Avertir le modérateur

Les chômeurs agés victimes collatérales de la réforme des retraites

Imprimer

Les  chômeurs agés vont être les victimes collatérales  de la réforme des  retraites.

Cette vérité pourtant si simple à comprendre est niée par Laurent WAUQUIEZ   qui pense ou fait semblant de penser  que  par un coup de baguette magique   le plan  des embauches des  séniors à zéro charge et le tutorat vont remplir les entreprises de  séniors  ! ( voir ci -après un extrait de son intervention sur le sujet à l'assemblée nationale ce mardi 29 juin)

Le « projet de loi sur la réforme des retraites » qui sera  adopté en conseil des ministres  le  13 juillet sera examiné par la Commission sociale de l’Assemblée nationale  à partir du 20 juillet avant l’examen de la loi par le Parlement, du 7 septembre et jusqu’à octobre.

Avec le recul de l'âge de la retraite  à 62 ans dans un délai relativement rapproché  les séniors  qui vont se retrouver au chômage alors qu'ils étaient proches des 60 ans devront donc attendre plus longtemps pour pouvoir prétendre à leur retraite.

Compte tenu  de notre situation économique et du fait que les entreprises  n'embauchent pas les séniors  ( sauf exception dans des métiers à  forte valeur ajoutée )  cette réforme aura pour conséquence immédiate  de pousser les séniors dans la précarité car ils risquent fort d'épuiser leur droit à chômage avant de toucher leur retraite......

Le gouvernement  va ainsi  transférer les déficits des caisses de retraite vers celles de l'Unedic ou bien des assurances maladie  et invalidité   ( on peut s'attendre sur ce terrain à un durcissement des organismes et des contrôles drastiques )

l'emploi des séniors a fait l'objet d'une question au gouvernement à l'assemblée nationale lors de la séance du mardi 29 juin

voici   un extrait des interventions sur le sujet je vous laisse vous délecter  de  la réponse  de Laurent Wauquiez !

"La parole est à M. Jean-Michel Fourgous, pour le groupe de l’Union pour un mouvement populaire.

M. Jean-Michel Fourgous. Ma question, qui s'adresse à Laurent Wauquiez, secrétaire d'État chargé de l'emploi, concerne les vraies attentes des Français, à savoir l’emploi des seniors, volet important de la réforme des retraites.

La France présente une double spécificité : on rentre plus tard sur le marché du travail, mais surtout, on part plus tôt puisque l'âge moyen de cessation d'activité se situe vers cinquante-huit ans.

C'est l'héritage d'un consensus entre l’État, les syndicats et les entreprises, qui a conduit, pour lutter contre le chômage, à « sortir » les seniors du marché du travail.

Depuis trois ans, le Gouvernement a enfin décidé de rompre avec cette politique suicidaire. En 2008, puis en 2009, nous avons déjà voté plusieurs mesures en faveur de la formation et de l'employabilité des seniors.

Aujourd'hui, le sauvetage de notre régime de retraite par répartition impose, plus que jamais, aux politiques de dire la vérité aux Français. Je rappelle à ceux qui l’auraient oublié que notre espérance de vie augmente. Ce n'est ni de gauche ni de droite, c'est un fait. Nous sommes aujourd'hui dans l'ère des faits. Devant cette réalité, la question du maintien des seniors dans l'emploi est donc d'une importance capitale. Aussi, monsieur le secrétaire d’État, vous qui êtes un homme de faits, pourriez-vous nous indiquer quelles sont les nouvelles pistes très concrètes pour améliorer la situation de l'emploi de nos seniors ? (Applaudissements sur plusieurs bancs du groupe UMP et du groupe NC.)

M. le président. La parole est à M. Laurent Wauquiez, secrétaire d'État chargé de l’emploi.

M. Patrick Roy. Et du chômage !

M. Laurent Wauquiez, secrétaire d'État chargé de l’emploi. Monsieur le député, au cours des vingt dernières années, la France s’était enfermée dans une mauvaise voie en matière de politique d’emploi des seniors en sacrifiant l’emploi des plus de cinquante ans. (Exclamations sur les bancs du groupe SRC.)


M. Jean Glavany. Parce que maintenant, c’est un triomphe !

M. Laurent Wauquiez, secrétaire d'État. Certains, à gauche, devraient faire preuve de plus de modestie…

M. Jean Glavany. La modestie, ça vous connaît !

M. Laurent Wauquiez, secrétaire d'État.
…parce que les années les plus noires ont été les années 1997-1998 lorsque Martine Aubry a dispensé les seniors de rechercher un emploi et les a massivement poussés à choisir la préretraite. (Exclamations sur les bancs du groupe SRC.) Nous nous devons de rétablir les faits et les responsabilités. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

Cela fait maintenant trois ans que, à la demande du Premier ministre et du Président de la République, nous travaillons, avec Christine Lagarde, sur ce sujet, avec l’appui de Vigeo, le cabinet de Nicole Notat, qui nous a accompagnés dans cette démarche. Nous avons incité les entreprises à développer la formation des seniors, à créer des programmes d’embauche qui ne soient pas discriminants vis-à-vis des seniors…


M. Philippe Plisson. Cela n’a pas marché.

M. Laurent Wauquiez, secrétaire d'État. …à travailler sur le déroulement de carrière des seniors. Plus de 30 000 accords ont été conclus directement dans les entreprises, concernant 16 millions de salariés.

Vous demandez quels sont les résultats, monsieur le député. En trois ans, ils sont considérables.


M. Jean Glavany. Oui, le chômage des seniors a explosé !

M. Laurent Wauquiez, secrétaire d'État. Le taux de chômage des seniors a été maintenu à 6,2 % pour les plus de cinquante-cinq ans, soit bien en dessous de la moyenne nationale. Au cours des trois dernières années, le taux d’emploi a progressé de quatre points, près de 10 %, ce qui n’était jamais arrivé dans notre pays, qui plus est dans une période de crise.


Plusieurs députés du groupe socialiste, radical, citoyen et divers gauche. Nous ne devons pas avoir les mêmes chiffres.

M. Laurent Wauquiez, secrétaire d'État. Aux côtés d’Éric Woerth, car la réforme des retraites est indissolublement liée à celle de l’emploi des seniors, nous continuons à travailler sur ce sujet et je tiens à saluer son courage et sa détermination en la matière.
Nous allons essayer de favoriser l’embauche des seniors, notamment avec un programme « zéro charge »…


M. Patrick Lemasle. Une nouvelle niche fiscale.

M. Laurent Wauquiez, secrétaire d'État. …et développer le tutorat pour faire en sorte que les seniors puissent transmettre leur savoir-faire.

Il y a deux voies. La première, celle des socialistes, a consisté à sacrifier l’emploi des seniors (Exclamations sur les bancs du groupe SRC) ; c’est la voie de la facilité et du court terme.

M. Patrick Roy. Zéro !

M. Laurent Wauquiez, secrétaire d'État. La seconde consiste à assumer, se battre courageusement pour que les plus de cinquante ans aient accès au marché de l’emploi : c’est celle que nous avons choisie. (Applaudissements sur les bancs du groupe UMP.)

M. Jean Glavany. La politique du chômage !

 

Realisation_du_01-07-10.jpg

Commentaires

  • apres 38 annees de travail sans interruption , je me trouve aujourd'hui au chomage à l'age de cinquante six ans. mon ressenti est complettement different des discussions de l'assemblée. si j'ai bien compris ,les charges patronnales des seigneurs seront prises en charge par l'état et le probleme sera resolu, il ne nous restera plus qu'a tendre la main pour accepter un salaire qui sera forcément bas et d'attendre 62 ans que la retraite arrive.je suis trop pessimiste? en etes vous sur ? et surtout rassurez mois car les solutions avancées pour régler le probleme semble tellement simple que j'ai bien peur d'avoir tout comprit . bien sur ,comme d'habitude , les principaux interresses sont bien loing de ces débats . mais au fait ! pour l'emploi des jeunes il semble que le traitement soit le meme plus de charges , plus de problemes . qui va payer?

  • cher ami vous avez tout compris c'est le miroir aux alouettes

    les élections se rapprochent et par miracle le chômage va baisser , les séniors vont trouver du travail, il y aura moins de pauvres , de mal logés ,les sdf ne mourront plus dans la rue bref tous heureux ......

  • Bonjour merci de me lire via le site et au besoin de me joindre. A 62 ans et 14 ans de chômage anéantissant ma CRAM ne m'a validé que 143 trimestres et ne me laisse espérer qu'une INVIVABLE retgraite du 1/3 du seuil de pauvreté après les 65 ans (après 2013).
    En attendant, la spoliation sciemment provoquée par les ABSTENTIONS de réponse (positive), s'aggrave chaque mois.
    C'est l'horreur économique au quotidien, imposée par les nantis.

  • A mes 60 ans au printemps 2008, la CRAM ne me compte que 143 trimestres du fait du chômage de fin de droits (non indemnisé) depuis que quinqua, et ne me laisse espérer qu'une INVIVABLE retraite (1/3 du seuil de pauvreté) après les 65 ans (après 2013); soit après une très grave spoliation de la famille et de la vie.
    En attendant via le site des vieux au chômage, lisez mon "cursus motivé" et la toute récente "lettre au ministre du travail". A 62 ans et 14 ans de chômage, vous avez quoi à me proposer ?

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu