Avertir le modérateur

élections - Page 2

  • Dis moi Monsieur le Président c'est quoi être pauvre ?

    Imprimer

     L'homme est abattu par la vieillesse, il l'est par la fièvre, mais bien plus encore par la pauvreté. Celui qu'elle accable ne peut plus parler, ne peut plus agir ; ses mains et sa langue même sont enchaînées.Théognis de Mégare 


    pauvrete en france.jpgEn France, un individu peut être considéré comme "pauvre" quand ses revenus mensuels sont inférieurs à 757 ou 908 euros (données 2007) selon la définition de la pauvreté utilisée (seuil à 50 % ou à 60 % du niveau de vie médian [1]). Le revenu pris en compte est le revenu dit "disponible" : après impôts et prestations sociales.

    Depuis les années 1970, Le revenu médian augmente et avec  lui le seuil de pauvreté.

    Entre 1970 et 2007, ce seuil a quasiment doublé en euros constants (c’est-à-dire une fois que l’on a retiré l’inflation). Le seuil à 50 % est passé de 395 à 757 €.

    Mais les pauvres  d’aujourd’hui sont beaucoup plus riches que ceux d’hier, mais ils ne vivent pas dans la même société : les besoins ne sont plus les mêmes .

     

    Depuis la fin des années 1990, la baisse de la pauvreté est interrompue.

    La France comptait entre 4,2 et 8 millions de personnes pauvres en 2007, selon la définition de la pauvreté utilisée (seuil à 50 % ou à 60 % du niveau de vie médian,( voir ci-dessus). Le taux de pauvreté va de 7,2 à 13,4 %.

    Plus de 10 % de la population vit donc en marge des normes de la société. ( difficultés et handicaps sociaux se cumulant :  logement , emploi, accès aux soins etc..).
     La progression du chômage depuis 2008 a  aggravé la situation.

    Pour faire taire ceux qui se plaignent certains ne manqueront pas de rétorquer  mais cela n'a rien à voir avec les pays du tiers monde !

    Ne tombons pas dans cette antienne  car il faut comparer ce qui est comparable !

    La pauvreté elle se vit chaque jour elle ruine le moral et la santé !
    On ne meurt plus de faim mais 2,9 % des Français indiquent ne pas avoir fait de repas complet pendant au moins une journée au cours des deux dernières semaines.

    1 % de ménages ne disposent  pas  d’eau chaude,  6% n'ont pas de chauffage.

    6%  n'arrivent pas à payer leurs factures (électricité, gaz, téléphone...) 4.5%  leurs loyers, 32%  remplacer leurs meubles 
    12%  acheter des vêtements neufs  et 7%  Posséder deux paires de chaussures...
    4 millions de personnes  souffrent de mal logement  !
    Dans ces conditions   l'accès à la culture est un mirage dans le vent !

     

    logement-insalubre.jpg

    Etre pauvre c'est aussi  moins se soigner  !


    Parmi celles âgées de moins de 50 ans, 21 %, contre 17% du reste de la population, n’ont pas consulté de médecin généraliste au cours de l’année précédant l’enquête de l’Insee. La proportion est de 53% quand il s’agit de spécialistes, contre 40% pour les autres personnes.

    Les plus pauvres perçoivent leur état de santé de façon plus négative que le reste de la population. Ils utilisent moins que les autres la médecine de ville, mais plus l’hôpital. De plus, la prévention et le dépistage sont des pratiques beaucoup moins répandues parmi les personnes les plus pauvres.

    resto-coeur.jpgLes enfants des ménages à bas revenus n’ont pas le même accès aux soins que le reste de leurs camarades : 58% n’ont pas eu de visite chez un spécialiste contre 41% du reste de la population enfantine.

    L’écart entre les bénéficiaires d’une couverture complémentaire de santé et ceux qui n’en disposent pas est important : 22% des ménages les plus pauvres n’y ont pas accès contre 7% du reste de la population.


    La récession  a surtout pesé sur les plus jeunes et pour eux le niveau de pauvreté est beaucoup plus élevé. Pour les moins de 30 ans, la dégradation est considérable. Compte tenu de la hausse du chômage, il est très probable que le nombre de jeunes vivant sous le seuil de pauvreté a encore nettement progressé.

    Les séniors n'ont rien à leur envier !

    Le minimum vieillesse (709 euros en 2010), demeure nettement sous le seuil de pauvreté (757 euros en 2007). A l’avenir, de plus en plus, on verra arriver à l’âge de la retraite des générations aux carrières marquées par le chômage, ce qui se traduira par des pensions plus faibles.


    3,7 millions de travailleurs - soit 15 % des actifs - disposent de revenus individuels d’activité inférieurs à 60 % du revenu médian  et peuvent donc être considérés comme pauvres.

    Une bonne partie de la pauvreté au travail résulte du temps partiel. Parmi les 1,8 million de travailleurs pauvres qui ont été en emploi toute l’année, 1,3 million sont employés en temps partiel. Au total, près de 40 % des actifs en temps partiel disposent de revenus inférieurs au seuil de pauvreté à 60 %.


    Un peu plus de 3 millions de personnes sont allocataires de minima sociaux, mais 6 millions de personnes au total en vivent..

    Depuis le 1er juin 2009 le RMI et l’Allocation de parent isolé (API) ont été remplacés par le Revenu de solidarité active (RSA) qui garantit des ressources minimales. Il concerne également les personnes qui travaillent mais dont les revenus sont faibles. Au 31 mai 2010, 1,158 million de personnes percevaient le RSA dit "socle" c’est à dire sans le revenu d’activité complémentaire .

    Montant maximum du RMI au 01/01/2009 : 454 € pour une personne seule sans enfants, 682 € pour un couple sans enfants, 954 € pour un couple avec deux enfants.

    Montant du RSA socle au 01/01/2010 : 460 € pour une personne seule sans enfants, 966 € pour un couple avec deux enfants.

     

    Source de l'article observatoire des inégalités sociales

    Mais au delà de ces chiffres ce sont des vies des espoirs déçus, une forme de résignation, le sentiment d'un avenir compromis pour ses enfants , la  peur  quand on sonne à la porte  de l'huissier ou de la  mauvaise nouvelle , la peur de perdre son job qui vous fait survivre, la peur de ne pas recevoir ses allocations en fin de mois et  l'humiliation .....

     

    "Salauds de pauvres" Un morceau de bravoure et d'anthologie avec un Gabin plus prodigieux que jamais.


    LA TRAVERSEE..."SALAUDS DE PAUVRES"
    envoyé par richardanthony. - Cliquez pour voir plus de vidéos marrantes.s


  • le Medef veille ..........et les salariés roupillent ............

    Imprimer
     
    Entre les  projets  inefficaces  proposés par Bayrou et Hollande  , les propositions qui vont brader les salariés , scandées  par Sarkozy , les mesures  dangereuses  envisagées  par Marine le Pen  et les utopies de Mélenchon  , force est de constater  que les propositions  des candidats  à l'élection présidentielle  en matière d'emploi et d'une manière générale dans le domaine social  sont aussi  stériles que le désert de Gobi. 
     
    •  Emploi sans charge pendant deux ans pour les entreprises  de moins de 50 salariés embauchant un jeune ou un chômeur , négociation nationale autour de la rénovation du climat social dans l'entreprise , modification du contrat de travail : contrat unique   pour François Bayrou
    • baisse du cout du travail en contrepartie d'une hausse de tva ,modification de la durée du travail: révision accords  35 heures  , accord de compétitivité avec baisse de salaire pour Nicolas Sarkozy 
    • label social pour les entreprises, contrat de génération aide de l'etat pour embauche d'un jeune tutoré par un sénior, retour à la retraite à 60 ans pour les salariés ayant cotisé 41.5 ans pour François Hollande
    • encadrement des cdd et interim: quota maximal de  5 % pour les grandes entreprises et 10 % pour les PME, smic à 1700 € pour Mélenchon
    • préférence nationale pour les embauches pour Marine le Pen 

     Les délocalisations , les moyens de relancer la production sur le sol national , les banques, leur rôle, leur  financement de l’économie ? Motus et bouche cousue pour les    trois premiers candidats .... 

    Quant au patronat , il se frotte les mains !
     
    En effet ,  la  dame de fer versus Rastignac du Medef  : Laurence Parisot,  prépare  les travaux de la prochaine législature.NS LP.jpg

    Selon Laurence Parisot : « Quatre chantiers seront abordés : marché du travail et « employabilité compétitive», modernisation du dialogue social, qualité de vie au travail et égalité hommes-femmes, ainsi que protection sociale et grandes réformes structurelles liées à l'avenir de la protection sociale (...) »
    " Employabilité compétitive" ,   c'est la nouvelle bête à deux têtes  pour nommer les accords de compétitivité-emploi. 

    Un petit rappel est nécessaire :

    Nicolas Sarkozy avait demandé aux partenaires sociaux de négocier des accords de compétitivité-emploi, que ces derniers ont renommés « accords de sauvegarde de l’activité et de l’emploi ».

    François Fillon avait fixé un délai de deux mois à partir de fin février pour conclure ces accords.

    Les partenaires sociaux n'ont pas respecté ces délais , car la prochaine séance de négociation aura lieu le 16 mai. 

    Ces accords permettront aux entreprises de faire varier les salaires ou le temps de travail ( à la baisse notamment) en fonction de leur activité.  

    Avec ces accords compétitivité-emploi, un salarié refusant de telles modifications ne serait plus licencié pour motif économique . Pour le moment, les modalités ne sont pas précisées par le Medef, qui parle seulement de « rupture du contrat de travail ».
     
    Pour le Medef  ce serait un licenciement new look ! ni pour  motif économique ni pour faute ...... garantissant au salarié récalcitrant  le versement d'indemnités et le droit à un préavis : ce qui reste à prouver .....(  je reste très dubitative sur ce point...).

     Pour la CGT et FO, opposés à la conclusion de ces accords, le but du Medef serait en fait de supprimer le licenciement pour motif économique et les garanties qui l’accompagnent. 

    Dans  ces conditions , le  manifeste pour "un nouveau management "  me fait crouler de rire !!!! 

    A vous de juger ce blabla............. 

    je terminerai ce billet par un cri d'alarme :  salariés  réveillez vous !

     

    Source MEDEFtv

  • Ils sont venus ils sont tous là ,elle va mourir la mamma......

    Imprimer

    Vous connaissez tous cette magnifique chanson de Charles Aznavour : Ils sont venus ils sont tous là elle va mourir la mamma..... 

    En ce Dimanche 15 avril , nos candidats  étaient bien là , mais pour chanter  une triste ritournelle  celle des fausses promesses  .

    Cette campagne électorale est tellement nulle que je ne peux m'empêcher de poster ce dessin

    élections,présidentielles,sarkozy,hollande,le pen,bayrou,ump,socialiste 

    Une semaine  avant le premier tour de l’élection présidentielle, les  prétendants à l’Elysée ont tenu meeting.

    NB Plusieurs études publiées jeudi 12 avril montrent la même tendance : François Hollande reprend de l'avance sur son adversaire UMP.

    Dans un sondage LH2 / Yahoo! le socialiste est crédité de 29% des intentions de vote au premier tour (+1 point), contre 27,5% pour le président candidat (-0,5). Marine Le Pen arrive troisième, avec 14% (+0,5), devant Jean-Luc Mélenchon (13%) et François Bayrou (10,5%), en baisse respectivement de 2 et 1,5 points.

    Source France TV info

     

    • Sarkozy place de la Concorde promet une France idéale.......

    Au programme  : un nouveau modèle français" dans lequel "tout le monde sera formé et pourra accéder à la promotion sociale"

     une "Europe de l’investissement, de la production et de la croissance"

    sans oublier la  "nation" : "Défendre son identité, défendre sa civilisation, ce n’est pas honteux, c’est légitime."

     

    François Hollande sur l’esplanade du château de Vincennes : une France rassemblée 

    Dans un discours de près d’une heure, François Hollande a voulu incarner "la France rassemblée": "Il n'y a pas une minorité bruyante et une majorité silencieuse. (...)

     "La droite coalise les craintes, agite les craintes, réveille les fantasmes", "ils sont sans doute prêts à tout, mais nous, nous sommes prêts à gouverner la France".

    François Hollande qui  promet d’être le "président de la justice" se replace dans l’histoire de la gauche française, en appelant à Léon Blum, aux Lumières, à Pierre Mendès-France et François Mitterrand.

      "Rien ne nous arrêtera, rien ne nous empêchera, nous sommes là, nous serons là, au service de notre pays." 

    Marine le  Pen à Hénin-Beaumont : une France  ....blanche .

     La candidate frontiste a notamment promis la proportionnelle aux législatives et un référendum sur la peine de mort et le rétablissement de la double peine.

    François Bayrou à Marseille :" la vérité doit faire volonté "

     le candidat du MoDem a renvoyé Nicolas Sarkozy et François Hollande dos à dos : "Ils mentent sur la situation du pays, ils mentent de concert, ils mentent parce qu’il y a une entente tacite. (...) Ça n’est pas à la dimension des foules qu’on mesure la vérité des discours qu’on y tient."

    Durant 1 heure et demi Franois Bayrou  a tenu un discours alarmiste sur la situation du pays, cristallisant tous les enjeux sur le dimanche 22 avril : "C’est une question de survie pour le modèle que nous avons construit en France." Avec une comparaison avec "les années 30", durant lesquelles "la pensée unique de l’époque pensait que la ligne Maginot pouvait sauver notre pays".

    Nathalie Arthaud au Zénith de Paris : 

      Un discours de près d’une heure et quart pour fustiger la droite et la gauche.

    Et d’appeler à "montrer le rejet du locataire de l’Elysée" tout en critiquant la tranche d’impôt supplémentaire proposé par François Hollande : "Les 75%, ce n'est pas ça qui fera baisser les impôts des travailleurs".

    Elle a également fustigé Jean-Luc Mélenchon qui "a réussi à reprendre la fonction que le Parti communiste a rempli pendant si longtemps : celle de ramasse-voix pour le Parti socialiste".

  • La comédie médiatique de nos candidats ne me fait plus rire !

    Imprimer

    Hier soir j'ai regardé l'émission sur France 2 : Spéciale présidentielle 2012
    Présentateur : David Pujadas, Fabien Namias ...Invités :  Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République), François Hollande (PS), Eva Joly (EE-LV), Marine Le Pen (FN) ... 

    Force est de constater que les plus pauvres sont oubliés de nos candidats....

    Comment vais je pouvoir m'impliquer dans une société qui  ignore  les plus fragiles ? CAMPAGNE.jpg


    LES GRANDS EXCLUS EXCLUS AUSSI DE LA CAMPAGNE ELECTORALE

    • Ceux qui souffrent le plus, personnes de la rue ou en très grande précarité, semblent n’intéresser aucun candidat puisqu’ils ne les évoquent même pas.
    • Sans doute les candidats se disent ils que l’on ne peut pas y faire grand chose.
    • On sait pourtant aujourd’hui ce qu’il faut faire.
    • Partout en France on voit éclore des initiatives inventives qui pourraient constituer les prototypes d’une politique courageuse sortant les personnes de l’assistanat pour les mener à l’autonomie .Pour les fédérer, on attend un pilote.
    • Que les candidats parlent.
    • Nous sommes dans un État de droit. Nos concitoyens de la rue ont le droit de vivre. Et vivre à la rue, ce n’est pas une vie.

    Pièces jointes :

    source les morts de la rue

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu