Avertir le modérateur

h1n1 - Page 2

  • Actualités en vrac

    Imprimer
    • Nicolas Sarkozy  a  pensé aux mères modestes  seules avec  des enfants en leur attribuant pour la première fois la prime de Noel.

    voir communiqué du gouvernement clic ici


    image_g-pere_noel_arrive.jpgJusqu'à présent, les mères seules avec des enfants à charge vivant de l'allocation pour parent isolé (API) n'avaient pas droit à la prime de Noel.

    cette année Nicolas Sarkoozy a décidé que "dans un contexte de crise difficile pour les personnes aux revenus les plus faibles, la prime de Noël serait versée à l'ensemble des personnes pour lesquelles le RSA s'est substitué au RMI ou à l'API, c'est-à-dire aux personnes pour lesquelles le revenu de solidarité active constitue la totalité ou l'essentiel des revenus, sans en priver les mères isolées avec enfants"

    La prime de Noël sera également versée aux chômeurs en fin de droits qui perçoivent l'allocation spécifique de solidarité (ASS) ou l'allocation équivalent retraite (AER).

    cette prime ne sera pas revalorisée

    Montant  152,45 euros pour une personne seule

    228,67 euros pour un foyer de deux personnes, avec 45 euros de plus pour chaque personne supplémentaire à charge.

    La prime sera versée par les CAF et les MSA courant décembre.

     

    • Le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2010

    L'adoption définitive du projet de loi est prévue mercredi 25 novembre à l'Assemblée nationale et jeudi 26 novembre au Sénat.
    Communiqué du Sénat clic ici

     

     

    • Se faire vacciner ou non contre la grippe

    je mets en lien un article sur le sujet.

    prenez le temps de le lire car vous y trouverez des informations  pertinentes d'un professionnel . clic ici

    68647_bachelot_vaccin_img.jpg


  • les tribulations de Bachelot

    Imprimer


    H1N1  la campagne de vaccination tousse........ou les tribulations de Bachelot.

    Avant que vous ne  lisiez cet article je mets en lien cette vidéo

    je ne peux pas attester de la validité de la traduction  mais cela  doit pouvoir être  vérifié


    extraits du site annuaire sécu en ligne

    Lettre, archives et formulaire d'abonnement en ligne sur http://www.annuaire-secu.com

    Roselyne Bachelot a lancé la campagne de vaccination contre la grippe A/H1N1 dans les centres de vaccination lors d'une conférence de presse, lundi 9 novembre 2009, au ministère de la Santé, en présence du médecin conseil national de la CNAMTS, le Pr Hubert Allemand.

    Selon un calendrier reposant sur le degré de priorité arrêté par le Premier ministre, chaque personne doit recevoir, de la part de l'Assurance maladie, un courrier signée de la ministre de la Santé, l'invitant à se faire vacciner dans les centres ouverts depuis le 12 novembre. Ce sont 6 millions de courriers qui sont envoyés dans un premier temps.


    L'invitation précise les modalités pratiques de la vaccination et notamment le lieu où elle doit être effectuée et comporte, au verso, un bon de vaccination à présenter le jour de la vaccination.

    Ce bon doit être envoyé  à la CNAMTS pour garantir la traçabilité de la campagne vaccinale. Selon la dépêche APM, "la numérisation des documents va être assurée par un sous-traitant, dont Hubert Allemand n'a pas souhaité donner le nom, puis la CNAMTS va croiser les informations obtenues avec ses bases de données".


    La nouvelle campagne d'information relative à la vaccination lancée dès le 9 novembre se poursuivra jusqu'au 6 décembre. Elle se décline en un spot TV de 50 secondes et un spot radio sur les antennes du groupe Radio France et sur RFO.
    Le gouvernement tente de désamorcer les inquiétudes sur les effets secondaires des vaccins. Roselyne Bachelot a déclaré que "la transparence sera observée scrupuleusement" avec la mise en ligne sur le site de l'Afssaps des rapports de pharmacovigilance de façon hebdomadaire. A ce sujet, un premier cas de syndrome de Guillain-Barré est survenu chez une professionnelle de santé de 37 ans après qu'elle ait reçu à l'hôpital une dose du vaccin Pandemrix (GlaxoSmithKline), ont confirmé mardi 10 novembre à l'APM le laboratoire pharmaceutique et l'Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (Afssaps). Ce signalement figure dans le premier bilan périodique de pharmacovigilance publié le 13 novembre, couvrant la période allant du 21 octobre au 10 novembre, au cours de laquelle 100 000 personnes ont été vaccinées (94 cas d'effets indésirables signalés, dont quatre considérés comme "graves").


    A lire également cette semaine, la Lettre de Galilée intitulée "Grippe : pourquoi cette ligne Maginot ?". "Roselyne Bachelot dispose seulement de quelques jours pour sauver une campagne qui décidément prend l'eau".

    "On est gagné par le sentiment que cette campagne a plutôt été conçue au ministère de l'Intérieur ou de la Défense qu'à celui de la Santé", écrivent notamment les deux auteurs qui évoquent les nombreux couacs. Outre "les errements sur l'obligation de vaccination des enfants, les hésitations sur la teneur en adjuvant du vaccin des femmes enceintes, les tergiversations sur « une ou deux doses », la controverse mal éteinte sur la transparence des contrats industriels, la polémique stérile sur les « conflits d'intérêts » des experts…", il ne faut surtout pas oublier la mise à l'écart des généralistes, ce qui n'empêche pas certains préfets de commencer à réquisitionner des médecins libéraux pour procéder aux vaccinations antigrippales dans les centres dédiés. Vu l'affluence dans les centres le premier jour, il va aussi falloir réquisitionner les patients. Heureusement, le Dr Dupagne est arrivé à interviewer "un spécialiste particulièrement bien introduit dans les milieux ministériels, mais qui a souhaité garder l'anonymat". "Loin d'être une accumulation de bévues, la communication de Roselyne Bachelot est savamment orchestrée et s'intègre dans une véritable stratégie mise en place cet été. Il s'agit de rectifier une erreur commise au printemps et d'économiser quelques centaines de millions d'euros", écrit le médecin sur son site Atoute. A ne pas louper...
    > Conférence de presse et dossier de presse :
    http://www.sante-sports.gouv.fr/actualite-presse/presse-sante/dossiers-presse/lancement-campagne-vaccinale-contre-grippe-h1n1-centres-vaccination.html
    > Dépêche APM du 9 novembre "Grippe A(H1N1) : quatre centres de la CNAMTS doublent leur rythme d'envoi de courriers à cause de la campagne de vaccination"
    > Lettre de Galilée n° 98 :
    http://www.lalettredegalilee.groupe-galilee.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=44&Itemid=54
    > Évolution de la grippe en France selon Google :
    http://www.google.org/flutrends/intl/fr/fr/
    > Vaccination grippale : Le plan secret de Roselyne Bachelot. Révélation sur une stratégie secrète pour sortir du désastre de la vaccination antigrippe A
    http://www.atoute.org/n/article133.html

    Pour  terminer  avec une note d'humour un dessin de notre ami chimulus que je remercie 1147586267.jpg

     

  • Vaccin chagrin !

    Imprimer

    vaccin-2-ea8da.jpgIl s'appelle désiré !!!!! manière humoristique de nommer le vaccin contre la grippe H1N1

    Le 12 novembre doit commencer pour le grand public la campagne de vaccination .

    Première vague : 6 millions de personnes seront invitées à se faire vacciner : les femmes enceintes, public fragile et entourage des nourrissons de moins de 6 mois.

    Deuxième vague : à partir du 25 novembre les douze millions d'élèves scolarisés de la maternelle au lycée seront également invités à venir se faire vacciner a annoncé, dimanche 8 novembre, le ministre de l'éducation nationale, Luc Chatel.

    Les 6,6 millions d'élèves des écoles maternelles et élémentaires pourront se rendre dans des centres de vaccination, et les 5,3 millions de collégiens et lycéens seront vaccinés dans les établissements scolaires.

    Les parents vont recevoir par l'intermédiaire de la Caisse nationale d'assurance-maladie un bon de vaccination, a précisé le ministère.Il n'y aura "aucune obligation", a insisté Luc Chatel, "ce sont les parents qui décideront si oui ou non leur enfant doit être vacciné". Le ministre n'a, en revanche, pas donné d'indication sur la vaccination des 850 000 enseignants.

    source le Monde clic ici

    Selon Marianne article clic ici : "La campagne de santé publique orchestrée par Roselyne Bachelot n’y aura rien changé. Les Français ne veulent pas passer par la case «piqûre"

    Une minorité de Français (21%) se déclare prête à se faire vacciner contre la grippe H1N1.
    A la question "personnellement, pensez-vous vous faire vacciner ?", seuls 8% des personnes interrogées répondent "oui, certainement", et 13% "oui, probablement".
    A contrario, 76% n'ont pas l'intention de se faire vacciner.

    DESS_091026-203824.jpg

     

    Les  professionnels de santé sont peu enclins à se faire vacciner  voir articles  du point ici et ici

    " le ministère dit observer une accélération des demandes de vaccination. Il précise que 6.000 bons de vaccination par jour sont délivrés à des professionnels de santé, ce qui correspond à un nombre de professionnels de santé hospitaliers vaccinés compris entre 40.000 et 50.000 sur les 800.000 visés par la campagne. Ces bons individuels sont édités par les hôpitaux à partir du site Internet de l'assurance-maladie. Ce taux d'émission donne une idée des intentions de vaccination, mais ne reflète pas le nombre exact de professionnels qui vont effectivement se faire vacciner... Mais la survenue d'un cas grave de grippe A (H1N1) dans un hôpital a tendance à inciter les professionnels de santé de l'établissement à se faire vacciner."

     

    Enfin de nombreuses préfectures cherchent des volontaires pour procéder aux vaccinations comme la préfecture de Savoie article du Dauphiné clic ici

    Ce n'est pas (encore ?) un ordre de mobilisation générale pour la vaccination. Juste une forte incitation. La préfecture de Savoie a décidé de lancer un appel à tous les professionnels de santé, médecins, sages-femmes, infirmières, puéricultrices... etc., afin de les inciter à donner un peu de leur temps pour vacciner la population. Anticipant sur la campagne de communication nationale qui devrait suivre, la préfecture a décidé de s'adresser aux 2500 personnels médicaux du département pour leur demander de participer à la lutte préventive contre la grippe A. «Les professionnels volontaires seront rémunérés et bénéficieront d'une protection juridique garantie par l'Etat

    voir article sud ouest.col clic ici

     

    Force est de constater que tout ceci fait un peu désordre et que la campagne de vaccination auprès de la population est un échec car

    • L e public reste méfiant
    • les professionnels  restent également sur leur garde
    • les volontaires pour faire fonctionner les centres  de vaccination se recrutent avec difficulté....

    Enfin  nos ministres ne se précipitent pas pour avoir leur dose  de vaccins!!!

    Admirez  les propos de M.chatel

    "Interrogé sur sa propre vaccination, M. Chatel a répondu n'être "pas vacciné car les ministres ne font pas partie des publics prioritaires. Lorsque les publics prioritaires seront vaccinés, oui je me ferai vacciner".

    quant  à Jean-François Copé, il n'a  pas encore "pris sa décision"

    c'est le " faîtes ce que je dis mais pas ce que je fais"   comme dirait Gainsbourg no comment......

     

    1319623016.jpg


  • le bébé non désiré de Roselyne Bachelot

    Imprimer

    vaccination contre la grippe H1N1 ou le bébé " indésirable" de Roselyne Bachelot

    En France, la première étape de la campagne de vaccination contre le virus de grippe pandémique H1N1 a commencé le 20 octobre 2009. Elle cible le personnel hospitalier (travaillant dans la réanimation néonatale et pédiatrique, ainsi que ceux côtoyant des patients grippés et ceux porteurs de facteurs de risque (insuffisants respiratoires, asthmatiques…)

    Alors que la campagne  vient de commencer  un sondage IFOP  traduit un retournement radical des personnes interrogées.

    selon ce sondage  seuls 17 % des Français envisagent de se faire vacciner contre la grippe A (H1N1),

    A mi-septembre, 55 % des personnes interrogées par l'Ifop pour Sud-Ouest Dimanche se disaient prêtes à se faire vacciner.

    Près d'un sondé sur deux (49 %) explique qu'il ne se fera "certainement pas vacciner" contre le virus qui a fait 36 morts en France, selon le dernier bilan de l'Institut national de veille sanitaire publié mardi.

    Parallèlement, le niveau d'inquiétude des Français face à la grippe A chute très nettement : 16 % des sondés se disent inquiets contre 32 % il y a un mois.

    Le sondage a été réalisé les 22 et 23 octobre par téléphone ou à domicile auprès d'un échantillon de 965 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus

    Roselyne Bachelot va avoir du pain sur la planche pour convaincre  les Français de se faire vacciner .

    clic ici

    pour aller plus loin clic ici

     

    Realisation2_du_25-10-09.jpg

    On apprend également que neuf Isérois ont déposé plainte contre X vendredi à Grenoble, dénonçant la campagne de vaccination contre la grippe H1N1 comme "une véritable tentative d'empoisonnement" de la population.

    Cette plainte avec constitution de partie civile, également déposée pour "tentative d'administration de substances (...) de nature à entraîner la mort", a été remise au doyen des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Grenoble, a précisé à l'AFP Me Jean-Pierre Joseph.

    Ce dépôt de plainte a été confirmé de source judiciaire.

    "Le but est d'arrêter ce que nous considérons comme un empoisonnement", a souligné Me Joseph.

    La recevabilité de la plainte sera analysée avant un examen sur le fond, a souligné une source proche du dossier, se disant sceptique sur l'aboutissement de cette action, la tentative d'empoisonnement et la mise en danger supposant la nécessité de prouver un lien direct entre un décès et une vaccination.

    Selon Me Joseph, d'autres plaintes similaires seront déposées prochainement en Isère, ainsi qu'à Paris, Pau et Nantes.

    Quelques centaines de personnes, opposées au vaccin contre la grippe H1N1, habitant différentes régions de France et se contactant via l'internet, ont l'intention de se regrouper en collectif, selon l'avocat.

    Pour les autorités de santé, les vaccins H1N1 arrivant sur le marché sont des produits nouveaux pouvant provoquer des effets secondaires inattendus, qui devront faire l'objet d'une surveillance, mais elles estiment que les avantages d'une vaccination l'emportent sur les risques éventuels.

    clic ici

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu