Avertir le modérateur

Messieurs les préfets vous ferez "pan- pan cul cul aux parents indignes ."

Imprimer

En déplacement en Seine-Saint-Denis, le Président de la République, Nicolas SARKOZY a rappelé sa volonté de "lutter contre le fléau de l’absentéisme scolaire qui conduit à la déscolarisation et à la marginalisation."

Il souhaite que la décision de suspendre les allocations familiales en cas d’absentéisme scolaire injustifié et répétitif ait un caractère systématique.


Le principe n'est pas nouveau. En effet la suspension des allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire avait été supprimé en 2004 par le ministre de l'Education nationale  Luc Ferry.

Cette possibilité  a été réintroduit sous le gouvernement Villepin  par la loi  du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances  . Le dispositif permet  au président du conseil général de demander à la Caisse d'allocations familiales (CAF) de suspendre les versements.

Les  présidents des conseils généraux n'ont certainement pas assez sévi car   Nicolas Sarkozy veut confier cette mission aux préfets ( La plupart des élus de l'opposition  n'exerçaient pas ce droit. « Il va totalement à l'encontre de la mission des travailleurs sociaux du département », explique Claudy Lebreton, le président socialiste de l'Association des départements de France. )

Eric Ciotti, député UMP des Alpes-Maritimes, déposera  une proposition de loi en ce sens à l'Assemblée nationale.

La suppression des allocations familiales est une mesure qui revient régulièrement lors de discours sécuritaires. Christian Estrosi l'avait évoquée en 2008 pour réduire la délinquance dans sa ville. De même, Luc Chatel, lors des états généraux de la sécurité à l'école, avait abordé le sujet. Enfin, Nicolas Sarkozy, est également un adepte de ce thème.

 



Depuis cette annonce,  c'est le concert des critiques et des protestations à gauche mais aussi  à droite ....

  • Pour Jean Marc Bilquez, secrétaire confédéral du syndicat Force Ouvrière (secteur Protection sociale), le projet du ministre de l'Education nationale démontre "la volonté du gouvernement de concentrer encore un peu plus les pouvoirs en matière de gestion et de transfert des allocations familiales".
    Qualifiant de "fausse bonne idée" le projet du ministère de l'Education nationale, Jean Marc Bilquez estime que celui-ci " conduira à aggraver la situation, déjà difficile, des familles et de leurs enfants". "Ce n'est pas en ajoutant de la difficulté à la difficulté qu'on résoudra le problème de l'absentéisme scolaire", insiste t-il.
    Et de conclure : "cette mesure n'est pas nouvelle. Il convient de s'interroger sur les raisons pour lesquelles elle refait surface. L'échec électoral de grande ampleur de la majorité n'y est certainement pas étranger"
  • Brigitte Masure, secrétaire générale adjointe de la Confédération syndicale des familles, fustige "un discours récurrent sur la défaillance des parents dont l'unique but est de légitimer des sanctions financières." Selon elle, "Une telle stigmatisation ne résoudra pas le problème. Au contraire, elle risque de creuser encore un peu plus le fossé entre les familles et l'école."
  • Martine Aubry, première secrétaire du PS, a précisé «ça ne marche pas en Grande-Bretagne, ça n'a jamais marché».
  • Ségolène Royal, présidente PS du conseil régional Poitou-Charente doute, elle, «franchement» qu'«affamer les petits frères des adolescents délinquants» puisse être la bonne solution. Elle a réitéré sa proposition de reverser les allocations familiales à l'établissement scolaire de l'élève absent, afin qu'elles soient «utilisées dans l'intérêt de l'enfant»
  • L'ex-ministre de l'Education Luc Ferry a déclaré au Monde que «c'est ajouter la misère à la misère». «Ce qu'il faut, c'est créer des filières d'excellence dans la voie professionnelle, pour qu'elle ne soit plus choisie par défaut», selon M. Ferry. L'absentéisme est en effet surtout fort dans les lycées professionnels (15% en moyenne, contre 3% des collégiens et 6% des lycéens), selon les chiffres du ministère de l'Education nationale.
  • Christine Boutin, présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD, associé à l'UMP), pense  que la suspension des allocations familiales contre l'absentéisme à l'école revenait à "donner à l'adolescent un pouvoir sur le budget familial", selon son comportement.

Article du Parisien

Article les Echos


Xavier Bertrand veille au grain  et soutient le projet

il cosignera la proposition de loi d'Eric Ciotti. "Le désengagement des parents à l'égard de leurs enfants est un problème majeur qui dépasse tous les clivages politiques. L'enjeu de cette réforme n'est pas partisan. C'est pour cela que l'UMP souhaite que ce texte puisse bénéficier du soutien du plus grand nombre de parlementaires"

"Le Mouvement Populaire souhaite s'associer pleinement à cette mesure pour laquelle il s'était engagé fortement, et notamment avec la mise en ligne d'une pétition (sur le site officiel de l'UMP) qui avait recueilli plus de 35.000 signatures"

La secrétaire d'Etat à la Famille, Nadine Morano, qui n'est pas en reste  estime que le projet de supprimer les allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire avait pour but de "rappeler à leurs devoirs" les parents.


Absentéisme scolaire : suspension des allocations familiales
envoyé par ump. - L'info internationale vidéo.

Commentaires

  • il est incroyable de voir qu il est impossible en France de reformer sans que la gauche crie au scandale
    lorsque l on voit le resultat cela fait peur
    je vis a Hong Kong , ici pas d assistanat, pas d insecurite ni d incivilite car ce sont des crimes durement reprimes, la police y est respectee le gouvernement fait son travail et les reglementa appliques ,lorsque je reviens en France je trouve que ce pays regresse de plus en plus et plonge dans la poperisation
    il serait temps que les parents assument leurs responsabilites, les causes sont nombreuses avec principalement des familles mono parentales , dans certaines banlieues comment obliger les enfants a aller a l ecole ou a travailler alors qu il est plus facile de vendre de la drogue en gagnant des milliers d euros
    ce qu il faut en France, c est une revolution totale de la politique , que les dirigeants dirigent le pays et non leurs interets personnels et que les citoyens arretent d attendre les aides en tous genres , mais aient la fierte de relever la tete de d aller travailler

  • La tutelle aux allocations familiales aurait-elle été supprimée? Il est vrai qu'il faut payer un fonctionnaire pour la gérer(trop cher).

  • @leroux il est facile de dire que le citoyen relève la tete et va travailler ! depuis le gouvernement sarkozy qui met les batons dans les roues au citoyen ,sarkozy a tout fait pour détruire les petits emplois pour les gens sans diplome .aujourd'hui pour garder des personnes agées il faut des diplomes ,avant non

  • voici donc le revers de la politique nataliste.

    Ceux qui n'ont qu'un enfant et aucune allocation,ni prestation dérivée,sont d'emblée de mauvais parents (mais surtout de mauvais reproducteurs) et punis financièrement d'entrée.
    En Belgique les allocations sont égalitaires.

  • Je trouve dramatique ce problème de jeunes qui font des conneries au lieu d'être à l'école ou en train de dormir chez eux le soir et il faut trouver un moyen pour que les parents reprenne les rênes. Mais je suis contre la violence éducative la méthode est contre productive et c'est exactement ce que veut faire l'état contre ces parents dépassés.
    Selon moi il faudrait plutôt proposer des stages aux parents pour réapprendre à communiquer avec leur ado avec la menace d'envoyer les enfants en centre si ils ne se sentent plus la force d'assumer leur éducation. Seulement j'imagine que tout ceci couterait bien plus cher que de supprimer les allocations (là au contraire ça permet à l'état d'économiser un petit peu).

  • L'enfant unique va pouvoir sécher les cours en toute quiétude: ses parents ne perçoivent aucune allocation.

  • "Nadine Morano estime que le projet de supprimer les allocations familiales en cas d'absentéisme scolaire avait pour but de "rappeler à leurs devoirs" les parents".

    Conclusion logique : ceux qui n'en perçoivent pas (enfant unique) n'ont pas de devoirs.Enfin les allocations étant affectées d'un coefficient différent selon le nombre d'enfants,la responsabilité parentale est-elle corrélée à ce même coefficient?

  • Toutes les classes sociales étant concernées,est-il également prévu de supprimer les avantages du bouclier fiscal dans ce même cas?

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu