Avertir le modérateur

  • Un peu de douceur dans ce monde

    Imprimer

    chers amis

    Je vous conseille de visiter le site d'une amie  le peintre Elisabeth Trézéguet Mutti  voici le lien  " le journal de Mutti"

    je laisse à votre sensibilité  ces magnifiques peintures  qui personnellement m'apportent  apaisement et douceur

  • Retraite et pénibilité : Un imbroglio inapplicable !

    Imprimer

    Manifestation-retraites_pics_809.jpgPénibilité vous n'êtes pas au bout de vos peines !

    On en a parlé et reparlé : la prise en compte de la pénibilité au travail pour prétendre à une retraite à taux plein de manière anticipée

    Voici l'imbroglio  qui a été concocté par notre gouvernement  et notre parlement

    VOIR  ARTICLES  25 ET SS DU PROJET DE LOI qui sera voté ce soir

    Un système complexe  surtout pour les salariés qui multiplient  les missions d'intérim et les CDD  , aux effets inattendus  ( notamment un risque  d'explosion des dossiers d'accident du travail ...) qui ne manquera pas de décourager les plus fatigués !!!!!!


    • Maintien de l'âge de la retraite à 60 ans pour les salariés qui ont une incapacité physique  .
    • Cette incapacité  dont le taux sera très certainement fixé à 20% par décret  devra être reconnue au  titre d'une maladie professionnelle ou au titre d'un accident de travail et ayant entraîné des lésions identiques à celles indemnisées au titre d'une maladie professionnelle
    • un taux inférieur  sera prévu  par décret lorsque cumulativement : 
      - le taux d'incapacité permanente de l'assuré est au moins égal à un taux déterminé par décret ;
      - l'assuré a été exposé, pendant un nombre d'années déterminé par décret, à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels ;
      - il peut être établi que l'incapacité permanente dont est atteint l'assuré est directement liée à l'exposition à des facteurs de risques professionnels.
    • Une commission pluridisciplinaire sera chargée de valider les modes de preuve apportés par l'assuré et d'apprécier l'effectivité du lien entre l'incapacité permanente et l'exposition aux facteurs de risques professionnels.
    • Mise en place d'un carnet de santé individuel retraçant les expositions.

    - Un dossier médical en santé au travail, constitué par le médecin du travail, retrace dans le respect du secret médical les informations relatives à l'état de santé du travailleur, aux expositions auxquelles il a été soumis, ainsi que les avis et propositions du médecin du travail, notamment celles formulées en application de l'article L. 4624-1. Ce dossier ne peut être communiqué qu'au médecin de son choix, à la demande de l'intéressé.

    - Pour chaque travailleur exposé à un ou plusieurs facteurs de risques professionnels déterminés par décret et liés à des contraintes physiques marquées, à un environnement physique agressif ou à certains rythmes de travail susceptibles de laisser des traces durables identifiables et irréversibles sur sa santé, l'employeur consigne dans une fiche, selon des modalités déterminées par décret, les conditions de pénibilité auxquelles le travailleur est exposé, la période au cours de laquelle cette exposition est survenue ainsi que les mesures de prévention mises en oeuvre par l'employeur pour faire disparaître ou réduire ces facteurs durant cette période.

    Cette fiche individuelle est  communiquée au service de santé au travail qui la transmet au médecin du travail. Elle complète le dossier médical en santé au travail de chaque travailleur. Elle précise de manière apparente et claire le droit pour tout salarié de demander la rectification des informations contenues dans ce document. Le modèle de cette fiche est fixé par arrêté du ministre chargé du travail après avis du Conseil d'orientation sur les conditions de travail.

    -Une copie de cette fiche est remise au travailleur à son départ de l'établissement, en cas d'arrêt de travail excédant une durée fixée par décret ou de déclaration de maladie professionnelle. Les informations contenues dans ce document sont confidentielles et ne peuvent pas être communiquées à un autre employeur auprès duquel le travailleur sollicite un emploi. En cas de décès du travailleur, ses ayants droit peuvent obtenir cette copie. »

    Si vous avez résisté à la lecture de  ce texte  dont la mise en oeuvre est à mon sens impossible pour les salariés qui  multiplient les CDD et missions d'intérim   vous êtes aptes à travailler jusqu'à 100 ans .......

    258_penibilite.1284035226.gif

  • Morano "accouche" de la proposition la plus décalée qui soit !

    Imprimer

    En tant que femme et mère de famille je donne  la palme de la stupidité  à Nadine Morano pour ses idées lumineuses concernant le congé de maternité  et son intervention hautement intellectuelle  sur RMC  !

    MORANO.jpgLes députés européens ont adopté mercredi 20 octobre, en première lecture, la proposition d'allongement, au sein de l'Union européenne, de la durée minimale des congés maternité à 20 semaines entièrement rémunérées.

    Cette proposition devra désormais être discutée avec les Etats membres de l'UE.

    De nombreux diplomates prédisent que ce texte sera renvoyé à Strasbourg en seconde lecture.

    la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni ou encore la Suède s'y opposent.

    Nadine Morano, s'est opposée à cette proposition.

    "Passer à 20 semaines engendrerait un coût de près de 1,3 milliard d'euros, ce qui est un peu contradictoire avec la politique de réduction des déficits publics", a-t-elle dit mercredi sur RMC-BFM TV.

    Elle a également souligné que le gouvernement souhaitait engager une réflexion sur une meilleure répartition des congés de maternité et de paternité, "parce qu'il y a aussi une volonté des papas de s'impliquer un peu plus". Il faut qu'"il puisse y avoir un choix pour que le papa, au lieu de 15 jours, puisse choisir avec la maman, de manière concertée", de prendre un congé plus long, qui serait déduit du congé maternité, a-t-elle indiqué.

    Ecouter c'est consternant

     

    voici l'intégralité de la communication

    Procédure législative ordinaire, première lecture

    Rapporteur: Edite Estrela (S&D, PT


    le Parlement Européen vient de décider que le congé de maternité minimum dans l'UE devrait être élargi de 14 à 20 semaines intégralement rémunérées, avec une certaine souplesse pour les pays qui ont déjà un congé pour évènements familiaux.

    Le droit à un congé de paternité payé d'au moins deux semaines a également été approuvé par une majorité de députés.

    Une majorité de députés ont voté en faveur de la prolongation du congé de maternité minimum de 14 à 20 semaines, allant ainsi au-delà de la proposition de la Commission européenne qui proposait de l'étendre à 18 semaines, dans une résolution rédigée par Edite Estrela (S&D, PT ) et adoptée par 390 voix pour, 192 contre et 59 abstentions.

    Toutefois, les députés ont adopté des amendements ajoutant que, dans le cas où un congé pour évènements familiaux existe au niveau national, les quatre dernières semaines peuvent être considérées comme un congé de maternité payé au minimum à 75%.


    Les travailleuses en congé de maternité doivent percevoir l'intégralité de leur salaire, et la prestation doit être égale à 100% de leur dernier salaire mensuel ou de leur salaire mensuel moyen, indique la résolution adoptée. La Commission européenne propose une rémunération de 100% au cours des six premières semaines du congé de maternité. Pour le reste du congé, elle recommande d'accorder le plein traitement. Cette dernière disposition n'est pas contraignante, mais le montant versé ne devra pas être inférieur à un congé de maladie.

    Le projet de loi vise à fixer des règles minimales au niveau de l'UE. Les États membres peuvent adopter ou maintenir les règles existantes qui sont plus favorables aux travailleurs que celles prévues dans la directive.

    "La maternité ne peut pas être considérée comme un fardeau pesant sur les systèmes de sécurité sociale, il s'agit d'un investissement pour notre avenir", a déclaré le rapporteur Edite Estrela (S&D, PT) au cours du débat en plénière, lundi.


    Congé de paternité

    Les États membres sont invités à faire bénéficier les pères d'un congé de paternité entièrement rémunéré d'au moins deux semaines au cours de la période de congé maternité, indique le texte adopté. Les députés qui se sont opposés à cette disposition ont fait valoir que le congé de paternité se trouve hors du champ d'application de cette législation traitant de "la santé et la sécurité des femmes enceintes".


    Droits liés au travail

    Le Parlement a également adopté des amendements pour interdire le licenciement des travailleuses enceintes dès le début d'une grossesse et jusqu'à six mois, au minimum, après le terme du congé de maternité. Les députés ont également précisé que les femmes doivent pouvoir retrouver leur emploi ou un "poste équivalent", c'est-à-dire avec le même salaire, dans la même catégorie professionnelle et dans le même type de fonctions que ceux qu'elles avaient avant le congé de maternité.

    Le Parlement a ajouté que les travailleuses ne doivent pas être obligées de travailler la nuit ou ni d'effectuer des heures supplémentaires au cours des 10 semaines précédant l'accouchement, pendant le reste de leur grossesse en cas de problème de santé de la mère ou de l'enfant à naître, et pendant toute la durée de l'allaitement maternel.



  • Petite info sur les retraites: mercredi fin du débat législatif

    Imprimer

    Les sept députés et sept sénateurs réunis lundi en commission mixte paritaire ont abouti à une version du texte qui permet de mettre d'accord l'Assemblée nationale et le Sénat.

    Le texte de loi, qui prévoit de reculer de 60 à 62 ans l'âge minimal de départ à la retraite, doit être adopté définitivement mercredi par le Parlement, marquant ainsi la fin du débat législatif.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu