Avertir le modérateur

fin de droit - Page 3

  • Cri dans la nuit

    Imprimer

    Ils en parlent ils le déplorent mais c'est la politique de la patate chaude  !

    Patate_chaude_s.jpg1 million de chômeurs  en fin de droit en 2010 c'est le chiffre que prévoit la direction des statistiques, enquêtes et prévisions de Pôle emploi, dans un document du 25 novembre 2009 remis aux partenaires sociaux.

    400 000 personnes devraient pouvoir percevoir  l'allocation spécifique de solidarité (ASS) ou le  revenu de solidarité active (RSA), indique Jean-Paul Blouard, directeur adjoint de cette direction.

    Ce faible pourcentage est du au fait que  l'ASS et  le RSA sont soumis  aux conditions de ressources non pas de l'allocataire potentiel mais du foyer  .

    Que faire pour   les  600 000 chômeurs qui ne percevront rien ?

    Cette question est sur toutes  les lèvres  mais   c'est passe à ton voisin !!!!

    Les partenaires sociaux ( syndicats et patronat )

    les partenaires sociaux ont  signé  en février 2009 une nouvelle  convention d'assurance-chômage .

    Cette convention qui a manqué de ne pas être appliquée a limité  la durée  d'indemnisation de certaines catégories de chômeurs( étude de la nouvelle convention d'assurance chômage )

    En effet si elle a amélioré  le sort des chômeurs ayant une période de chômage inférieure à 16 mois , elle a diminué  celui des chômeurs ayant une durée de chômage  plus importante . Manière détournée de revenir au principe de la dégressivité des droits en fonction de la durée du chômage , cher au patronat car selon lui incitatif pour retrouver un emploi.

    Depuis plusieurs années les demandeurs d'emploi d'un an et plus  représentent plus de 40 % du nombre total de chômeurs.  Au troisième trimestre 2009  ce nombre est évalué par l'Insee  à 947 000 .

    Avec la crise économique et   la précarisation de l'emploi  Il ne fallait pas être trés perspicace pour prévoir  que le nombre de chômeurs en fin de droit allait exploser.

    Les partenaires sociaux ne veulent pas pour autant remettre en cause cette convention . D'autant plus que les négociations de la prochaine convention Unedic doivent s'ouvrir au mois de décembre.

    Les syndicats veulent  trouver des solutions provisoires  "On ne peut pas laisser 600 000 personnes sans aucune indemnité jusqu'à la reprise du marché de l'emploi. Il est urgent d'ouvrir le débat", affirme ainsi Maurad Rabhi, secrétaire confédéral de la CGT. Les syndicats proposent donc des "mesures de crise" ciblées pour les chômeurs de longue durée et les précaires, qui constituent la majorité des fins de droits.

    ROUX-WEB.jpgLes pistes étudiées par les différentes centrales (CGT, CFDT, CFTC, FO) ou la Fédération syndicale unitaire (elle n'est pas représentée dans les négociations sur l'assurance-chômage) privilégient tantôt la taxation de la précarisation du travail (cotisations corrélées à la durée des contrats, élargissement de l'assiette de cotisations), tantôt la prolongation de la durée d'indemnisation, tantôt l'assouplissement des conditions d'éligibilité à la solidarité nationale.

    Quant à Geoffroy Roux de Bézieux (Medef),  président du régime d'assurance-chômage (Unedic),  il a décalré  jeudi 14 janvier,  sur le site Internet du magazine Capital que "c'est à l'état et non à l'Unedic de gérer le problème des chômeurs en fin de droits" - Source Le Monde de l'économie du 18.01.2010



    L' UMP  qui "rame" manifestement à contre courant feignant d'ignorer les effets de la crise  suggère  de mettre en place " un dispositif spécial pour aider les chômeurs en fin de droits à retrouver un emploi."

    Son secrétaire général Xavier Bertrand  indique " Pour les chômeurs en fin de droits, qui seront sans doute moins nombreux que le million pronostiqué par l’Insee, pourquoi ne pas créer un dispositif spécifique pour les ramener vers l’emploi ? Il existe bien des primes versées aux employeurs pour certaines embauches de jeunes" - Source News Assurances

    Le Parti Socialiste et Laurent Fabius demandent  l'augmentation de la durée  d’indemnisation du chômage et la taxation des banques qui pourrait contribuer à financer cette mesure.

    Le gouvernement

    Lors de la séance des questions au gouvernement, le 14 janvier dernier  Christian Estrosi, semblait minimiser le problème, justifiant la hausse par "un effet mécanique".Pour  Laurent Wauquiez, l'augmentation du nombre de chômeurs en fin de droits est une "question de gestion de l'assurance dans la crise "

    Bref c'est la cacophonie chacun y va de son petit couplet.

    Au bout du compte 600 000 personnes  qui se retrouveront en  grande précarité vont  crier dans le nuit......!


Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu