Avertir le modérateur

je milite pour le politiquement incorrect

Imprimer

je milite pour le  politiquement incorrect

Daniel Cohn-Bendit/ François Bayrou :des propos et des mots qui dérangent

voici l'objet de la polémique :

mais avons pour autant le droit de porter un jugement  et si nous nous en donnons un  quelle peut en être sa valeur ?

regardez  en fin d'article la vidéo :un homme, des propos des attitudes

regardez ensuite ses explications plus de 30 ans après

ces deux tranches de vie posent la question du regard que nous portons sur les hommes et les évènements


ce sont dans les année 1990  que le mot pédophile passe dans le langage courant pour qualifier les individus incriminés dans des  affaires judiciaires de mœurs entre adultes et enfants.

les affaires ont un retentissement  important et choque l'opinion publique  (cas Dutroux, Fourniret par exemple)...),

dans la conscience populaire le mot « pédophile » signifie maintenant  « violeur d'enfants », celui qui exerce une contrainte sexuelle sur un enfant qu'il s'agisse de " sollicitation, de viol voir de meurtre.

les milieux médicaux considèrent que la pédophilie relève de la maladie, de la déviance, de  la psychiatrie et du soin.

de nombreuses associations militent activement  pour que les pouvoirs publics  intensifient « la lutte contre la pédophilie ».

concernant ce sujet nous sommes dans un contexte hautement émotionnel

 

dans les années 1970/1980 le terme pédophile ne porte que son sens étymologique   il est utilisé par un certain nombre de personnalités qui étudient la place de l'enfant dans la société

dans ces années post soixante huit , philosophes, écrivains, sociologues éducateurs  réfléchissent  sur les relations adultes-enfants.

dans le cadre de ces réflexions la sexualité de l'enfant est abordée .

c'est dans ce contexte qu'interviennent les écrits de Daniel Cohn-bendit dans son livre le grand bazar en 1975 et les propos qu'il tient dans l'émission apostrophes en 1982.

ces propos ajoutés au goût de la provocation de Daniel Cohn-Bendit apparaissent extrèmement choquants au regard de notre sensibilité  actuelle vis à vis de la pédophilie et de la dérive sémantique du terme

il faut donc replacer ces mots et ces écrits dans leur contexte et se garder de porter un jugement hâtif sur l'homme.

c'est toute la problématique  de la valeur de notre jugement et de notre regard sur des évenements du passé .

 

Pouvons nous pour autant vouer à la Géhenne François Bayrou qui a jeté le trouble dans les esprits ?

non deux fois non car les propos de Daniel Cohn-Bendit ont été publics et  leur mémoire appartient à chacun et à tous.

porter le fer contre François Bayrou c'est encore une fois  se vautrer  dans le politiquement correct c'est encore une fois  militer pour l'auto-censure inodore et sans saveur.

certes le procédé n'est pas trés reluisant car François Bayrou est  un homme suffisamment éclairé pour avoir voulu sciemment semer le trouble en jouant sur les dérives sémantiques  des propos et des écrits de Daniel Cohn-bendit.

mais Daniel Cohn-bendit  n'hésite pas  au cours du débat à invectiver  Bayrou à le traiter de  " minable" "ignoble " et qu'il ne sera jamais président!

Face à ces paroles Daniel Cohn -Bendit aurait bien du se douter que Bayrou n''allait pas laisser passer, qu'il allait sortir les griffes ou les crocs selon...   et il l'a fait en  jetant au visage de son contradicteur  des allusions sur son passé et sur un sujet ultra sensible et émotionnel " la pédophilie"

ainsi va le débat politique..

Nous savons tous que la politique n'est pas un modèle de vertu.

A chacun de prendre pleinement la responsabilité de ses paroles de ses écrits et de ses actes passés, présents et futurs au regard de  l'histoire.

voir article( clic ici) ici pour aller plus loin

 

Commentaires

  • La saillie comprenant "minable", "ignoble", et "toi, mon pote, tu seras jamais président" qui ne sera jamais président se trouve avant la dénonciation par Bayrou du livre de Cohn Bendit.
    Dans l'enchainement, on a l'attaque de Bayrou sur l'amitié* de Cohn Bendit avec Nicolas Sarkozy en présentant comme 'preuve' les déjeuners qu'il a pu avoir à l'Elysée. Il se trouve que ces déjeuners étaient organisés dans le cadre de la présidence française de l'union européenne et que Cohn Bendit y était présent en tant que vice président du groupe des Verts au parlement européen. (ce qui a mon sens justifie tout à fait la réaction de Cohn Bendit)

    Ses noms d'oiseaux que donne Cohn Bendit à Bayrou sont donc sans aucun lien avec l'accusation de défendre la pédophilie au moment où il les prononce, il ne peut pas savoir que Bayrou va lancer ce type d'argument.


    * pour donner un avis personnel (un peu plus général, Bayrou est très loin d'être seul dans ce débat), je trouve que la tendance à vouloir que les élus d'un même parti s'apprécient et que les adversaires politiques se détestent est une très très mauvaise évolution du discours politique: les élus se côtoient souvent des années, il peuvent entretenir d'excellentes relations sans que cela n'entame leurs convictions politiques.

  • Mon précédent commentaire est pratiquement incompréhensible.
    Je m'en excuse. (on ne devrait pas réagir entre deux réunions) et vais essayer de faire mieux.

    Malgré ce qu'on laissé entendre les nombreux commentaires sur le sujet, les propos peu sympathique de Daniel Cohn Bendit à l'encontre de son contradicteur du jour ne portaient en aucune façon sur le livre "le grand bazar" ou sur les commentaires que Bayrou en a fait.
    En effet, au moment où Daniel Cohn Bendit accuse François Bayrou d'user de procédés "minables", "ignobles", et altérant toutes les chances d'accéder un jour à la Présidence de la République, la seule accusation que Bayrou lui a porté concerne sa prétendue amitié à Nicolas Sarkozy qu'il veut prouver en expliquant aux téléspectateurs qu'ils ont déjeuné ensemble à trois reprises à l'Elysée sur invitation du Président. Ce sont ces accusations que Cohn Bendit qualifie de minables (ce en quoi je lui donne raison): ces déjeuners, organisés pendant la présidence française de l'UE concernaient tous les présidents de groupes du parlement européen (dont le vice président des verts).
    C'est seulement après le passage sur 'toi mon pote tu seras jamais président' que Bayrou enchaine sur les accusations de bienveillance envers les pédophiles.

    On peut revoir le déroulement de l'altercation sur Youtube:
    http://www.youtube.com/watch?v=DttjpawaNM8

  • bonjour Jak

    mon commentaire laisse t il entendre le contraire de vos propos?
    je ne pense pas car je suis d'accord avec vous
    et d'ailleurs les arguments de l'un et l'autre volaient relativement bas
    aussi je les renvois dos à dos sur ce point

  • @artémis: oui la façon dont l'article a été écrit laisse à penser que les échanges haut en couleur on fait suite à l'évocation de pédophilie dans la bouche de M. Bayrou; mais ce n'est qu'un détail malheureux. Je vous remercie dans tous les cas pour apporter dans ce billet les éclaircissements qu'il me manquait pour comprendre toute l'affaire.

    Pour ma part j'ai trouvé ces propos de M. Bayrou extrèmement injurieux et grave en effet je n'ai que la trentaine et je n'avais aucune idée de ce à quoi il faisait allusion quand j'ai vu cet entretien. Apportant un peu plus de crédit à M. Cohn Bendit qu'à M Bayrou, connaissant les médisances, ragots etc... et leur fonctionnement, j'ai préféré ne pas porter de jugement sur le coups et attendre d'en savoir un peu plus. Seulement j'imagine bien que cela à pu semer le trouble, chez bien d'autres qui comme moi ne connaissaient pas le fin mot de l'histoire.

  • j'ai rectifié mon article
    vous aviez raison mes écrits pouvaient porter à interprétation

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu