Avertir le modérateur

Travailler plus pour crever plus !

Imprimer

Oyé oyé braves gens   il ne fera pas bon d'être malade  lorsqu'on est un salarié précaire !

le 4 ème jour de carence arrive.

Ce  quatrième jour de carence  va  fragiliser  encore les plus fragiles .

Voici mon analyse

Lorsque  les salariés du secteur privé  sont malades , l'assurance maladie ne paie des indemnités journalières qu'après un délai de carence de 3 jours.

Désormais, les salariés posant un arrêt de maladie auront un délai de carence de 4 jours.

Selon le code du travail,  lorsque vous avez un an d'ancienneté , l'employeur  doit compléter le salaire  à l'issue du délai de carence . 

90 % du salaire brut durant 30 jours, immédiatement pour les maladies professionnelles et les accidents du travail,

et à partir du 11ème jour en cas de maladie ou d'accident,

66 % du salaire brut, durant les 30 jours suivants.

Les durées augmentent de 10 jours par tranche de 5 ans d'ancienneté.

De nombreuses conventions collectives  améliorent ce système  avec le versement du salaire dès le premier jour.

Dans la plupart des conventions collectives il faut avoir un minimum d'ancienneté pour bénéficier de ce maintien de salaire ( en général  les conventions suivent la loi sur la mensualisation soit un an d'ancienneté)

Les accords internes viennent également améliorer la couverture sociale des salariés.

Oui mais...... 

Selon les syndicats , 50% des entreprises seraient couvertes  par de tels accords 

En revanche pour le Medef  ce serait  entre 80 et 90%.

 Impossible de savoir quelles sont les entreprises qui prennent en charge le salaire pendant le délai de carence, estiment syndicats et Medef. 

J'ai cherché des statistiques sur le sujet  et il ressort que :

  • 90 % des salariés sont couverts par une convention collective
  • la plupart des conventions collectives  prévoient une ancienneté minimale pour assurer un complément de salaire
  • les régimes de prévoyance mis en place dans les entreprises suivent en général  les dispositions  conventionnelles

De ces brêves constatations il ressort que :

  • les salariés qui  se verront pénalisés par  ce quatrième jour de carence  sont

Les 10% de salariés  ( quelle que soit leur ancienneté dans l'entreprise) non couverts par une convention et qui n'auront que la loi sur la mensualisation : ce qui représentent déjà  plus d'un million de personnes.

Les salariés  qui sont couverts par une convention mais qui nont pas l'ancienneté nécessaire  pour bénéficier de la couverture dès le premier jour, ces salariés sont les nouveaux embauchés  mais surtout  les  salariés embauchés de manière précaire en CDD.

Sachant que le travail précaire a explosé ces dernières années   et qu'il touche de plein fouet   notre jeunesse  mais aussi les salariés qui après avoir perdu un emploi stable acceptent une embauche précaire  ce sont bien  ces salariés déjà en situation d'instabilité qui vont  être pénalisés par ce quatrième jour de carence !

Coté syndical, Jean-Marc Bilquez, en charge de la protection sociale à Force Ouvrière, craint que les conventions collectives ne restent sur leurs chiffrages actuels de 3 journées prises en charge par les employeurs. "Le quatrième jour, c'est un jour qui ne sera pas payé par l'entreprise". "C'est profondément injuste pour les salariés du privé comme pour les fonctionnaires. C'est une punition collective!"

Un salarié au smic malade 4 jours  perdra  environ 150 € nets

avec un délai de carence de 3 jours il n'en perdait que  125

et 25 euros  sur un salaire net de  1073 €  c 'est  beaucoup ! 

Un détail qui a échappé  aux nantis qui ont décidé  cette injustice !

Ce n'est plus travailler plus pour gagner plus   c'est travailler plus pour crever plus.....

Le_Malade_imaginaire.jpg

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu