Avertir le modérateur

CONFLITS SOCIAUX - Page 2

  • Le coté obscur de Disneyland Paris

    Imprimer


    Eurodisney-chateau.jpgDisneyland Paris, est un des sites  touristiques les plus visités en Europe. Plus de 15,4 millions de personnes ont afflué vers le parc l'an dernier.

    Disneyland est un monde magique,  sucré , rempli de gentils  lutins colorés... une entreprise qui vend du rêve  et du bonheur aux enfants....

    Qu'en est-il pour les  14.500 personnes qui travaillent sur le site ?

    Depuis le début de l'année, plusieurs salariés de Disneyland Paris se sont suicidés et un salarié a fait également un tentative de suicide sur son lieu de travail.

    • «Je ne veux pas retourner chez Mickey, je t'aime, pardon les enfants.»

    Ces mots, gravés sur le mur d'une des pièces de son domicile où il s'est donné la mort par pendaison , sont le message d'adieu laissé par  Franck Claret , salarié d'Eurodisney à sa famille.

    Franck  travaillait à Eurodisney depuis plus de dix ans et  était chef de cuisine du restaurant California Grill  un des  hôtels les plus huppés du complexe touristique.

    Selon plusieurs responsables syndicaux, il devait reprendre le travail le jour même de son suicide, après un arrêt maladie prolongé d’un congé. Agé de 37 ans, Franck était père de quatre enfants. Selon le syndicat FO, ce manager avait demandé sans succès, sa réaffectation à un autre établissement du groupe aux horaires moins contraignants, car «il ne pouvait plus concilier son rythme de travail avec sa vie de famille.»

    • En l'espace de deux mois, deux autres salariés se sont donné la mort.

    Le premier, début février, "pour raisons personnelles", selon la direction.

    Le second, cuisinier  au restaurant Blue Lagoon, s’est suicidé à la gare d’Esbly , dix jours après son retour au travail.

    En arrêt maladie depuis huit mois pour « état dépressif à la suite d’un problème au travail (harcèlement) », ce Marocain de 30 ans était toujours sous traitement lourd — un cocktail d’anxiolytiques et d’antidépresseurs — quand il a repris son poste à mi-temps thérapeutique . 

    Dimanche, après être rentré de son travail, Rabii Hourourou est ressorti de chez lui, à Esbly, pour se rendre à la gare SNCF voisine. Déterminé, il a attendu qu’un train arrive pour poser sa tête sur un rail.
    Selon les syndicats, ce suicide est lié à ses conditions de travail humiliantes. Il avait, en effet, déposé un dossier  aux prud’hommes  pour harcèlement moral et  une  plainte au commissariat de Meaux. voir le site du syndicat FO  Disney

    • La veille  de ce drame ,   un jeune homme de 22 ans a tenté de se suicider sur son lieu de travail , après l’annonce de son licenciement.

    « Quand je suis arrivé au travail, un collègue m’a dit de partir, que je venais d’être licencié et que je n’avais plus rien à faire ici », raconte-t-il. Désespéré, il appelle une responsable syndicale. « Je lui ai dit que j’allais me foutre en l’air depuis la tour de la Terreur », se souvient-il. Il se retranche dans un local syndical, où il menace de s’« ouvrir les veines ». Il faudra l’intervention de plusieurs responsables pour l’en dissuader.

    « Mes problèmes à Disneyland ont vraiment commencé en octobre 2007. J’avais soutenu une collègue insultée par un client. Mon manageur me l’a reproché. Il ne m’a pas lâché depuis… » Et d’évoquer « les convocations à répétition, les menaces, les remarques vexantes… », entre autres « pressions » exercées par son supérieur direct.

    Pompier volontaire, Pierre subit des changements d’emploi du temps qui le gênent pour ses gardes. Quand il s’y rend tout de même, il est sanctionné pour ses absences. « Un jour, j’ai éclaté en sanglots dans le bureau du manageur en chef. Il m’a dit de prendre sur moi… » Au printemps 2009, à la demande du médecin du travail, il est transféré en urgence sur la tour de la Terreur. Son ancien manageur le convoque quand même pour un entretien disciplinaire…
    Depuis, le salarié fait « dépression sur dépression. » Source :Aurélien Pérol  le parisien.fr

    Dans plusieurs billets j'ai dénoncé le battage politico- médiatique fait autour des suicides qui se produisent dans certaines grandes entreprises.

    Mon propos n'est pas de nier  l'existence  dans ces entreprises d' une déshumanisation des rapports sociaux , de tensions, de pressions de toutes sortes  créant une déstabilisation des salariés et une réelle  souffrance au travail mais de dénoncer la "focalisation" de l'attention médiatique et politique sur  ces entreprises car la souffrance   existe aussi ailleurs notamment dans les petites structures , parmi  les salariés pauvres et précaires  et les  chômeurs ....

    Mais force est de constater que ces  suicides doivent  nous amener à nous questionner  sur le sens de nos valeurs " sociétales" et de la place de l'humain au sein de l'entreprise.

    Disneyland Paris  qui ne fait pas exception est le pur produit d'un capitalisme  "broyeur d'hommes "

    dark_vador_leia_tire_sur_mon_doigt.jpg

    Faits et chiffres :

    • Le rapport 2008 du service santé d'Euro Disney pointait parmi les 14 500 "cast members" du parc la "multiplication des pathologies liées à l'usure et à l'hypersollicitation", ainsi que la progression, "en fréquence et en gravité", des accidents du travail (AT)

    Depuis, c'est pire, malgré le renforcement des effectifs médicaux et paramédicaux. "En matière d'AT et de maladies professionnelles, la situation s'est nettement dégradée", confie à L'Express le Dr Farshad Majidi, responsable du service médical. Le taux d'AT est désormais plus élevé à Euro Disney Paris que dans... le bâtiment et les travaux publics, révèle le rapport 2009. "Ce niveau s'explique par la dangerosité de certains métiers, comme celui de cascadeur, et par le vieillissement de notre population, assure Bruno Fournet, directeur santé et sécurité à Euro Disney. Et nous déclarons tous les accidents, même bénins."



    • Disneyland Paris : + de 1000 licenciements sur 3 ans. 1081 licenciements ont été prononcés entre 2006 et 2008 à Disneyland Paris.

    322 licenciements en 2006.
    343 licenciements en 2007.
    416 licenciements en 2008.

    Nous pouvons lire sur le blog de Cyril Lazaro " Un tel bilan marque l'inexistence des organisations syndicales, la non existence du dialogue social, l'incompétence du recrutement, la porte ouverte aux abus en tous genres de la part des ressources humaines et des petits chefs.

    Sur les 416 licenciements prononcés en 2008 dans l'entreprise, 283 licenciements (68%) sont des licenciements pour faute grave de salariés non cadres.
    Les licenciements pour faute grave de salariés non cadres sont en augmentation de 70% par rapport à 2006 et de 41% par rapport à 2007.
    Une telle donnée ne laisse aucun doute et pour avoir moi même été victime d'une procédure de licenciement, il y a quelques jours, je peux affirmer que l'aspect répressif vis à vis des salariés non cadres est en marche, avec une claire volonté de priver ces salariés d'une partie de leurs droits en utilisant comme qualification du licenciement la faute grave et non pas la cause réelle sérieuse.

    L'entreprise a compris qu'en licenciant pour faute grave, les salariés qui vont aux prud'hommes obtiennent en général la requalification du licenciement en cause réelle et sérieuse et beaucoup plus rarement la reconnaissance du licenciement comme étant abusif.....

    Les chiffres ont pour avantage de ne pas mentir sur certaines réalités, et le durcissement disciplinaire à Disneyland Paris à l'égard des salariés non cadres, est une réalité indéniable.
    D'ailleurs le nombre de démissions des salariés non cadres a lui aussi augmenté de 20% par rapport à 2007, portant le nombre à 1288 salariés non cadres qui ont démissionné en 2008.

    Une augmentation de travail sur le terrain, des exigences professionnelles accrues de la part de l'encadrement, une flexibilité qui tourne à l'hyper flexibilité, des horaires fluctuants en fonction des besoins opérationnels, des salaires qui ne suivent pas, le travail du dimanche payé simple sans compensation, un silence syndical assourdissant, cela commence à faire beaucoup."


    • Après un mauvais exercice 2008-2009 les chiffres du premier trimestre 2009-2010, c’est-à-dire d’octobre à décembre 2009, confirment la tendance.

    Le nombre de visiteurs, qui avait continué d’augmenter jusqu’en septembre 2009 malgré la crise, est  en recul. La baisse de fréquentation touche indifféremment les parcs à thème et les hôtels.

    Les dépenses par visiteur restent stables dans les parcs et augmentent même légèrement (+ 3% en moyenne par chambre) dans les hôtels, sans toutefois compenser la perte de clientèle. les visiteurs britanniques se sont faits beaucoup moins nombreux fin 2009 que l’année précédente et les  français sont venus moins nombreux pour les fêtes.

    Résultat : un chiffre d’affaires de 292 M€, en baisse de 11% par rapport à la même période l’an passé.

    La récession a fini par rattraper Disneyland voir les résultat de l'exerciec clos  le 31.03.2010 (Perte nette de 114 millions d'euros )

    • Une politique forcenée de réduction des coûts.

    Selon  des sources syndicales , le nombre d'emplois dans les restaurants et hôtels sur le site a été fortement réduit.  L'embauche de travailleurs saisonniers a également été revu à la baisse.
    En revanche davantage d'heures et des  semaines de six jours de travail  sont souvent exigés .


    Le Syndicat FO a adressé en mars 2010 au Président d'Eurodisney, Philippe Gas, une lettre ouverte dans laquelle on peut lire :

    NON à la traque aux salariés qui osent parler, réclamer, ou se défendre !... 
    NON aux harcèlements des « rares » délégués qui osent revendiquer, alerter, et dénoncer si besoin !!
    Mais quel est donc votre prétendu « modèle social » où vos représentants peuvent se permettre d’agir comme suit .....

    Selon Noel Barbier, délégué CFTC et employé Disneyland depuis l'ouverture du parc en 1992 "Une grande partie du problème est que la gestion actuelle Disneyland n'a pas de stratégie - et apparemment aucun désir - de tirer le meilleur parti de sa main-d'œuvre»


    Tama Gandega, 43 ans, est un directeur adjoint dans l'un des hôtels du site. "Tout le plaisir de service a disparu. Certains jours, nous avons à faire 3.500 petits déjeuners avec la moitié du personnel que nous avions il  y a  quelques années. "

    Sandrine, 39 ans, fait partie de l'équipe qui représente les princesses Disney dans les défilés. "Parfois, ils sont tellement épuisés de semaines de travail de six jours, ils peuvent à peine bouger, le sourire jamais l'esprit, dit-elle. "Mais ils sont obligés de sourire, parce que c'est la magie de Disney."


    Nous pouvons lire dans " the independent " du 6 mai 2010 les déclarations de  Jeff Archambault, directeur de la communication

    "En raison de la nature de l'entreprise le bonheur de nos employés est très important pour nous. Tout le monde à Disneyland Paris est un acteur, du  plus jeune employé  au cadre  de direction.

    «Beaucoup de ces plaintes sont une question de perception. tous les salariés ne se sentent  ni ignorés ni ou sous-évaluées. Soixante-dix pour cent de nos chefs d'équipe ont été promus en interne. Malgré la crise financière, nous avons fait un gros effort pour maintenir - et même augmenter légèrement - notre personnel à temps plein. Il y a eu des augmentations de salaires de 3 pour cent ou plus en 2009 et 2010. "

    Sur le taux élevé d'accidents du travail à Disneyland, M. Archambault dit que la compagnie était au courant du problème et essaie d'améliorer son record mais la plupart des incidents ont été relativement «mineure».

    "Nous n'acceptons pas que  ces événements tragiques ( suicides)  puissent  être directement liées à Disneyland Paris", a dit M. Archambault. "Mais nous reconnaissons que, avec la crise financière, nous sommes tous soumis à un stress accru.

     

    On en parle à l'étranger :

    Thimesonline

    independent

    Daily news

  • Chômeurs et précaires en colère

    Imprimer

    Petite vidéo du jour :  mercredi  soir vers 22H40 l'émission de Guillaume Durand portait bien son nom : "l'objet du scandale"

    En effet, des chômeurs et précaires  en colère  se sont introduites sur le plateau de l'émission , et ont insisté pour lire un texte dénonçant leur condition.

    Ils ont  appelé  à une  "grève des chômeurs" pour le 3 mai.


    Durand interrompu par des Chomeurs [T V] ODS 210410
    envoyé par SpeedyVideo. - L'info video en direct.

  • Vague de contestation dans les commerces Parisiens

    Imprimer

    Les salariés  du commerce se rebiffent

    Selon une information diffusée par La CFDT :

    la-folie-des-grands-magasins.jpgLe 13 avril 2010, plus de 150 délégués des établissements parisiens du commerce se sont réunis en assemblée générale intersyndicale à Paris. Six organisations étaient représentées : CFDT, CFTC, CGC, CGT, FO et SUD.

    L’assemblée était composée de délégués de 25 enseignes et de 50 établissements représentant près de 20.000 salariés parisiens dont, notamment : le Printemps, les Galeries Lafayette, le Bon Marché, le BHV, la Fnac, Virgin, Monoprix, Tati, Jacadi, ED, Franprix, Damart, Darty, Zara, Modelabs…


    L’AG a validé, à l’unanimité, les revendications suivantes :
    . des salaires qui permettent de vivre dignement ;
    . pas d’ouvertures avant 9h, pas de fermetures après 19h30 ;
    . l’arrêt de l’extension des ouvertures dominicales ;
    . repos garanti les jours fériés ;
    . priorité pour les temps partiels qui souhaitent augmenter leur contrat de travail.


    Les délégués se sont prononcés pour un mouvement bâti dans la durée. Ce mouvement, qui s’adressera aux patrons, à la Mairie de Paris et à la préfecture, débutera avec différents types d’actions intersyndicales :
    - le 24 mai : action à l’occasion du lundi de pentecôte ;
    1368054836.jpg- le 26 mai : action militante pour dénoncer la précarité, la flexibilité et les bas salaires dans les commerces parisiens ;
    - courant mai : actions judiciaires pour faire cesser les ouvertures dominicales illégales à Paris ;
    - courant juin : action en direction du conseil de Paris pour s’opposer à l’extension des « zones touristiques » dans la capitale ;
    - 30 juin : grèves et manifestation pour le premier jour des soldes d’été.


    L’intersyndicale parisienne (CLIC-P) compte sur le succès de ces premières actions pour construire son action dans la durée, jusqu’à satisfaction des revendications.

    source SCID CFDT

  • Le No Sarkozy Day buzz sur le net ou réalité ?

    Imprimer

    Une semaine inscrite sous le signe de la contestation.

    Le 23  journée de mobilisation  syndicale.

    Le 27  journée de mobilisation de divers groupes dont celui  du collectif  au contour imprécis et brouillon du  No Sarkozy Day collectif sur lequel j'émets  les plus grandes réserves .


    thibault-chereque-mailly_234.jpgAprès les régionales les dossiers brûlants vont venir sur le devant de la scène  notamment :

    le chômage  de longue durée et le problème de ceux qui vont être en fin de droit sans être pour autant éligibles à l'ASS allocation de solidarité spécifique ou le RsA.

    la réforme des retraites qui sera le grand dossier de 2010 , le redressemnt des comptes de la sécurité sociale  ainsi que le redressement des finances publiques.

    la question des fin de droit qui a fait ce lundi l'objet   d'une réunion  à Bercy, entre François-Xavier Selleret, directeur de cabinet de Laurent Wauquiez, et les organisations syndicales et patronales.

     



    • le  23 mars  c'est une journée de mobilisation interprofessionnelle .

    Cinq centrales syndicales (CGT, CFDT, FSU, Solidaires et UNSA) ont appelé les salariés à la grève pour réclamer "des réponses concrètes" sur l'emploi, le pouvoir d'achat, les retraites et les conditions de travail.

    Force ouvrière appelle également à se mobiliser  mais avec un thème de revendication : les retraites . 

    Les principaux syndicats d'enseignants (appartenant à la FSU, l'UNSA-Education, la CFDT, la CGT et SUD) appellent également à la grève .

    Des perturbations sont attendues à la La RATP , à la SNCF, à  Air France

    Après la déconvenue subie par la majorité présidentielle aux régionales  les syndicats préparent un "troisième tour social "

    La CGT voit dans les résultats l'expression d'un fort mécontentement des salariés vis-à-vis de la politique économique et sociale menée par le gouvernement.

     

    • Samedi 27 Mars  manifestations de  divers groupes dont celui du collectif du  No Sarkozy Day

      Divers groupes aux orientations opposées vont se retrouver  dans la rue  en même temps  et aux mêmes  points stratégiques des plus grandes villes de France  ( Paris, Toulouse, Lyon, Marseille etc..)

    Il y aura notamment ( liste non exhaustive...)

    n373560969150_2346.jpgLa GUPS – Union Générale des étudiants de Palestine – à Paris qui au vu "de la situation dans les territoires Palestiniens occupés, le danger qui pèse toujours et de manière accrue sur la ville de Jérusalem, ses habitants et son patrimoine (notamment les lieux Saints), le couvre-feu imposé sur les villes de Cisjordanie  appelle à une grande manifestation Samedi 27 Mars à 14h au départ de Barbès.

    Premiers signataires de l'appel de la GUPS: APF (Association des Palestiniens en France) , Association de Jumelage entre les camps de réfugiés Palestiniens et les villes Françaises,Génération Palestine ,CVPR-PO (comité de surveillance pour une paix réelle au Proche-Orient) ,Collectif Faty Koumba ,CIPPP,NPA ,Saint Ouen Solidarité Palestine , Respaix Conscience Musulmane, Reveil des Consciences , PIR , IJAN ,AAW ,centre Malcolm X ,la Courneuve Palestine, Peace Breather, Reveil des consciences,Marxistes unitaires

    Le collectif Ni pauvre Ni soumis écoutez ici l'appel en mp3

    le Réseau éducation sans frontières (RESF) qui manifestera également dans plusieurs villes dont Lyon, valence, Marseille

    Manifestation des anti Fascistes

    sur le forum Anarchiste révolutionnaire MARCHE puis BLOCAGE du CENTRE DE RETENTION de St Jacques de la Lande à Rennes et participation à l'action Ni pauvre Ni soumis

    collectif des SDF et mal logés notamment à Strasbourg

    Le CNRBE appelle à participer à une journée nationale d’action contre le fichage des enfants . Il invite parents, enseignants, citoyens, collectifs locaux, syndicats, associations à s’emparer de cette journée afin d’organiser toutes sortes d’actions, de manifestations, de réunions publiques, de débats, de soirées de soutien.

    et pour sourire jusqu'au  Earth Hour qui appelle à éteindre  les lumières pendant 60 minutes.
    Le 27 mars 2010, de 20h30 à 21h30, faites un geste pour la planète : éteignez vos lumières, allumez vos consciences !

    · Le  collectif du No Sarkozy Day  qui n'a qu'un mot d'ordre pour cette journée  "Non à Sarkozy"

    Récemment j'ai publié sur Agoravox , sur ce blog et sur facebook  un article  sur le No Sarkozy Day dans lequel j'indiquais que la journée du 27 mars  qui   avait pour but ( à l'origine ) d'en  appeler à la démission de Nicolas Sarkozy   allait à l'encontre  des principes démocratiques qui cimentent notre nation.

    • Cet appel que je qualifierai de  maladroit a été modifié par le collectif : voici maintenant les informations que nous trouvons en lien avec son site

      Je cite :

      "Il est bien clair aujourd'hui que le No Sarkozy Day est totalement déconnecté de tout appel à la démission du Président de la République. Il ne s'agit pas de dire si un tel appel serait ou ne serait pas une bonne chose, il s'agit simplement d'entériner que tel n'est pas l'objet de notre appel et que tel ne sera pas le sujet de la journée du 27 mars prochain, où il s'agira seulement de lui dire NON ! - lui, Nicolas Sarkozy...

      Cela dit, si l'ampleur de notre mobilisation le conduisait en un éclair de lucidité - - lui, Nicolas Sarkozy... - à choisir de démissionner, je suis bien convaincu que peu d'entre nous viendraient s'en plaindre.

      Cela n'arrivera pas."

      La démission n'est pas absente des motivations des organisateurs   puisqu'ils l'espèrent par l'ampleur de leur action !

      Visionnez cette vidéo : interview par Fulgurance d'un des organisateurs dans laquelle  vous pouvez entendre " le peuple a la légitimité de demander la démission du président    et l'élection de Nicolas Sarkozy procède d'une anomalie ! !

      Reprenons  l'appel des organisateurs vous pouvez le  lire dans son intégralité ici .

      Journée pour dire non  au sarkozysme :

      "Nous avons tous nos raisons pour nous opposer à Sarkozy et à son clan, pour résister au sarkozysme. Mais ce président sans envergure, effrayé par le peuple, prend grand soin de le tenir à l’écart, muselant au besoin sa parole derrière des cordons de CRS".

      NO_SARKO_DAY-SaT.jpgCe qui me gène et m'interpelle c'est le "ciblage" de l'appel : je cite " dire  non à un président et à un clan  qui plus est un président" sans envergure" ..

      Tout démocrate  digne de ce nom ne peut pas et ne doit pas porter des jugements de valeur sur  l'homme  en revanche il peut qualifier  la politique  appliquée et mise en oeuvre.

      Dans une démocratie ce ne sont pas les hommes qui doivent être combattus  mais les idées véhiculées par les hommes.

      Cette  maladresse  a ouvert la voie  aux "délires verbaux" que j'ai pu constater sur le net.

      Lorsque les organisateurs d'un mouvement  se permettent des écarts de langage  ils ouvrent la porte   aux insultes de la plus basse facture.... insultes  que j'ai  pu lire sur le net de la part de personnes qui soutiennent le mouvement , et qui ont repris en avatar sur facebook le sigle du No Sarkozy Day.

      Qui ne dit mot consent  et jusqu'à ce jour les organisateurs n'ont protesté ni contre les écarts de langage ni contre la reprise de leur sigle.

      Bien plus  suite à mon article sur Agoravox J'ai eu un des organisateurs au téléphone. Je l'ai informé de ce fait la réponse a été plus qu'inconséquente  " je ne peux pas surveiller  tous les murs...  sur facebook"

      Lors de cet  entretien mon interlocuteur  m'a indiqué que  facebook n'était pas le reflet de la réalité  et que les gens qu'il rencontrait  dans la rue ou dans les réunions que le collectif organisait  étaient très éloignés de ceux qui  diffusent sur le net  des insultes en tous genres..

      Il y a là une contradiction manifeste car si les organisateurs pensaient que facebook n'était pas  le reflet  d'une certaine France pourquoi créer  une page sur facebook qui rassemble et catalyse tous les mécontentements et frustrations actuels.

      Je ne cesse de dénoncer  les décisions prises par  notre majorité présidentielle qui à mon sens plongent   dans une précarité encore plus grande des millions de personnes.

    Mais je ne peux donner quitus à   un mouvement qui demande la démission  d'un homme élu par la majorité des Français sur un programme que tous étaient sensés connaître et de ce fait fait un appel  indirect à l'anarchie  et à la violence.

     

    Aujourd'hui où en est le mouvement

    Buzz sur internet ou réelle mobilisation ?

    • Plus de 300 000 personnes inscrites sur la page   facebook du collectif
    • Mais seulement 12 000 personnes qui se sont inscrites  sur le net dans les groupes départementaux cliquer ici

    certains groupes ne comptent que quelques adhérents  et certains adhérents n'habitent  pas dans les départements en question et se sont inscrits dans plusieurs départements.

    • Une association loi 1901 ‘l’onde violette » a été créée par Laurent, le coordinateur du No Sarkozy Day 31 ( statut que je n'ai pas trouvés ...)
    • Des soutiens limités : presse satirique : Siné Hebdo et le Kamikaze ;
    • Aucune communication sur le nombre de personnes réellement actives dans les départements , sur le nombre de réunions faites ,  le nombre de participants etc...
    • Une page sur facebook qui est de moins en moins fréquentée et ne brille pas par la qualité des commentaires !
    • Une journée de mobilisation et aucun projet sérieux  lui faisant suite si ce n'est "  un après à construire " et qui passera  par des assemblées populaires ..."A l’issue de cette journée de mobilisation, se tiendront partout des réunions ouvertes, où nous pourrons ensemble, démocratiquement, décider de la suite à donner à ce mouvement de contestation populaire du sarkozysme, contestation que nous espérons aussi large que possible" Peut -on lire  notamment sur starwizz.

    Alors le No Sarkozy Day qui se vente de rassembler plus de  100 000 personnes dans la rue n'est-il qu'un buzz sur le net ?

    Peut être ! mais nous devons être vigilants

    En effet nous sommes  dans une crise économique qui pousse dans la précarité et l'incertitude des lendemains un nombre de plus en plus important de personnes .

    Dans le même temps nous enregistrons une méfiance du peuple dans ses élites .

    Peur et méfiance sont mauvaises conseillères  car elles peuvent inciter nombre d'entre nous à écouter le chant des sirènes d'un collectif qui annonce des jours meilleurs organisés par des assemblées populaires....

    Bien que  le collectif du No Sarkozy Day  ne présente pas le sérieux qu'il se doit ,  il peut ouvrir dans ce contexte sociétal la porte  à des  actions  incontrôlables et violentes.

    Ce risque n'est pas exclu car le 27 mars  divers groupes aux orientations opposées et pour certains extrèmes  vont se retrouver  dans la rue  en même temps  et aux mêmes  points stratégiques des plus grandes villes de France  ( Paris, Toulouse, Lyon, Marseille etc..).

    Citoyens il faut garder raison   restez attentifs et vigilants.


     


    FLASHMOB POUR LE "NO SARKOZY DAY"
    envoyé par latelelibre. - L'actualité du moment en vidéo.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu