Avertir le modérateur

  • Si nous parlions de ce qui fâche : la flexibilité des salariés !

    Imprimer

     Vous avez dit flexibilité ?   

    1373568235.jpg

    Fin janvier 2012,   Nicolas Sarkozy  avait demandé aux partenaires sociaux de négocier des accords de compétitivité-emploi, que ces derniers ont renommés « accords de sauvegarde de l’activité et de l’emploi ».

    François Fillon avait fixé un délai de deux mois à partir de fin février pour conclure ces accords.

    Ces accords devaient permettre  aux entreprises  d'adapter le temps de travail à la conjoncture économique : en cas de difficultés , l'entreprise pouvait  baisser le temps de travail et également le salaire.

    Rappelons que cette  possibilité n'est pas nouvelle avec un garde fou : il faut que chaque salarié signe un avenant à son contrat de travail acceptant la nouvelle durée du travail et la baisse de son salaire.

    En cas de refus du salarié, ce dernier peut être licencié pour motif économique.

    Le nouveau texte devait sécuriser  les accords signés par les organisations syndicales, en supprimant l'accord du salarié.

     Un salarié refusant ,par exemple ,une baisse de salaire  dans le cadre de la mise en oeuvre  d'un accord compétitivité emploi , ne devait plus être licencié pour motif économique .

     Les modalités du licenciement  n'avaient pas été précisées  par le Medef, qui parlait  seulement de « rupture du contrat de travail ».

    Pour le Medef  une sorte de licenciement new look ! ni pour motif économique ni pour faute ...... garantissant au salarié récalcitrant le versement d'indemnités et le droit à un préavis ....

     CGT et FO étaient  opposés à la conclusion de ces accords. 

     la CFDT et le Medef se disaient  prêts à en débattre. 

      Benoît Hamon, alors porte-parole du PS avait déclaré  "Il faut que les salariés le sachent, il n'y aura plus de code du travail, il n'y aura plus de loi qui les protégera". 

     François Hollande,  candidat aux élections , lors d'une visite à Gandrange, fin février,  tançait "ces accords  sont discutés dans un moment qui tombe parfaitement mal".  il promettait : "Ils ne verront pas le jour et nous aurons à cœur de faire en sorte que les syndicats puissent négocier dans de bonnes conditions des accords sans avoir à remettre en cause la durée légale du travail, parce qu'en l'occurrence, c'est ça qui est recherché." ( article de l'Express du 24.02.2012 )

    Les négociations entre partenaires sociaux sur la question n'avaient pas abouti dans le délai de deux mois fixé par M. Sarkozy.

    Le 16 mai, après la victoire de M. Hollande, les partenaires sociaux avaient décidé du report de cette négociation dans l'attente de rencontrer le nouvel exécutif.

    Début juillet, Jean-Marc Ayrault déclarait : "La négociation compétitivité-emploi, mal engagée, n'est plus à l'ordre du jour"


    Lors de la conférence sociale des 10 et 11 juillet,  on ne parle plus d'accords "compétitivité-emploi", mais de "plans collectifs de sauvegarde de l'emploi".

     "Une réflexion sur le contrat de travail doit être engagée", estime M. Hollande en ouverture de la conférence, avant d'évoquer "des formules nouvelles (...) pour prévenir les plans sociaux ou en limiter l'impact". 

    Fin août, , Jean-Marc Ayrault demande aux partenaires sociaux, lors de l'ouverture de l'université d'été du Medef, d'accélérer le rythme" sur ces accords, dont le nom est désormais "sécurisation de l'emploi"

    Le Medef souhaite  des accords impliquant la possibilité de négocier sur le temps de travail. La CGT et FO sont fermement opposés à cette idée.

     Jean-Marc Ayrault demande  de" faire en sorte qu'en cas de difficultés, toutes les solutions, toutes les alternatives soient bien prises en compte". Michel Sapin, le ministre du travail, évoque à son tour une" négociation sur les aspects de la sécurisation des emplois pour les salariés, mais aussi pour les entreprises elles-mêmes". 

    Dans  son  document  d'orientation sur le chantier de la sécurisation de l'emploi, qu'il transmet à la rentrée aux partenaires sociaux, le gouvernement demande de tout faire pour  faire avancer ces négociations, qui piétinent. 

    la France passe la barre symbolique des 3 millions de chômeurs et François Hollande a mis entre les mains des partenaires sociaux une partie essentielle de son futur bilan.    

     "En refusant de trancher lui-même et en mettant tous les sujets sur la table - des accords compétitivité-emploi à la refonte des licenciements, en passant par la lutte contre les contrats précaires et une plus fine association des syndicats à la gestion prévisionnelle des emplois -, François Hollande souhaite replacer patronat et syndicats  au centre du jeu, promettant même de constitutionnaliser le recours au dialogue social.

    Si cette méthode  change de l'interventionnisme et de  l'autoritarisme de Nicolas Sarkozy dans les dossiers sociaux, n'est ce pas un moyen qui permet  d'éviter  de prendre  des mesures concrêtes  pour lutter efficacement contre les délocalisations et la paupérisation  d'une partie de plus en plus nombreuse de la population ?

    En effet il y a urgence  car  il est intolérable:

    • de laisser plus de 8 millions de personnes vivre avec moins de 900 euros par mois ( Plus de 10 % de la population vit en marge des normes de la société avec difficultés et handicaps sociaux se cumulant : logement , emploi, accès aux soins etc..).
       La progression du chômage depuis 2008 a aggravé la situation
    • de tolérer que 4 millions de personnes dont 600 000 enfants souffrent de mal logement .
    • d'ignorer 100 000 personnes dont 20 000 enfants qui "vivent" dans la rue.
    • d'admettre que 3,7 millions de travailleurs - soit 15 % des actifs - disposent de revenus individuels d’activité inférieurs à 60 % du revenu médian et peuvent donc être considérés comme pauvres.
    • d'admettre que 2,9 % des Français ne mangent pas à leur faim, que 1 % de ménages ne disposent pas d’eau chaude, 6% n' aient pas de chauffage.
    • de permettre que les entreprises continuent à délocaliser au nom de la compétitivité
    • d'une manière générale de ne pas remettre en cause nos fondamentaux économiques et financiers qui vont précipiter les peuples de l'Europe dans la pauvreté.



      Force est de constater que nos gouvernants n'ont plus aucun pouvoir face à la "mondialisation " et aux détenteurs des capitaux.

      J'ai encore la faiblesse de penser et d'espérer que la Gauche ne va pas se contenter de gérer la pénurie mais être une force de proposition au niveau de l'Europe pour inverser le processus de la récession.  pauvrete-cgtcg08-cg08-syndaicat-cgt-ardennes-08.jpg

     


     Lire également :

    Salariés , vous devrez déguster la sauce Fillon-flexisécurité

     Blabla au sommet et pénurie en bas de l'échelle.....

  • La gauche molle poursuit la politique menée par Sarkozy ......

    Imprimer

    Pendant cinq années , notre droit du travail a été, plus que jamais, malmené par des réformes   qui  visaient  à amoindrir les droits des salariés pour permettre ,notamment , d'accroitre les gains de productivité , éviter  les délocalisations et redonner aux employeurs l'envie d'embaucher......

    Sous le soleil de gauche, rien ne change  si ce n'est le silence  et la complicité des syndicats...... sans compter l'apathie de plume d'une certaine presse , dîte indépendante......

    Les réformes se poursuivent  dans la continuité de celles  engagées par Nicolas Sarkozy.

    Certes, on ne parle plus de flexibilité : ce n'est plus in  mais de " sécurisation de l'emploi....."

    Il n'y a que les mots qui changent car sur le terrain le résultat sera identique .

    Force est de constater que  la gauche molle ne s'attaque pas aux réels problèmes , elle se contente  de mieux répartir   la pénurie au sein des classes moyennes....

     

    bakavrilgauchemolle9_0.jpg

     Du blabla rien que du blabla sous l'oeil complisant des syndicats :

     Alors que le Gouvernement engage avec les partenaires sociaux une négociation pour une meilleure sécurisation de l'emploi, dans la perspective d'aboutir d'ici la fin 2012, à un accord, Michel Sapin,notre ministre du travail,  a fixé les grandes orientations de la réforme qu'il souhaite voir aboutir.

    Il suggère en priorité de "lutter contre la précarité sur le marché du travail", qui frappe particulièrement les femmes et les plus jeunes, mais aussi de mieux "anticiper les évolutions de l'activité, de l'emploi et des compétences", ou encore d'améliorer les "dispositifs de maintien de l'emploi face aux aléas conjoncturels" des entreprises ainsi que les procédures de licenciements collectifs.

    Liste des actions à mener pour sécuriser l'emploi :

    • trouver des leviers pour que le CDI demeure ou redevienne la forme normale d'embauche ;
    • traiter la problématique du temps partiel subi ;
    • proposer les voies d'un meilleur accès à la formation et d'un meilleur accompagnement par le service public de l'emploi et l'ensemble des acteurs, des demandeurs d'emplois précédemment salariés en CDD ou en intérim, dans des processus de mobilité et de qualification ;
    • renforcer les dispositifs de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, en particulier une articulation renforcée de la GPEC avec les dispositifs de mobilité et les orientations de la formation dans les entreprises, y compris le plan de formation ;
    • améliorer les actions de renforcement de l'employabilité des salariés et la portabilité des droits à la formation ;
    • développer les démarches d'anticipation dans les branches et au niveau des territoires, à l'appui de la GPEC des entreprises ;
    • améliorer et unifier les dispositifs d'activité partielle, et clarifiant les règles de recours ;
    • apporter les garanties juridiques, pour les salariés et les entreprises, lorsque des accords collectifs d'entreprises visent à maintenir l'emploi et l'activité dans un contexte de difficultés conjoncturelles aigües ;
    • renforcer la sécurisation des parcours professionnels et l'efficacité en termes de retour/maintien dans l'emploi des dispositifs de reclassement ;
    • clarifier et sécuriser les procédures de licenciement ;
    • apporter une réponse aux situations dans lesquelles une entreprise qui envisage de fermer un site refuserait de considérer favorablement l'offre valable d'un repreneur assurant la pérennité de tout ou partie des emplois.

    Source net iris

    Dessin bakchich 

  • Les emplois d'avenir : du réchauffé dans la marmitte

    Imprimer

    140.000 jeunes sortent chaque année de l'Education nationale sans diplôme, dont 40.000 sans qualification.

    Les emplois "d'avenir", subventionnés par l'Etat, ciblent en priorité les jeunes de 16 à 25 ans peu qualifiés, sans diplôme ni formation.

     

    Mardi 4 septembre, Michel Sapin, s'est rendu  à l'Assemblée nationale pour y défendre son projet de loi  concernant les emplois d'avenir .

    Une procédure accélérée  pour un vote de la loi mi-octobre , pour une entrée en vigueur le 1er novembre.

    Avec les  contrats de génération, et les négociations sur la « sécurisation de l’emploi », les emplois d’avenir sont les piliers  de la politique de l’emploi du gouvernement.

    Ces contrats qui   s’adresseront aux jeunes âgés de 16 à 25 ans, peu ou pas qualifiés  , aux personnes ayant le statut de handicapé de moins de 30 ans et aux personnes diplômées du supérieur si elles viennent d'un secteur fortement touché par le chômage,  concerneront  le secteur non-marchand (collectivités et associations). 

     Les contrats  d'avenir seront conclus  pour  un an, puis renouvelables pendant trois ans. 

    Ils seront   proposés  ( sauf exception) pour un temps plein .   

    Le projet de loi prévoit un maximum d’aide égal à 75 % du Smic  Les allégements Fillon, non abrogés, peuvent  être demandés.  Les aides s’étaleraient sur la totalité de la durée du contrat (maximum 3 ans).  

     L'État espère créer 100.000 emplois de ce type dès 2013 -et 150.000 au total- pour un coût que le ministre du Travail, Michel Sapin, a estimé  à 500 millions d'euros pour la première année.

     L'opposition de droite s'est élevée contre une "solution ringarde et dépassée", une "idée décongelée" rappelant "les emplois jeunes" mis en place par le gouvernement socialiste de Lionel Jospin (1997-2002).potion réchauffée.jpg

     

     En 2006, la Dares estimait que 62,3 % des CIE et 43,3 % des CAE avaient trouvé du travail suite à leurs contrats, sans toutefois préciser quel type d’emploi.

    Les emplois-jeunes, avaient permis à un tiers des jeunes bénéficiaires d’être embauchés sur le même poste dans le semestre suivant leur contrat, selon une étude du Centre d’études sur l’emploi publiée en mai 2012. Cette étude, conduite par Bernard Gomel, fait également état de conditions salariales nettement moins favorables pour les anciens emplois-jeunes qui gagnent à peu près 200 euros de moins que leur collègues embauchés “normalement”.

    Par ailleurs, un tiers des 500 000 emplois-jeunes ont débouché sur du chômage ou de l’inactivité.

    Que penser de ces 150.000 emplois d’avenir proposés à des jeunes non qualifiés issus de quartiers défavorisés ?

    Gouvernements, de gauche comme de droite, utilisent les mêmes recettes. 

    Depuis trente ans, les emplois subventionnés par l’Etat pour aider des publics ciblés n’ont pas cessé de progresser ( contrat emploi solidarité, contrat emploi consolidé, contrat initiative emploi, emplois-jeunes, accompagnement dans l’emploi, contrat unique d’insertion… .)

    Fin 2011, il y avait près de 300.000 contrats aidés – hors formation en alternance – et à plus de 80 % dans le secteur non marchand, à savoir public et associatif.

    Selon  un article de Challenges  " les évaluations pratiquées depuis trente ans dans de nombreux pays ont montré que les emplois aidés dans le secteur non marchand ne permettaient pas à leurs bénéficiaires de mieux s’insérer dans l’emploi par la suite. En 2010, David Card, de l’Université Berkeley, a analysé 199 études.

    Toutes révèlent que les contrats subventionnés dans le secteur public ne jouent pas un rôle de tremplin pour obtenir un emploi. Au contraire. Ces emplois agissent comme des trappes à inactivité. Ils n’incitent pas les jeunes à continuer à chercher d’autres emplois. Ils stigmatisent ceux qui en bénéficient, et accroissent leurs difficultés de recrutements futurs, car les employeurs anticipent que ces jeunes ont plus de difficultés que les autres. Ainsi, en parquant les jeunes défavorisés dans des petits boulots du secteur public – à temps partiel dans une écrasante majorité –, on accroît leur risque de passer derrière ceux, souvent plus diplômés, qui ont été recrutés dans le privé.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu