Avertir le modérateur

Syndicats et médias ont franchi le Rubicon

Imprimer

cc_001840.jpgPôle emploi  "rabatteur " pour messagerie rose à en croire  certains syndicats et médias....

Une offre d'emploi  "d'animatrice pour messagerie rose "  parue à pôle emploi  fait des remous.

On peut  lire  par exemple dans le Point  "Pour Philippe Sabater, de la FSU, le service public "sert de rabatteur" à un employeur ...., "c'est la désorganisation de Pôle emploi qui est à l'oeuvre ici et les conditions extrêmes de travail que les collègues subissent. On nous demande d'être des shivas (la déesse hindoue pourvue de multiples bras, ndlr). Les dérives viennent de là".

Stéphane Guillou de la CGT a également déclaré "On ne peut pas dire qu'il y ait prostitution, mais c'est limite, on ne sait pas ce qu'il advient derrière". il ajoute  "'il y a aussi des limites à ce qu'on peut considérer comme une offre raisonnable d'emploi".

Quant aux médias  pour attirer  les lecteurs ils n'hésitent pas à  faire des titres   racoleurs  : on peut lire  par exemple dans le Parisien  " quand pôle  emploi  propose de devenir  strip teaseuse..."

Bref vous l'avez compris une offre d'emploi qui excite médias et syndicats.

Non je ne fustigerai pas  Pôle emploi pour avoir diffusé  cette offre .

En revanche je donne un coup de griffe aux   médias  qui n'hésitent  pas à grossir par des titres plus que douteux une affaire qui ne mérite même pas une ligne dans la rubrique des chiens écrasés et  les syndicats  qui  l'instrumentalisent  pour mettre en exergue les dysfonctionnements de pôle emploi....

Voici les éléments de cette histoire que je trouve assez amusante!.

chat-coquin.jpgUne jeune  Parisienne qui cherche un emploi de webmaster  depuis  deux ans pianote sur le site de Pôle et découvre  une offre d'emploi  dont l'intitulé est le suivant :

Animations de chats pour adultes (messagerie rose), travail de jour ou de nuit - débutants  acceptés - rémunération entre  1 400 € à 2 000 € avec des primes -  contrat à durée indéterminée.

La jeune femme qui n'est pas mineure et on peut l'espérer  qui est dotée  d'une certaine intelligence postule en  toute connaissance de cause ....

En effet  elle déclare au Parisien "  J’ai été très surprise mais j’ai quand même postulé . Je cherche du travail. Animer un chat, même rose, ne demande pas une grande implication ".

Elle envoie  son CV… et reçoit un coup de téléphone " Mon interlocuteur m’a immédiatement expliqué que je n’utiliserai pas de clavier, mais un téléphone ou une webcam pour des rapports coquins."

Elle ajoute " mon interlocuteur m’a indiqué qu’il faudrait que je porte une nuisette et que je fasse le genre de truc qu’on fait pour son petit copain.  Puis, si le client est d’accord, je devrais « m’effeuiller » comme une strip-teaseuse .Perruques et maquillage sont  plus que conseillés."

Et l’interlocuteur de préciser  " que le numéro de téléphone qui permettrait aux hommes d’avoir accès à la jeune femme ne se trouvait que dans des magazines très hard, du genre de ceux que les kiosquiers gardent bien cachés. "

Nous pouvons lire  dans le Parisen  "C’est ultra-choquant. La frontière avec la prostitution n’est vraiment pas loin et cette offre d’emploi se trouve sur le site de l’Etat ! La dérive est énorme."

Selon pôle emploi  l'annonce est légale.

En revanche les syndicats  mettent en avant la morale  " Même si c’est un travail autorisé, personne ne voudrait que sa fille le pratique, rétorque le Syndicat national unitaire (SNU) Pôle emploi. Il est vraiment regrettable que le site en vienne à publier de telles offres. Mais les conseillers n’ont plus le temps d’aller chercher eux-mêmes des offres d’emploi intéressantes dans les entreprises… Du coup, le site est à l’affût de tout..."

Que  penser de cette affaire ?

La première question qui vient à l'esprit est celle de la légalité d'une telle offre d'emploi.

La seconde celle du rôle et de la responsabilité de pôle emploi .

D'une manière générale  les textes interdisent  les offres discriminatoires c'est à dire conditionnant l’accès à un emploi à certains critères : l’origine, le sexe,  les moeurs,  la situation familiale,  la grossesse,  la race, l’ethnie ou la nation, les opinions politiques,  les activités syndicales ou mutualistes, les convictions religieuses, l’état de santé, le handicap,  les orientations sexuelles,  l’âge,  l’apparence physique,  le patronyme, les caractéristiques génétiques.

Le fait de porter une mention discriminatoire dans une offre engage la responsabilité civile et pénale des personnes morales (entreprise , recruteur, site Internet, établissement de travail temporaire…) ainsi que des personnes physiques concernées (annonceur, diffuseur, personne qui enregistre, contrôle ou valide l’offre avant sa mise en ligne…).

Je n'ai pas eu accès directement à l'énoncé de l'offre  , toutefois selon les informations dont je dispose l'offre ne comporte aucun caractère  discriminatoire .

Concernant le critère lié  au sexe je serai plus prudente  car si l'annonce  fait référence à une "animatrice " nous pourrions considérer  que l'annonce est discriminatoire  car le libellé aurait du être le suivant : cherche animateur, animatrice...( le code du travail permet de faire référence au sexe recherché pour les artistes ayant à interpréter un rôle féminin ou un rôle masculin, les mannequins chargés de présenter des vêtements ou des accessoires, les modèles masculins et féminins posant pour des peintres ou des sculpteurs..)

Mais force est de constater que médias et syndicats  se sont placés sur un autre terrain : celui des bonnes moeurs et de la  morale !

La déclaration  de Stéphane Guillou de la CGT est limpide : "On ne peut pas dire qu'il y ait prostitution, mais c'est limite, on ne sait pas ce qu'il advient derrière". il ajoute  "'il y a aussi des limites à ce qu'on peut considérer comme une offre raisonnable d'emploi"

Les syndicats ne dénoncent pas l'offre d'emploi en elle même car animer un chat coquin n'est pas  illicite pour une personne majeure.

Les syndicats  dénoncent en fait l'attitude de Pôle emploi  qui n'a pas discerné  les caractéristiques pour le moins particulières et douteuses du poste à savoir faire  du streap tease  coquin par webcam....

Si faire du strip tease coquin peut être considéré par certains comme contraire à la morale il ne s'agit pas de prostitution qui rappelons le est le fait de se prêter  moyennant une rémunération à des contacts physiques de quelque nature  qu'ils soient afin de  satisfaire  les besoins sexuels d'autrui.

Pourtant médias et syndicats franchissent aisément le Rubicon en accusant Pôle emploi de diffuser des offres d'emploi choquantes à la limite de la prostitution...

A cela je dis non mille fois non car le raccourci se situe quant à lui à la limite de l'honnêteté intellectuelle.

Pour quelles raisons ?

Les offres d'emploi peuvent être déposées directement sur le site par les employeurs.   Le rôle de pôle emploi est de vérifier en premier lieu si l'annonce  ne comporte pas des mentions discriminatoires  et illégales car sa responsabilité civile et pénale pourrait être engagée  en cas de diffusion d'une telle offre.

Pôle emploi  donne aux employeurs des conseils pratiques pour rédiger des offres dans le cadre de la légalité  en diffusant   un  guide pratique du recrutement que chaque employeur peut télécharger.

Doit -il pour autant vérifier les caractéristiques du poste ?

La réponse est sans aucun doute OUI pour une bonne adéquation entre l'offre et la demande et ce même en cas de dépôt par l'employeur de l'offre !

Cette mission fait partie du rôle du conseiller "Conseiller les entreprises en tant que spécialiste en recrutement depuis l’analyse du besoin jusqu’à la sélection des candidats aux profils adaptés "

Nous pouvons également  lire sur le site de pôle emploi : " Issu de la fusion de l’ANPE et des Assédic, Pôle emploi propose des services renforcés plus performants aux demandeurs d’emploi, qu’ils soient indemnisés ou non, et aux entreprises. Grâce à une personnalisation renforcée de ses services, Pôle emploi permet une plus grande adéquation entre l’offre d’emploi et la demande. Les conseillers Pôle emploi accompagnent les entreprises dans leurs recrutements : de la simple parution de l’offre à l’assistance au recrutement, de la présélection des candidats au suivi durable dans l’emploi. "

Selon les dispositions du code du travail   toute  allégation fausse ou susceptible d’induire en erreur le candidat en ce qui concerne l’existence, l’origine, la nature et la description de l’emploi offert, la rémunération, les avantages annexes proposés et le lieu de travail figurant dans une offre est interdite et punissable.

Nous voyons bien que le conseiller doit  se montrer particulièrement  vigilant !

Force est de constater que vérifier l'exactitude des caractéristiques d'un poste devient une mission impossible lorsque l'employeur est de mauvaise foi et fait sciemment de fausses déclarations comme c'est le cas semble t-il  dans l'affaire qui nous préoccupe.

Les  omissions ou descriptifs édulcorés et/ou fallacieux de postes sont innombrables !

Les médias et syndicats  pointent-ils du doigt  des offres  d'emploi de barmaid  alors que les postes consistent dans certains bars  à " divertir de manière rapprochée le client  " s'offusquent-ils  des postes de masseurs , masseuses  ou d'esthéticiennes qui prévoient dans certains centres des extras ( massages érotiques par exemple )... des postes d'administratifs dans des agences qui proposent du tourisme sexuel  ?

Si nous voulons aller plus loin  que dire encore des stages qui sont de véritables emplois, des CDI  qui sont en fait  des emplois précaires et des emplois précaires qui couvrent des emplois pérennes  etc...

Il est vrai que dans ces cas  les bonnes moeurs sont protégées  à défaut de la morale et de l' éthique!

A trop tirer sur le pianiste nous risquons de faire le jeu de ceux qui veulent transférer les missions de Pôle emploi à des  organismes privés et ce au grand dam des chômeurs....et des contribuables....

i.JPG

 

 

 

 

Commentaires

  • la prostitution est considérée par le fisc comme une activité rémunérée,donc imposable.
    Suivant ce même raisonnement logique,le pôle emploi considère cette activité comme un métier quelconque,une prestation commerciale offerte aux client(e)s.

    Puisque c'est honteux ,pourquoi cette honte ne rejaillit-elle jamais sur les clients? Pourquoi cette clientèle ne s'est-elle jamais tarie? :-)))

  • oui Gib je suis d'accord mais ce n'est pas l'objet de mon article qui dénonce l'instrumentalisation d'un fait divers sur des bases fallacieuses.

  • Artemis,quand on agite la bannière de la morale( sexuelle ) en matière syndicale ,c'est que l'on n'a plus grand chose à dire et que l'on est en perte d'audience.J'ai vu une manipulation plus grave que celle-là.

    Les responsables syndicaux qui bénéficient de décharges de service au pôle emploi peuvent déjà envisager leur retour à l'emploi effectif dès les prochaines élections syndicales!

  • Bien dit !

  • Par ailleurs, dès lors que l'on aura procédé à l'autorisation de réouverture des maisons closes si l'on suit la proposition d'amendement à la LOPSI de la député UMP Chantal BRUNEL , il sera alors tout à fait licite de proposer ce genre d'emploi, tout comme aujourd'hui par exemple est licite une proposition d'emploi... d'acteur/trice porno !
    On a la société qu'on mérite avec les lois qui vont avec, inutile de se cacher derriere des prétextes moraux à deux balles !

  • Bonsoir,
    Il me semble que l'analyse proposée par les syndicats dans ce dossier ne se fonde pas sur la morale mais sur le code pénal. En effet les "prestations" qui sont demandées par la société peuvent être considérées comme du racolage :

    Article 225-10-1 Code pénal

    Le fait, par tout moyen, y compris par une attitude même passive, de procéder publiquement au racolage d'autrui en vue de l'inciter à des relations sexuelles en échange d'une rémunération ou d'une promesse de rémunération est puni de deux mois d'emprisonnement et de 3 750 Euros d'amende.

  • Racoler signifie solliciter le client pour une prestation sexuelle(cf petit Robert).
    Il ne semble pas que ce soit le cas dans cette affaire.la personne découvre ce qu'il en est réellement uniquement lorsqu'elle contacte l'employeur,ce dont le pôle emploi n'est pas responsable.Le pôle emploi n'est pas un rabatteur pour souteneur.
    Le sexe est une niche économique qui ne redoute pas la crise.

    Cela me fait penser à la suissesse Griselidis qui écrivait exercer un vrai métier qui consistait en deux choses:offrir une prestation sexuelle tant la frustration semble inextinguible en ce domaine et écouter son client tant la souffrance psychologique l'est tout autant.Elle déclarait avoir une utilité sociale,les ministres du culte et les psychanalistes ne fournissant jamais que ce dernier service.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu