Avertir le modérateur

pôle emploi - Page 5

  • J'ai dragué Amélie.....

    Imprimer

    Non je n'ai pas fumé... l'anecdote  que je vais vous raconter est bien réelle ! histoire d'en rire

    ameli-cnam.jpgL'avez vous remarqué ?

    Depuis quelques mois  un agent conversationnel, baptisé « Amélie » a été installé  sur le site  de l’assurance maladie.

    Il s'agit d'un agent virtuel auquel  vous pouvez poser des questions.

    Selon  Laurent Landowski, l’un des fondateurs de Virtuoz qui a développé le produit , cette nouvelle technologie permet d'analyser  les relations entre les différents mots, de les hiérarchiser et extraire le sens de la question. L'agent virtuel  peut poser une question pour vous permettre d'affiner votre recherche  et mieux vous diriger. Il y a un véritable échange personnalisé.

    Interviewé par le Miroir social Laurent Landowski précise  " L’agent conversationnel n’est pas un concurrent. Il travaille en équipe avec les conseillers. La mise en place de notre technologie ne s’est jamais traduite par des réductions d’effectifs sur les plateaux téléphoniques ou sur les équipes en charge de répondre aux courriels des utilisateurs. À la Fnac, par exemple, les contacts ont été réduits de 40 %, ce qui permet aux salariés de répondre mieux et plus vite aux demandes de contacts par courriel. Chez MMA, l’activité des téléconseillers du site internet a évolué. Ils font plus de vente et moins de soutien. Notre technologie conversationnelle évite de saturer des conseillers qui peuvent se concentrer sur des échanges à plus haute valeur ajoutée."

    Il faut compter entre 50 et 150 K€ pour paramétrer l’agent conversationnel pendant une durée maximum de trois mois. Ensuite, nous facturons à la conversation traitée avec un coût unitaire qui varie selon la nature de l’échange. Cela va de quelques dizaines de centimes d’euro jusqu’à plusieurs euros.

     

    jn4_0401-bv-p.jpgIntriguée  j'ai alors entamé la conversation avec notre agent virtuel Amelie sur le site de la  CPAM:

    Vous cliquez sur la jeune femme souriante en tshirt vert

    • J'ai besoin de renseignement sur la maternité : j'écris maternité dans la case blanche

    Ma charmante hôtesse  considérant la question trop vaste  me donne plusieurs choix : ma demande concerne t- elle : la déclaration de grossesse, le congé de maternité, les indemnités, les 6 premiers mois de la grossesse ou les 3 derniers mois ?

    Je clique sur congés de maternité.

    Ma gentille conseillère m'indique que le congés est de 16 semaines mais qu'il varie  en fonction du nombre d'enfants .

    Elle me demande de cliquer "ici "  si je souhaite une réponse plus affinée : ce que je fais  en indiquant que j'ai 4 enfants.

    Apparait sur l'écran  la fiche technique du congé de maternité ...

    je suis  satisfaite de la réponse elle est toujours souriante ..

    • J'ai besoin maintenant  d'une autre information : connaître le montant de mes indemnités journalières pendant mon congé de maternité

    j'écris indemnitee  en faisant  intentionnellement une faute d'orthographe .   Amélie ne comprend pas ma question "' je ne suis pas certaine  d'avoir bien compris  pouvez vous me réexpliquer votre problème " me dit -elle .

    je retape indemnitee avec deux e . Amelie est confondue  elle s'excuse et me propose plusieurs choix qui ne correspondent pas à ma recherche

    - j'écris : non je ne veux pas cela.

    - elle m'indique qu'elle est à mon écoute

    -  j'écris :  oui mais tu es à mon écoute  mais tu ne réponds pas  à ma question

    - elle me répond : je fais mon maximum pour répondre à votre question

    je suis impressionnée par l'interactivité    alors je continue.....

    - Bon ,  je veux  savoir le montant de ce que je vais toucher

    Amélie  me pose deux questions   et je trouve ma réponse . Je lui dis Merci.

    Oh surprise  Amélie  me répond " je vous en prie cela me fais tellement plaisir"

    • Pour m'amuser je continue dans un autre registre : j'écris  merci vous êtes gentille  elle me répond  c'est gentil ça c'est vrai ?

    - Je lui réponds oui c'est  vrai

    -  Amelie  : oh alors merci  je rougirais si je pouvais . Avant que je ne sois plus troublée  revenons à notre conversation  en quoi puis je vous aider ?

    - je continue : non je vous trouve sympa  à quelle heure sortez vous ce soir ?

    - Amelie : j'aime sortir de temps en temps  mais  que puis je pour vous ?.

    - je lui dis :  je veux vous embrasser

    - Amélie écrit   " SMACK voilà votre bisou "   je commence sérieusement à m'amuser .....

    Je ne suis toujours pas déconnectée et pourtant je suis  plus que hors sujet .....

    - je continue et ose écrire  : je vous aime vous êtes  belle

    - Amélie :   je prends cela pour un compliment  ...

    je continue dans le même registre mais un peu plus  hot ...  !

    - veux tu faire l'amour avec moi ?

    - Amélie : je ne peux pas répondre à ce type d'avance si cela ne vous ennuie pas je préférerais continuer ,  quelle est votre question ?

    - je continue et je lui dis non je veux coucher avec toi

    - Amélie commence à se fâcher  mais elle ne me déconnecte pas pour autant ! ce ne sont pas des choses qu'on dit à un agent conversationnel me rétorque t-elle !...

    - ah bon alors pourquoi ne suis pas déconnectée?

    - Amélie : êtes vous malade ?

    - je commence à m'énerver et je lui dis non je veux n.... avec toi

    - Amélie: Ce n'est  pas très civilisé comme langage je suis contrariée  excusez vous.

    je continue avec   des termes peu flatteurs  elle est toujours choquée et me demande des excuses en mettant les bras sur les hanches !!!!

    Bref cela pourrait durer des heures je ne suis toujours pas déconnectée et pourtant j'encombre le service.....

    je lui demande de me zapper de me déconnecter  mais Amélie est douée d'une patience d'ange ...

    je dis le mot de Cambronne  M.....    elle me répond  c'est pas très classe reprenons....

    - j'écris : je veux chanter  - elle me répond  qu'elle ne connaît  aucune chanson  elle préfère s'abstenir elle est désolée.

    - je lui demande et danser ?  elle me répond  qu'elle aime lire et voir ces amis . Je lui demande si elle est mariée elle me répond : oui et j'ai deux enfants !!!!

    - trompes tu ton mari lui dis je  - Elle me répond je suis fidèle

    - j'écris :menteuse

    - Amélie: non je dis toujours la vérité je suis formée à cela

    - je dis à nouveau menteuse

    - Amélie : un agent conversationnel n'est pas menteur intentionnellement

    - je répète menteuse

    - Amélie :   la vérité sort de la bouche des agents conversationnels

    Alors je recommence à écrire des noms d'oiseau    elle est choquée et veut des excuses......

    Mon"batifolage" a duré plus d'une heure et je n'ai toujours pas été déconnectée par le service  !!!!

    Vous devez penser que j'ai fumé..... pour écrire cela et bien non mes chers amis lecteurs c'est le fidèle  copier coller  de ma conversation avec Amélie .

    Conclusion de cette petite histoire :

    l'agent  conversationnel  Amelie est vraiment très interactif il permet à l'internaute  ( sérieux) d'obtenir  la solution à la plupart de ces questions .

    Une trentaine de grands comptes (MMA, eBay, Coca-Cola, AOL-Neuf, La Poste, pour n'en citer que quelques uns) emploient des avatars conversationnels. Chez MMA, Emma a permis de générer 30% d'affaires en plus grâce aux devis complétés en ligne.Les communications physiques ont diminué de 90% à compter du jour où elle est entrée en fonction !

    Outre le paiement d'un forfait correspondant au déploiement de l'agent intelligent et à sa formation, le travail abattu par l'avatar fait l'objet d'une facturation mensuelle. « Nous avons parfois des objectifs comme de diminuer par deux le nombre d'emails reçus. Si ces objectifs sont atteints, nous bénéficions d'un bonus », ajoute Alexandre Lebruno-fondateur et P-DG de VirtuOz.

    Contrairement  à ce qu'affirment les dirigeants de Virtuoz ,  il n'est pas exclu que cette technologie permette  à terme de supprimer des postes dans les entreprises clientes.

    La question que je me pose est de savoir pourquoi en étant hors sujet et volontairement provocatrice  je n'ai pas été déconnectée du système

    La réponse  se trouve peut être dans le système de facturation ! ( attention alors au dérive !)

     

    Pôle emploi envisage de mettre en place un agent conversationnel .

    "Nous pouvons effectivement contribuer à mieux guider les demandeurs d’emploi sur le site. Il y aurait énormément de choses à faire" indique Laurent Landowski.

     

    Je ne souhaite pas faire du mauvais esprit mais il me semble que syndicats et patronats recherchaient de nouvelles ressources pour le financement des retraites ..... Ne faudrait il pas  faire payer des cotisations sur la facturation du travail de ces avatars !

    voici quelques agents virtuels crées par Virtuoz

    Lucie de SFR  gère plus de 700 000 conversations clients par mois et enregistre un taux de satisfaction de 86%...
    Premier magasin du groupe Fnac en termes de chiffres d’affaires, Fnac.com accueille plus de 200 millions de visiteurs par an...
    Filiale du Crédit Agricole SA, Finaref a choisi l’agent virtuel intelligent de VirtuOz pour offrir un service efficace et convivial et augmenter son taux de transformation en ligne...
    Créé en juin 2000, voyages-sncf.com est la première agence de voyages en ligne et le premier site marchand français...
    Lancé en 1999, le site de MMA accueille 4 millions de visiteurs par an et répond à 300 000 demandes de devis...

     


    Laurent Landowski (Virtuoz), Prix Deloitte pour ses avatars
    envoyé par lfone. - Regardez plus de vidéos de science.

  • Folie ordinaire

    Imprimer

    Pour quelles raisons en sommes nous arrivés là ?

    L-agression_large.jpgAgressions de médecins , pharmaciens, personnel des transports en commun , des mairies  etc...tortures et meurtres  pour quelques euros

    Le Monde a -t-il changé à ce point depuis ces dernières années !

    Aujourd'hui  je mets  en ligne ce fait divers  lu sur le site " la fusion pour les nuls "

    Mac , 25 ans, avait un souhait : devenir infirmier « pour aider les gens ».

    Pour tant , ce jeune homme longiligne de 1,95 m était jugé hier pour violences aggravées sur un responsable de l’agence Pôle emploi de Sainte-Geneviève- des-Bois. Il a été condamné à huit mois de prison dont quatre mois avec sursis.


    Le 19 mars dernier, Mac doit participer à un atelier Santé organisé par l’organisme public, à 9 heures.

    Il a posé une demi-journée de congé sans solde pour l’occasion. Problème sur la route, Mac est en retard, quarante-cinq minutes pour les uns, quinze selon lui. Il se voit refuser l’entrée de la réunion.
    Discussions, négociations, suppliques, l’apprenti infirmier est finalement reçu par Guillaume C, l’un des responsables, qui lui répète qu’il est arrivé trop en retard. On lui propose même un nouveau rendez-vous en mai ou un accompagnement personnalisé… «Mais je voulais faire ce stage maintenant, parce que le concours d’école infirmière est en avril », raconte Mac.
    « Frustré et incompris », il prévient Guillaume C « qu’il va souffrir » et lui envoie un coup de pied à la tempe gauche. L’attaque est puissante, le prévenu a longtemps pratiqué le taekwondo et l’aïkido. Le responsable tombe de son siège, avant d’être roué de coups. « J’ai cru que ma tête allait exploser. Il tapait comme sur un ballon », raconte-t-il à la barre, alors que les médecins lui ont reconnu quatorze jours d’incapacité temporaire totale. Avant de quitter les lieux, l’agresseur, sûr de son bon droit, aurait même lancé : « Vous pouvez porter plainte, vous avez mes coordonnées. Cela se réglera devant la justice. »
    Cet « acharnement », selon le procureur qui requiert un an de prison dont six mois avec sursis, est rapporté par des témoins unanimes : « Il lui a sauté dessus à pieds joints », raconte une salariée de l’agence ; « je n’ai jamais vu une telle violence, j’en fais des cauchemars », confie une autre. Guillaume C, lui, avoue que sa vie a été bouleversée et ses enfants traumatisés. Il ne sait pas quand il aura le courage de retourner à son poste.
    Mac reconnaît la gravité de ses actes mais précise qu’il venait de rompre avec la mère de sa fille de 1 an. « Il s’est rendu », souligne son avocat ; « mais après une traque de dix jours », rétorque le procureur. Voilà l’ultime détail d’un premier procès qui sera suivi d’un second, durant lequel les juges devront déterminer le préjudice économique subi par Pôle emploi. L’agence n’a en effet rouvert que jeudi dernier et les arrêts de travail se sont multipliés après l’agression.

  • Syndicats et médias ont franchi le Rubicon

    Imprimer

    cc_001840.jpgPôle emploi  "rabatteur " pour messagerie rose à en croire  certains syndicats et médias....

    Une offre d'emploi  "d'animatrice pour messagerie rose "  parue à pôle emploi  fait des remous.

    On peut  lire  par exemple dans le Point  "Pour Philippe Sabater, de la FSU, le service public "sert de rabatteur" à un employeur ...., "c'est la désorganisation de Pôle emploi qui est à l'oeuvre ici et les conditions extrêmes de travail que les collègues subissent. On nous demande d'être des shivas (la déesse hindoue pourvue de multiples bras, ndlr). Les dérives viennent de là".

    Stéphane Guillou de la CGT a également déclaré "On ne peut pas dire qu'il y ait prostitution, mais c'est limite, on ne sait pas ce qu'il advient derrière". il ajoute  "'il y a aussi des limites à ce qu'on peut considérer comme une offre raisonnable d'emploi".

    Quant aux médias  pour attirer  les lecteurs ils n'hésitent pas à  faire des titres   racoleurs  : on peut lire  par exemple dans le Parisien  " quand pôle  emploi  propose de devenir  strip teaseuse..."

    Bref vous l'avez compris une offre d'emploi qui excite médias et syndicats.

    Non je ne fustigerai pas  Pôle emploi pour avoir diffusé  cette offre .

    En revanche je donne un coup de griffe aux   médias  qui n'hésitent  pas à grossir par des titres plus que douteux une affaire qui ne mérite même pas une ligne dans la rubrique des chiens écrasés et  les syndicats  qui  l'instrumentalisent  pour mettre en exergue les dysfonctionnements de pôle emploi....

    Voici les éléments de cette histoire que je trouve assez amusante!.

    chat-coquin.jpgUne jeune  Parisienne qui cherche un emploi de webmaster  depuis  deux ans pianote sur le site de Pôle et découvre  une offre d'emploi  dont l'intitulé est le suivant :

    Animations de chats pour adultes (messagerie rose), travail de jour ou de nuit - débutants  acceptés - rémunération entre  1 400 € à 2 000 € avec des primes -  contrat à durée indéterminée.

    La jeune femme qui n'est pas mineure et on peut l'espérer  qui est dotée  d'une certaine intelligence postule en  toute connaissance de cause ....

    En effet  elle déclare au Parisien "  J’ai été très surprise mais j’ai quand même postulé . Je cherche du travail. Animer un chat, même rose, ne demande pas une grande implication ".

    Elle envoie  son CV… et reçoit un coup de téléphone " Mon interlocuteur m’a immédiatement expliqué que je n’utiliserai pas de clavier, mais un téléphone ou une webcam pour des rapports coquins."

    Elle ajoute " mon interlocuteur m’a indiqué qu’il faudrait que je porte une nuisette et que je fasse le genre de truc qu’on fait pour son petit copain.  Puis, si le client est d’accord, je devrais « m’effeuiller » comme une strip-teaseuse .Perruques et maquillage sont  plus que conseillés."

    Et l’interlocuteur de préciser  " que le numéro de téléphone qui permettrait aux hommes d’avoir accès à la jeune femme ne se trouvait que dans des magazines très hard, du genre de ceux que les kiosquiers gardent bien cachés. "

    Nous pouvons lire  dans le Parisen  "C’est ultra-choquant. La frontière avec la prostitution n’est vraiment pas loin et cette offre d’emploi se trouve sur le site de l’Etat ! La dérive est énorme."

    Selon pôle emploi  l'annonce est légale.

    En revanche les syndicats  mettent en avant la morale  " Même si c’est un travail autorisé, personne ne voudrait que sa fille le pratique, rétorque le Syndicat national unitaire (SNU) Pôle emploi. Il est vraiment regrettable que le site en vienne à publier de telles offres. Mais les conseillers n’ont plus le temps d’aller chercher eux-mêmes des offres d’emploi intéressantes dans les entreprises… Du coup, le site est à l’affût de tout..."

    Que  penser de cette affaire ?

    La première question qui vient à l'esprit est celle de la légalité d'une telle offre d'emploi.

    La seconde celle du rôle et de la responsabilité de pôle emploi .

    D'une manière générale  les textes interdisent  les offres discriminatoires c'est à dire conditionnant l’accès à un emploi à certains critères : l’origine, le sexe,  les moeurs,  la situation familiale,  la grossesse,  la race, l’ethnie ou la nation, les opinions politiques,  les activités syndicales ou mutualistes, les convictions religieuses, l’état de santé, le handicap,  les orientations sexuelles,  l’âge,  l’apparence physique,  le patronyme, les caractéristiques génétiques.

    Le fait de porter une mention discriminatoire dans une offre engage la responsabilité civile et pénale des personnes morales (entreprise , recruteur, site Internet, établissement de travail temporaire…) ainsi que des personnes physiques concernées (annonceur, diffuseur, personne qui enregistre, contrôle ou valide l’offre avant sa mise en ligne…).

    Je n'ai pas eu accès directement à l'énoncé de l'offre  , toutefois selon les informations dont je dispose l'offre ne comporte aucun caractère  discriminatoire .

    Concernant le critère lié  au sexe je serai plus prudente  car si l'annonce  fait référence à une "animatrice " nous pourrions considérer  que l'annonce est discriminatoire  car le libellé aurait du être le suivant : cherche animateur, animatrice...( le code du travail permet de faire référence au sexe recherché pour les artistes ayant à interpréter un rôle féminin ou un rôle masculin, les mannequins chargés de présenter des vêtements ou des accessoires, les modèles masculins et féminins posant pour des peintres ou des sculpteurs..)

    Mais force est de constater que médias et syndicats  se sont placés sur un autre terrain : celui des bonnes moeurs et de la  morale !

    La déclaration  de Stéphane Guillou de la CGT est limpide : "On ne peut pas dire qu'il y ait prostitution, mais c'est limite, on ne sait pas ce qu'il advient derrière". il ajoute  "'il y a aussi des limites à ce qu'on peut considérer comme une offre raisonnable d'emploi"

    Les syndicats ne dénoncent pas l'offre d'emploi en elle même car animer un chat coquin n'est pas  illicite pour une personne majeure.

    Les syndicats  dénoncent en fait l'attitude de Pôle emploi  qui n'a pas discerné  les caractéristiques pour le moins particulières et douteuses du poste à savoir faire  du streap tease  coquin par webcam....

    Si faire du strip tease coquin peut être considéré par certains comme contraire à la morale il ne s'agit pas de prostitution qui rappelons le est le fait de se prêter  moyennant une rémunération à des contacts physiques de quelque nature  qu'ils soient afin de  satisfaire  les besoins sexuels d'autrui.

    Pourtant médias et syndicats franchissent aisément le Rubicon en accusant Pôle emploi de diffuser des offres d'emploi choquantes à la limite de la prostitution...

    A cela je dis non mille fois non car le raccourci se situe quant à lui à la limite de l'honnêteté intellectuelle.

    Pour quelles raisons ?

    Les offres d'emploi peuvent être déposées directement sur le site par les employeurs.   Le rôle de pôle emploi est de vérifier en premier lieu si l'annonce  ne comporte pas des mentions discriminatoires  et illégales car sa responsabilité civile et pénale pourrait être engagée  en cas de diffusion d'une telle offre.

    Pôle emploi  donne aux employeurs des conseils pratiques pour rédiger des offres dans le cadre de la légalité  en diffusant   un  guide pratique du recrutement que chaque employeur peut télécharger.

    Doit -il pour autant vérifier les caractéristiques du poste ?

    La réponse est sans aucun doute OUI pour une bonne adéquation entre l'offre et la demande et ce même en cas de dépôt par l'employeur de l'offre !

    Cette mission fait partie du rôle du conseiller "Conseiller les entreprises en tant que spécialiste en recrutement depuis l’analyse du besoin jusqu’à la sélection des candidats aux profils adaptés "

    Nous pouvons également  lire sur le site de pôle emploi : " Issu de la fusion de l’ANPE et des Assédic, Pôle emploi propose des services renforcés plus performants aux demandeurs d’emploi, qu’ils soient indemnisés ou non, et aux entreprises. Grâce à une personnalisation renforcée de ses services, Pôle emploi permet une plus grande adéquation entre l’offre d’emploi et la demande. Les conseillers Pôle emploi accompagnent les entreprises dans leurs recrutements : de la simple parution de l’offre à l’assistance au recrutement, de la présélection des candidats au suivi durable dans l’emploi. "

    Selon les dispositions du code du travail   toute  allégation fausse ou susceptible d’induire en erreur le candidat en ce qui concerne l’existence, l’origine, la nature et la description de l’emploi offert, la rémunération, les avantages annexes proposés et le lieu de travail figurant dans une offre est interdite et punissable.

    Nous voyons bien que le conseiller doit  se montrer particulièrement  vigilant !

    Force est de constater que vérifier l'exactitude des caractéristiques d'un poste devient une mission impossible lorsque l'employeur est de mauvaise foi et fait sciemment de fausses déclarations comme c'est le cas semble t-il  dans l'affaire qui nous préoccupe.

    Les  omissions ou descriptifs édulcorés et/ou fallacieux de postes sont innombrables !

    Les médias et syndicats  pointent-ils du doigt  des offres  d'emploi de barmaid  alors que les postes consistent dans certains bars  à " divertir de manière rapprochée le client  " s'offusquent-ils  des postes de masseurs , masseuses  ou d'esthéticiennes qui prévoient dans certains centres des extras ( massages érotiques par exemple )... des postes d'administratifs dans des agences qui proposent du tourisme sexuel  ?

    Si nous voulons aller plus loin  que dire encore des stages qui sont de véritables emplois, des CDI  qui sont en fait  des emplois précaires et des emplois précaires qui couvrent des emplois pérennes  etc...

    Il est vrai que dans ces cas  les bonnes moeurs sont protégées  à défaut de la morale et de l' éthique!

    A trop tirer sur le pianiste nous risquons de faire le jeu de ceux qui veulent transférer les missions de Pôle emploi à des  organismes privés et ce au grand dam des chômeurs....et des contribuables....

    i.JPG

     

     

     

     

  • Le répertoire national de la protection sociale

    Imprimer

    Tous fichés.

    Les fichiers qui centralisent les données personnelles se multiplient ... le dernier en date le RNPS

    Le  décret du Conseil d'Etat portant sa création est paru au Journal officiel du 18 décembre  2009.

    Appelé  Répertoire national de la protection sociale (RNPS), il reliera de manière informatique les services de  Sécutité sociale  (maladie, retraite, famille ou Urssaf), des caisses de congés payés et du Pôle emploi.

    Ce répertoie doit permettre de  lutter contre les fraudes car il va  regrouper pour chaque  allocataire de prestations chômage et sociales les  allocations perçues

    Ce répertoire regroupe pour chaque allocataire:

    • les données d'état civil et d'affiliation
    • les montants et la nature de toutes les prestations servies (en nature et en espèces )
    • les coordonnées géographiques, téléphoniques, électroniques, déclarées par l'intéréssé
    • ses revenus,

    Ce répertoire permettra  des échanges informatisés entre  les  organismes de protection sociale et les administrations fiscales.

    La conservation de données sensibles et privées est prévue sur une période de cinq ans, renouvelable indéfiniment tant que l'on reste assuré social.
    Un arrêté à venir doit fixer la liste  des risques, droits et prestations et des organismes présents dans le RNCPS. Selon la direction de la sécurité sociale, "une soixantaine d'organismes sont concernés par l'alimentation du RNCPS" et "un nombre bien plus important encore de structures y aura accès".

     

    Pour la Commission nationale informatique et libertés (Cnil), la création d’un tel répertoire « doit être assortie de garanties toutes particulières, notamment en termes de sécurité et de confidentialité ».

    Bien que des échanges aient lieu entre les organismes de Sécurité sociale et l’administration fiscale, la Cnil relève que le numéro de sécurité sociale « n’est pas transmis aux administrations fiscales dans le cadre de ces échanges ».

    Selon la CGT, « ce fichier est en fait un fichier Big Brother ». « On est vraiment très inquiet, car on arrive à une massification des données sur chaque individu, qui seront faciles d’accès », estime Jacqueline Farache, administratrice CGT à la Caisse nationale d’allocations familiales (Cnaf), qui dénonce un possible « contrôle social ».

    « La tentation pour une administration et pour un pouvoir, c’est toujours d’en savoir le maximum sur ses citoyens et là, ce genre de fichier le permet, met-elle en garde. La Cnil pourrait être un rempart, mais son président dit lui-même qu’il n’a pas les moyens de sa mission ».

    En revanche, la présidente (CFE-CGC) de la Cnav, Danièle Karniewicz, affirme ne pas avoir « tellement de craintes pour l’instant ».

     

     

    Décret n° 2009-1577 du 16 décembre 2009 relatif au Répertoire national commun de la protection sociale, JO du 18/12/09
    http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000021491459
    Délibération n° 2009-211 du 30 avril 2009 portant avis sur un projet de décret en Conseil d'Etat relatif au Répertoire national commun de la protection sociale (RNCPS)
    http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000021491785

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu