Avertir le modérateur

BURQA/IMMIGRATION - Page 5

  • Histoire de burqa !

    Imprimer

    Realisation_du_07-01-10.jpgPas de solde pour la Burqa ! Jean François Copé prévoit une amende  de 750 euros  en cas de port de la burqa sur la voie publique

    Alors que la mission parlementaire sur le port de la burqa  n'a pas encore rendu ses conclusions  Jean-François Copé dévoile les grandes lignes de sa proposition de loi visant à interdire le port du voile intégral dans les "lieux ouverts au public".

    Selon le journal le Monde "Dans un entretien au Figaro magazine à paraître samedi 9 janvier, le président du groupe UMP à l'Assemblée précise que le texte, qu'il compte déposer dans "les quinze jours", a pour objectif d'interdire de dissimuler son visage dans les lieux ouverts au public et sur la voie publique, sauf quelques exceptions du type événements culturels ou carnavals dont on déterminera la liste".

    Les contrevenantes s'exposeront à une "contravention, probablement de 4ème classe, c'est-à-dire de 750 euros", ajoute-t-il.
    Cette contravention, le député de Seine-et-Marne veut qu'elle soit appliquée "à toute personne sur la voie publique dont on constaterait que le visage serait intégralement masqué".

    La proposition de loi prévoit également une "contravention aggravée pour une personne qui obligerait une femme à porter un voile intégral", précise-t-il.
    La  proposition de loi qui ne sera pas examinée avant les régionales  va prévoir "un temps de dialogue de six mois entre la date d'application de la loi et la date de promulgation pour permettre une phase de discussion et de médiation avec les personnes concernées".

    Ce projet de loi qui instaure une interdiction  permanente et générale du port de la burqa  risque de se heurter notamment, à la convention européenne des droits de l’Homme.

    Selon M. Rémi Schwartz, Conseiller d’État, auditionné par la commission parlementaire :

    -  Il existe une différence radicale entre les règles susceptibles d’être édictées dans les services publics et les contraintes qu’il est possible d’imposer aux citoyens dans ce que l’on appelle l’espace public, de manière imprécise.

    - Dans l’espace public,  se pose  la question du respect des libertés fondamentales. La liberté est le principe et la restriction, sans parler de l’interdiction, est l’exception.

    -  Si l’ordre public nécessite de pouvoir reconnaître les identités, ce contrôle n’est pas permanent. On ne peut pas imposer aux citoyens d’être en état de contrôle permanent.

    - La notion de dignité de la personne humaine pourrait être un meilleur fondement à l'interdiction du port de la burqa. Si le port de la burqa  est considéré comme attentatoire à la dignité de la personne humaine et à la dignité des femmes  l'interdiction  du port de la burqa sur la voie publique pourrait donc se justifier.

    Le Conseil constitutionnel, dans deux décisions de 1994 et de 1995 a fait de la sauvegarde de la dignité de la personne humaine un principe à valeur constitutionnelle qui découle du préambule de la Constitution de 1946. Ce principe permettait de protéger l’intégrité du corps humain. Les conventions internationales, que ce soit l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme ou la Convention de New York du 1er mars 1980, affirment le principe de dignité, de la personne humaine dans un cas, et des femmes dans l’autre.

     

    Pour Mme Anne Levade, professeur de droit public à l’Université Paris XII.

    "ni la laïcité, ni la dignité, ni l’ordre public ne peuvent, en l’état, justifier une interdiction générale et absolue visant spécifiquement le port du voile intégral. Ils ne justifient pas davantage une interdiction étendue à l’ensemble des signes ou tenues manifestant une appartenance religieuse, une extension du champ d’application du texte afin qu’il ne revête pas un caractère discriminatoire posant naturellement d’autres difficultés.

    Le principe de dignité ne  paraît pas susceptible de fonder des limitations. La dignité ne se met pas en œuvre, elle est un fait ; par conséquent, on ne peut pas encadrer une pratique en se fondant sur ce principe.

    Laïcité et ordre public peuvent ponctuellement fonder des interdictions ou des limitations, à condition d’être justifiées au regard de la nécessité et de la proportionnalité.

    Ainsi, il serait possible d’envisager un texte visant, d’une part, à faire une synthèse des solutions qui sont actuellement matériellement éparses et formellement hétérogènes, et d’autre part, à proposer des solutions aux questions nouvelles qui n’ont pas encore été tranchées – faute pour le juge d’avoir été saisi ou pour d’autres autorités d’avoir eu l’occasion de se prononcer.

    La voie est sans doute étroite, mais elle n'est pas   impraticable "

    La question est  complexe et  une interdiction générale et permanente du port de la burqa sur la voie publique risque de devenir un texte mort né.

    Jean François Copé ne l'entend pas de cette oreille .

    Il reprend sans le citer l’argumentaire défendu par le constitutionnaliste Guy Carcassonne, seul juriste entendu par la mission à avoir prôné une solution permettant de prohiber toute dissimulation du visage sur la voie publique, au nom "de l’ordre et de la sécurité publique".

     

    burqa-soldes.jpg

     

  • Ma contribution au débat sur l'identité nationale

    Imprimer

    Dans divers articles j'ai dénoncé le débat  sur l'identité nationale qui à mon sens est inutile et dangereux car il fait le lit de la xénophobie.

    Aujourd'hui  je poste cette vidéo .

    C'est ma manière d'affirmer haut et fort que je  suis  citoyen du monde et que je n'oublie pas que le peulple français   est la résultante de multiples immigrations ...

    Nous sommes tous des fils d'immigrés....

  • Le bal de la sottise

    Imprimer

    Le débat sur l'identité nationale ou le grand déballage de la sottise ...

    le débat sur l'identité nationale prend des congés !

    En effet nous pouvons lire sur  Le site clic ici consacré au débat, les informations suivantes: " En raison des fêtes, et en l’absence des modérateurs, le dépôt des contributions est suspendu jusqu’au 4 janvier. "

    Le débat reprendra après cette trève de fin d'année pour s'éterniser semble t-il jusqu'en fin d'année 2010.......

    Acharnement  du gouvernement à vouloir  continuer un débat  stérile,  fourre tout  aux relents  de xénophobie.

    Mais tel est le bon vouloir du prince malgré les voix qui s'élèvent  pour  stopper  cette agitation inutile et dangereuse.

     

    Le site   aurait reçu 50 000  contributions.

    Il y aurait selon le Ministère   "6 à 7% de messages racistes ou xénophobes   enlevés" par les modérateurs sur le site.

    Par ailleurs les  débats organisés par les préfectures (clic ici) sur toute la  France, sont parfois chahutés , houleux sans faire  salles combles !!

    Mais comment obtenir un débat sain et constructif  lorsque celui ci est mené  par des personnalités comme  le maire de Gussainville, André Valentin,  qui faisant référence aux immigrés estime "il est temps qu'on réagisse parce qu'on va se faire bouffer" "Il y en a déjà dix millions, dix millions que l'on paye à rien foutre".

    Interrogé par RTL sur le fait "qu'il y a trop d'immigrés", le maire rétorque : "sérieusement, je le crois"...

    Comme la secrétaire d'Etat à la Famille Nadine Morano qui attend d'un jeune musulman "qu'il trouve un travail, qu'il ne parle pas le verlan, qu'il ne mette pas sa casquette à l'envers".

     

    Force est de constater  que le  débat sur l'identité nationale est en train de devenir un déballage de réflexions de comptoir :

    Entre ceux qui pensent  qu'être français c'est vivre au pays des bisounours  en  s'aimant les uns et les autres  et ceux qui affirment que l'immigration et l'islam sont  le grand mal français   nous assistons au bal de la sottise.

    Il suffit pour se convaincre de ce déballage stérile de visionner les derniers micro trottoirs  ou de lire les contributions de certaines " personnalités "

    Pour  l'un : être  français c'est vivre sur le sol français ( dont acte) , pour l'autre  c'est vivre en société  et dans  un pays qui a des lois , pour un autre encore c'est  la  liberté  de s'habiller comme on veut et s'affirmer dans sa vie !

    Enfin  une  personne affirme sans sourciller qu'elle se sent  bretonne et européenne  mais pas   française ( il faut chercher le chaînon manquant !)

     


    Eric Cantona

    […] Etre Français, est-ce que c'est devoir parler français, chanter la Marseillaise, lire la lettre de Guy Môquet ? Ca, c'est être con ! […] Je ne dis pas que chanter la Marseillaise, c'est être con, mais bâtir tout ça (l'identité, ndlr) sur ça... […] Etre Français c'est être révolutionnaire, d'abord [...] On ne peut pas accepter tout ce qui se passe » (source : AFP ; 08/12/09)

     

    Anne Roumanoff

    « Je me souviens quand j’étais déléguée de classe en quatrième et qu’on a tous chanté La Marseillaise le 11 novembre dans la cour d’honneur du lycée Carnot. Je me souviens de mon père, qui a été caché par une école de la Croix-Rouge pendant la guerre. Je me souviens de la finale de la Coupe du monde en 1998 quand on se sentait invincible en chantant I Will Survive. Je me souviens de Dominique de Villepin à l’ONU qui a refusé la guerre en Irak avec ces mots: "C’est un vieux pays, la France, d’un vieux continent comme le mien, l’Europe." Je me souviens du score de Jacques Chirac au deuxième tour des présidentielles de 2002. Je me souviens des Français qui donnent de l’argent au Téléthon alors qu’ils n’en ont pas beaucoup. Je me souviens que je suis fière d’avoir des origines étrangères. Je me souviens de la cour de récréation quand on me disait "Roumanoff popoff, kalachnikoff" (et aussi "Roumanoff patate" mais ça, c’est parce que j’étais potelée.) » (Source : Journal du Dimanche, 01/11/09)

     

    Les pétitions et les appels à stopper un dangereux débat fourre-tout se multiplient :

    • appel de Mediapart à refuser  de participer au débat
    • pétition de SOS Racisme demandant à Nicolas Sarkozy de "mettre fin aux réunions publiques" lancées dans le cadre du débat
    • tribune publiée par vingt chercheurs, philosophes, historiens, sociologues dans Libération réclamant la suppression du ministère de l'Identité nationale et de l'Immigration, accusé de mettre "en danger la démocratie"…

    selon  le nouvelle observateur: extrait :

    "Dominique de Villepin, François Baroin, Jean-Pierre Raffarin ou encore Alain Juppé se désolidariser d'Eric Besson. Mais il faut croire que même les sondages le laissent de marbre. Les 29% de Français qui souhaitent l'arrêt du débat additionnés aux 21% qui veulent sa suspension n'auront pour toute réponse que la promesse d'Eric Besson de reporter la fin du débat, initialement prévue fin janvier, à décembre 2010. Une sorte de croisade envers et contre tout qu'il compte mener quitte à y laisser sa peau : "Si d'aventure dans quelques mois on trouvait que le débat avait été mal mené, ce serait de ma responsabilité", déclarait-il mardi. Et dire que personne ne sait ce qu'il veut faire de ce débat.

     

    Personnellement je pense que ce débat est volontairement centré par le gouvernement sur les questions de l'immigration et de l'islam et qu'il risque en cela  de faire la place belle à une France  xénophobe !

    C'est  pour cette raison que j'ai signé la pétition  de Mediapart qui a lance avec deux cents personnalités un appel à refuser le «grand débat sur l'identité nationale» organisé par le pouvoir.

    "Nous souhaitons que cet appel soit à l'origine d'une grande pétition citoyenne qui suscite un vaste rassemblement. Vous pouvez en cliquant ici le signer en ligne.

     

     

     

     

  • Que ne feraient- ils pas pour se distinguer!

    Imprimer

    08_myriam01.jpgAlors  que la mission parlementaire sur le port du voile intégral (niqab ou burqa)  présidée par le député Gérin vient d'achever ses auditions ( voir mon article clic ici ) et n'a pas encore rendu son rapport  Jean François Copé  a annoncé hier le dépôt, en janvier, d'une proposition de loi pour interdire la burqa dans l'espace public.

    la proposition de loi UMP stipulerait  qu'aucune personne, hors circonstances exceptionnelles (climat, carnaval...), ne pourrait évoluer dans l'espace public - formule plus large encore que les «lieux publics» - le visage entièrement recouvert.

    L'initiative de Jean-François Copé lui a valu un rappel à l'ordre immédiat du président de l'Assemblée qui a jugé l'initiative «prématurée par rapport à la réponse» que l'Assemblée «pourrait donner à cette pratique, qu'il s'agisse d'une résolution et de la perspective de dispositions réglementaires et/ou législatives».

    08_myriam02.jpgDéputés de la majorité et membres du gouvernement n'ont eu de cesse cette année de multiplier les maladresses, les propos déplacés et les initiatives  chaotiques.

    Pour finir l'année en beauté Jean François Copé n'hésite pas à se distinguer  par cette proposition de loi qui foule au pied non seulement le travail de la mission parlementaire ce qui est à mon sens une insulte à la vie démocratique mais égalementau  parti présidentiel , qui devait exprimer, courant janvier, sa position officielle auprès de la mission.

    Citoyens préparez vous les régionales risquent d'agiter les politiques  de tous bords.

    Souhaitons qu'ils ne fassent pas comme dans cette célèbre campagne  de publicité : Aujourd'hui j'enlève le haut et demain le  bas!!!!

    Je plaisante mais à regarder de près   lorsqu'on voit  le clip désolant et "ringardissime"des jeune de l'UMP   ils en sont bien capables !

    Realisation_du_23-12-09.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu