Avertir le modérateur

La fondation Abbé Pierre a besoin de nous

Imprimer

La Plateforme de Prévention des Expulsions Locatives de la Fondation Abbé Pierre cherche bénévoles 


Offre publié le 9 février 2010
Validité de l'offre : 7 mai 2010
Pays : France
Ville : PARIS


Conditions
Statut : Bénévolat
Durée du contrat : Tant que la ou le bénévole souhaitera s'engager aux côtés de la Fondation Abbé Pierre.
Contact : Marie Rothhahn
Email : mrothhahn@fondation-abbe-pierre.fr


La plateforme téléphonique ’Allo Prévention Expulsion’ a été créée dans le but de traiter les appels du grand public, des travailleurs sociaux ou des associations sollicitant un appui face à une menace d’expulsion ou une situation d’impayé de loyer.

Mission :
Assurer la permanence téléphonique : écouter et comprendre la demande sans juger, motiver la personne à s’impliquer dans la résolution de ses difficultés en matière de logement, lui proposer un appui et une orientation adaptée grâce aux outils mis à disposition de la mission.

Accessoirement, effectuer la saisie des fiches de suivi et l’envoi de ces fiches vers les associations partenaires.

Disponibilité : Une à deux après-midi par semaine.

Lieu : La plateforme est basée au Siège de la Fondation Abbé Pierre pour le logement des défavorisés, 3/5 Rue de Romainville - 75019 PARIS. Accès : métro -> ligne 11, station télégraphe Bus : Bus 48 (arrêt Place des fêtes ou Rue des Bois), 26 (arrêt Pixéricourt) ou 60 (arrêt Jourdain).

Profil du candidat 
Expériences : -Expérience dans le domaine social et/ou juridique souhaitée. Formation : - Formation préalable dans le domaine de la prévention des expulsions locatives, et participation régulière à des réunions/formations. - Appui permanent en droit du logement par un juriste de l’association partenaire de la plateforme (la CGL) ou par la coordinatrice de la plateforme.

Qualité : -Aptitude à instaurer une relation d'empathie avec le public appelant ; -Capacité à travailler en équipe ; -Pratique de l'outil informatique.

 

allo_prevention_expulsions_xl.jpg

Commentaires

  • cette annonce est rédigée exactement comme une offre d'emploi,avec des EXIGENCES précises sans contrepartie salariale (profil,lieu de travail,fonction,horaires,formation,réunions) .

    le salariat maquillé en bénévolat?
    Certes le candidat peut partir librement, mais le salarié aussi!.Pourquoi exiger des compétences et un comportement professionnels,proposer formations et réunions à une personne qui n'est pas censée se comporter comme un salarié ?

    un bénévole en position de subordination? Bientôt une requalification auprès des Prudh'hommes?

    Pourquoi ne pas confier cet emploi à temps partiel à un chômeur salarié,lui donnant ainsi la perpective d'améliorer son RSA et de ne pas être expulsé de son logement,ce contre quoi prétend lutter la fondation ,et qu'elle ne fait qu'encourager grâce au travail gratuit ? Mais elle légitime ainsi sa raison d'être.

  • Nous pourrions longuement débattre sur le sujet
    c'est un problème non seulement de droit mais de société !
    l'existence même de certaines associations m'interroge car elles permettent dans bien des cas aux pouvoirs publics de se " défiler" de leurs obligations "sociétales"
    les restos du coeur en sont l'exemple le plus criant à mon sens...
    mais dans ce bas monde rien n'est parfait...
    au niveau du droit pur je vous apporte les précisions suivantes:

    Dans le cadre d’une association, les membres adhérents de celle-ci peuvent accomplir, sous l’autorité du président de l’association ou de son délégataire, un travail destiné à la réalisation de l’objet social. Ils ne perçoivent alors que le strict remboursement des frais exposés par eux et ne relèvent pas des dispositions du code du travail. Toutefois, la seule signature d’un contrat dit « de bénévolat » entre une association et une personne n’ayant pas la qualité de sociétaire n’exclut pas l’existence d’un contrat de travail dès lors que les conditions en sont remplies.

    vous avez également le statut du volontaire associatif qui est distinct de celui du bénévole strict ou de celui du salarié. Le volontaire associatif s’engage pour un temps déterminé auprès d’une association agréée et peut être indemnisé (loi 2006-586 du 23 mai 2006, JO du 25 ; décrets 2006-1205 et 2006-1206 du 29 septembre 2006 ; arrêté du 30 septembre 2006 ; décret 2006-1749 du 23 décembre 2006 et lettre-circ. ACOSS 2007-59 du 22 mars 2007).

  • Artemis,d'accord avec vous.Les associations à but social sont la bonne conscience des gouvernements en place et servent d'amortisseur social.

    Dans une association à but non social j'ai oeuvré comme bénévole ( benêt que l'on vole).J'ai connu les exigences démesurées liées à la gratuité et que l'on n'oserait exiger d'un professionnel dont le coût serait alors exorbitant,celle du porteur de valise au profit d'un tiers qui en retire tous les bénéfices,l'oubli définitif quand il n'y a plus rien à tirer de vous.Ce à quoi j'ai mis un terme rapidement .

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu