Avertir le modérateur

salariés - Page 4

  • salariés du pôle emploi et chômeurs exprimez vous

    Imprimer

    images.jpgpour la première fois je tente une expérience qui je l'espère permettra aux salariés du Pôle emploi et aux chômeurs d'entamer un dialogue sur mon blog

    pourquoi cette initiative ?

    le pôle emploi fait l'objet de nombreuses critiques ( dysfonctionnements divers, retards dans le traitement des dossiers, radiations abusives etc...)

    les chômeurs sont de plus en plus  crispés par  cette situation et nombreux se retrouvent dans des situations financières précaires

    cette tension se traduit par des violences verbales à l'encontre notamment des salariés du Pôle emploi

    je pense  qu'il faut entamer le dialogue et que "chacun" puisse se rendre compte des difficultés de "l'autre"

    Lire la suite

  • je ne hurlerai pas avec les loups

    Imprimer

     

    trouille_interet.gifNon je ne hurlerai pas avec les loups

    hier j'ai posté un billet  sur les dysfonctionnements du pôle emploi  et la question que je  pose aujourd'hui : pourquoi en sommes nous arrivés à cette situation ?

    il est facile de pointer du doigt tel ou tel aspect ubuesque d'une situation  comme je l'ai fait dans mon article qui relaie volontairement d'autres articles postés sur le web : mais en rechercher les causes et trouver les remèdes c'est un tout autre exercice  qui est ardu et qui n'a pas l'avantage d'un effet de manche.

    Mon billet de ce matin a pour objet de vous faire toucher du doigt qu'en toute chose il faut garder raison et prendre du recul

    le pôle emploi dysfonctionne ,  son personnel est débordé ,  selon certains articles "au bord  de la dépression ",  ce qui est fort regrettable

    En revanche, ce qui plus que regrettable mais dramatique c'est  qu'au bout de la chaîne  il y ait des chômeurs  en souffrance dans leur accompagnement vers un emploi à laquelle  s'ajoutent avec la fusion ANPE/ ASSEDIC    de multiples aléas dans le traitement des dossiers d'indemnisation ( non paiement des prestations, retards, erreurs etc....) sans compter  les contrôles  incessants et  des radiations abusives

    pour QUELLES RAISONS   un service qui rassemble  près de 45 000 personnes ne remplit-il  pas correctement la mission pour laquelle il existe et est financé par la collectivité c'est à dire l'argent de tous?

    logo_PoleEmploi_Loto.jpgle phénomène n'est pas nouveau: pour s'en convaincre:

    • dans un rapport de mars 2006 la Cour des comptes déplore la complexité du "parcours" proposé aux demandeurs d'emploi, aggravée par de récentes réformes du service public de l'emploi.
    extrait article du Monde

    "un rapport de la Cour des comptes, qui sera présenté jeudi 23 mars 2006, dénonce les "dysfonctionnements" du service public de l'emploi, "découlant d'une organisation inadaptée". La Cour souligne notamment une coordination insuffisante entre l'ANPE et l'assurance-chômage et pointe également la complexité du "parcours" proposé aux demandeurs d'emploi.

    L'assurance-chômage a vu ses missions élargies et diversifiées, notamment depuis l'instauration du PARE (plan d'aide au retour à l'emploi) en juillet 2001, qui l'a impliquée dans le suivi des chômeurs, aux côtés de l'ANPE. Mais à ce jour, constate la Cour des comptes, cela ne s'est pas traduit "par une amélioration sensible pour les demandeurs d'emploi", au contraire. D'un point de vue pratique, le rapport déplore que les 800 agences locales pour l'emploi et les 700 antennes Assedic ne disposent d'aucune "implantation commune". Le parcours du chômeur, des Assedic à l'ANPE en passant si besoin est par des prestataires privés, a été de fait rallongé.

    Le rapport préconise de rendre possible la prescription des mesures d'accompagnement "indifféremment par l'assurance-chômage, l'ANPE ou un prestataire agréé". Il propose aussi que des responsabilités accrues soient données à l'Unedic dans l'accompagnement des chômeurs. Selon Les Echos de mercredi, une mesure de "contournement de l'ANPE" expérimentée à l'Association pour les cadres de Poitou-Charentes donnerait des résultats positifs, puisqu'il aurait permis de réduire de 50 jours la durée moyenne avant le retour à l'emploi."

    • une étude faite en 2000 par Monsieur Vericel  . indiquait en résumé "  Les options adoptées ces dernières années en matière de stratégie et d'organisation ont été contestées, notamment par leur caractère trop commercial. En conséquence, une nouvelle conception du rôle de l'ANPE émerge aujourd'hui, qui suscite plus d'adhésion. Ce rôle ne se limite pas à la seule mise en relation entre employeurs et chômeurs mais l'ANPE se positionne comme acteur de transformations au sein du marché du travail, en agissant sur certaines exigences des entreprises et sur les qualifications. L'organisation interne de l'ANPE est à améliorer, en raison notamment des effets pervers de la polyvalence des agents et de l'externalisation des activités. "

    Droit social   ISSN 0012-6438 Librairie technique et économique, Paris, FRANCE  (1938) (Revue)

     

    le phénomène n'a jamais été traité en profondeur par les gouvernements successifs qu'ils soient de gauche ou de droite qui ont reculé devant l'ampleur du problème  accentué par le pouvoir de résistance aux changements  qu'oppose  toute institution publique dont les principaux  acteurs sociaux syndicats y compris sont pleinement responsables

    le phénomène est également lié à notre tissu social, économique, aux mentalités des employeurs qui depuis de nombreuses années pratiquent une précarisation de l'emploi, aux carences de la formation professionnelle .

    le phénomène a pris une ampleur sans précédant avec la fusion de deux institutions qui dysfonctionnant déjà   sont d'autant plus incapables du fait des changements internes induits par la fusion de faire face à l'accroissement du nombre de demandeurs d'emploi et du   nombre de dossiers à traiter .


    Non le phénomène n'est pas nouveau il n'est pas né avec l'élection de Nicolas Sarkozy

    En revanche le gouvernement actuel qui multiplie  les réformes  de manière trop rapide à mon sens   est devenu lui aussi un acteur  de ces dysfonctionnements et de ce fait catalyse tous les mécontentements.

     

  • Pôle emploi pour les nuls

    Imprimer

    je viens de découvrir un site interactif dédié aux 45 000 salariés de Pôle emploi

    ce site est animé Par Noèle OBHALKON (ex-anpe)
    et Paco THYZON (ex-assedic)
    en direct du site mixte de Trüchtersheim-sur-Mer

    ce site est intéressant car  le pôle emploi est vu de l'intérieur par ses salariés

    je mets le lien ici et dans la colonne de gauche

  • Vous pouvez vous faire rembourser vos frais de transport par votre employeur à compter du 1.01.2009

    Imprimer

    Dans un billet posté le 1er décembre 2008 j'exposais mon point de vue trés critique  sur la prise en charge par l'employeur  des dépenses exposées par les salariés pour se rendre sur leur de travail.( je vous renvois à cet article)

    donald.jpg

     

    des décrets d'application devaient être pris pour la mise en oeuvre de cette mesure et bien cela est fait

    Les nouvelles règles de prise en charge des frais de transport « domicile-lieu de travail » sont applicables à partir du 1 janvier 2009.

    Décrets 2008-1501  30 décembre 2008, JO du 31. vous trouverez en fin d'article une partie du décret



    Le nouveau dispositif comprend:


    - la prise en charge obligatoire des frais de transports publics de personnes ou de services publics de location de vélos (taux de 50 %), y compris en dehors de l'Île-de-France ;


    - la prise en charge facultative des frais de carburant ou d'alimentation de véhicules électriques (dans une limite de 200 euros par an) exposés par les salariés contraints d'utiliser leur véhicule personnel pour le trajet « domicile-lieu de travail », du fait soit de la localisation de la résidence ou du lieu de travail en dehors de l'Île-de-France ou d'un périmètre de transports urbains, soit d'horaires de travail les empêchant d'utiliser les transports en commun.

    Le décret précise notamment les justificatifs à fournir par le salarié, les  règles  applicables aux salariés à temps partiel,  le délai de paiement par l'employeur, les sanctions etc.

    le bulletin de paie  devra mentionner le montant de la prise en charge

    les  employeurs ne pourront être sanctionnés pour une omission qu'à partir du 1er avril 2009.

     

    je reste trés perplexe sur l'application de ce texte notamment dans les petites entreprises dans le contexte économique et social que nous connaissons

    j'attends vos réactions et témoignages

     

    EXTRAIT DU JOURNAL OFFICIEL

    « Prise en charge des frais de transports publics


    « Art. R. 3261-1. - La prise en charge par l'employeur des titres d'abonnement, prévue à l'article L. 3261-2, est égale à 50 % du coût de ces titres pour le salarié.
    « Art. R. 3261-2. - L'employeur prend en charge les titres souscrits par les salariés, parmi les catégories suivantes :
    « 1° Les abonnements multimodaux à nombre de voyages illimité ainsi que les abonnements annuels, mensuels, hebdomadaires ou à renouvellement tacite à nombre de voyages illimité émis par la Société nationale des chemins de fer (SNCF) ainsi que par les entreprises de transport public, les régies et les autres personnes mentionnées au II de l'article 7 de la loi n° 82-1153 du 30 décembre 1982 d'orientation des transports intérieurs ;
    « 2° Les cartes et abonnements mensuels, hebdomadaires ou à renouvellement tacite à nombre de voyages limité délivrés par la Régie autonome des transports parisiens (RATP), la Société nationale des chemins de fer (SNCF), les entreprises de l'Organisation professionnelle des transports d'Ile-de-France ainsi que par les entreprises de transport public, les régies et les autres personnes mentionnées au II de l'article 7 de la loi n° 82-1153 du 30 décembre 1982 d'orientation des transports intérieurs ;
    « 3° Les abonnements à un service public de location de vélos.
    « Art. R. 3261-3. - La prise en charge par l'employeur est effectuée sur la base des tarifs deuxième classe. Le bénéficiaire peut demander la prise en charge du ou des titres de transport lui permettant d'accomplir le trajet de la résidence habituelle à son lieu de travail dans le temps le plus court. Lorsque le titre utilisé correspond à un trajet supérieur au trajet nécessaire pour accomplir dans le temps le plus court le trajet de la résidence habituelle au lieu de travail, la prise en charge est effectuée sur la base de l'abonnement qui permet strictement de faire ce dernier trajet.
    « Art. R. 3261-4. - L'employeur procède au remboursement des titres achetés par les salariés dans les meilleurs délais et, au plus tard, à la fin du mois suivant celui pour lequel ils ont été validés. Les titres dont la période de validité est annuelle font l'objet d'une prise en charge répartie mensuellement pendant la période d'utilisation.
    « Art. R. 3261-5. - La prise en charge des frais de transport par l'employeur est subordonnée à la remise ou, à défaut, à la présentation des titres par le salarié.
    « Pour être admis à la prise en charge, les titres doivent permettre d'identifier le titulaire et être conformes aux règles de validité définies par l'établissement public, la régie, l'entreprise ou la personne mentionnés à l'article R. 3261-2, ou, le cas échéant, par la personne chargée de la gestion du service public de location de vélos.
    « Lorsque le titre d'abonnement à un service public de location de vélos ne comporte pas les noms et prénoms du bénéficiaire, une attestation sur l'honneur du salarié suffit pour ouvrir droit à la prise en charge des frais d'abonnement.
    « Pour les salariés intérimaires, une attestation sur l'honneur adressée à l'entreprise de travail temporaire mentionnée à l'article L. 1251-45, qui est leur employeur, suffit pour ouvrir droit à la prise en charge des frais d'abonnement à un service de transport public de voyageurs ou à un service public de location de vélos.
    « Art. R. 3261-6. - Un accord collectif de travail peut prévoir d'autres modalités de preuve et de remboursement des frais de transport, sans que les délais de remboursement des titres puissent excéder ceux mentionnés à l'article R. 3261-4.
    « Art. R. 3261-7. - En cas de changement des modalités de preuve ou de remboursement des frais de transport, l'employeur avertit les salariés au moins un mois avant la date fixée pour le changement.
    « Art. R. 3261-8. - L'employeur peut refuser la prise en charge lorsque le salarié perçoit déjà des indemnités représentatives de frais pour ses déplacements entre sa résidence habituelle et son ou ses lieux de travail d'un montant supérieur ou égal à la prise en charge prévue à l'article R. 3261-1.
    « Art. R. 3261-9. - Le salarié à temps partiel, employé pour un nombre d'heures égal ou supérieur à la moitié de la durée légale hebdomadaire ou conventionnelle, si cette dernière lui est inférieure, bénéficie d'une prise en charge équivalente à celle d'un salarié à temps complet.
    « Le salarié à temps partiel, employé pour un nombre d'heures inférieur à la moitié de la durée du travail à temps complet défini conformément au premier alinéa, bénéficie d'une prise en charge calculée à due proportion du nombre d'heures travaillées par rapport à la moitié de la durée du travail à temps complet.
    « Art. R. 3261-10. - Le salarié qui exerce son activité sur plusieurs lieux de travail au sein d'une même entreprise qui n'assure pas le transport entre ces différents lieux et entre ces lieux et la résidence habituelle du salarié peut prétendre à la prise en charge du ou des titres de transport lui permettant de réaliser l'ensemble des déplacements qui lui sont imposés entre sa résidence habituelle et ses différents lieux de travail, ainsi qu'entre ces lieux de travail.


    « Section 2



    « Prise en charge des frais de transports personnels


    « Art. R. 3261-11. - Lorsque l'employeur prend en charge tout ou partie des frais de carburant ou d'alimentation électrique d'un véhicule engagés par ses salariés, il en fait bénéficier, selon les mêmes modalités et en fonction de la distance entre le domicile et le lieu de travail, l'ensemble des salariés remplissant les conditions prévues à l'article L. 3261-3.
    « L'employeur doit disposer des éléments justifiant cette prise en charge. Il les recueille auprès de chaque salarié bénéficiaire qui les lui communique.
    « Art. R. 3261-12. - Sont exclus du bénéfice de la prise en charge des frais de carburant ou d'alimentation électrique d'un véhicule :
    « 1° Les salariés bénéficiant d'un véhicule mis à disposition permanente par l'employeur avec prise en charge par l'employeur des dépenses de carburant ou d'alimentation électrique d'un véhicule ;
    « 2° Les salariés logés dans des conditions telles qu'ils ne supportent aucuns frais de transport pour se rendre à leur travail ;
    « 3° Les salariés dont le transport est assuré gratuitement par l'employeur.
    « Art. R. 3261-13. - En cas de changement des modalités de remboursement des frais de carburant ou d'alimentation électrique d'un véhicule, l'employeur avertit les salariés au moins un mois avant la date fixée pour le changement.
    « Art. R. 3261-14. - Le salarié à temps partiel, employé pour un nombre d'heures égal ou supérieur à la moitié de la durée légale hebdomadaire ou conventionnelle, si cette dernière lui est inférieure, bénéficie d'une prise en charge équivalente à celle d'un salarié à temps complet.
    « Le salarié à temps partiel, employé pour un nombre d'heures inférieur à la moitié de la durée du travail à temps complet défini conformément au premier alinéa, bénéficie d'une prise en charge calculée à due proportion du nombre d'heures travaillées par rapport à la moitié de la durée du travail à temps complet.
    « Art. R. 3261-15. - Le salarié qui exerce son activité sur plusieurs lieux de travail au sein d'une même entreprise qui n'assure pas le transport entre ces différents lieux et entre ces lieux et la résidence habituelle du salarié peut prétendre à la prise en charge des frais de carburant ou d'alimentation électrique d'un véhicule engagés lui permettant de réaliser l'ensemble des déplacements qui lui sont imposés entre sa résidence habituelle et ses différents lieux de travail, ainsi qu'entre ces lieux de travail.


    « Section 3



    « Dispositions pénales


    « Art. R. 3261-16. - Le fait pour l'employeur de méconnaître les dispositions des articles L. 3261-1 à L. 3261-4 est puni de l'amende prévue pour les contraventions de la quatrième classe. »

    Article 3


    Le ministre du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité est chargé de l'exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.


    Fait à Paris, le 30 décembre 2008.


     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu