeune, pour une durée moyenne de 8 mois en service civique (le délai doit être compris entre 6 et 12 mois), coûte 900 euros par mois à l'Etat, ce qui inclut une indemnité de 440 euros et la cotisation à tous les droits sociaux (y compris la retraite). La structure d'accueil finance pour sa part 100 euros mensuel.

    Les résultats sont loin des promesses !

    Pour aller plus loin

     

    La rupture conventionnelle et ses dérives

    Dans la période de crise que nous connaissons, les cas où les salariés souhaitent quitter volontairement leur emploi parce qu'ils ont un autre emploi en perspective sont rares.

    1647561803.jpgDans la majorité des cas, la rupture conventionnelle se fait à la demande et sous la pression de l'employeur en lieu et place d'une procédure pour licenciement pour faute ou d'un licenciement économique.

    Il suffit de lire les statistiques mensuelles de la DARES pour mesurer l'ampleur des dérives et s'apercevoir que les entreprises utilisent ce dispositif pour contourner le droit plus contraignant et protecteur du licenciement .

    Les demandes d'homologation ne cessent d'augmenter. 55 000 d'août 2008 à février 2009 -100 000 de mars 2009 à septembre 2009 -137 000 d’octobre 2009 à avril 2010,

    Le dispositif est surtout utilisé dans les petits établissements, notamment ceux du commerce. Sur la période de référence, trois ruptures conventionnelles sur quatre ont été signées dans des établissements de moins de cinquante salariés.

    On note une "surreprésentation" des salariés de cinquante-huit ans et plus dans les entreprises de plus de cinquante salariés. les ruptures conventionnelles représentent près de 14 % des sorties, contre 9 à 11 % des sorties par licenciement.

    Dans le dossier de mai 2010 de Liaisons Sociales intitulé « Les départs anticipés ne battent pas en retraite », où il est question de ces providentielles ruptures conventionnelles – entre guillemets dans le texte – la direction Champagne-Ardenne de Pôle emploi pointe qu'« en 2009, 23 % des chômeurs inscrits à l'issue d'une rupture conventionnelle étaient âgés de cinquante ans et plus alors que, tous motifs d'inscription confondus, les seniors représentent seulement 10 % de la demande d'emploi enregistrée au cours de la même période. » Les chiffres ont doublé.

    le sujet est tellement préoccupant qu'il fait l'objet d'un débat à l'Assemblée nationale. ( ce débat a été demandé par le groupe de la Gauche démocrate et républicaine ).

    Le professeur Emmanuel Dockès voit justement dans la rupture conventionnelle « un puissant moyen d'écarter le droit du licenciement». « À la réflexion», dit-il, « cette évolution juridique est peut-être la plus dangereuse de toutes… la rupture conventionnelle pourrait marginaliser la pratique du licenciement à l'ancienne. L'exigence d'une cause réelle et sérieuse deviendrait alors, en pratique, une sorte d'exception, un cas marginal légèrement désuet ».

    Beaucoup d'inquiétude mais rien de concret pour remédier à cette situation ! ( sauf une instruction DGT n° 2 du 23.03.2010 )

     

    Le Corset pour taille de guèpe revient à la mode

    Ce n'est plus la ceinture qu'il va falloir se serrer mais c'est un corset que nous devrons porter avec le plan de redressement des finances publiques mis en place.

    Fin Juin le ministre du Budget François Baroin a présenté au conseil des ministres les détails du plan de réduction des dépenses de l'Etat qui s'étalera jusqu'en 2013.

    Un rapport de plus de 250 pages détaillant 150 mesures pour économiser 10 milliards d'euros sur trois ans.

    Ce rapport est à l'image de l'action gouvernementale depuis les dernières élections présidentielles c'est à dire du tout et du n'importe quoi, de l'essentiel et de l'accessoire , du " tout azimut " dans la précipitation ....

    Mais prenons garde car toutes les mesures législatives et réglementaires prises depuis maintenant 3 ans débouchent sur un renforcement dans l'ombre des pouvoirs de l'argent et une réduction progressive et inexorable du champ de liberté des citoyens.

     

    Les affaires continuent ... Bettencourt mon amour  !

    Souvenez vous de l'affaire du trésor de guerre de l'UIMM, des fonds colossaux qui ont servi pendant des décennies à "huiler" les rouages des négociations sociales bref une affaire d'une telle ampleur qu'elle est de nature à mettre en danger le socle de notre démocratie.

    Qui en parle aujourd'hui ? avez vous lu des articles dans la presse ?

    Force est de constater que cette affaire est passée aux oubliettes....

    Il en sera  de même pour l'affaire Bettencourt ! Une affaire que nenni .....vile calomnie.... ragot de journalistes ..

    Lors de son intervention à la télévision ce lundi 12 juillet Nicolas Sarkozy, serein , le visage détendu, a balayé d'un revers de la main "cette affaire"

    Eric Woerth. «C'est réglé, il est parfaitement innocent», a souligné le président.

    Avec les enquêtes préliminaires menées par le procureur de Nanterre, Philippe Courroye, «la vérité se fait jour après jour». «Les témoignages s'effondrent les uns après les autres.» ajoute t-il !  Nous connaissons la suite ...

    Calamity jane est arrivée

    Le projet de loi portant réforme des retraites a été déposé au bureau de l'Assemblée nationale par le ministre du Travail peu de temps après son adoption en Conseil des ministres le 13 juillet dernier.

    le Gouvernement a engagé la procédure accélérée sur ce projet de loi .

    Que la fête continue ! le train d'enfer des réformes est de  retour  car par décret du 27 juillet 2010, Nicolas Sarkozy convoque le Parlement en session extraordinaire début septembre pour un programme législatif  très chargé ! le train d'enfer des réformes continue !

    Suite au prochain numéro  ( L'ordre du jour de cette session extraordinaire comprend notamment: proposition de loi visant à lutter contre l'absentéisme scolaire, projet de loi organique relatif à la gestion de la dette sociale, projet de loi organique relatif à la limite d'âge des magistrats de l'ordre judiciaire, projet de loi portant réforme des retraites, projet de loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure, projet de loi de réforme des collectivités territoriales, projet de loi interdisant la dissimulation du visage dans l'espace public, projet de loi relatif à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité , projet de loi de régulation bancaire et financière )

     

     

    Principaux textes  publiés  pendant cette période

    Reconduction du dispositif de la convention de reclassement personnalisé jusqu'au 31.03.20011    arrêté du 25.04.2010

    LOI n° 2010-499 du 18 mai 2010 visant à garantir de justes conditions de rémunération aux salariés concernés par une procédure de reclassement

    Service civique loi 2010-241 du 10.03.2010 - décret du  2010-485 du 12.05.2010

    Organismes de formation nouvelles obligations déclaratives  - décret 2010-530 du 20.05 2010

    Décret du  2010-753 du 5.07.2010 réformant la tarification des accidents du travail

    Décret du  2010-661 15.06.2010  dépense de tutorat  budget FPC

  • Le gouvernement répare les jambes de bois

    Imprimer

    h-3-1875714-1262924832.jpgLa grande loi qui va tout résoudre  et même réparer les jambes de bois....

    c'est ....... la  suppression systématique des allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire injustifié et répétitif ( voir mon précédant billet )


    Le député UMP et président du conseil général des Alpes-Maritimes Eric Ciotti qui prépare   une proposition de loi en ce sens  précise qu'elle sera examinée d'ici au mois de juillet, dès que le calendrier parlementaire le permettra.
    Les grandes lignes du texte de loi sont arrêtées.

    • Dans un premier temps, le directeur de l'établissement scolaire signalera à l'inspecteur d'académie les absences de plus de quatre jours et demi en un mois.
    • L'inspecteur convoquera  les parents et leur adressera un avertissement.
    • En cas de récidive, l'inspecteur saisira directement la CAF pour qu'elle suspende le versement des prestations.

    get.jpegLe but de ce texte, selon son auteur, est de "contourner les blocages politiques des élus de gauche, rétifs à ce genre de sanctions. Et confier cette tâche à des fonctionnaires soumis au devoir d'obéissance…". L'idée de confier cette nouvelle responsabilité au préfet, un temps envisagée, a finalement été écartée. Ce texte complètera le contrat de responsabilité parentale déjà en vigueur.

    Force est de constater que cette proposition de loi dont l'efficacité est plus que douteuse et ne repose sur aucune étude sérieuse a pour objectif de rassurer une partie de l'électorat et  de préparer les élections de 2012  .

    Le thème de la  sécurité c'est porteur......La suppression des allocations familiales est une mesure qui revient régulièrement lors de discours sécuritaires. Christian Estrosi l'avait évoquée en 2008 pour réduire la délinquance dans sa ville. De même, Luc Chatel, lors des états généraux de la sécurité à l'école, avait abordé le sujet. Enfin, Nicolas Sarkozy, est également un adepte de ce thème.

    La suppression des allocations familiales  n'est pas de première fraîcheur car elle date de  1959.
    Ensuite vint la loi du  2 janvier 2004 relative à l’accueil et à la protection de l’enfance qui abrogeait  le dispositif de suspension et de suppression des prestations en cas d’inassiduité scolaire.

    Cette suppression s'appuyait  sur une prise en compte du phénomène d’absentéisme scolaire comme relevant de situations complexes et variées (difficulté scolaire, situation particulière de souffrance scolaire liée à l’établissement ou à la classe, situation personnelle ou familiale difficile…) et sur le fait que le basculement de l’absentéisme scolaire dans la délinquance n’est en rien systématique et ne concerne qu’une fraction minime des élèves absents (Rapport Machard sur les manquements à l’obligation scolaire ).


    contrat-parental.jpgEnfin , la loi du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances prévoit , en son titre III, la création d’un contrat de responsabilité parentale et la faculté de suspendre les prestations familiales afférentes à l’enfant dont les parents font l’objet du contrat.

    "Supprimer les allocations aux parents d'enfants qui sèchent les cours est la vieille Arlésienne exhumée par Nicolas Sarkozy. Inefficace, injuste ou pernicieux, le dispositif est très critiqué. Mais en ressortant une mesure répressive qui existe déjà dans les textes, le chef de l'Etat a surtout tué dans l'œuf un débat public qui aurait pu remettre en selle des alternatives constructives."note très justement  Rue89 qui a interrogé syndicats d'enseignants, éducateurs et politiques pour passer en revue d'autres pistes pour lutter contre l'absentéisme scolaire.

    Il faut croire que les Français sont dans leur majorité   manipulés et manipulables car selon le sondage exclusif du Parisien, réalisé le 21 avril par le CSA, 63 % sont  pour la suppression des allocations en cas d'absentéisme à l'école, et, quand ils sont parents, ils sont 62 % à approuver l'idée.

    Pour aller plus loin 
    Absentéisme à l'école et allocs : pourquoi Sarkozy se trompe
    Ecole : quatre propositions qui ne suppriment pas les allocs
    Ailleurs sur le Web

    le droit applicable  : Allocations familiales et obligation scolaire
    Le rapport Machard sur les manquements à l'obligation scolaire

    sarkozysecuriteassuree7vh.jpg

     

     

     

  • Messieurs les préfets vous ferez "pan- pan cul cul aux parents indignes ."

    Imprimer

    En déplacement en Seine-Saint-Denis, le Président de la République, Nicolas SARKOZY a rappelé sa volonté de "lutter contre le fléau de l’absentéisme scolaire qui conduit à la déscolarisation et à la marginalisation."

    Il souhaite que la décision de suspendre les allocations familiales en cas d’absentéisme scolaire injustifié et répétitif ait un caractère systématique.


    Le principe n'est pas nouveau. En effet la suspension des allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire avait été supprimé en 2004 par le ministre de l'Education nationale  Luc Ferry.

    Cette possibilité  a été réintroduit sous le gouvernement Villepin  par la loi  du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances  . Le dispositif permet  au président du conseil général de demander à la Caisse d'allocations familiales (CAF) de suspendre les versements.

    Les  présidents des conseils généraux n'ont certainement pas assez sévi car   Nicolas Sarkozy veut confier cette mission aux préfets ( La plupart des élus de l'opposition  n'exerçaient pas ce droit. « Il va totalement à l'encontre de la mission des travailleurs sociaux du département », explique Claudy Lebreton, le président socialiste de l'Association des départements de France. )

    Eric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes, déposera  une proposition de loi en ce sens à l'Assemblée nationale.

    La suppression des allocations familiales est une mesure qui revient régulièrement lors de discours sécuritaires. Christian Estrosi l'avait évoquée en 2008 pour réduire la délinquance dans sa ville. De même, Luc Chatel, lors des états généraux de la sécurité à l'école, avait abordé le sujet. Enfin, Nicolas Sarkozy, est également un adepte de ce thème.

     



    Depuis cette annonce,  c'est le concert des critiques et des protestations à gauche mais aussi  à droite ....

    • Pour Jean Marc Bilquez, secrétaire confédéral du syndicat Force Ouvrière (secteur Protection sociale), le projet du ministre de l'Education nationale démontre "la volonté du gouvernement de concentrer encore un peu plus les pouvoirs en matière de gestion et de transfert des allocations familiales".
      Qualifiant de "fausse bonne idée" le projet du ministère de l'Education nationale, Jean Marc Bilquez estime que celui-ci " conduira à aggraver la situation, déjà difficile, des familles et de leurs enfants". "Ce n'est pas en ajoutant de la difficulté à la difficulté qu'on résoudra le problème de l'absentéisme scolaire", insiste t-il.
      Et de conclure : "cette mesure n'est pas nouvelle. Il convient de s'interroger sur les raisons pour lesquelles elle refait surface. L'échec électoral de grande ampleur de la majorité n'y est certainement pas étranger"
    • Brigitte Masure, secrétaire générale adjointe de la Confédération syndicale des familles, fustige "un discours récurrent sur la défaillance des parents dont l'unique but est de légitimer des sanctions financières." Selon elle, "Une telle stigmatisation ne résoudra pas le problème. Au contraire, elle risque de creuser encore un peu plus le fossé entre les familles et l'école."
    • Martine Aubry, première secrétaire du PS, a précisé «ça ne marche pas en Grande-Bretagne, ça n'a jamais marché».
    • Ségolène Royal, présidente PS du conseil régional Poitou-Charente doute, elle, «franchement» qu'«affamer les petits frères des adolescents délinquants» puisse être la bonne solution. Elle a réitéré sa proposition de reverser les allocations familiales à l'établissement scolaire de l'élève absent, afin qu'elles soient «utilisées dans l'intérêt de l'enfant»
    • L'ex-ministre de l'Education Luc Ferry a déclaré au Monde que «c'est ajouter la misère à la misère». «Ce qu'il faut, c'est créer des filières d'excellence dans la voie professionnelle, pour qu'elle ne soit plus choisie par défaut», selon M. Ferry. L'absentéisme est en effet surtout fort dans les lycées professionnels (15% en moyenne, contre 3% des collégiens et 6% des lycéens), selon les chiffres du ministère de l'Education nationale.
    • Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD, associé à l'UMP), pense  que la suspension des allocations familiales contre l'absentéisme à l'école revenait à "donner à l'adolescent un pouvoir sur le budget familial", selon son comportement.

    Article du Parisien

    Article les Echos


    Xavier Bertrand veille au grain  et soutient le projet

    il cosignera la proposition de loi d'Eric Ciotti. "Le désengagement des parents à l'égard de leurs enfants est un problème majeur qui dépasse tous les clivages politiques. L'enjeu de cette réforme n'est pas partisan. C'est pour cela que l'UMP souhaite que ce texte puisse bénéficier du soutien du plus grand nombre de parlementaires"

    "Le Mouvement Populaire souhaite s'associer pleinement à cette mesure pour laquelle il s'était engagé fortement, et notamment avec la mise en ligne d'une pétition (sur le site officiel de l'UMP) qui avait recueilli plus de 35.000 signatures"

    La secrétaire d'Etat à la Famille, Nadine Morano, qui n'est pas en reste  estime que le projet de supprimer les allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire avait pour but de "rappeler à leurs devoirs" les parents.


    Absentéisme scolaire : suspension des allocations familiales
    envoyé par ump. - L'info internationale vidéo.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu