Avertir le modérateur

RETRAITE/SENIORS - Page 6

  • Réforme des retraites: au bord de l'indigestion !

    Imprimer

    Du réchauffé pour faire avaler  le potage indigeste  de la réforme des retraites....

    Si on veut reculer l'âge de la retraite il  faut que les séniors  se maintiennent plus longtemps dans l'emploi et surtout qu'ils soient à nouveau embauchés quand ils ont perdu le leur...Une vaste plaisanterie lorsqu'on connaît le jeunisme auquel se livrent  les entreprises ?

    Le secrétaire d'État à l'emploi dévoile dans Le Parisien (1-06) deux pistes du gouvernement pour relever le taux d'emploi des seniors :

    • les exonérations patronales à destination des entreprises embauchant des "chômeurs âgés"
    • l'amélioration du tutorat.

    Pour Laurent Wauquiez, "Il faut arrêter de se voiler la face ( je pense  qu'il n'y avait que le gouvernement qui se la voilait car il y a belle lurette que les intéressés  recrutés et recruteurs connaissent le phénomène....). Les entreprises n'embauchent pas des seniors parce qu'ils coûtent trop cher".

    Il envisage d'appliquer  aux seniors le dispositif "Zéro charge" destiné aux TPE, en vigueur jusqu'au 30 juin 2010. ( selon les Echos un allègement de charges patronales serait appliqué sur toute embauche d'un chômeur de 55 ans ou plus en CDI ou CDD de plus de 6 mois quelle que soit la taille de l'entreprise.)


    Il souhaite  également  améliorer le tutorat.

    "Cela permet de créer du lien entre les générations : un senior forme un jeune et l'on crée ainsi de l'emploi pour les deux". "Dans les entreprises qui utilisent le tutorat, comme chez Bouygues, cela a permis de diviser par deux le taux d'échec d'insertion des jeunes. Dans les plans d'actions des seniors, plus de 80 % des entreprises se sont engagées à développer le tutorat. C'est un des principaux leviers pour relever le taux des seniors", constate Laurent Wauquiez.

    il préconise d'abaisser le coût du tutorat "via une prise en charge d'une partie de la rémunération des tuteurs". l'argent  de la formation professionnelle pourrait financer  un salaire  complémentaire du tuteur.


    Concernant la pénibilité du travail il déclare " Les salariés usés physiquement et qui peuvent le prouver" pourront partir plus tôt à la retraite.

    Des preuves à apporter qui vont réjouir les intéressés !

    voir article du Parisien

    blog_fun_retraite_p_nibilit_.jpg

     

  • La réforme des retraites est en piste !

    Imprimer

     

    Pot_de_depart.jpgNon nous n'échapperons pas à une augmentation de la durée de notre activité pour bénéficier d'une retraite à taux plein !

    Le ministre du Travail Eric Woerth a publié le document d'orientation du Gouvernement sur la réforme des retraites 2010 . ce  document a été envoyé aux partenaires sociaux au terme de plus d'un mois de concertation.

    Sur la base de ce document d'orientation, une deuxième phase de concertation va s'ouvrir entre les partenaires sociaux et le ministre du Travail, à compter du 18 mai, afin que les choix définitifs soient arrêtés pour la fin juin.

    voici les orientations du gouvernement :

    • sauvegarder  le régime de retraite par répartition
    • nécessité de faire revenir les régimes à l'équilibre à moyen terme
    • ne pas baisser les pensions des retraités d'aujourd'hui
    • ne pas réduire les déficits en baissant les pensions des retraités de demain
    • améliorer la compréhension et l’information des Français sur leurs futures retraites.
    • prise en compte de la pénibilité du travail :
      L’exigence de justice implique que le prolongement de la durée de la vie active tienne compte de deux types de situations : celle des actifs ayant commencé leur carrière plus tôt que les autres, et celle des actifs confrontés à une pénibilité particulière dans leur vie
      professionnelle. Cette exigence fait, sur le principe, l’objet d’un consensus très large parmi les partis politiques et les partenaires sociaux.
      Pour les actifs ayant commencé leur carrière plus tôt que les autres, le dispositif "carrières longues" sera maintenu.
    • l'augmentation de la durée d'activité, dans le public comme dans le privé, se fera de manière progressive :
      L’augmentation de la durée d’activité s’étalera sur plusieurs années. Les Français auront, dès la présentation du projet de loi, une visibilité sur cette évolution des règles. Cette progressivité est une protection forte, puisqu’elle permet d’éviter que les personnes qui vont partir prochainement à la retraite ne voient leur projet de vie bouleversé.

    • prendre en compte la réalité des aléas de la vie professionnelle :
      Il s'agit ici de garantir la prise en considération les périodes de chômage, y compris celui non indemnisé.
    • mettre fin à la spécificité française en matière d'emploi des seniors :
      Le Gouvernement va encourager la mise en place de changements profonds en matière de politique des ressources humaines, de conditions de travail et de déroulement de carrière.
    • mise en place d'une contribution supplémentaire sur les hauts revenus et les revenus du capital.
    • poursuite de la convergence entre les régimes de retraite du public et du privé :
      L'équité de la réforme suppose
    • organiser des rencontres périodiques avec les partenaires sociaux, pour s'assurer dans la durée que les conditions de succès de la réforme soient respectées.

    9782862749044FS.gifCes orientations sont vivement critiquées par les syndicats et l'opposition article du Monde


    Ce qui est demandé aux salariés, ce sont de nouveaux sacrifices par un report de l'âge de départ à la retraite", regrette Eric Aubin, secrétaire confédéral de la CGT, chargé des retraites. 

    La CFDT trouve, pour sa part, "énormément de flou" dans le document d'orientation sur les retraites du gouvernement 

    La création d'une nouvelle contribution des hauts revenus ou des revenus du capital ne pourrait être qu'un "symbole" ou une "recette de poche", redoute le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly

    "Le gouvernement n'avance pas dans ses propositions", a dénoncé la première secrétaire du PS, Martine Aubry.

  • Retraite : les propositions de la CGT

    Imprimer

    Aujourd'hui je crée une nouvelle catégorie  " Réforme des retraites " qui sera  je n'en doute pas bien remplie.

    Au cours des défilés du 1er mai  la réforme des retraites était au coeur des revendications .

    Après les revendications vient le temps de la concertation avant que le gouvernement ne présente un projet  qui sera alors peut être  " consternation " Selon M.Woerth, un premier texte sera rendu public dans la semaine du 17 au 23 mai.

    • Selon   Eric Woerth , le chef de l'Etat n'a pas encore arrêté les curseurs de la réforme  mais les  mesures d'âge sont  inéluctables
    • Dimanche,  sur Radio J,  le secrétaire général de l'UMP, Xavier Bertrand  a déclaré "Il va falloir accepter de travailler plus longtemps"
    • le secrétaire général de FO, Jean-Claude Mailly vient d'annoncer l'appel  pour le  15 juin à une journée de grève interprofessionnelle avec manifestation à Paris" pour la défense des retraites.

    Selon la commission exécutive de FO, "il n'est pas question que les travailleurs fassent les frais, à travers leurs droits sociaux, de la crise provoquée par les intervenants sur les marchés financiers, intervenants qui dictent encore aujourd'hui le comportement des gouvernements, dont le gouvernement français".

    • Eric Aubin, membre de la direction confédérale de la CGT, expose les solutions de son syndicat pour sauver le système de retraite par répartition.

    rubon39.png"La CGT propose d'augmenter le niveau d'activité entre 20 et 60 ans. Ensuite, nous proposons de trouver de nouvelles ressources pour nos régimes. D'abord l'élargissement de l'assiette de cotisation, qui a fait l'objet d'un rapport de la Cour des comptes en 2009, qui pointait que le manque à gagner pour nos régimes de retraite était de l'ordre de 3 milliards.

    Nous proposons également que les revenus financiers des entreprises soient mis à contribution. Cela représente environ 20 milliards d'euros.

    Troisième proposition : nous pensons que les règles de calcul de la cotisation sociale basé sur la base salariale pénalisent l'emploi et les politiques salariales des entreprises. C'est la raison pour laquelle nous proposons de moduler la cotisation en fonction du rapport masse salariale-valeur ajoutée.

    Nous proposons ensuite que soient stoppées les exonérations de cotisations sociales, qui n'ont eu aucun effet sur le niveau d'emploi. Nous pensons que cette proposition, liée à la modulation, peut permettre d'aider véritablement les entreprises en difficulté et dégager ainsi 10 milliards de ressources supplémentaires.

    Enfin, nous proposons d'augmenter la cotisation employeurs, ce qui n'a pas été fait depuis 25 ans, et en dernier ressort, si nécessaire, d'augmenter la cotisation salariés, qui se disent dans les sondages pas opposés à cette augmentation à condition de leur garantir un niveau de retraite convenable à 60 ans."

    Communiqué CGT

     

     

     

  • Symphonies discordantes !

    Imprimer

    Réforme des retraites : que la Cacophonie commence !

    woerth_0.jpgAu cours de la semaine qui vient de s'écouler , le ministre du Travail, Eric Woerth   a reçu  les dirigeants syndicaux.

    Ces derniers  ont marqué leur opposition sur un allongement de la durée du travail, piste privilégiée par le pouvoir face au besoin de financement du système, évalué à 30 milliards d'euros dès 2010.

    Le ministre a, dans le même temps, confirmé exclure l'hypothèse d'une hausse des prélèvements, des cotisations ou des impôts.
    Son appel à une "réforme consensuelle", renouvelé ce week-end à l'adresse des partenaires sociaux et des partis, s'est soldé semble  par un échec :

    Bernard Thibault, CGT,  a dénoncé un "dialogue faussé" avec le gouvernement, voyant dans la mobilisation du 1er mai "le seul moyen" d'infléchir sa position.

    Le secrétaire général de FO Jean-Claude Mailly   a déclaré "Tel que c'est parti, je ne vois pas comment cela va pouvoir être consensuel. C'est mal barré pour qu'il y ait un accord".

    François Chérèque, CFDT, a aussi brandi la menace d'une "rentrée sociale importante" face au "manque de courage" du gouvernement.

    Cette semaine ce sont les syndicats de fonctionnaires et les partis politiques qui seront reçus par Eric Woerth  .

    Invité dimanche du «Grand rendez-vous» Europe 1/Le Parisien, Eric Woerth a  précisé que les «options» du gouvernement sur le sujet seraient dévoilées le 15 mai prochain, après consultation des grands responsables politiques, dont Martine Aubry le 28 avril.

    L'objectif du gouvernement demeure de présenter un projet de loi en conseil des ministres pour  la fin du mois de juin.


    Faisons un petit d'horizon sur  le sujet

    • le gouvernement donne le  la  " nous allons à la catastrophe si nous ne faisons rien"

    Sur le site gouvernemental "retraite 2010.fr"nous pouvons lire :

    "Le Conseil d'orientation des retraites a adopté le 14 avril le rapport actualisant les projections financières des régimes de retraite

    retraites.jpgCe rapport montre les effets des causes démographiques de long terme (vieillissement de la population et arrivée des classes du baby boom à l'âge de la retraite) sur l'équilibre financier des régimes de retraite.

    Il souligne que la crise a accéléré les effets de ces phénomènes structurels sur les difficultés financières des régimes de retraite : le besoin de financement du système de retraite atteint dès 2010 le niveau de 1,67 point de PIB qui était seulement attendu aux alentours de 2030 dans les projections financières précédentes.

    Quel que soit le scénario économique retenu, la situation financière des régimes est fortement aggravée à moyen terme : le besoin de financement, qui est de 30 milliards d'euros en 2010, atteint, en 2030, 70 milliards d'euros dans le scénario économique intermédiaire et dépasse les 100 milliards d'euros en 2050."

    Nostradamus a encore frappé .

    Alea jacta est ...le sort en est jeté quel que soit le scénario nous allons donc à la catastrophe  !!!! la réforme devient non seulement une  nécessité mais un devoir citoyen pour la sauvegarde des générations futures.......


    Le président de l'Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP), a promis dimanche que les députés allaient continuer de faire des efforts pour "rapprocher" leur régime de retraites, très avantageux, de celui de l'ensemble des Français.

    07-06-26-Bernard_Accoyer.jpg"Bien entendu le régime doit s'adapter. Tous les Français vont faire des efforts, les députés, comme ils l'ont déjà fait, vont en faire", a affirmé M. Accoyer lors de l'émission "Dimanche+" sur Canal Plus.

    Bernard Accoyer monte au créneau et soutient le gouvernement .

    En revanche silence des sénateurs  et pour cause  !

    Les sénateurs bénéficient d'un régime  meilleur que celui des hauts fonctionnaires ou que n’importe quel agent public.

    Alors que le régime des députés qui est également un régime très haut de gamme , financé à 88 % par le contribuable mais reste mal géré  celui des sénateurs est "remarquablement géré grâce, notamment, au recours à la capitalisation".

    Selon les informations diffusées par le Figaro ce régime  disposait, fin 2008, de 575 millions d'euros de réserves. "De quoi financer 23 années de prestations .

    C'est ce que révèle une étude de Sauvegarde retraites de décembre 2009, dont Le Figaro dévoile le contenu en exclusivité.
    http://www.lefigaro.fr/assets/pdf/retraite_senateurs.pdf



    • Martine Aubry  assure que le parti socialiste sera force de proposition dans ce dossier.

    martine-aubry.jpgMartine Aubry fixe une méthode et esquisse quelques pistes de fond pour la réforme des retraites.

    Voici ses principales déclarations :

    « C’est aussi l’un des plus grands défis à relever par la puissance publique, celui du changement des conditions d’accès des seniors à l’autonomie, au logement, à la mobilité et aux soins, aux loisirs, ainsi que de leur indispensable financement. »

    « Nous n’acceptons pas l’appauvrissement de nos aînés »

    « Nous le ferons sans céder aux ultimatums. Le gouvernement cherche à dramatiser pour imposer ses décisions à sens unique dans l’urgence quand il faudrait, comme le demandent les organisations syndicales, prendre le temps d’une véritable négociation pour trouver les voies d’une réforme juste et viable dans la durée. »

    « Les choix opérés devront être réévalués à étapes régulières » , »

    « Les salariés et les retraités ne peuvent pas être les seuls sur lesquels reposent tous les efforts. Réformer les retraites suppose d’introduire sans tarder de nouvelles ressources dans le système. » (…) « Les pistes ne manquent pas: élargissement de l’assiette des cotisations à la valeur ajoutée, cotisations sur les stock-options et d’autres rémunérations non assujetties, abolition des privilèges fiscaux qui minent la cohésion nationale, surtaxe de 10 % de l’impôt sur les sociétés acquitté par les banques, affectée au fonds de réserve des retraites, etc »

    « nous défendrons le maintien de l’âge légal du départ à la retraite à 60 ans – c’est-à-dire la possibilité de faire valoir ses droits à pension –, avec la possibilité de partir plus tôt pour ceux qui ont exercé des activités particulièrement pénibles« .

    Pour aller plus loin : Le PS et les retraites ou le retour du refoulé

    Pour Eric Le Boucher, directeur  de la rédaction  d' « ENJEUX-LES ECHOS : "A en juger par les retraites, le PS 2010 est revenu dans sa ligne « mollettiste » : dans l'opposition, promettre la révolution ; au gouvernement, se résoudre à la gestion. Conserver une doctrine du « changer la société » et puis, au pouvoir, faire semblant de découvrir la dure vérité « comptable ». La ligne est de s'apprêter, en somme sciemment, à décevoir son électorat sitôt en place. Ce ne serait pas la première fois : cette « schizophrénie » vis-à-vis de l'exercice du pouvoir est inscrite dans la « génétique historique » des socialistes, comme l'ont écrit Alain Bergougnioux et Gérard Grunberg . Mais n'est-il pas temps de rompre quand tant de Français sont dégoûtés de la politique ?"

     

    • Les syndicats appellent à la mobilisation pour "un grand 1er-Mai". François Chérèque (CFDT) juge la position du gouvernement "intenable".

    En une semaine, le gouvernement a réussi à mobiliser les syndicats! Les leaders préparent leurs militants et les salariés à défiler contre la réforme des retraites. Eric Woerth, ministre du Travail, n’a pas encore annoncé les mesures concrètes. Il ne devrait pas les dévoiler avant la mi-mai. Mais vendredi, la CGT, la CFDT, la FSU, l’Unsa et Solidaires (SUD) ont appelé à un "grand 1er Mai". Les autres centrales, dont Force ouvrière, battront le pavé séparément. La fête du Travail tombe un samedi, propice aux grands rassemblements. Ce rendez-vous dans la rue devrait être suivi d’autres, au gré du calendrier de la réforme. Vendredi, le secrétaire général de la CFDT François Chérèque a anticipé "une rentrée sociale importante" pour septembre, quand le projet de loi sera discuté au Parlement, "s’il y a un texte qui ne va pas dans le sens qu’on veut".

    Les leaders syndicaux enragent. Ils constatent que le gouvernement est resté sourd à leurs propositions. Le ministre du Travail Eric Woerth a exclu cette semaine tout prélèvement supplémentaire pour financer les retraites, sauf cas particulier. Divisés sur d’autres points, les syndicats s’accordent pour réclamer des taxes nouvelles, notamment sur les revenus du capital.

     

    Laurence Parisot  veut faire sauter le tabou de la retraite à 60 ans .....LAURENCE PARISOT SUR RTL Copie.mp3

    cacophonie_politique700x190.jpg

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu