Avertir le modérateur

EN VRAC /HUMEUR - Page 3

  • Ne les oublions pas

    Imprimer

    cliquer sur le diaporama et décocher le haut parleur pour entendre

  • l'Elysée va acheter des muselières.

    Imprimer

    42801.jpgBientôt il faudra les museler !!!!! ou comment intimider ceux qui osent dire  ce qu'ils pensent !

    l' affaire des sondages de l'Elysée se termine par une plainte en diffamation déposée contre Alain Garrigou, professeur de science politique à l’Université Paris-Ouest, spécialiste des sondages et un soutien par l'appel des 100 de la Fondation Copernic

    A la suite du rapport de la Cour des comptes publié le 16 juillet 2009 et considérant les listings des sondages de l’Elysée publiés le 6 novembre, Alain Garrigou, professeur de science politique à l’Université Paris-Ouest, spécialiste des sondages, avait déclaré : « L’Elysée défend le choix d’OpinionWay par Patrick Buisson [directeur de Publifact et conseiller du Président, ndlr] pour la rapidité des études Internet. Or, ils oublient de préciser que les sondages en ligne sont surtout réputés pour être moins chers ! Pourquoi l’Elysée paie beaucoup plus cher en passant par lui au lieu de les acheter à moindre prix directement ? Et pourquoi laisser Buisson se faire une marge de 900 000 euros sur son dos ? Soit c’est un escroc, soit c’est un petit soldat qui constitue un trésor de guerre pour payer des sondages durant la prochaine campagne électorale sans que ce soit visible dans les comptes de campagne du futur candidat Sarkozy. ».

    Pour ces propos  Patrick Buisson a déposé une plainte pour diffamation publique contre le professeur

    M. Buisson réclame, pour son honneur « bafoué », 100 000 euros de dommages et intérêts, une provision de 15 000 euros pour chacun des quatre médias censé publier le jugement et, bien sûr, la condamnation aux dépens.

    Comme le note un article publié par la fondation Copernic " Les frais de M. Patrick Buisson seront payés par le contribuable puisqu’il perçoit 11 900 euros par mois, comme conseiller du Président. En 2008, sa société Publifact a reçu 1,6 millions d’euros, de l’Elysée toujours."

    "La plainte de P. Buisson vise évidemment à faire un exemple. Récemment, des chercheurs ont été la cible de ce type d’attaques : Olivier Filleule, Vincent Geisser, Isabelle Sommier. Cette fois, l’attaque vient de plus « haut ». Demain, à qui le tour ? Qui doit décider des territoires autorisés aux scientifiques, aux écrivains, aux journalistes ? Qui doit décider des appréciations qu’ils tirent de leurs enquêtes ? Les tribunaux ? Sartre aurait été condamné cent fois, Foucault, cent fois, Bourdieu tout autant.

    « Tu enquêtes, tu critiques ? Gare au procès ! ». Collectivement, nous le refusons. Collectivement, nous reprenons à notre compte - au mot près - les propos d’Alain Garrigou.

     

    Appel des 100 :

    • Alain Accardo (sociologue, université Bordeaux III)
    • Jean-Christophe Angaut (philosophe, Ecole Normale Supérieure)
    • Mathieu Bara (sociologue, université Bordeaux IV)
    • Christophe Baticle (sociologue, université de Picardie Jules Verne)
    • Francine Bavay (vice présidente du Conseil Régional d’Ile de France)
    • Eric Beynel (porte-parole national de l’union syndicale Solidaires)
    • Laurent Bonelli (politiste, université Paris Ouest – Nanterre)
    • Jacques Bidet (professeur de philosophie, université Paris Ouest Nanterre)
    • Noelle Burgi (chercheure en science politique, CNRS)
    • Leila Chaibi (co-présidente de la Fondation Copernic)
    • Véronique Champeil-Desplats (professeur de droit public, université Paris Ouest-Nanterre)
    • Stéphane Chantegros (sociologue, CRESPA Limoges)
    • Antonin Cohen (politiste, université de Picardie Jules Verne)
    • Annie Collovald (professeure de sociologie, université de Nantes)
    • Philippe Corcuff (politiste, IEP de Lyon, conseil scientifique d’ATTAC)
    • Jacques Defrance (professeur de sociologie, université Paris Ouest Nanterre)
    • Jean-Luc Deshayes (sociologue, université de Nancy)
    • Paul Dirkx (sociologue, université Nancy II)
    • Keith Dixon (professeur de Civilisation britannique à l’université Lumière Lyon II)
    • Vincent Dubois (professeur de sociologie et science politique, Institut d’études politiques de Strasbourg et Institut Universitaire de France)
    • Stéphane Dufoix (sociologue, membre de l’Institut Universitaire de France)
    • Cedric Durand (économiste, université Paris XIII)
    • Hervé Fayat (professeur de sciences économiques et sociales, Fondation Copernic)
    • Jean Ferrette (professeur de sciences économiques et sociales)
    • Gérard Filoche (inspecteur du travail, CN du Parti Socialiste)
    • Julien Fretel (professeur de Science Politique, président de l’AECSP, université Picardie Jules Verne, Sciences Po Lille)
    • Sandrine Garcia (sociologue, université Paris IX – Dauphine)
    • Delphine Gardey (professeure de sociologie, université Versailles St Quentin en Yvelines)
    • Bertrand Geay (professeur de sociologie, université de Picardie – Jules Verne)
    • Dominique Glasman (professeur de sociologie, université de Savoie)
    • Stéphane Guillemarre (professeur de philosophie, co-secrétaire de la Fondation Copernic)
    • Françoise Guillou (diététicienne)
    • Jean-Marie Harribey (économiste, université Bordeaux IV)
    • Mathieu Hély (sociologue, université Paris Ouest Nanterre)
    • Michel Husson (économiste, conseil scientifique d’ATTAC)
    • Bruno Jetin (économiste, université Paris Nord)
    • Samuel Johsua (professeur émérite en sciences de l’éducation, université de Haute-Provence)
    • Nicolas Jounin (sociologue, Université Paris VIII)
    • Michel Koebel (sociologue, université de Strasbourg)
    • Bernard Lacroix (professeur de science politique, membre de l’Institut Universitaire de France)
    • Stéphane Lavignotte (pasteur, théologien)
    • Rémi Lefebvre (professeur de science politique, université Lille II)
    • Frédéric Lebaron (professeur de sociologie, membre de l’Institut Universitaire de France)
    • Francis Lebon (sociologue, université Paris XII)
    • Brigitte Le Grignou (professeure de science politique, université Paris Dauphine)
    • Patrick Lehingue (professeur de science politique, université de Picardie-Jules Verne)
    • Jacques Le Bohec (professeur de sciences de la communication, université Lyon II)
    • Stéphane Le Lay (sociologue, revue Mouvements)
    • Claire Le Strat (politiste, université Paris ouest-Nanterre)
    • Catherine Lévy (sociologue)
    • Frédéric Lordon (sociologue, CNRS)
    • Jean Malifaud (mathématicien, Paris VII, secrétaire national du Snesup – FSU)
    • Antoine Math (économiste, Ires)
    • Lilian Mathieu (sociologue, CNRS)
    • Olivier Masclet (sociologue, université Paris V)
    • Gérard Mauger (sociologue, CSE-CNRS)
    • Dominique Merllié (sociologue, EHESS)
    • Olivier Michel (professeur d’informatique, université Paris XII)
    • Corinne Nativel (géographe, université de Besançon)
    • Frédéric Neyrat (sociologue, université de Limoges)
    • Gérard Noiriel (historien, directeur d’études à l’EHESS)
    • Fabienne Pavis (sociologue, université de Nantes)
    • Willy Pelletier (sociologue, coordinateur général de la Fondation Copernic)
    • Claude Pennetier (historien, CNRS-CHS, Paris I)
    • Jean-Marie Pernot (chercheur en sciences politiques, Ires)
    • Roland Pfefferkorn (professeur de sociologie, université de Strasbourg)
    • Louis Pinto (sociologue, CSE-CNRS)
    • Bernard Pudal (professeur de science politique, université Paris Ouest-Nanterre)
    • Gilbert Quelennec (musicien)
    • Emmanuel Renault (philosophe, Ecole Normale Supérieure)
    • Emmanuelle Reungoat, (doctorante en Science politique, Université Paris 1, CESSP)
    • Philippe Riutort (professeur de sciences sociales, lycée Henri IV)
    • Violaine Roussel (professeur de sociologie, université Paris VIII)
    • Thomas Sauvadet (sociologue, CERMES)
    • Nicolas Sembel (sociologue, université Bordeaux II)
    • Arnault Skornicki (politiste, université Paris Ouest Nanterre)
    • Patrick Simon (sociodémographe, Ined)
    • Luce Sommier (puéricultrice)
    • Charles Soulié (sociologue, université Paris VIII)
    • Annie Thébaud-Mony (sociologue, Inserm)
    • Sylvie Tissot (sociologue, université de Strasbourg)
    • Jacques Tolédano (président d’ETICITE)
    • Josette Trat (sociologue, université Paris VIII)
    • Jérôme Valluy (politiste, université Paris I)
    • Christophe Voillot (politiste, université Paris Ouest-Nanterre)
    • Louis Weber (ancien président de l’Institut de Recherche de la FSU, rédaction de Savoir/Agir)
    • Loïc Wacquant (professeur de sociologie, université de Californie – Berkeley)
    • Tanguy Wuillème (enseignant chercheur en sciences de l’information et de la communication, université Nancy II)
    • Jean-Pierre Zirotti (professeur de sociologie, université de Nice-Sophia Antipolis)
  • Prière

    Imprimer

    L'actualité est lourdement marquée par les  évènements en Haïti

    En hommage aux victimes et à tous ceux qui souffrent  dans le monde

    je poste cette vidéo  comme une prière silencieuse des mots qui sont inutiles...

  • Triste spectacle

    Imprimer

    Tout cela fait un peu désordre !

    Bientôt nous n'aurons plus besoin d'aller au cinéma car nos politiques ne cessent de  jouer une comédie  qui à défaut d'être haute en couleurs est débridée et incohérente.

    vincent_peillon.jpgL'eurodéputé PS,Vincent Peillon, invité dans l'émission "A vous de juger" jeudi soir sur France 2,  devait participer, en deuxième partie d'émission, à un débat sur l'identité nationale avec le ministre de l'immigration Eric Besson et la vice-présidente du FN Marine Le Pen.

    Coup de théatre au cours de l'émission :

    Arlette Chabot, présentatrice et directrice de l'information de la chaîne qui interroge  Éric Besson, apprend - via son oreillette - que Vincent Peillon a changé d'avis et ne viendra pas débattre.

    Non seulement il ne viendra pas mais en plus il réclame la démission de la journaliste.

    Quelques minutes plus tard, Arlette Chabot lit une dépêche qu'on lui tend et dans laquelle Vincent Peillon  explique qu'il refuse de participer au débat sur l'identité nationale qu'il juge "indigne" et "inacceptable".

    Arlette Chabot précise alors  que le matin même elle avait eu  Vincent Peillon au téléphone , que  l'organisation des débats avait été vu avec Vincent Peillon, qu'il n'y avait aucun piège et que ce dernier ne s'était pas décommandé.

    Volte-face tardive de Vincent Peillon  qui  a attendu le début de l'émission pour faire son annonce ..

     

    Patrice Duhamel, le numéro deux du groupe France Télévisions, se dit "stupéfait et indigné".

    Nathalie Saint-Cricq la rédactrice en chef de l'émission  indique aujourd'hui au Point  "J'ai invité Vincent Peillon avant Noël pour le 14 janvier. Il a accepté sans discuter". Je n'ai même pas eu besoin de le convaincre. "Au retour des vacances, le 3 ou le 4 janvier, je lui ai confirmé que l'émission aurait bien lieu et je lui ai détaillé le dispositif". C'est alors que Vincent Peillon prend connaissance que Marine Le Pen sera également de la partie et que l'émission sera composée de deux face-à-face : Besson-Le Pen et Besson-Peillon. La question se pose de savoir laquelle des deux confrontations passera avant l'autre. "Vincent Peillon préférait passer en second de manière à entendre au préalable le duel Besson-Le Pen, explique Nathalie Saint-Cricq. Il souhaitait ainsi ramasser les arguments échangés et pouvoir se positionner."

    Vincent Peillon a publié sur son blog les raisons de son faux bon...

    Aujourd'hui Vincent Peillon  déclare au site internet Rue89  , que son faux bond au débat sur France 2, jeudi soir, où il devait affronter le ministre de l'immigration, Eric Besson, n'a pas été décidé au dernier moment mais préparé "depuis longtemps", pour "faire un incident". "J'avais pris ma décision depuis plusieurs jours. C'était préparé avec quelques-uns. Je voulais qu'il y ait un incident. Il fallait que ça fasse un peu scandale"

    La décision de Vincent Peillon intervient après une première protestation des journalistes syndicalistes du SNJ-CGT de France Télévisions, qui ont déploré mercredi dans un communiqué « qu'un tel spectacle ait lieu sur les antennes du service public, (…) qui servira encore mieux à flatter les mauvais instincts et faire le lit des thèses racistes et xénophobes que soutient depuis toujours le FN ».


    L'attitude cavalière de Vincent Peillon  désoriente et les explications que ce dernier donne ne sont pas convaincantes!

    • Force est de constater que Vincent Peillon qui a annoncé à la dernière minute qu'il ne viendrait pas débattre avec Eric Besson  a laissé le champ libre au ministre et également à Marine le Pen.
    • Force est de constater  que Vincent Peillon en se retournant contre  France 2 et demandant la démission d'Arlette Chabot a  fait preuve de maladresse
    • Force est  de constater  qu'il fait encore une fois cavalier seul  en voulant couper l'herbe sous les pieds d'autres socialistes qui auraient accepté le débat en cas d'annonce de sa défection "Mais j'avais pris ma décision depuis plusieurs jours. C'était préparé avec quelques uns. Je voulais qu'il y ait un incident. Il fallait que ça fasse un peu scandale. Je ne voulais pas qu'ils se rabattent sur un autre socialiste. La France doit s'arrêter de s'enfoncer dans la terreur. Eric Besson est en train de nous faire une catastrophe."indique Vincent Peillon à rue89

    Nous étions nombreux à attendre ce face à face avec Eric Besson .

    Si Vincent Peillon voulait vraiment créer  l' évènement il aurait du venir sur le plateau et exposer les raisons de son refus de débattre et affronter en direct la direction de la Chaîne qui soit disant l'avait piégé et Eric Besson .

    Une attitude qui eû été  plus convenable et plus courageuse....

    Que ce soit à droite  comme à gauche ce ne sont que tiraillements et chamailleries ( dernier exemple Copé  faisant solo pour la Burqa )

    Bientôt nous n'aurons plus besoin d'aller au cinéma car nos politiques ne cessent de  jouer une comédie  qui à défaut d'être haute en couleurs est débridée et incohérente.

    Merci à chimulus pour ce croquis trés approprié.....

     

    20069_102239529805690_100000589301488_55475_5624975_n.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu