Avertir le modérateur

"sale pute "d'Orelsan /liberté d'expression et censure

Imprimer

La chanson d'Orelsan  "sale pute "relance le débat toujours d'actualité de la liberté d'expression et de la censure

Avant de lire mon billet qui n'a vocation que de rappeler les principales dispositions concernant la liberté d'expression et ses limites, regardez ces deux vidéos qui démontrent ,si besoin  était,  que le débat touche un aspect essentiel de toute société.

  • la première dans laquelle le rappeur Orelsan s'explique sur la chanson "sale pute"
  • la seconde sur Ardisson Dieudonné et les dessins humoristiques sur Mahomet

j'ajoute également   les mots de Fernand Dumont, pour nous amener à un réflexion qui doit bien se garder de tout à priori

«les censeurs existent toujours, même s'ils ont changé de costume et si leur autorité se réclame d'autres justifications. Toutes les sociétés, quels que soient leur forme et leur visage, mettent en scène des vérités et des idéaux et rejettent dans les coulisses ce qu'il est gênant d'éclairer.

Toutes les sociétés pratiquent la censure; ce n'est pas parce que le temps de M. Duplessis est révolu que nous en voilà délivrés. Les clichés se sont renouvelés, mais il ne fait pas bon, pas plus aujourd'hui qu'autrefois, de s'attaquer à certains lieux communs.

Il est des questions dont il n'est pas convenable de parler; il est des opinions qu'il est dangereux de contester. Là où il y a des privilèges, là aussi travaille la censure. Le blocage des institutions, le silence pudique sur les nouvelles formes de pauvreté et d'injustice s'expliquent sans doute par l'insuffisance des moyens mis en oeuvre, mais aussi par la dissimulation des intérêts. On n'atteint pas la lucidité sans effraction» (Fernand Dumont, Raisons communes, Montréal, Éditions du Boréal, 1995, p. 25-25).

Ne tenons jamais la liberté d'expression pour acquise. C'est le silence avilissant qu'il faut plutôt tenir pour acquis.

 


Sale pute le rappeur Orelsan s'excuse et s'explique



 


 

bouche_cousue.jpgla liberté d'expression c'est quoi  au juste?

La déclaration garantit en son article 11 la liberté d'expression en ces termes :

La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté, dans les cas déterminés par la Loi.

Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit

Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans considération de frontière. Le présent article n’empêche pas les Etats de soumettre les entreprises de radiodiffusion, de cinéma ou de télévision à un régime d’autorisations.  L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l’intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui, pour empêcher la divulgation d’informations confidentielles ou pour garantir l’autorité et l’impartialité du pouvoir judiciaire.

  • le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui a été voté par l'Assemblée générale des Nations unies, en 1966 reprend presque les mêmes termes que la Convention européenne quant à la liberté d'expression: « Toute personne a droit à la liberté d'expression...sans considération de frontières"

 

bouche-cousue.jpgla liberté d'expression est donc un principe reconnu de manière universelle.

mais ce principe n’est pas absolu car régulièrement régulé et limité.

Cette conception d’un droit limité a été défendu pendant la révolution française par Sieyès. À l’encontre de Robespierre et Marat, qui souhaitaient une liberté indéfinie et illimitée .

les exceptions au principe de la liberté d'expression sont en général de deux ordres : pour assurer La protection des personnes, des groupes et des valeurs, pour garantir la protection de l'Etat (La sécurité publique , La sécurité politique,La sécurité nationale )

 

Quelles sont les principales limites à la liberté d'expression en droit français ?

La loi protège les mineurs de tout texte ou illustration permettant de les identifier. Elle interdit les publications à caractère licencieux ou violent destinées à la jeunesse.

La loi condamne l’injure et la diffamation «Toute expression outrageante, termes de mépris ou invective qui ne renferme l'imputation d'aucun fait est une injure. « Toute allégation ou imputation d'un fait qui porte atteinte à l'honneur ou à la considération de la personne ou du corps auquel le fait est imputé est une diffamation. » (Article 29, loi du 29 juillet 1881).

la loi  interdit la provocation aux crimes et délits ,l’apologie des crimes de guerre et crimes contre l’humanité, la provocation à la discrimination, à la haine et à la violence

la loi Gayssot du 13 juillet 1990   punit  également  de 5 ans d’emprisonnement et de 45 000 € d’amende toute expression publique de thèses contestant l'existence des crimes contre l'humanité commis par l'Allemagne nazie pendant la seconde guerre mondiale et définis en annexe de l'accord de Londres du 8 août 1945.

la loi du 30 décembre 2004 punit les auteurs de propos provoquant « la haine ou à la violence » ou « l'injure commise dans les mêmes conditions à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou de leur handicap »

C'est sur cette base que le député UMP Christian Vanneste a d'abord été condamné le 24 janvier 2006 par le tribunal correctionnel de Lille pour avoir tenu des propos homophobes dans différents journaux, qualifiant notamment l'homosexualité d'« inférieure à l’hétérosexualité », Cette condamnation fut  confirmée en appel avant d'être cassée le 12 novembre 2008 par la Cour de cassation qui  estime quel les propos du Député  ne dépassaient pas de cadre de la liberté d'expression.

images.jpgla loi protège aussi  le secret de l’instruction, la présomption d’innocence et le respect des décisions de justice.

concernant internet l'enjeu est majeur

Ce nouveau média, exige-t-il une nouvelle législation et des nouvelles solutions?

selon le  Conseil d'état ": "l'ensemble de la législation existante s'applique aux acteurs d'internet… Il n'existe pas et il n'est nul besoin d'un droit spécifique de l'internet et des réseaux." Ainsi, le droit traditionnel s'applique aux questions concernant l'internet.

l'Assemblée nationale française vient de voter une loi qui rend l'hébergeur largement responsable

 

La censure

Le mot censure, signifie limite à la liberté d’expression. Cette limite on peut se l’imposer à soi-même. C’est l’auto-censure. Elle peut aussi être imposée de l’extérieur, soit de manière préventive, soit après le fait, comme dans le cas où les tribunaux interdisent un livre déjà publié.

La censure préventive est l'examen qu'un gouvernement fait faire des livres, journaux, dessins, pièces de théâtre etc... avant d'en autoriser l'apparition.

la censure préventive s'exerce essentiellement dans deux domaines :

  • le cinéma, avec la Commission de classification des œuvres cinématographiques ;
  • les publications pour la jeunesse.

 

 


lire  un article intéressant l'encyclopédie de l'Agora

article de Gilles Devers

extrait d'un article de wikipédia

"Le livre Le Grand Secret de Claude Gubler, ancien médecin du président François Mitterrand, est interdit par décision de justice peu de jours après sa parution en 1996.

En juin 2000, le groupe de rock français Matmatah est condamné à 15 000 francs d'amende pour « provocation à l’usage de stupéfiants » et « présentation sous un jour favorable de l’usage et du trafic » à cause de sa chanson « L'apologie ».

En novembre 2005, le député UMP François Grosdidier porte plainte contre divers groupes de rap français, certains dissous, pour avoir pratiqué selon lui, une « incitation au racisme et à la haine ». Déposée dans le contexte des émeutes de l'automne, elle est vue, à gauche, comme un « acharnement » et une tentative de censurer la « parole des quartiers ». Les groupes concernés sont : Monsieur R, Smala, les groupes Lunatic (dissous), 113, Ministère A.M.E.R. et les chanteurs Fabe et Salif[8].

En outre, le groupe de rap La Rumeur a été poursuivi par le ministère de l'intérieur pour des propos tenus dans La Rumeur Magazine. La plainte a été déposée en 2002 par le ministère de la Justice mais a fait l'objet d'une décision de non-lieu rendue en première instance le 17 décembre 2004. Le procureur de la République en a fait appel en 2005 (alors que Dominique de Villepin dirigeait l'Intérieur).

Tout récemment, l'annulation par l'administrateur général de la Comédie française, Marcel Bozonnet, des représentations de la pièce de Peter Handke Voyage au pays sonore ou l'art de la question, prévues pour l'année 2007, constitue une forme de censure. Elle est la conséquence de la présence de Peter Handke à l'enterrement du dirigeant serbe Slobodan Milosevic, et, de manière plus générale, des opinions de Handke sur le rôle de la Serbie dans les conflits yougoslaves des années 90."

 

 


 

Commentaires

  • Je ne comprends pas : y a-t-il une conclusion à tous ces éléments, fort instructifs par ailleurs ? Proposez-vous une synthèse, une position particulière ? Ou nous laissez-vous méditer sur la question.
    Je suis très perplexe.
    Mais il me semble déjà que l'on peut distinguer les positions prises par les artistes dans leurs oeuvres (comme Orelsan) et en-dehors (comme Handke).
    Concernant Dieudonné, il me semble plus simple d'attendre la censure du public (s'il y en a une) : soit le public rit et aime, soit il ne rit pas. Dieudonné ne me fait pas rire, mais ça n'a rien à voir avec le sujet, tabou ou non, de la Shoah : Desproges me fait beaucoup rire sur le même genre de sujets.
    Evidemment, Ardisson dépasse son rôle en se positionnant comme censeur de la vertu. Mais là encore, le public devient maître pour lui reconnaître ce rôle ou non.
    Je mélange un peu tout aussi, mais votre billet m'y incite : j'en sors perplexe...

  • ce long développement est à la mesure de mes doutes

    beaucoup de chansons de Brassens furent interdites et maintenant elles font partie de notre patrimoine artistique.
    quand on regarde derrière nous notre histoire on se rend compte que tous les pouvoirs en place ont limité cette liberté et que si nous ne sommes pas trés vigilants elle peut trés vite être réduite comme peau de chagrin
    concernant la création artistique j'en arrive à la conclusion qu'il ne doit pas y avoir de censure ni à priori ni a postériori je pense qu'on doit pouvoir s'exprimer sans limite

  • La chanson en question n'a rien d'artistique, et son auteur n'a rien d'un artiste, c'est de la provocation à 2 balles pour imiter les rappeurs US, c'est du haut niveau de crétinisme.
    Maintenant vive la liberté d'expression, mais quand je vois ce qu'il en fait, c'est pitoyable...

  • En ce cas si le pouvoir n'apporte aucune sanction, le public (journalistes compris) ont aussi le droit de critiquer et de réclamer aux artistes de se taire : ça devient la règle du jeu (une autorégulation naturelle, en somme).

  • salut ta toi !!

    comme disait l'autre , vaut mieux être sourd que d'entendre des conneries.Mais à ne plus rien écouter l'on va devenir sourd !!!!

    lorsqu'une connerie (tout est relatif ) est publique ,libre a chacun de l'écouter ou pas.
    Pour ce petit jeune,libre à chacun d'acheter ou pas son disque (il est en vente libre)

    pour dieudonné libre à chacun d'aller voir ces spectacles ( la billetterie est faite pour ça)

    pour les caricature ,dans la connerie la solidarité existe aussi.

    par contre quand je regarde la télé et que j'en entend des vertes et des pas mures,surtout de la part de ceux qui nous pondent les lois sur toutes les libertés....., alors là .

    je crois que l'on devrais avoir le choix de payé ou pas sa redevance télé.

    la liberté à t'elle un prix ?

    et si on parlais de liberté :http://www.laquadrature.net/fr/HADOPI

  • je me pose la question de savoir ce qu'est une oeuvre artistique
    la notion d'art a varié selon les sociétés
    faut il qu'il y ait esthétisme UNE recherche du beau pour Qu'il y ait oeuvre d'art?
    les tags sont reconnus comme des oeuvres artistiques il y a des expositions dans des galeries
    ta réponse est réductrice dans un domaine tres complexe.

  • J'apprécie les tags, je suis incapable d'en faire un beau, une chanson ordurière je suis capable d'en écrire des pages, suis-je un artiste ?
    L'art n'est à la portée de tous, amateur ou auteur, le vulgariser à ce point c'est d'une médiocrité rare.
    Jeremy, c'est ton jugement qui est réducteur.

  • je ne pense pas être réducteur j'aime bien le tags comme toi
    quant à la chanson d'orelsan je ne l'apprécie pas loin de là
    mais pour autant doit-on l'interdire ?
    La liberté d'expression n'est-elle pas plus importante?

  • L'interdire non, mais la censurer, oui. Personnellement j'y vois une nuance. Censurer c'est laisser la même force de diffusion, mais dire collégialement ce que l'on en pense. Le faire savoir, et comme la liberté d'expression le permet, tous les véhicules sont bons pour le faire savoir.
    Que des femmes veuillent faire interdire de blaireau, même si je m'y oppose, je trouve ça sain.

  • quelle différence vois tu entre interdire et censurer
    perso je n'en vois aucune mais je ne suis pas spécialiste en la matière

  • Censurer c'est interdire tout ou partie. Y a des passages particulièrement immondes dans cette "oeuvre" dont nous parlons. Un poète même rap, peut écrire autrement, édulcorer. Alors oui c'est de la censure, mais bon, perso je suis contre le fait qu'au nom de la liberté totale on puisse fustiger et violenter verbalement une jeune femme et apr extension toutes les jeunes femmes.
    C'est le réflexe français, toujours défendre l'auteur de l' agression avant de s'enquérir des dégâts causés à la victime.

  • les excès du White Trash made in France ou l’histoire d’un mauvais remake

    White Trash.
Le terme sera la coquetterie des prochains jours dans la presse ignorante ou en déficit d’adulescence.
    Le phénomène a été sociologiquement marqueté par un spécimen quelconque dans une maison de disque, major ou indépendante, il n’y a plus de différence. Il n’y en a jamais eu.
Puisque le but principal des organes de production culturelle est de fournir une solution adaptée à toutes les niches de population, alors autant tirer avantage de la paupérisation ambiante qui unit les enfants de prolétaires high tech et de la bourgeoisie vintage dans une middle class pseudo universitaire.
    White Trash. Là où l’on pourrait trouver l’expression raciste comme bamboula® ou bougnoule, on y trouve une forme méliorative d’acceptation socialo-artistique qui émoustillera les mêmes illuminés qui ont mis au panthéon l’illettrisme d’Abd Al Malik.
    La suite :
    http://souklaye.wordpress.com/2009/02/16/white-trash-made-in-france-ou-l’histoire-d’un-mauvais-remake/

  • bonjour a tous les internautes... bon bon bon c'est vrai que ce jeune rappeur de Caen fait polémique ces temps-ci mais je pense que la chanson "sale pute" est a prendre au troisieme degres, ne vous êtes-vous jamais retrouvé dans ce genre de situation? il faut ouvrir les yeux et mieux analyser,on a un des yeux,des oreilles et un cerveau il servent a ça ...

    ==> il exprime ça haine envers son "ex compagne" de maniere tres "trash" pour choquer les gens, en aucun cas il ne pense ce qu'il dit (du moins j'espere !) il exagere juste ces pensée de haine contre LE MONDE pour choquer les gens.

    Ensuite sa musique "saint valentin" est peu etre un peu tirée par les cheveux il faut l'avouer, c'est par le biais de ce clip qu'il a commencer ça carriere tout de même. Puis est ce qu'on cencure toutes les musiques choquantes ? comme certaine de Dr.dre, eminem ou encore renaud ? et bien non... dire que orelsan est un "con pas fini" est un manque de culture musicale et un retard de génération.

    Personnelement je suis fan, même si saint valentin me parrait exessive et sans sens mais ecoutez "Changement" par exemple,on comprend vite pourquoi ce jeune rappeur a tellement de succès malgres certaines musiques ... perdues d'avance !!!

    coordialement, severin , 17ans.

  • "Y a des passages particulièrement immondes dans cette "oeuvre" dont nous parlons. Un poète même rap, peut écrire autrement, édulcorer."


    Encore heureux !
    Si les paroles étaient "je vais te mettre une gifle", on pourrait les prendre au 1er degré. Mais quand c'est "je veux te crever l'abdomen avec mon pénis"... faut vraiment être de mauvaise foi pour insinuer que c'est du premier degré - ou pire, de faire croire que les "jeunes de banlieue" sont trop cons pour saisir l'ironie. Ils sont plus malins que vous.

  • Communiqué de presse


    *Solidaires face aux menaces du rappeur OrelSan contre les associations
    féministes*

    Le 21 avril 2009, le rappeur OrelSan était programmé à la MJC de Rennes.
    Pendant les semaines précédant le concert, de nombreuses associations
    ont alerté le directeur de la MJC et les élu/es de la ville de la
    nocivité des textes de ce rappeur qui se plaît à détailler avec
    complaisance des violences infligées à des femmes et à des mineures.

    Deux semaines auparavant, OrelSan devait se produire à Poitiers. Mais,
    face à l’extrême violence de ses chansons et à leur ambivalence, les
    responsables du Confort Moderne ont décidé de le déprogrammer.

    A Rennes, le responsable de la MJC et les élu/es se sont réfugiés
    derrière une pseudo-liberté d’expression qui ne connaîtrait aucune
    limite pour maintenir le concert d’OrelSan. La liberté d’expression,
    telle qu’elle est internationalement reconnue, connaît pourtant une
    limite : l’appel à la haine et au meurtre.

    Dans leur volonté de protester contre cette conception de la liberté
    d’expression qui ne respecte ni l’humain ni le vivre-ensemble, quatre
    associations ont appelé à un sit-in le jour du concert devant la MJC :
    Pulsart, association nationale d’actions artistiques auprès des jeunes
    en difficulté, et trois associations locales qui agissent pour les
    droits et l’autonomie des femmes. L’entrée de la salle a été bloquée
    pendant une heure par quelques manifestant/es, retardant ainsi le
    concert. Cette action s’est déroulée sans violence. Pendant le blocage,
    les participant/es, des militant/es d’associations et des étudiant/es de
    Rennes 2, ont discuté avec le public pour leur faire prendre
    connaissance de la teneur des textes d’OrelSan et de leur gravité.

    Jeudi dernier, 30 avril, Pulsart et d’autres associations ont reçu une
    lettre de l’avocat d’OrelSan en date du 22 avril qui les met « en
    demeure d’interrompre immédiatement toutes [leurs] actions de nature à
    porter atteinte au bon déroulement de la carrière d’OrelSan ».

    L’avocat du champion de la liberté d’expression intime donc aux
    associations de se taire sous menace de poursuites.

    *Nous soutenons toutes les associations mises en demeure.*
    *Ces mises en demeure concernent aussi chacune de nos associations :*
    *c’est notre liberté de manifestation et d’expression qui est menacée.*

    Par ailleurs, l’avocat d’OrelSan émet toute une série d’accusations
    mensongères qu’il est bien sûr dans l’impossibilité d’étayer par quelque
    fait réel. La manœuvre vise à faire pression pour imposer le silence aux
    associations féministes.

    L’avocat avance aussi : « la chanson dont vous dénoncez les paroles
    n’est ni contenue dans l’unique album d’OrelSan, ni interprétée lors de
    ses prestations sur scène ».

    OrelSan ne chante plus « Sale Pute » sur scène, mais il continue à
    chanter « Suce ma bite pour la Saint-Valentin » où il menace (déjà !) sa
    copine de la « marie-trintigner » si elle ne se tait pas (décidément,
    c’est une manie !). De plus, ces chansons, parmi les plus haineuses de
    son répertoire, sont toujours accessibles sur internet : le rappeur et
    ses producteurs refusent de les retirer.

    Nous rappelons enfin que plusieurs autres de ses chansons sont porteuses
    d’un message de haine contre les femmes, les gays et les lesbiennes.
    Pour n’en citer que deux, « Courez, courez » et « Différent » comptent
    parmi les chansons de son album qui portent atteinte à la dignité humaine.

    *OrelSan use et abuse de la liberté d’expression,*
    *mais dénie à celles et à ceux qui rejettent ses chansons le droit de
    s’exprimer.*
    *Nous refusons le chantage et le silence qu’il veut nous imposer.*
    *Nous dénonçons les accusations mensongères proférées par son avocat.*
    *Nous affirmons que la liberté d’expression n’appartient pas qu’aux
    « artistes » :*
    *la liberté d’expression appartient à chacun/e d’entre nous.*
    *OrelSan ne nous fera pas taire !*

    *Signataires :*
    Association Droits des Femmes XXe, Chiennes de Garde, « Cineffable,
    Quand les lesbiennes se font du cinéma », Collectif de pratiques et de
    réflexions féministes « Ruptures », Collectif national pour les droits
    des femmes (CNDF), Collectif 13 Droits des Femmes, Coordination des
    associations pour le droit à l’avortement et à la contraception (CADAC),
    Coordination française pour le Lobby européen des femmes (CLEF),
    Coordination Lesbienne en France (CLF), CQFD-Fierté Lesbienne, Elu/es
    Contre les Violences faites aux Femmes (ECVF), Fédération nationale
    solidarité femmes (FNSF), « Femmes Libres » - Radio Libertaire, Femmes
    Solidaires, La Meute, Ligue des Femmes Iraniennes pour la Démocratie
    (LFID), Ligue du Droit International des Femmes (LDIF), Mix-Cité Paris,
    Mouvement français pour le planning familial (MFPF), Nouveau Parti
    Anticapitaliste (NPA), Paroles de femmes Massy, Parti de Gauche,
    Pluri’elles Algérie, SOS Sexisme….

  • jolie chanson

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu