Avertir le modérateur

corps interdits

Imprimer

cachez ces corps que je ne saurais voir ou quand la liberté commence à foutre le camp.

depuis le 12 février le public pouvait découvrir à Paris 17 cadavres de Chinois, hommes et femmes, entiers ou disséqués. Les corps sont préservés par plastination, une technique qui consiste à remplacer les liquides organiques par du silicone.

L'exposition se déroulait auparavant à Marseille

Le tribunal de grande instance de Paris vient d'interdire cette exposition suivant l'argumentaire d'Ensemble contre la peine de mort et Solidarité Chine, selon qui l'exposition porte atteinte aux principes de respect du cadavre et d'inviolabilité du corps humain.

Les associations avaient dit craindre que les corps présentés et préservés selon un procédé nommé "plastination" soient ceux de condamnés à mort en Chine.

L'exposition devait se tenir jusqu'au 10 mai à l'Espace Madeleine, à Paris, puis être présentée au Parc floral.

 

liberté tu fous le camp !

justice va jusqu'au bout de ta logique  interdis l'exposition des momies dans tous les musées de France, des têtes réduites et j'en passe

regardez la vidéo de l'exposition elle ne sera peut être pas longtemps sur le web.

Commentaires

  • Merci pour cet article et la vidéo qui l'accompagne.

  • Le tribunal de grande instance de Paris a validé l'argumentaire d'Ensemble contre la peine de mort et Solidarité Chine, selon qui l'exposition porte atteinte aux principes de respect du cadavre et d'inviolabilité du corps humain. Les associations avaient dit craindre que les corps présentés soient ceux de condamnés à mort en Chine.

    L'organisateur de l'exposition a d'ores et déjà annoncé sa volonté de faire appel de cette décision. Déjà présentée à Lyon et Marseille, l'exposition devait s'achever le 10 mai à l'Espace 12, boulevard de la Madeleine, avant de migrer au Parc Floral du 22 mai au 23 août.

    -Le scandale n'est pas de dire la vérité, c'est de ne pas la dire tout entière, d'y introduire un mensonge par omission qui la laisse intacte au dehors, mais lui ronge, ainsi qu'un cancer, le cœur et les entrailles.
    [Georges Bernanos] [

  • Merci pour cet article que j'approuve et merci pour la vidéo. En effet des milliers de gens ont pu voir cette expo et les franciliens en seront privé. Liberté ????

  • J'ai appris avec déception l'aboutissement de cette procédure judiciaire..
    Concrètement, qu'est-ce que cela signifie ? L'expo va-t-elle devoir fermer demain ou l'appel fait-il suspension de cette décision ?

  • Nous sommes tellement habitués à avoir, faire, voir, manger, jouir, quand nous le voulons et ce que nous voulons dans notre sociétés de consommation à tout crin, que dès qu'il y a une entrave à cette "liberté" qui nous est dû croyons-nous, on crie à la censure ou à l'intolérable dérive liberticide de notre société. Faut voir ce qu'il y a de plus important ici: le respect de cadavres d'humains (qui n'ont certainement pas donné leur consentement de finir en "bêtes de foires") ou notre "droit" voyeuriste d'aller frissonner devant cette exposition qui fait parler d'elle et dérange, sous couvert de la pédagogie, de l'art ou de la science. Pour les amateurs d'art, les musées Français regorgent d'oeuvres de meilleures factures, quant à celui épris d'anatomie, ouvrir une encyclopédie médicale ou s'inscrire à un cours de bio et disséquer une souris ou une grenouille devrait faire l'affaire.
    Quant à l'argument des momies, elles n'étaient pas destinées à êtres montrées, au contraire elles devaient être préservées dans leurs sarcophages et tombeaux, en vue d'un repos éternel. Ça aussi ça se discute, mais je trouve moins dégradant la façon dont elles sont présentées que ces pauvres corps à moitiés disséqués, plastifiés et dénaturés, offert à la curiosité morbide et malsaine des consommateurs que nous sommes.

  • vous avez raison,si on interdit "our body" il faut interdire beaucoup d'autres expositions!
    cordialement

    http://blabladezinc.20minutes-blogs.fr/archive/2009/04/22/l-expo-our-body-interdite.html

  • je trouve cela navrant qu'à PARIS on interdise ce genre d'exposition!!! les corps ont été exposé partout, l'institu chinois à prouver que les corps avait été donné de leur plein gré à la science... et au moins cela vraiment de connaître NOTRE Corps.. comme quoi les français sont vraiment long à la détente et préfère ce masquer les yeux plutôt que de voir la réalité!! PITOYABLE, et justice navrante!... J'espère vraiment que cette expo pourra faire le tour de France.. afin que chacun puisse la voir! J'aurais aimé pouvoir y assister!

  • Ne mélangeons pas tout ! Certains Internautes et personnes s’offusquent d’une telle exposition et ont choisi de saisir la justice française pour faire interdire cette exposition. Certains voient dans ces corps naturels conservés par plastination une analogie avec les corps des déportés découverts à la libération, fruits de l'atroce bêtise humaine lorsqu'elle se fonde sur des principes politiques ou ethniques, voire culturels ou religieux. Ces gens prisonniers et torturés, mutilés ou diminués l'ont été par la force, la violence et le crime (politiquement) organisé, non dans une démarche scientifique, mais, par pure conviction idéologique (douteuse).

    Là, il en est rien. Certes, on peut se poser la question de la provenance de ces corps. On peut se demander si ces personnes ont donné ou non leur accord. Mais, au-delà de ces «détails», il faut voir l'aspect scientifique et réaliste. Une exposition qu'un Léonard de Vinci aurait tout à fait pu organiser en son temps, si la bêtise humaine n'avait pas été aussi forte. Pourquoi l'être humain exposerait-il des animaux, des plantes et pourquoi ne s'exposerait-il pas lui-même ? Pour de simple conventions purement culturelles ? Allons, n'oublions jamais que nous sommes des homos sapiens sapiens et que nous nous devons de nous pencher sur nous-même. La mort fait partie intégrante de la Vie, on ne peut la nier. Cette technique de conservation, je pense et même j'en suis certain, aurait fait le bonheur des Pharaons et autres souverains soucieux de leur immortalité. Autant, à ce compte-là, faire fermer tous les musées d'histoire exposant des momies... le Louvre et bien d'autres en regorgent ! Ce juge, bien trop zélé... ses conceptions judéo-chrétiennes ont certainement parasitées son objectivité... à beaucoup à apprendre, encore. Quoi qu'il fasse, quoi qu'il dise, son corps ne lui appartient pas et ne lui appartiendra jamais : il mourra sans en avoir l'envie, tôt ou tard et retournera, quoi qu'il fasse, à la poussière.
    Conserver ainsi les corps, c'est garder la trace de l'humain et de son évolution. Quel paléontologue n'a pas, pour mieux comprendre le fossile qu'il entre les mains, reconstitué celui-ci en cire ou en résine ? Mais, ces représentations ne seront jamais qu'une pâle imitation d'un original irrémédiablement perdu. La conservation par plastination offre l'avantage de permettre la pérennité d'un corps vrai dans toute la splendeur de sa réalité. Et plus encore, qu'est-il préférable pour un corps que l'on a aimé ? Le savoir se décomposer et servir de nourriture aux cloportes et autres décomposeurs, viande putride qui peu à peu se liquéfie ou bien donner à l'humain la possibilité d'accéder à l'immortalité et atteindre une sorte de Vie après la Vie, une utilité et un sens au-delà du néant. Et quelle aubaine par rapport aux pharaons et dignitaires momifiés, condamnés à la solitude du tombeau et à une inévitable décrépitude ! Et qui, dès leur époque, à peine passés au trépas, étaient victimes des pilleurs de tombe ! Belle immortalité, beau respect ! La dignité des morts n'a de validité que selon le bon vouloir des vivants... Visitez cette exposition avec l'idée du mépris, du dégoût et de l'horreur et vous trouverez cette exposition immonde. Allez-y avec le respect dû aux êtres humains qu'ils furent, allez-y avec l'idée de voir la nature humaine telle qu'elle est dans toute sa splendeur et sa complexité. Notre corps est une splendide architecture, une sublime création de la Nature et pouvoir la découvrir «en vrai» est ce qu'il y a de plus beau... et de plus légitime... homos sapiens sapiens ça veut bien dire ce que cela veut dire !

    Ce qui permet de douter de l'utilité de ces associations de lutte pour les droits humains. Lesquelles défendent une conception très étriquée de l'humain en tant qu'objet divin et non en temps qu'être vivant, produit de la Nature. Bien évidemment, on ne peut tout faire et tout imaginer sous prétexte que le corps humain n'est qu'un élément de la Nature. Comme tout être vivant, il doit être protégé (surtout de lui-même) et sauvegardé. Mais, là, il ne s'agit pas d'exploitation, ni de spoliation de corps à l'insu ou au corps défendant des individus. Si l'humanité s'était toujours contenté de vivre de ses principes, nous en serions encore à nous épouiller le cuir poilu au fin fond de la savane et ne serions certainement pas des homos sapiens sapiens...

    Par contre, ce qui me gêne plus, c’est le prix d’entrée demandé pour une telle exposition qui devrait se vouloir universelle et ouverte à tous... puisqu’elle met en scène notre patrimoine naturel. Plus de 15€ me semble très excessif et, pour le cas, irrévérencieux ! C’est là, à mon avis, que réside une certaine forme d’exploitation et c’est sur ce terrain-là que devraient intervenir ces (soit disant) associations de lutte pour les droits humains... et non en cherchant à faire interdire ce qui permet de comprendre et d’embrasser l’essence-même de la nature humaine.

    Il y a une limite au ridicule qu'il est dangereux de franchir tant d’un côté que de l’autre.... Et, visiblement, il n’y a qu’en France qu’un tel tapage a lieu !

  • "Liberté tu fous le camp" (?)
    Au nom d'un principe de liberté, doit-on tout accepter, tout montrer ? Doit-on permettre que des cadavres puissent être utilisés et mis en scène ? Accepteriez-vous que le vôtre ou celui d'un proche soit exhibé, éclaté sans qu'on vous demande votre avis, au nom de la liberté ?
    Il me semble que l'Homme, avec un grand H, doit être capable d'autocensure. La raison, le respect, l'éthique sont des limites à la liberté. Mais ces bornes sont nécessaires. Car certes, tout est possible, tout n'est pas forcément utile ou souhaitable.

  • merci mon cher Vindicien
    vous avez fort bien exposé et complété ma pensée

  • La question est bonne ! «Il me semble que l'Homme, avec un grand H, doit être capable d'autocensure.» Mais, gardons-nous des expressions toutes faites et on ne peut plus galvaudées. Il fut un temps pas si éloigné que cela, où, au nom de ce «grand H» l'homme (religieux et qui plus est dogmatique et tout emprunt d'autocensure) pris la décision de considérer les peuples amérindiens comme... des animaux ! Cela entraîna l'un des plus grand, des plus immondes génocides de l'Humanité... toujours au nom de ce «grand H». La «raison, le respect, l'éthique» sont des limites, certes, mais chacun, chaque culture, chaque civilisation y voit les limites qu'elle veut bien y voir. L'être humain, bien qu'évolué, n'est en rien au-dessus des autres êtres vivants et encore moins au-dessus de lui-même. Nous montrons, exposons des animaux, des plantes, nous étudions, disséquons des cadavres pour des enquêtes policières sans la moindre hésitation. Les fossiles de nos ancêtres prônent en bonne place dans nos musées, nos salles d'archives... n'ont-ils pas été tirés de leur sommeil éternel sans leur consentement ?

    Chacun y va de son commentaire, mais derrière tout cela il n'y a qu'une simple question à laquelle aucune réponse n'a été donnée pour laquelle aucune certitude n'a été donnée et c'est là tout le problème. Ce n'est pas une question d'éthique, mais tout simplement une question, toute légitime, de.... légitimité ! C'est corps, d'où viennent-ils ? Ces gens sont-ils mort «de leur plein gré» (si tant est que l'on puisse mourir ainsi), ou, leur vie a-t-elle été volée par des gens peu respectueux des droits de l'homme et du citoyen ? Ces corps auraient été français ou américains, bien étiquetés et dûment marqués, à la traçabilité irréprochable que ce débat n'aurait pas eu lieu ! Comme si, nous, américano-vieux-européens nous étions au-dessus du lot et au-dessus de tout soupçon... autre époque, autre contexte, mais toujours cette irritante tendance à se croire supérieur aux autres, différent, en mieux et bien plus à même de savoir ce qui est bon pour l'Homme... «avec un grand H» ! Ne soyons donc pas offusqués, ne jouons pas les coqs de basse-cour, planté sur notre tas de fumier (fier de garder les yeux levés au ciel bleu de pureté, ne voyant pas que nos pieds restent inéluctablement englués dans la noirceur fétide de nos civilisations hautaines) et faisons preuve de sagesse (tout autant que de raison et d'éthique).

    L'Homme doit se pencher sur l'homme pour l'étudier, le comprendre et mieux le protéger. Nous ne sommes point dieu, ni même immortels ! Notre existence en ce monde ne tient qu'à un fil ! Nous sommes le jouet de forces naturelles qui nous dépassent et dont nous ne connaissons quasiment rien et que nous découvrons voire redécouvrons quotidiennement. De tous les êtres vivants peuplant la terre, nous sommes (malheureusement) les seuls à pouvoir nous mettre à l'abris en cas de bouleversement cataclysmique, tel que celui vécu par les dinosaures il y a 65 millions d'années (une poussière de temps à l'échelle de l'Univers). Et quand j'écris «nous» j'entends tous les êtres vivants qu'ils soient végétaux ou animaux... Et si nous connaître doit en passer par s'exposer, se montrer tels que nous sommes... alors, c'est «utile [et] souhaitable» !

    C'est même, nécessaire ! La connaissance de l'Homme, la connaissance du vivant n'ont jamais été aussi grandes que depuis que l'Homme et le vivant sont montrés en pleine lumière et non plus le fruit de quelques observations relevant de l'obscurantisme religieux ou dogmatique. Mais, la Sagesse doit commander à la Raison ! La plastination d'un corps (qu'il soit humain, animal ou végétal) doit être encadré et régi par des règles internationales et en accord avec le respect des droits de l'Homme et du Vivant (une notion qu'il serait urgent d'inscrire dans nos codes de Lois). La traçabilité des corps doit être une exigence. Croyez-moi, nous ne manquerons jamais de clients à l'immortalité, même post mortem !

    À la question «Accepteriez-vous que le vôtre [corps] ou celui d'un proche soit exhibé, éclaté (...)», je répondrai sans hésitation «OUI» ! OUI, parce que mes proches valent bien plus à mes yeux et à mon cœur que de la viande putride servant de nourriture aux cloporte et aux décomposeurs de tout poil ! OUI, parce que au néant, je leur préfère la lumière et l'utilité. Le repos de l'âme n'est pas que dans l'obscurité et l'oubli, mais aussi dans la fierté d'avoir été, d'être et de servir l'Humanité. Mais, tout comme le don d'organes, il doit y avoir un cadre législatif international et immuable, inadaptable aux caprices politico-religieux-ethniques des uns et des autres ou du moment. Il va sans dire que «sans qu'on [en] demande [l'] avis» des intéressés n'est pas, raisonnablement et sagement, acceptable !

    Maintenant, la polémique, au nom de la défense des droits humains, vous en conviendrez... c'est de la mièvrerie politique ! Ni la Liberté, ni le Droit, ne doivent servir un dogme ou une vision particulière. Ils servent l'Humain et le Vivant sans distinction aucune, sachant que l'un et l'autre sont réciproquement nécessaires... à l'un comme à l'autre !
    À chaque découverte nouvelle, à chaque procédé nouveau nous devons adapter et actualiser notre législation internationale (n'oublions pas que les dogmatismes et les nationalismes sont le SIDA de l'humanité) et non rejeter ceux-ci sous de faux prétextes.
    L'être humain est en perpétuel devenir, allons de l'avant et non vers l'obscurantisme primaire de l'Humanité. C'est ainsi que nous nous protégerons de nous-même et de notre nature de mortel.

  • Il ne faut pas confondre médecine et art.
    La médecine peut montrer via "bocaux" et autres des corps ou des éléments pour expliquer des maladies, des malformations.
    L'art met en scène des sujets ou des concepts.
    En l'espèce, les corps, morts récents, sont mis en scène avec un effet de décalage grotesque qui manque de respect. Ce n'est pas de la science, ce n'est pas de l'art, c'est trivial.

  • «La médecine peut montrer via "bocaux"» pourquoi tant de mièvrerie et de pudibonderie ? Vous offenseriez, en son temps, un génie tel que Léonard de Vinci ! L'art est Nature et la Nature fait de l'art... et l'homme s'en inspire depuis des lustres et encore aujourd'hui où nous pouvons observer et s'inspirer des structures internes des créations de la Nature et aller à l'essence-même de celles-ci !
    Une telle exposition peut, effectivement se regarder par le biais de l'Art ! Mais c'est aussi un regard scientifique qui est offert aux profanes. La science ne doit pas rester enfermée dans les placards des Universités de médecine sans quoi elle deviendrait la proie des dogmes. Mettre des corps en scène, c'est donner la mesure de l'être dans le mouvement. Le corps n'est pas quelque chose de figé, il ne donne sa pleine expression que dans le mouvement. Ce qui importe, c'est le regard que vous portez, c'est ce que vous voulez voir derrière une telle exposition. Ce qui m'amuse dans votre texte c'est votre vision de la science "in vitro" ou comme vous l'écrivez... «in bocaux» ! Cela m'amuse car, «in bocaux», c'est ainsi que finissent les légumes de bon nombre de jardins. Selon vous, la science relèverait-elle du cannibalisme... À vouloir pousser trop loin les concepts, on finit par tomber dans le vide de la sottise. Ce qui, tôt ou tard, peut conduit au dogmatisme !

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu