Avertir le modérateur

faut il légiférer sur le port de la burqa ?

Imprimer

interdire le port de la burqa dans les espaces publics serait-il liberticide ou libérateur pour les femmes ?

cette question a enflammé  la France et envahi le champ médiatique :télévisions , journaux, blogs , commentaires des internautes

islamic-women-photo.jpg

 

le débat aura bien lieu car à l'initiative d' André Gérin, député PCF du Rhône et  Maire de Vénissieux, 58 députés  ont signé une proposition de résolution pour créer une commission d'enquête parlementaire... sur la burqa. Objectif, a précisé Le Parisien-Aujourd'hui en France: "dresser un état des lieux, mieux comprendre le phénomène et définir des propositions."

voir quelques articles sur le sujet

- Des députés contre la burqa? Et pour les bonnes sœurs catholiques, on fait quoi?
- Fadela Amara: "Il faut stopper la propension de la burqa"
- Port de la burqa en France: "Ces femmes sont dans de véritables prisons ambulantes"

 

gerin1.jpgcette commission d' enquête  ou mission d'information a donc été mise en place  elle est présidée par André Gerin

créée par la conférence des présidents le 23 juin 2009 - Composition de la mission la mission d'information a pour objectif d'établir un état des lieux de la pratique du port du voile intégral en France en s'attachant à comprendre les origines de ce phénomène, son ampleur et son évolution.

La mission d'information portera également son attention sur les conséquences concrètes dans la vie sociale de cette pratique du port du voile intégral, ainsi que son articulation avec les principes de la République française et, en particulier, celui de la liberté et de la dignité des femmes.

Afin de vous donner une vision  pluraliste sur le sujet et  placer le débat sur le terrain du raisonnement , de la connaissance et non du passionnel et des à priori je crée une nouvelle rubrique "débat sur le port  de la burqa"

je posterai toutes les commentaires débats et vidéos de la mission parlementaire sur le sujet

la première réunion a eu lieu le 8 juillet 2009

 

voici un résumé de la réunion et des interventions

je vous conseille vivement de visionner la vidéo de la réunion voici le lien  clic ici

 

La séance est ouverte à neuf heures trente.

Audition de Mme Dounia Bouzar, anthropologue

M. André Gerin, président.

a commencé la réunion en indiquant qu'il souhaitait présider la Mission d’information dans le même esprit que l’a été la mission conduite par M. Bernard Stasi en 2003, c'est-à-dire en formulant des préconisations qui soient le plus largement partagées. L’objectif est de réaliser un état des lieux sur le port du voile intégral et sur ce qu’il représente, et d’aborder, au-delà de la question de la sécurité publique, celle de la femme dans la société française.

"Nous voulons permettre à un islam apaisé, respectueux des principes de la République et donc de la laïcité, de trouver sa place dans notre pays et de faire ainsi reculer, au-delà de la question du voile intégral, l’emprise des fondamentalistes sur la société civile dans certains territoires, qui s’exerce en particulier sur les femmes, souvent jeunes, voire sur des adolescentes."

il propose  de terminer les auditions aux environs du 10 décembre prochain afin de pouvoir remettre le rapport et ses préconisations au plus tard à la fin du mois de janvier 2010.

seront auditionnés sous la forme d’une table ronde

, les représentants de cinq associations de défense des droits des femmes : le Planning familial ; la Coordination française pour le lobby européen des femmes – CLEF ; Femmes solidaires ; la Fédération nationale solidarité femmes ; la Ligue du droit international des femmes.

début septembre,:maires de l'Association Ville et banlieue de France, i la présidente de Ni putes ni soumises des représentants des associations qui défendent le principe de laïcité, ainsi que des spécialistes des banlieues.

Toutes les suggestions sont  les bienvenues

la mission pourra également se déplacer  la seule réserve étant d’éviter tout spectacle médiatique. "Il nous faudra, en effet, veiller à ne pas donner l’impression d’instrumentaliser un problème déjà suffisamment complexe et controversé." indique le président Guérin.

 

*

* *

première audition de notre Mission d’information, Mme Dounia Bouzar, anthropologue du fait religieux.

dounia.jpg

 

(qui a  travaillé auprès des jeunes des banlieues  comme éducatrice à la Protection judiciaire de la jeunesse.(a publié avec Mme Saïda Kada, qui revendique le port du voile, un ouvrage  : L’une voilée, l’autre pas.  membre, comme personne qualifiée, du Conseil français du culte musulman de 2003 à 2005, a pris une position très claire à propos de la pratique du voile intégral en expliquant que la burqa ou le niqab n’était pas un signe religieux, mais le produit d’une dérive sectaire).

Mme Dounia Bouzar, anthropologue. .

"Les réflexions que je vais partager avec vous sont le fruit de deux travaux de recherche. En tant que chargée de mission à la Protection judiciaire de la jeunesse, j’ai d’abord mené une recherche-action pendant trois ans avec une cinquantaine de professionnels de la jeunesse – conseillers principaux d’éducation, proviseurs, éducateurs, religieux, psychologues, psychothérapeutes, psychanalystes, etc. – auprès de jeunes endoctrinés, ce qui a abouti au livre Quelle éducation face au radicalisme religieux ? qui a reçu le prix de l’Académie des sciences morales et politiques en 2006. Pour prolonger cette réflexion, j’ai ensuite étudié les étapes de l’endoctrinement opéré par le discours radical, recherche qui a été publiée sous le titre L’intégrisme, l’islam et nous."

 

Mme Dounia Bouzar, précise

Niqab burqa.gifLa burqa est un vêtement traditionnel des tribus pachtounes d’Afghanistan, qui couvre les femmes avec une sorte de grille devant les yeux.  Il existait avant l’islam, mais les talibans l’imposent comme s’il était un commandement divin.

Comme la burqa, le niqab était d’abord un vêtement traditionnel. Mais certains savants ont réussi à l’imposer au début du XXe siècle en Arabie saoudite. Le niqab est une sorte de drap noir prescrit par les groupes qui se disent « salafistes », alors que les véritables salafistes sont ceux qui, dans les années 1930, se sont voulus – après s’être demandés pourquoi ils avaient été colonisables – les rénovateurs de l’islam en retournant aux fondements religieux afin d’en moderniser les interprétations. Les groupuscules actuels ont donc usurpé le mot « salafiste ».

La pensée salafiste ne correspond pas à une application des textes ni à un retour à l’histoire musulmane. Les groupuscules qui s’y réfèrent n’en sont qu’une émanation moderne, apparue au début du XXe siècle en réaction au déclin du monde musulman. Le niqab est ainsi entré dans l’histoire de l’islam il y a un peu plus de soixante-dix ans, alors que cette religion existe depuis quatorze siècles.

 

lightyears1-gerald-forster.jpgLa première caractéristique est qu’il s’agit d’un discours sectaire.

Deuxième caractéristique : le discours salafiste est un processus de purification interne.

Les salafistes se présentent comme un groupe purifié, possédant la vérité et supérieur au reste du monde : les juifs, les chrétiens, mais aussi les autres musulmans qui ne sont pas comme eux. Pour fortifier ce groupe purifié, le prédicateur gourou explique qu’il existe un complot pour maintenir les musulmans en position de dominés. Il assure que leur groupe est en danger parce que « les autres » ont compris qu’il détient, lui, la vérité. Le discours salafiste a besoin de la haine à l’égard de l’Occident pour faire autorité et c’est en accentuant le sentiment de persécution qu’il trouve sa justification. Les adeptes doivent considérer « les autres » comme un tout négatif afin de se percevoir comme un tout positif.

Troisième caractéristique : l’unité totale entre membres.

Avec ce discours, l’individu perd ses propres contours identitaires parce qu’il a le sentiment d’être « le même » que les autres et de percevoir exactement les mêmes émotions. L’identité du groupe remplace l’identité de l’individu. Pour arriver à subordonner les jeunes au groupe, le prédicateur gourou les arrache à tous ceux qui assurent traditionnellement leur socialisation au prétexte que ceux-ci ne sont pas dans la vérité : enseignants, éducateurs, animateurs, patrons, imams et même parents ! La coupure avec ces derniers est ainsi devenue un diagnostic de la radicalisation.T

Quatrième caractéristique de ce discours : il propose un espace de substitution virtuel, supérieur au monde.

Les plus touchés sont surtout les jeunes qui se sentent de nulle part – ce qu’a également mis en évidence la grande étude internationale de Marc Sageman – ceux qui ne se sentent liés ni au territoire d’origine de leurs parents, ni à une origine ethnique, ni à une appartenance locale – ils ne se pensent pas Marseillais, Roubaisiens, etc.

Alors que le lien territorial, quel qu’il soit, semble protéger les jeunes, le discours salafiste explique au contraire que se sentir de nulle part signifie que l’on est élu, que l’on est supérieur aux Arabes, aux Européens, aux Asiatiques et, bien entendu, aux Américains. C’est en cela qu’il propose un territoire de substitution virtuel. Ce n’est pas pour rien d’ailleurs que 99 % de l’endoctrinement se fait par un moyen de communication virtuel : Internet. Ce n’est qu’une fois endoctrinés que les internautes se rencontrent.

Cinquième caractéristique : l’illusion de s’inscrire dans une filiation sacrée.

Dernière caractéristique : le discours salafiste rend tout-puissant.

Les imams évoquent leur difficulté à parler théologie avec ces jeunes, Ces jeunes inversent, en effet, la question de l’autorité : alors qu’un croyant habituel se soumet à l’autorité de Dieu pour être dans le droit chemin sur terre, ils s’approprient en leur nom propre l’autorité de dieu pour s’ériger en autorités sur les autres.

Sous prétexte que seul le Coran fait autorité, qu’il n’y a pas de clergé et que l’imam ne sait pas, ils décident qu’eux seuls savent ce que Dieu a dit puisqu’il n’y a personne au-dessus d’eux à part Dieu.

Faire comme si on ne voyait rien serait, de mon point de vue d’ancienne éducatrice et d’anthropologue, pire que tout. Ne pas être choqué du comportement de ces jeunes c’est, en effet, l’entériner comme musulman.

Au contraire, s’étonner de ce drap noir, c’est refuser de reconnaître ce type de comportement comme religieux : l’islam ne peut pas être une religion aussi archaïque qui enferme ainsi les femmes.

S’étonner, être choqué, être offensé par le niqab, c’est respecter l’islam, c’est montrer que la France n’a pas une vision archaïque de cette religion. l.

En revanche, si la société pose le débat en considérant le niqab comme musulman, l’effet sera inverse. . Ce serait dramatique.

Dans tous les cas, les musulmans se retrouveraient dans une situation où défendre l’islam passerait par la défense du niqab et où combattre le niqab reviendrait à passer pour un traître. Le niqab deviendrait le symbole de la défense de l’islam !

le fait de poser le débat sur un plan religieux le renforcerait et pourrait même, par solidarité, conduire des filles à changer leur foulard en niqab. En qualité d’éducatrice et d’anthropologue, j’estime, au contraire, très important de poser le débat plutôt sur le plan sécuritaire, comme l’a fait la Belgique. Interdire à tous les citoyens la dissimulation délibérée et permanente d’identité, quel que soit le moyen utilisé

 

Vous aurez certainement remarqué que je n’ai pas parlé une seule fois des droits des femmes.

C’est d’abord parce que, en tant qu’éducatrice, je suis profondément persuadée que les garçons endoctrinés par le discours salafiste sont tout autant victimes que les femmes, même si la négation de l’individu et la rupture sociale sont moins visibles pour eux. Ils subissent la même rupture, la même indifférenciation, le même endoctrinement, la même violence vis-à-vis de leur socialisation et de leur construction psychique.

C’est ensuite parce que fonder le débat sur la question des droits des femmes serait vécu comme une nouvelle façon de donner des leçons au monde musulman.

. J’espère, pour la cohésion nationale, que l’autorité du discours sectaire sera désamorcée, en posant le débat sur le plan de la sécurité. Ainsi, tous les démocrates républicains, qu’ils soient de référence athée, agnostique, juive, chrétienne ou musulmane, pourront se donner la main dans ce combat typiquement français.

 

 

Commentaires

  • que les musulmans imposent a leurs epouses de se cacher c'est leur droit mais que devient la legislation francaise ou il est interdit etc sur des photos d'identité ? comment verifier la personnalité d'une personne si elle est autorisée a vivre deguisée ? et ou est la reciprocité quand on constate que dans leur pays d'origine une europeenne est tenue d'adopter le degisement pour circuler car il est bien convenu que n'etant pas musulmane c'est une obligation d'adopter les coutumes ! pourquoi ces personnes qui se disent francaises refusent elles les lois francaises et ses coutumes ? avant ce probleme seuls les cloowns et les mascarades etaient autorisés au degisements mais avaient quand meme leur identité verifiables .comment verifier une identite derriere ces vetements intouchables?je n'insisterai pas sur le medical!

  • personnellement je vais suivre tous les débats et les interventions à la commission car en tant que femme je suis contre le port de la burqa, en tant que citoyenne aussi mais concernant le respect de la liberté et de la diversité mon coeur balance

    vous voyez je mets ces articles pour que chacune puisse se prononcer de manière éclairée

  • Le gang des postiches aurait trouver cette "nouvelle mode" vestimentaire trés pratique !

  • Bien qu'athée, (l'existence d'un Dieu me paraissant improbable), par respect à l'autre, j'admets toutes les convictions religieuses, et aussi qu’il soit porté un signe distinctif pour ceux qui le désirent. Mais il me semble nécessaire qu’il soit discret. Le port de la burqa, (coutumier ou religieux), me semble plus qu’exagéré, et surtout dangereux, pour de nombreuses raisons.

  • Respect de la liberté et de la diversité ? Jusqu'aux extrêmes ?
    Trop de liberté tue la liberté. Trop de diversité tuera la diversité.

  • Il y a évidemment une limite à la diversité, culturelle ou religieuse. Il y en a une aussi à la liberté d’expression... (L’injure etc.)

  • Quand je pense qu'on interdit le port du passe-montagne dans les manifestations et que l'on peut tolérer que des gens se déguisent de la sorte et transforment la femme en sac de pommes-de-terre je trouve cela incroyable. Après tout si ils veulent vivre de cette manière qu'ils aillent dans un Pays où c'est la mode, si nous on va chez eux on nous oblige bien à être voilées, alors pourquoi tolérer qu'ils transgressent nos lois ! Si ils viennent chez nous c'est qu'ils y trouvent leur profit, eh bien qu'ils apprennent qu'en France on a des droit mais aussi des devoirs

  • Ce qu'on oublie c'est que les non croyants aussi ont droit au respect et à la liberté. Liberté de circuler dans une république,qui jusqu'à preuve du contraire est laique et non islamique. Donc l'agression visuelle, physique, psychologique que nous subissons, dans nos espaces partagés ,depuis 20 ans est de plus en plus insupportable. Chacun peut prier et croire au Dieu de son choix ou ne pas croire, c'est ça la laïcité.Par contre, au nom de cette liberté, on ne doit pas s'arroger la liberté d'agresser l'ensemble de la population aux alentours. Avec le comportement et l'idéologie de certain(e)s musulman(e)s on est plus dans l'affichage que dans la foi qui doit, dans notre laïcité, rester discrète et de l'ordre de l'intime, c'est la différence avec un état musulman ou islamique où la croyance doit obligatoirement s'afficher . Il faut donc faire rapidement cesser cet étalage , plus politique que vraiment l'affirmation d'une foi profonde et penser aux nombreuses femmes qui doivent porter ces vêtements par obligation , du père, du mari, du frère, ou de l'imam du quartier.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu